Archives par mot-clé : série télé

Pop Confinement(s)

Cet article est une façon de mettre en forme les notes pour l’intervention du 9 mai 2020, à deux jours de la fin du confinement, pour la discussion « Pop culture et confinement » organisée par Deez Podcasts sous la houlette de Mehdi Debabbi-Zourgani sur Twitch.

C’est tout naturellement que j’ai été chercher du côté de séries, plus ou moins drôles, pour éclairer certaines réflexions, surtout sur les questions de la peur liée au confinement, à l’isolation, et autres thèmes de l’ancien monde de quand on avait pas passé deux mois à re-regarder des trucs du temps d’avant  en faisant des étirements chez soi avant de sortir, tout attesté.e.s. Je ne sais pas vous, mais tout a pris un coup de vieux méchant derrière les oreilles depuis le 16 mars–raison de plus pour en parler tant que c’est frais.

Peurs et effondrements :

La peur, ça me connaît : les différentes strates de sentiments (angoisse sourde et lente, épouvante rapide, répulsion, dégoût, etc) partent toutes du même simple constat : « Il ne faut pas rester ici, [Corentin], c’est dangereux ».  La liste minimale de questions à se poser, à mon sens, c’est :

  • Pourquoi c’est dangereux ? Est-ce que c’est les zombies ? Est-ce que c’est la Science ? Est-ce que c’est la Sorcellerie ? Déjà, décrire les limites du danger, c’est un peu l’apprivoiser
  • Où aller pour que ça ne soit plus dangereux ? Est-ce que le danger est dans la tête, ou dans le réel ? Est-ce des paroles réconfortantes qui attendent dans le pas-dangereux ? Des gens qui ont tout compris pour toi et qui mâchent le travail ? Est-ce une attitude personnelle ? Doit-on devenir un bodhisattva du cool pour échapper au danger ?
  • Est-ce qu’on peut en sortir ? Est-ce qu’on peut en sortir indemnes ? (avec, évidemment, la définition du « on », si fluctuante).

Questions auxquelles on peut ajouter la liste B :

  • Est-ce que ça va laisser une trace, tout ce danger partout ? Quel est le Nouvel Ordre Mondial ?
  • Est-ce qu’on sortira indemnes ?
  • Est-ce dangereux pour toustes ou juste pour le Corentin du début ?

En m’inspirant de cette checklist d’autodéfense mentale, et de trois éléments qui me semblent 1) hautement subjectifs, 2) imprégnés de ma culture personnelle et surtout, 3) pertinents ici, pour les craintes du confinement, j’ai été chercher du côté de la culture pop. Reflet du monde réel, on a déjà des éléments de réponse, imparfaits, à ce qui nous a attendus, et ce qui nous attend encore, en terme de Monde de l’Après.

Sublime illustration de couv d’un magique livre de Doomsday Prepper, qui résume bien tout à fait pas du tout la situation de confinement actuelle (mais les peurs, notamment américaines, de fin du monde, oui !)

 

J’ai volontairement écarté des éléments indispensables comme the 100, the Leftovers et autres Lost, qu’Anne-Lise Melquiond a longuement analysés dans sa thèse qu’elle a soutenue en 2019 (et qui fera très certainement l’objet d’un livre). Je crois en outre qu’un des discutants en parlera.

Je ne ferai ici qu’une très brève description des thèmes centraux qui m’ont attirée pour parler de ces sujets.

American Horror Story Apocalypse, pour le confinement du maintenant :

Premier épisode, l’hiver nucléaire et les ICBMs tombent sur toutes les grandes villes. On suit ici les élus, ceux qui survivent,  invités dans le bâtiment sous-terrain réputé imprenable de l’organisation secrète des Illuminati La Coopérative. Soit ils se distinguent par leur argent, puisqu’ils ont pu y aller, soit ils sont parfaits, génétiquement. On ne vous avait jamais dit qu’envoyer son ADN à Ancestry.com avait des conséquences et qu’on vous surveillait, hmm ?

Les 18 premiers mois de cette nouvelle vie où on se nourrit de nutricubes (puis de nutripetitsrectangles, puis de deminutrimiettes…) sont passés sous silence. Ce qui brise le status-quo, c’est l’arrivée de Michael Langdon, sous le prétexte de s’assurer que les gens de cet outpost sont sauvables, et emmenables dans le Sanctuaire…

C’est le moment où je regrette de ne pas avoir fini plus vite le long article sur pornographie et peur dans la première saison d’American Horror Story. Spoilers dans les paragraphes qui viennent, pour les deux saisons, dans le paragraphe qui vient.

Michael Langdon, si ça vous dit quelque chose, en bonnes spectatrices de la saison 1, c’est que c’est le nom de l’enfant de Vivian et de Tate Langdon. Vous vous souvenez, l’enfant d’une vivante et d’un mort ? C’est l’Antéchrist, suivant la mythologie d’AHS. Michael, comme l’archange bras droit guerrier de Dieu, revient[1]. Du coup, cette saison s’entremêle avec au moins la première…

Cette saison joue avec les mêmes thèmes que les saisons précédentes, puisqu’elle leur est liée : sorcières et surtout, satanisme ; craintes puritaines (après tout, les survivants n’ont pas le droit de faire l’amour et d’entretenir des contacts les uns avec les autres, selon la Coopérative (?)) ; la société est d’autant plus fragilisée que déjà, elle est constituée de très peu de gens, répartis en castes : les Pourpres et les Gris. Les gens ne sont plus égaux les uns aux autres, mais arrangés, comme dans un corps : Mme Venable et Mead sont le visage de la Cooperative, les « fourmis travailleuses » sont les Gris et les Pourpres sont les néo-aristocrates.

 

Les craintes tournant autour du nucléaire sont atténuées par les thèmes sataniques et le mélange axiologique : le Mal incarné par un des personnages qui essaie de faire… un peu le Bien. La peur d’un contrôle mondial par des sociétés secrètes avec de Grands Architectes sont un miroir de celles d’aujourd’hui : on se défie toujours un peu de l’autorité dans AHS, toujours corrompue et imparfaite.

Unbreakable Kimmy Schmidt, la survivante (pas si) béate :

« Females are strong as hell », dit dans le générique, est le leitmotiv de cette série de Tina Fey, qui nous présente Kimmy Schmidt (Ellie Kemper) comme une « femme-taupe » qui a vécu 15 ans dans un bunker, à la merci d’un gourou, le Révérend Richard, pour ensuite s’installer à New York.

Kimmy, malgré sa candeur juvénile, puisque sa vie a été mise en pause pendant 15 ans à l’adolescence, n’est pourtant pas une victime. Elle décide de sortir de son épreuve en se réinventant, dans une nouvelle vie, et avec un optimisme forcené et qu’elle s’impose. 

Tu peux tout supporter pendant 10 secondes. Une fois que ces 10 secondes sont passées, tu passes au 10 prochaines secondes, et ainsi de suite.

Kimmy découvre les joies de la vie du dehors, prendre le métro, s’acheter des choses, avoir un copain, rompre, faire des études et devenir l’agente (et non plus la patiente) de sa propre vie. L’émancipation qu’elle vit passe aussi par affronter la vie d’avant, le révérend (sur les quatre femmes-taupes, l’une d’entre elles, Gretchen, est encore subjuguée par le révérend et l’a suivi volontairement).

La série est parsemée de flashbacks sur la vie dans le bunker, qui illustrent les parallèles entre la vie du bunker et la vie du maintenant.

 

Les craintes millénaristes d’apocalypse religieuse sont les plus exploitées ici, puisque le Révérend essaie de subjuguer ses captives avec des histoires d’apocalypse religieuse…mais avec des bombes, on ne sait plus. En tous les cas, le Révérend parle avec Dieu.

Les abus propres à ce genre de captivité rappellent les exactions de tueurs en série (le nom complet du révérend est Richard Wayne Gary Wayne–une allusion à John Wayne Gacy, le célèbre tueur-clown qui invitait ses victimes à la maison). L’histoire américaine est parsemée de tueurs-séquestrateurs et Kimmy passe très rapidement sur les abus sexuels évidents qu’elle a subis.

 

Fallout, post-post confinement

Dans la série de jeux Fallout, qui se déroule au moins 200 ans après la fin de la guerre entre la Chine et les États-Unis, le confinement est optionnel. On a un dedans-dehors assez intéressant, entre d’une part, le/a Sole Survivor/Wanderer, etc, qui vient d’un refuge sous-terrain très bien isolé, et le monde extérieur de l’autre, où on vénère des bombes nucléaires non-détonnées, où on se bat avec des robots de reconnaissance chinois… sans compter les races créées à la faveur du long hiver nucléaire. Les goules, les supermutants et autres Radscorpions sont les avatars de nouvelles civilisations, portées par des idéaux militaires (Republic of New California ou même la Légion de César), chevaleresques (Brotherhood of Steel) ou anarchoïdes à tendance addictive (Goodneighbour, the Den dans une certaine mesure et les Raiders, tout le temps et partout).

 

La technophobie, la corruption physique et morale des scientifiques qui travaillent pour Vault-Tec et les conséquences de ces manipulations sont visibles dans des vestiges des Abris que l’on traverse quand on joue à la série de jeux. Les idéaux pacifiques ou guerriers, les menaces de cannibalisme dans presque tous les jeux, la violence traversent ce jeu, ancré dans l’Après, mais pourtant très remué par les avants successifs. Protagoniste excepté.e, puisque c’est le vaisseau qui nous emmène visiter les États-Unis de l’Après. Du confinement, pas grand chose ne lui reste, mais les personnages encore dans les Abris sont dans le déni, dans l’absolutisme, dans la perpétuation du monde… Certains Abris sont restés avec moi, des années après y avoir joué, comme l’Abri de Gary (F3) : les 54+ clones d’un seul type, Gary, se sont tous retournés contre leurs créateurs et ont pris le contrôle de leur Abri. Ne pas être un Gary, c’est mériter la mort (d’ailleurs, linguistiquement, ils ne disent que « Gary » de plusieurs manières pour parler…).

Un parallèle rapide avec les situations de confinement actuelles, les situations de stress, de violence et autres que nous vivons en ce moment glace d’autant plus le sang.

 

Bande-son de cette rédaction : la chanson « Black Mass » de Godfreekid, dont la version instrumentale avait été la chanson-phare de A Serbian Film. On peut y entendre une intro kitsch avec une prière à Satan en latin, mais en fait, c’est juste un rechercher-remplacer de prières chrétiennes (comme toujours) alors c’est un peu rigolo. L’instru est absolument parfaite, mais c’est assez amusant de voir que, même dans une chanson tarte-à-la-crème sur le satanisme où Satan parle lui-même, on a encore ces thèmes de société secrète, de sacrifice des faibles pour l’avènement d’un nouvel ordre, d’une catharsis par la violence ou la mort… le tout avec des références chrétiennes tous les quatre vers.

***

Ceci est simplement un document de travail préliminaire à la rencontre et aux discussions avec Karim Charredib et Yannick Kernec’h sur la chaîne Twitch de Deez Podcasts.

 

***

J’ai déjà abordé certains de ces thèmes comme :

  • Peur et folie comme outils vidéoludiques, dans le colloque Lusor in Fabula, Université de Rouen (novembre 2019).
  • La peur dans le jeu vidéo, dans une intervention au Stunfest en 2019 (audio, chez Ludologies)
  • Jeu vidéo, apocalypse, effondrements au Stunfest 2019 avec les camarades Diana Scott et Nicolas Bourgeois, ainsi que Sélène Tonon
  • Les apocalypses vidéoludiques (experiencing apocalypses in videogames) dans le colloque Médiations Apocalyptiques à l’université de Brest (mars 2017)–où j’avais évoqué Dead Rising, pour l’Apocalypse du maintenant, Fallout, pour le moment de l’après, et Mass Effect, pour l’Apocalypse qui arrive immédiatement sur nous.
  • Sexe, corps, désintégration dans la première saison d’American Horror Story, au séminaire de l’ERIAC, université de Rouen (mars 2015)
  1. oui, « Michael est de retour, alleluïa », je suis vieille []

Nouveaux formats sériels– Le cas Peepoodo

Ceci est un petit blurb des pistes proposées pour le 13 décembre 2019 dans les journées GUEST à Montpellier, du groupe de recherche sur les séries TV auquel j’ai la chance de participer depuis la saison 2. J’ai introduit mon propos dans la thématique générale « les avancées sur les formes et les formats sériels ».

Compte tenu du caractère (porno)graphique de la chose, les liens renverront directement vers les pages officielles de Bobbypills le cas échéant… Ca sera donc un article très logo et vidéocentré.

Bonne lecture !

***

Séries en ligne et webséries

Le format sériel existe en ligne depuis bien longtemps : je me souviens, adolescente, d’avoir été happée par le site Albino Blacksheep (ouvert en 1999) et ses séries plus ou moins (bien) inspirées comme Salad Fingers, créé en 2004, qui est… un ovni du genre. David Firth a tout uploadé d’un coup, les vieux épisodes comme les nouveaux, enjoy un peu à vos risques et périls :

Dans d’autres recherches, j’avais parlé de Slenderman. Ce personnage avait donné lieu à une série, Marble Hornet, dont les épisodes ont été vus parfois plus de 500 000 fois. (Pour vous rafraîchir la mémoire si besoin, c’est ici pour le crash course sur le creepypasta et Slenderman).

Je passe, en revanche, très rapidement sur les séries qui ont proposé des taggings et des expériences interactives aux spectateurices (dont, il me semble, Marble Hornet). Bien loin de Bandersnatch, où tout était déjà écrit pour ceusses qui regardent sur Netflix, commenter revenait à orienter l’histoire et le futur de certains personnages… un peu comme dans la fanfiction. D’ailleurs, ça en est, mais ça n’est pas le propos de notre histoire.

Network series

« Tout cela est bel et bon mais et Peepoodo dans tout ça ? », vous allez me dire, et vous aurez bien raison. Peepoodo & the Super Fuck Friends, c’est une série créée en 2017 par Balak, nom de scène d’Yves Bigerel, qui a aussi écrit Lastman, BD puis série passée sur Netflix.  Balak, c’est aussi quelqu’un qui aime à ce que l’image soit au coeur de son récit. Il a inventé ce qu’il appelle le Turbomédia, qu’il définit comme « une grammaire de BD numérique […] Il s’agit simplement de remettre au centre la lecture du dessin. » dans une interview qu’il a donnée à ActuLitté en 2016.

Balak réalise, et co-écrit, avec Brice Chevillard et Nicolas Athané, une série animée qui décale un peu tout les attendus : Peepoodo se présente comme :

« Série éducative pour les enfants de plus de 18 ans, Peepoodo & The Super Fuck Friends explore sans tabou la sexualité sous toutes ses formes, avec des bites et des nichons. Une sexualité positive, débridée et qui fait fi des préjugés… avec au bout compte, pour seul message, la tolérance. » (page officielle, Bobbypills).
 
 

Méga-vaste programme, qui se déroule sur 18 épisodes qui oscillent entre quatre et six minutes (donc, ni la longueur d’une série de network traditionnelle, en terme de nombre d’épisodes ou de durée–et qui la rapprochent donc des webisodes). Si besoin, voici la bande-annonce (en anglais) de la chose, qui devrait vous donner une bonne idée du ton de la série

Comme Happy Tree Friends, bien plus vieux mais pas tellement moins transgressif, on a droit à un générique trop coolios de bisous et de promesses d’aventures qui jouent avec nos horizons d’attente de Jauss.

Happy Tree Friends nous faisait pareil, de la gentille voix, des gentils animaux, un générique sans paroles mais avec une orchestration façon série pour enfants. Sans voir l’épisode (ici, s’arrêter à 0:21), on ne sait pas que ça va dégueuler d’ultraviolence.

Peepoodo revient sur les codes de la série pour enfants un peu différemment : sous ses airs de « chaque jour est un mystère » façon série formulaïque, on voit dès le début que Peepoodo a le sexe à l’air et floppi-floppant, sous l’oeil torve du soleil le plus creepos jamais représenté :

Note : je n’ai pas trouvé une version isolée du générique sur le site de Bobbypills et me suis donc servie de cette version du grand Tube. En revanche, elle ne contient pas le placard avertissant le public de la présence de nudité et autres turpitudes qui font horreur à la censure.

Le parallèle entre les deux séries est facile : les deux transgressent les morales établies dans ces univers faussement mignons peuplés d’animaux anthropomorphes, mais les différences entre elles sont substantielles.

Tout d’abord, les personnages d’Happy Tree Friends sont restaurés, ressuscités et retrouvés tels quels après chaque carnage, mais les amis de Peepoodo changent : Bernard le crapaud bibliothécaire meurt horriblement dans l’épisode 12, et, plus notablement, l’un des personnages principaux transitionne à l‘épisode 14 et n’est plus appelée qu’Evelyne jusqu’à la fin de la série. C’est donc un monde permanent, qui est détruit à la fin de la première saison, dans un moment ultraviolent qui tranche avec le reste de la série. En l’absence de possibilité d’indiquer des alertes aux spoilers, j’ai noirci le fond du texte. Le sélectionner pour voir la fin de la phrase. 

La série ne ment pas non plus sur ce qu’elle est : si le nom PeePooDo peut prêter à sourire et à fondre devant la mignonnerie de la chose (d’autant plus que nous voyons les très colorés Papidoux et Mamidoux à l’épisode cinq. Pour ne pas plus spoiler, je vous laisse vérifier l’évolution ultime de PeePooDo à la fin de la saison), les Super Fuck Friends  ne laissent pas le doute quant à la nature des images que nous allons voir. Et pourtant, ce contenu pornographique n’est pas non plus propice à la masturbation[1]. Les épisodes  font montre de diverses pratiques sexuelles : sodomie, urophilie, relations homosexuelles, triolisme, masturbation féminine ou masculine, voire abus de la masturbation vidéoludique dans un épisode très méta (BaruBaru Chan, ep. 6)… dans une dimension très éducative et décomplexante des sexualités[2] . On peut citer l’épisode remarquable sur les MST (épisode 9) où nous pouvons voir une merveilleuse chanson didactique aux images craspouilles à souhait.

De cette manière, Peepoodo s’inscrit dans diverses traditions : je lui ai trouvé 6 critères descriptifs qui pourraient s’appliquer à diverses séries. Je donne des exemples… qui sont seulement illustratifs et ne sauraient, malheureusement, représenter de façon exhaustive tous ceux qui pourraient satisfaire à ces critères (j’ai essayé, j’ai fait un tableau façon serial killer avec des points et des lignes partout).

  • Série animée pour adultes : la liste est longue. La grille d’Adult Swim en étant presque entièrement faite, on peut y piocher allègrement.
  • Personnages animaliers anthropomorphes, comme Aggretsuko, BoJack Horseman (ou même Adventure Time)… L’animal a quelque chose de cathartique pour le public, je ne vais pas revenir sur Apulée !
  • Thème : sexe dans une perspective positive, avec des images de relations sexuelles : là, j’ai l’embarras du choix. Entre Chewing Gum et son personnage principal qui veut perdre sa virginité, Sex Education et son adolescent qui s’improvise sexologue, comme sa mère, Lovesick où le personnage principal rappelle toutes ses ex pour les prévenir qu’il a une MST et donne le prétexte à une série de vignettes sur sa vie, passée et présente…
  • Humoristique : parce qu’il ne faut pas se laisser aller ! Il y en a énormément, comme Big Mouth (qui coche aussi la case sexe + série animée adulte),
  • Format court : de Bref en passant par Kaamelot (et vice-versa), la télévision française sait faire du format court… Mais on peut aussi penser aux Kassos (tiens, encore une série où Balak est à la réalisation), ça n’est pas de l’inédit…
  • Diffusion initiale en ligne : là, pour le coup, non seulement comme les Kassos, mais aussi comme Simon’s Cat ou, comme ma comparaison initiale, les Happy Tree Friends.

Réunir tous ces critères, ça n’est pas une mince affaire.. même si certains sont mutuellement dépendants : pour faire une série pornographique mais quand même grand public (donc, non diffusée sur une chaîne à péage), Internet est le meilleur endroit. Sexe ou violence, il est intéressant de voir que ce qui permet le plus de créer un grand écart, c’est de rester sur l’histoire « pour (grands) enfants », peut-être parce que l’humour et le décalage tient beaucoup à la fraîcheur de Peepoodo (dont la voix française n’est que celle de l’illustre Brigitte Cordier), peut-être pour éviter le sordide ou le simplement masturbatoire. Peut-être aussi parce qu’il est difficile de parler simplement pornographiquement, étant donné que, sujet sensible, la pornographie est aussi un laboratoire en soi, de la règle 34 aux séries qui mêlent horreur et sexe, comme American Horror Story (saison 1, par exemple). Aurélie Petit a aussi analysé la série comme étant du hentai européen, qui en reprend les codes, dans une communication en novembre 2019 dont je n’ai, malheureusement, que lu l’abstract. En tous les cas, une piste maxi intéressante qu’elle semble prendre par l’axe de l’histoire de l’animation (alors que j’aurais une approche plus porn studies, à tout choisir). 

Quels modèles économiques ? Quelles distributions ?

 Peepoodo est interdit aux moins de 18 ans, donc bye bye les circuits de grande distribution, même les networks qui permettent du dessin animé adulte comme… Adult Swim, patrie originale, entre autres, de Rick & Morty. Après un mois sur YouTube et 7 millions de vue, la série y est aussi sabrée… Alors comment faire pour que cette série perce ? Qu’est-ce que le studio attend ? Déjà, la liste des festivals dans lesquels Peepoodo s’est retrouvé est impressionnante. Moi-même, j’avais découvert Peepoodo le 22 juin 2018 à une soirée Bobbypills au cinéma Max Linder, donc hors d’un moment de visionnage habituel de série (d’ailleurs, je passe rapidement sur le fait que j’aie vu deux séries en intégralité, Vermin et Crisis Jung, le même soir, et hors festival).

Bobbypills, c’est aussi un partenariat avec Blackpills, que je connaissais pour avoir été une des 18 personnes à avoir téléchargé leur application mobile. Cette dernière permettait de voir des séries aux épisodes très courts (d’une dizaine de minutes), à destination d’une population qui consomme plutôt sur mobile. N’étant pas spécialiste d’études de réception, je ne peux que décrire sans analyser, mais à en juger par le choix de langues pour voir Peepoodo (7 pour les sous-titres, 2 pour l’audio),  le déferlement de fanart et de soutien twitté ou dessiné, de merch sur le site (parfois réservé à une frange riche, comme le sticker mural à $300), le succès du modèle de Bobbypills, qui propose de faire 3-4 séries par an, avec un effectif réduit, pour contrôler leur contenu ne semble plus à faire.

JUSTE après la fin de la rédaction de cet article[3] , la page Kickstarter pour financer la saison 2 de Peepoodo a ouvert. Quelque 12 heures après le début de la campagne, 42 000€ avaient déjà été levés par vous, nous et moi. Le lendemain matin, 55 700€–le tout pour un but initial de 290 000€ pour une saison à 5 épisodes, jusqu’à 540 000€ pour une full saison de 10 épisodes prévue pour décembre 2020, soit dans un an. Ah bah le voilà, mon business model !

 

Référence citée :

Petit, Aurélie (2019). « Studying Hentai in a Western context », Waseda Anime Symposium, 18 novembre 2019. Université de Waseda, Japon.

Pour citer ce billet: Goudet, L., 13 décembre 2019, “Nouveaux formats sériels– le cas Peepoodo“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], <https://lac.hypotheses.org/?p=1119>, consulté le…

  1. Attention, quand je dis ça, je parle de visionnage : le fanservice est partout, les fanarts montrent bien que les internautes sont à fond, et que le docteur Monique Lachatte est bae, mais il ne me semble pas que ce soit masturbatoire de façon primaire, dans le sens où l’histoire ne fait pas de concession au sexe à l’écran []
  2. De mémoire, c’est ce que M. Dorcel dit aussi dans un de ses tweets sur la série []
  3. Pas la publi, qui était simultanée avec la réunion []