Archives par mot-clé : peur

inquiétante familiarité et horreur éducative

Les jeux éducatifs, c’est l’angoisse : certain.e.s d’entre vous connaissent ou reconnaissent les jeux Adi, voire Adibou, jusqu’à Rayman (et ses incarnations éducatives) comme des instruments corrompus et utilisés pour donner du « bon » aux enfants qui veulent du « mauvais ». Après tout, si on est de très mauvaise foi, un jeu vidéo, c’est pas bien, mais un jeu qui instruit, c’est comme un Kinder Bueno en carotte. Si jamais je fais un Kinder Bueno en carotte, ça serait plus de la carotte que du Kinder Bueno, non ?
Eh bah là, c’est pareil. On nous fait de l’éducation dans des jeux vidéos faits pour ça, comme ça on sera tranquilles avec l’enfant devant l’écran qui remontera forcément ses notes en allemand.

Rayman, un jeu d’action Ubi (2002) qui proposait un platformer punitif et frustrant basé sur l’orthographe

Pour vous donner une idée de la chose, ici, vous pourrez retrouver Rayman – Learn English en espagnol (1995). Malgré la difficulté de ces jeux, le mec arrive à ne pas se faire toucher par Dark Rayman. Ah oui, parce qu’en plus d’un platformer où on choisit la bonne orthographe (breakfast ou brakfast, ok mais diner ou dinner c’est salaud), on est poursuivis par un alter ego effarant. C’est vrai que rajouter une poursuite, c’est une SUPER bonne idée pour mettre les apprenants en confiance. J’ai aussi beaucoup de problèmes avec le fait de réduire l’apprentissage d’une langue à l’orthographe et à la compréhension écrite-reine, mais ça sera un autre sujet pour un autre moment.

Bref, on avait déjà donné, et les enfants de Rayman et Adibou, qui ont peut-être aussi donné les jeux V-Tech sont maintenant des créateurs de jeux.
Entre ici le studio Basically Games, qui est en fait un créateur indépendant, Micah McGonigal et son majestueux Baldi’s Basics in Education and Learning. Sorti sur Itch en 2018, gratuit dans sa forme « classic », ce jeu est une exploration beaucoup plus maligne qu’il n’y paraîtrait de la peur à travers les paradigmes de l’éducation, voire des jeux éducatifs.

Dans ce jeu, au prétexte de devoir rechercher des cahiers, il convient de s’immerger complètement dans un univers punitif où l’échec est synonyme de tout reprendre. Malgré ses graphismes, il est en réalité beaucoup plus effrayant qu’à première vue, grâce à certains ressorts que je vais exposer ici.

Ca ne donne pas envie, tant de jovialité ? Non ?

Des peurs à l’école

Déjà, les phobies scolaires sont un gros problème, y compris pour les plus grands élèves et étudiant.e.s. Ici, on se retrouve dans une école étouffante, sans presque de fenêtres vers l’extérieur, dans de petites pièces et grands couloirs sans fin. L’école est un lieu privilégié pour les jeux d’horreur, qu’on soit dans les Corpse Party, le gratuit et étonnant Confess My Love, ou même Silent Hill 1 et son école de l’ultrapeur. Evidemment, Doki Doki Literature Club a aussi un lycée comme toile de fond–quoi de mieux pour mettre en scène des lieux où il y a plein de portes mais personne passé une certaine heure ? Sans pouvoir faire de catalogue, évidemment que c’est aussi un super lieu pour Yandere Simulator...

« tu verras, tu vas te faire des petits camarades… »

Autant dire que l’école, c’est pas si cool… D’autant plus avec les archétypes qui y vivent : le Principal of Things (évidemment, un jeu de mot sur « principe », les deux étant homophones) surveille les couloirs et inflige des secondes de colle ça n’a l’air de rien, mais être dans une poursuite et perdre du temps ou devoir semer Baldi dans la salle de retenue…) ; le harceleur scolaire (It’s a Bully) nous déleste la de nos possessions et bloque le couloir dans lequel il se trouve si on n’a aucun objet. Playtime est une petite fille armée d’une corde à sauter qui court après nous en demandant à jouer absolument. Elle est mignonne, elle est seule, elle est agaçante avec sa voix geignarde et son rythme poussif… Et pourtant, impossible à flouer : il faut absolument jouer pour qu’elle nous fiche la paix.

Autant dire qu’à chaque fois qu’on croit être en train de progresser et d’attraper des cahiers, on est forcément rattrapé par l’un de ces personnages, qui rappellent l’écosystème scolaire (parmi tant d’autres comme le concierge qui balaie/balade tout le monde dans les couloirs ou1er Prix, le robot qui a des citations creepy comme « veux-tu m’épouser ? » tandis qu’il pousse ou poursuit le personnage principal).

« L’addition, s’il vous plaît ! »

Les angoisses scolaires ne s’arrêtent pour autant pas là : on doit, pour collectionner les carnets qui sanctionnent le parcours de l’école de l’angoisse, résoudre des problèmes de maths. Autant dire que j’étais en sueur la première fois que j’ai vu ce mécanisme ; l’auteur du jeu affirme que c’est parce qu’il avait la flemme de faire d’autres types de questions, mais je pense que c’est le meilleur genre de chose à faire, sans léser qui que ce soit, avec des additions faciles. Enfin, faciles…

Ca donne pas envie d’avoir fait Math Sup, un peu ? (Capture d’une vieille version, sans le pad numérique)

Plus le jeu avance, pire sont les questions–oh, non, pas du genre à vous faire sortir la calculatrice, non, plus dans le domaine du Zalgorithme, si vous me permettez ce trait d’esprit. Baldi nous le dit lui-même, il entend les fautes que l’on fait–vous imaginez un peu ? Et quand bien même nous ne serions pas du tout pénalisé.e.s par des fautes, est-ce qu’on ne serait pas poussé.e.s à faire bien, parce qu’on fait bien des additions/parce qu’on a envie de bien faire des additions ? Couplés aux moments de stress du jeu, la fausse plage de calme offerte par ce mini-jeu est bien plus profonde qu’attendue. On sait qu’après, il faudra reprendre et aller très vite. Et puis qui n’a pas envie d’entendre des félicitations après avoir additionné 3 et 5 ?

La poursuite infernale

Mais ça n’est pas tout : je n’ai parlé que d’aller chercher des cahiers mais… ai-je mentionné que Baldi, qui vous accueille avec son front chauve et sa bouche lippue est à votre poursuite dès que vous attrapez le second cahier ? Oui, hein, mais l’ai-je mentionné ASSEZ ? Comme beaucoup de jeux, s’il nous touche, on est mort.e.s. Oui, comme dans Resident Evil 3, et le Nemesis qui criait « STARS ! » à travers les murs. Oui, comme dans le Slender : the Eight Pages qui proposait une horrible poursuite dans une forêt moche et des toilettes pouacres–mon chouchou dans la catégorie des Slender-like, c’est Granny, avec sa maison de l’enfer et une antagoniste répugnante tant son modèle 3D est moche–plus à ce sujet plus loin dans ce billet.

Bref, Baldi et les autres personnages poursuivent tous, chacun pour leur raison, le personnage principal. A ce sujet, la version remasterisée (Baldi’s UNREAL…), avec de beaux assets et tout, est absolument terrifiante. Elle inclut notamment les Parents, personnages qui font leur vie la plupart du temps. Dans un jeu en couloir, où chaque pièce est un cul-de-sac, avec des portes qui grincent, comment être en confiance avec des êtres principalement inoffensifs, sauf quand ils ne le sont pas ?

Bon bah voilà, j’avais prévenu, voilà les Parents dans la nouvelle version. Je ne veux pas voir la signature dans le cahier de correspondance.

Peurs existentielles

Maintenant, ce ne sont pas les seuls ingrédients de la terreur du jeu : Baldi repose en partie sur un petit poil d’angoisses existentielles. Assez tôt dans le jeu, Baldi nous félicite d’exister. Oui oui, vous avez bien lu. Cette phrase, « wow, you exist », répétée au cours des tentatives nombreuses et infructueuses, est peut-être le petit bijou d’angoisse effet kiss-cool. Oui, Baldi, j’existe, pas la peine d’insister… n’est-ce pas ? N’est-ce pas…?

C’est un jeu en vue à la première personne, et pourtant, on ne voit jamais rien du protagoniste. pas ses mains, alors qu’il utilise des objets ou les ramasse, pas une ombre, pas un seul élément. Il est poussé par 1st Prize et le balai comme un rien, et la caméra ne bouge pas plus que ça au rythme de ses pas. Comme dans le remake de Resident Evil 2, il y a un virage à 180° qui ne correspond qu’au changement de caméra… Et puis, contrairement aux jeux de poursuite et punition (le crado Kio’s Adventures me vient, autant que les Five Nights at Freddy’s et tous les jeux de zombie du monde), une fois que Baldi est à notre niveau, c’est fini. Fondu au noir, et nouvel essai.

Cette petite désincarnation, liée aux peurs de l’école et au labyrinthe infini, je sais pas vous, mais ça marche très, très bien. Et peut-être d’autant mieux que le jeu… n’est pas beau.

Son et image

Je vous l’avais dit, au début : Baldi est né d’un développeur qui a connu les années 90. Bien que peu d’efforts ont été mis dans les personnages ou leur modélisation (on reconnaît les packages de textures génériques), le son est un immense vecteur d’horreur. Baldi nous poursuit et un bruit sec, comme une règle qui frappe la paume de la main nous indique où il se trouve, comme un métronome de l’angoisse. On apprend à distinguer pour sa survie les gimmicks et les phrases de chaque personnage pour les esquiver–mais qui esquive quoi dans un couloir ? Bref, Baldi est un puits sans fond de petits horrèmes (des sèmes qui provoquent l’horreur, quelle que soit leur mode), qui peuplent d’autant mieux l’imaginaire horrifique que la qualité graphique laisse à désirer.

A ce sujet, pour préparer ceci, j’ai découvert le fabuleux « The Dark Side of Game Play », qui traite de toutes les faces sombres du jeu : que ce soit l’horreur éthique, morale, audio, narrative ou visuelle, il y a quelque chose à tirer de ce livre. Je vous renvoie p. 227, traduction personnelle :

Les bandes-son des jeux d’horreur psychologique sont souvent notées et estimées comme des éléments indispensables aux effets terrifiants des jeux. Ce n’est pas surprenant, sachant que ces jeux sont visuellement très sombres et obligent le joueur à se fier à son ouïe plus que dans d’autres types de jeux. La musique est un agent actif dans les mécanismes des jeux d’horreur psychologiques […] [Elle] étend la déstabilisation mentale de l’avatar au joueur. Parce que le joueur perçoit beaucoup moins consciemment la bande-son que les autres effets psychologiques, le son devient paradoxalement un facteur important du transfert de la « folie » intradiégétique à l’espace extradiégétique du joueur.

« Sonic Descents » d’Isabella van Elferen dans The Dark Side of Game Play

Ces constatations, qui s’appliquent en l’occurrence à d’autres jeux (dont Slenderman) marchent très bien pour Baldi. Malgré ses halls et couloirs très éclairés et claustrophobiques, l’horreur passe par l’absence d’affordances fines (ce qui est suggéré par les graphismes patauds) : la vue est à l’aune de ce que l’on peut y faire, donc non, pas de pas chassés sur le côté, pas de belles esquives, on va d’un point A à un point B et puis c’est tout. L’audio se charge de faire monter la sauce de l’attente inquiète et de l’angoisse, d’autant plus que les phrases, répétées et répétées finissent par rester dans la tête.

Quoi qu’il en soit, cet article, qui commence à débroussailler le sujet de ce jeu, accompagne les réflexions faites avec plaisir pendant le Twitch-fleuve (trois heures !) animé par Mehdi Debbi-Zourgani sur Baldi le 24 mai 2020, et qui a glissé vers Night of the Consumers. Comme pour les précédents billets qui ont accompagné des Twitch, je mettrai les liens à jour.

Référence :

Mortensen, T. E., Linderoth, J., & Brown, A. M. L. (2018). The dark side of game play: Controversial issues in playful environments. New York : Routledge, Taylor & Francis Group, 2018

Mèmes 2 – le côté obscur -mais parfois mince- de la force (mémétique)

Après le copypasta, vient le creepypasta, ou « on reprend les mêmes[1] et on recommence ».  Le creepypasta, c’est le copier-coller (« copy-paste ») mais en effrayant (« creepy »).

En bonne amatrice d’horreur en général, je ne pouvais pas passer à côté d’une description un peu scientifique de ce genre de mèmes. Le but premier du creepypasta, c’est de faire circuler du contenu censé déranger, voire effrayer le lecteur qui caressera donc une patte de lapin sur une échelle pour conjurer le mauvais sort.

Le lecteur ?

Oui, le creepypasta est plutôt écrit, bien que du creepypasta puisse être soutenu par une image un peu bien.Parce qu’un écrit a plus de poids qu’une image, puisqu’on passe du temps à le lire ? Pour rester plus longtemps qu’un sursaut ? Ces façons d’effrayer seront évaluées dans ce billet. Je me concentre surtout sur le mème écrit, puisque c’est le plus propice à être analysable, pour une discursiviste.

Le creepypasta se propage de façon mémétique, par copier-coller dans des forums; le problème principal est que, quand il n’est pas étiqueté « creepypasta AOC », il peut être propagé par des gens qui y croient pour de vrai de vrai, ce qui rend l’aspect épidémique encore plus intéressant… En gros, les recherches pour « creepypasta » ont commencé en 2007, et la vraie bonne vitesse de croisière a été atteinte en 2010 (pic de recherche : octobre 2012).

Pour faire peur, de quoi a-t-on besoin ?

2.1 : Le type de contenu

Parmi les creepypasta mémétiques les plus partagés, on trouve beaucoup de paranormaleries, de légendes urbaines brr brr, c’est-à-dire des choses qu’on nous CACHERAIT parce que le gouvernement est vilain/ou, un grand classique, le texte trouvé dans [un ordinateur/ une lettre non décachetée/ un blog sauf qu’on a effacé le billet en question/des lignes de code dans un jeu pour enfants (!!). Bref, des choses que nous, gentils, on aurait jamais dû savoir.

Mon étude est basée sur certains creepypasta célèbres (ou, au moins, propagés) : Slenderman, Lavender Town Syndrom (Syndrome de Lavanville), et l’Expérience Russe sur le Sommeil entre autres. Evidemment, l’analyse n’est pas exhaustive, le billet est pourtant très long, mais si jamais vous voyez mieux ou plus pertinent, la case « commentaires » sert à ça.

2.1.1 : La légende urbaine

L’aspect flou autour des légendes urbaines permet leur propagation facile : on ne peut en vérifier les sources précisément, du coup on peut flippeter sa maman si on est un tant soit peu crédule. En plus, la légende urbaine est majoritairement écrite, donc on peut la propager ou la produire plus facilement. Tous ceux qui possèdent un ordinateur ont un traitement de texte, après tout.

Prenons l’expérience russe sur le sommeil. C’est un creepypasta assez long, donc un peu plus dur à propager. Je pense qu’il y a un vrai lien entre la longueur d’un contenu, et sa facilité à être transmis : si c’est trop long, moins de gens liront, donc moins de gens propageront ou, au moins, se laisseront avoir. Ceci dit, cette histoire (en anglais) renvoie environ 26 000 résultats, ce qui n’est pas mauvais pour un creepypasta écrit. En plus, comme vous pourrez le voir, ce creepypasta est publié un peu partout (sur des sites de creepypasta, certes, mais aussi sur des forums de jeux vidéos).

Je commence mollo, ce n’est pas un exemple puissant (et il est parfois même considéré comme « deadpool », ou mort), mais c’est une gentille légende urbaine dont je vais vous livrer le résumé succinct : des tests effectués sur des prisonniers de guerre (on est dans du connu, on sait que ça s’est produit, donc on peut y croire plus facilement); ils sont contraints à ne plus dormir grâce à un gaz magique. A un moment, ils sont tout foufous paranos, puis plus rien. Les scientifiques commencent à avoir les boules sacom, (faut dire, on a pas de caméra dans leur chambre, et ils ont recouvert comme de par hasard les miroirs sans tain de pages de livres qui tiennent grâce à leur caca. Oui, on réinvente le torchis médiéval pour ménager le suspens du lecteur. Bon.) Les scientifiques, qui peuvent quand même monitorer la prise d’oxygène, commencent à flipper au bout de quelques jours de ne plus rien entendre bien que tout le monde soit vivant,  enlèvent le gaz magique, puis envoient des soldats pour vider cette petite salle. Et là, pim patapoum : les mecs se sont arraché les organes digestifs, ont mangé leurs membres, et y’en a un qui est mort et tout étalé dans la salle. Apparemment, pour bloquer un évier, rien de tel qu’un foie un peu bourré dans le trou d’évacuation. Bon. Les cobayes survivants sont assez en forme, veulent absolument qu’on leur remette le gaz magique (et certainement la télé avec le câble) parce qu’il faut pas qu’ils s’endorment (évidemment), tuent les soldats en leur arrachant diverses parties du corps, bref, c’est un peu joyeux et certainement coloré là-dedans. Je vous épargne quelques péripéties, mais les scientifiques tentent de jouer à Ikea avec leurs organes et de les remonter, sans les anesthésier puisque sinon, y claquent. Au moment de les remettre dans la chambre, il nous en reste plus qu’un, et un scientifique demande enfin « mais enfin, monsieur, comment ça se fait qu’on puisse pas vous endormir, que vous ayez une force de malade, que vous soyez mort de rire quand on vous replace le foie et patati ? ». Et là, notre prisonnier répond « nous sommes vous, nous sommes la foli-ieuh, le croquemitaine sous votre lit, celui qui vous suit tout le temps et dont vous vous prémunissez en dormant la nui-ieuh ».

Là, le scientifique qui en a marre lui tire une balle entre les yeux. C’est bien connu, tous les scientifiques ont des flingues, au cas où les sujets d’étude sont trop rétifs.

L’intérêt de la chose réside dans plusieurs facteurs, je pense :

– Ce sont de vilains Russes, le mème est (certainement) américain, donc on joue sur une petite opposition « ces Communistes sont d’affreux jojos, on a tous fait des expériences pendant la guerre mais eux, vraiment, c’est des vilains ».

– On sait en gros que, ne pas dormir, c’est mauvais pour le cerveau, qu’on peut en mourir (voire que la privation de sommeil a été utilisée pour torturer des prisonniers de guerre), donc on joue sur une peur facile du « mais kesskispass quand on dort PAS grâce au gaz magique? », comme une petite curiosité malsaine, ce qui attire l’attention du lecteur.

– On a du coucoucaché, avec un moment de suspens « mais pourquoi ont-ils recouvert les miroirs ?? »; le coucoucaché sert très souvent à ménager la surprise et/ou l’horreur du lecteur. Ou à amuser les enfants en bas âge (et certains chats).

– On a du violent, avec des choses impossibles pour un corps humain normal (je vous ai épargné les exagérations sur la force de nos prisonniers), ce qui nous permet allègrement de glisser ensuite dans du…

-Paranormal ! Parce qu’on a toujours besoin de regarder dans l’oeil de la bête du démon qui habite par devers le fond de nous-même. Je regrette vraiment de ne pas avoir lu plus de psychologie, et de ne pas pouvoir décrypter ce que la figure du croquemitaine en nous est, mais je suis certaine que des psychologues auraient beaucoup à en dire. Il me semble que, biologiquement, la peur est normale et saine, et j’imagine qu’elle doit se crystalliser dans une sorte d’allégorie du type « j’aime pas l’obscurité parce que je vois mal la nuit et que les bêtes sauvaches se promènent la nuit, donc je suis culturellement habitué à avoir peur du noir, je n’aime pas la solitude parce que je vis en communauté(s), donc quand papa et maman me couchent tout.e seul.e dans ma chambre le soir, forcément, j’imagine un [être totipotent effrayant-étiquette de mon malaise de noir + solitude + début de la conscience de la peur de la mort] ».

 

D’autres sont plus ou moins inspirées par des faits réels : par exemple, Ted Bundy, serial killer américain, demandait souvent de l’aide aux gens en prétendant avoir un bras cassé. La Légende de la Vieille Dame (20 000 instances sur internet)  s’en inspire : une jeune femme rentre du centre commercial, une vieille femme lui demande de la ramener chez elle, avec son petit sac de courses sous le bras. La jeune fille, cette nigaude, dit oui, et puis se dit « j’ai un mauvais pressentiment », donc, sous un prétexte fallacieux, elle va voir un des vigiles du SuperCarrouf pour lui dire « y’a une vieille bizarre dans ma voiture ». Quand notre brave sauveur des temps modernes et elle reviennent à la voiture, ils ne trouvent que le sac de courses de la vieille, qui contenait une perruque, la robe qu’elle portait, un gros couteau, une caméra et des rouleaux de gros scotch déménagement.

Dans ce cas, on prend appui sur un truc horrible mais fascinant pour certains (les serial killers, ou « mais kesskispass dans le cerveau psychotique ?? »),  plus une histoire du quotidien (rentrer chez soi, après avoir fait les courses) et cette simple association crédible et attestée dans la vraie vie créé la trouille.

 

2.1.2 : Le paranormal

Du croustifondant de l’horreur, on peut tirer des tonnes et des tonnes de choses d’un paradigme simple : « y’a un FANTÔME et il est AVEC MOI »; « le CROQUEMITAINE exiiiiiste ! ». Il n’y a qu’à regarder les films d’horreur (surtout les slashers) pour voir qu’ils jouent sur la peur de la domination faite par un être tout-puissant et plutôt pas prêt à faire une petite canasta avec vous, intuable, insaisissable et souvent peu disert (Freddy Krueger est un peu une exception, il maîtrise le sommeil et est plutôt marrant et bavard, dans les suites. Mais un Jason Voorhees ou un Michael Myers ne sont certainement pas des invités de choix pour un gueuleton entre amis, puisqu’ils ne disent jamais rien). Je n’évoquerai malheureusement (pour moi) pas plus les films d’horreur, mais on sait déjà que le paranormal est l’endroit où on range ses petites peurs.

Le paranormal est donc un aspect surexploité dans le creepypasta. Ou, au moins, le moins-normal.

Le Syndrome de Lavanville (Lavender Town Syndrom) est une légende urbaine assez sympathique sur l’univers de Pokemon, qui patouille beaucoup avec le paranormal… Qui dit « Pokemon » dit « enfants », qui dit « enfants » dit « trouille facile ». En gros, on retrouve des enfants qui se seraient suicidés après avoir entendu la musique de Lavanville parce que cette musique les pousse à se tuer (en fait, ceci rappelle la « fréquence sombre » également appelée « bruit marron », je vous laisse découvrir pourquoi), mais que sur 104 cartouches du jeu (c’est un élément qu’on retrouve sur les variantes de cette histoire).

On a aussi une version, toujours à Lavanville, où des personnages seraient codés (mais pas exploités dans le jeu), avec des fantômes et des vilains qui demanderaient à ce qu’on les libère de leur solitude. Et la simple vue de tout ça serait censée entraîner des suicides d’enfants.

Une autre variante raconte qu’un programmeur fou a changé le début de Pokemon, et que en gros, c’est une sorte de porte vers des gens morts qui leur seraient chers ET qui demanderaient en gros de les suivre. J’ai résumé court-court, mais ce creepypasta [EN] est assez intéressant et mieux écrit que la moyenne.

 

Une petite amuserie paranormale est la série des « Holders » (ou Gardiens si vous préférez) qui marche toujours un peu pareil mais que j’ai trouvée assez addictive. Dans une atmosphère lovecraftienne, il y a des gens qui garderaient des objets magiques. Pour récupérer ces objets magiques, un rituel assez compliqué vous oblige à faire X et Y choses, à affronter vos peurs, et, si jamais vous réussissez l’ordalie (voyez comme j’oriente le tout vers « vous », petit lecteur. En fait, le personnage central, c’est toi, ma bonne Lucette), que vous survivez et tout, on vous donne un objet qui a l’air un peu miteux, comme une boîte à musique, ou un tatouage (Malabar, j’espère).

Si tous les objets (y’en a 538, faut de la patience) sont réunis, ILS seront réveillés et réunis, et apparemment, c’est la dernière chose que nous (j’entends l’Humanité) voudrions.

TV Trope déplie exquisement cette histoire  et livre la liste des tropes en kit qui nous servent (les paranormaux sont soulignés, la traduction, le regroupement et les commentaires sont de votre servante). Voici une petite sélection de ceux qui reviennent :

Un Hôpital Désaffecté (en l’occurrence, ceux que j’ai lus, soit une bonne dizaine, parlent de « n’importe quel hôpital psychiatrique, dans n’importe quelle ville; spécial bonus pour l’Elysée local, le lieu du Gardien de la Légion) à Géométrie Impossible : tous les hôpitaux psychiatriques ont effectivement des salles un peu bizarres, et forcément, vous vous sentirez étrangement trop bas ou étrangement trop haut. Of course.

– Des Artéfacts de l’Apocalypse : là on est dans du lovecraftien, en plus ils ont un Effet Boomerang (on ne peut jamais les jeter) et font partie du Loto des Superpouvoirs : certains sont vachement bien, mais attention à l’effet Main Dans Le Sac, puisqu’ils peuvent provoquer des mutations. Te voilà prévenue, Lucette.

– les Gardiens sont affreux vilains (sauf Doctor Who, qui est apparemment le Gardien du Temps). Souvent, ils sont creepy-creepos dès le début (si jamais ils sont décrits) et ils vous racontent des Histoires à Vous Rendre Fous. Et, évidemment, si vous dites la mauvaise chose au mauvais moment, pim patapoum, vous Mourrez Dans d’Affreuses Souffrances.

Ces Gardiens (et la légende afférente) sont assez peu mémétisables (quoique) et surtout assez récents. Mais l’aspect copier-coller de leur histoire (et quand même, on a 538 + 1 histoires sur le site officiel) les place dans la catégorie des creepypasta. C’est un mème-motif assez récent, mais qui a l’air de fonctionner assez bien : je suis surprise des mois entiers où « the Holders Creepypasta » a semblé régner sur internet :

En bleu, « The Holders series », en rouge « The Holders Creepypasta »
Source : Google Trends

 

En fait, si je résume un peu, ce qui tient de la légende urbaine tient aussi un peu du paranormal. Tout est dans tout, puisque le creepypasta est virtuel et flippant, on peut se permettre de mettre une pincée de paranormal et, avec ces assises un peu malaisées, on peut décider du type de contenant que l’on donne à nos histoires qui font peur.

 

2.2 : Le contenant

2.2.1 : Du texte, encore du texte :

Le mauvais creepypasta est facile à différencier du bon creepypasta : le bon creepypasta, tu le copies et tu le colles, le mauvais, tu le copies et tu le colles. Mais il est mauvais.

C’est un peu la leçon que nous apprend « then, who was phone ? » qui prouve que, d’une bonne intention, on peut faire du mauvais :

Source : Know Your Meme (capture d’écran de 4Chan, forum /x/ sur le paranormal)

La traduction du tout donnerait « Donc, t’es avec ta copine et vs vs embrasez quand le téléphoen sonne. Tu répond et la viox dit « kesstufait avec ma fille? ». Tu le raconte à ta nana et elle dit « mai mopn père est mort ». ALORS KI TELEFONAYY ? »

On a un creepypasta court, qui commence avec une situation de la vraie vie (le lecteur est supposé être un homme, j’imagine, la lesbienne étant sous-exploitée sur internet), puis on a un élément dérangeant, et la conclusion « mon père est mort » donc hiatus-passage dans le paranormal, symbolisé par la conclusion. Le problème de ce creepypasta, qui suit les codes sus-indiqués, c’est uniquement la qualité cracrateuse de l’anglais utilisé.

On ne peut PAS avoir peur avec un creepypasta mal écrit. On ne peut pas assez entrer dans l’histoire si jamais on a un décalage personnel du type « hah, ça s’écrit comme ça. Ah non, là ça ne veut rien dire », on rentre dans une  autre catégorie ou même une récupération du mème (cf partie 2.3). Then who was phone n’est pas performant en tant que creepy parce qu’il est mauvais. En revanche, il se qualifie aisément en mème parce qu’il est récupéré : les commentaires de certains messages contiennent des références à « THEN WHO WAS [X] » (1er comm : THEN WHO WAS OLD LADY ?!; commentaire 18 : « BUT WHO WAS HOLDER ? »

 

2.2.2 : Photos affreuses

Jeff the Killer
Source : Know Your Meme

Mon ami qui vous fait coucou à droite, c’est Jeff le Tueur. Avec son visage qui n’est pas sans rappeler Fétide Adams et des photos d’orthodontiste,  c’est une figure du creepypasta que j’aime assez[2] . En effet, on prend un masque d’Halloween, un logiciel de transformation de photo, et hop, on obtient un visage vaguement humain (les éléments sont relativement branchés au bon endroit, on a des yeux et une bouche sur une forme vaguement oblongue, donc le cerveau décode « visage de personne »).

Ce qui créé l’horreur creepypastée, c’est le fait que Jeff exhibe des traits pas forcément en ligne avec ce qu’on attend d’un visage normal : les yeux sans paupière ou l’iris sans couleur nous placent dans la tératologie, l’absence de nez est somme toute assez effarante, et le tout avec un grand sourire nous montre qu’il a certainement une vision de l’humour un peu différente de la notre.La peur sur l’image affreuse, c’est celle de ne pas pouvoir utiliser de communication non-verbale. Après tout, si ça se trouve, il a envie de danser un slow avec nous, et pourrait tout autant vouloir créer de petites sculptures votives avec nos doigts. On ne peut pas le savoir, puisqu’on ne peut pas lire l’absence de métacommunication sur son absence de visage. Sur ce, il nous sourit. Ou rit. Le rire, comme nous avions vu dans le premier billet, est créé par le décalage. S’il est décalé par rapport à nous, c’est aussi qu’il nous décale. En plus, l’obscurité derrière lui nous laisse imaginer le fond de cave d’un hôpital abandonné, bref, tout ce qu’on aime.

Jeff joue donc sur de la peur un peu primale de ce qui est différent, voire très très différent. Mais en plus, on lui adjoint du texte. Le creepypasta d’image, je trouve ça un peu facile, personnellement. En fait, le mieux que l’on puisse faire, c’est de lui adjoindre du texte un peu antinomique sur le visage, et compléter le tout avec une histoire de Croquemitaine comme on les aime : en gros, il est au pied du lit de l’auteur, il lui chante presque une petite comptine, l’auteur veut pas s’endormir. Puis, tin-din, il se réveille en sursaut, en fait, il rêvait ? Mais la chute est fatale : « ses yeux sont la dernière chose que je vis ».

Jeff the Killer, sur 4Chan et évidemment son forum /x/

C’est CERTAIN que si jamais on voit ça avant de se coucher, on aura plus du tout envie d’y aller, jamais jamais jamais. La connivence de Jeff avec lui-même est donc affreuse à cause du décalage [image désagréable] + [discours inoffensif]. Le creepypasta ne serait pas si affreux si on avait pas l’image qui accompagne le tout, et qui fixe La Créature Qu’on Ne Peut Pas Décrire Sous Peine de Devenir Fou. Là, la créature est bien fixée, bien effrayante tout en étant pas tirée d’un catalogue médical « Térato-néonatologie 1986-87 : Edition Tchernobyl ». Le contrat-flippe est donc bien rempli.

En plus, il a généré des légendes urbaines de serial killer. Je ne tiens pas son nom de scène de nulle part (d’ailleurs, Jeff, Jeffrey Dahmer, il y a forcément un lien, donc ancrage dans la Vraie-Vie-Hors-Creepypasteurs). Ces histoires expliquent en gros comment il est méchant et comment il s’est arrangé le visage pour ressembler à ça. On est dans de la genèse de psychopathe fortement Dexterisée, postérieure à la création de l’image-choc.

Étrangement, la construction inhumaine du visage de Jeff me rappelle cette affiche que j’ai le malheur de voir dans le métro assez souvent :

http://i4.ytimg.com/vi/kYxbqK_hOXo/mqdefault.jpg
Ma première robot-party, affiche du Futuroscope.

Là, j’ai très envie de sauver cette enfant assez nigaude pour nous parler de « robot-party », une variante du so 82′  « surprise-party ». J’ai envie de lui dire : « Perle-de-Lait, ne te rends-tu donc pas compte que ça sera certainement aussi ta DERNIERE robot-party, si tu y vas ?? ». Je pense que  ce qui me dérange surtout, c’est ça :

Extrait de l’affiche sus-collée

 

Ces yeux vitreux et vides, cette humanité-ou-presque me laissent à penser que ce robot serait capable d’enclencher EXPRÈS le programme « XXX-trem Pelote Basque » pour transformer cette enfant en un amas de pulpes sanguinolentes, tout en nous le décrivant en détail avec une voix monocorde et androgyne : « … et ensuite mon chistera a perforé son artère fémorale au niveau du ligament inguinal, que j’ai ensuite arraché ».

2.2.3 : Vilaines vidéos

Je me suis déjà fadé des dizaines de creepypasta pour écrire cet article, et je vous avoue que l’idée de voir des vidéos flippantes ne m’a pas enivrée directement. Je me bornerai donc à dire qu’il existe moult vidéos (et Jeff aussi en a une, le petit coquin), qu’elles reprennent des thèmes connus, comme le sursaut, ou passage du moment normal et rassurant à une tête de zombie qui hurle, ou (ce qui m’intéresse plus), des trucs à base de « La Vidéo La Plus Effrayante d’Internet », mais ça, franchement, c’est au dessus de mes moyens de discursiviste (on est plus du tout dans du mème écrit), comme de mes moyens humains.

En bonus, je vous informe qu’il existe même des vidéos de connivence perverse de gens qui filment leurs enfants ou leurs amis devant des contenus affreux pour voir la tête qu’ils ont quand ils vérifient mentalement l’intégrité de leur sphincter.

 

2.3 : Réappropriation du creepypasta :

Heureusement pour moi (et pour vous !) la fin de ce billet est plus heureuse : il s’agit de la réappropriation du creepypasta. Pour résumer, un peu ce que j’ai tenté de faire pendant tout ce message : rendre les creepypasta rigolos et/ou différents pour qu’ils soient plus digestes pour la psyché mise à mal.

2.3.1 Réappropriation comique
Voici enfin le personnage à qui ce titre faisait référence : Slenderman (ou Slender Man), l’homme mince et émacié qui pourchasse les petits enfants. Le contenu est connu, le contenant multiforme : vidéos, images, photographies, légendes urbaines… Comme d’habitude, il n’a pas de visage (ça nous rappelle Jeff, mais aussi n’importe quel type de croquemitaine ou de Gardien non décrit), et puise dans l’imaginaire collectif. Son histoire est assez étonnante :

Something Awful poste un concours de photos paranormales trafiquées (plus intéressant, un membre du forum qui dit aimer créer des images paranormales !!). Dans le lot, des photos où on voit flou mais c’est pas sûr une sorte de forme humanoïde qui dépasse les limites de ce qu’on attend d’un être humain en terme de croissance:

slenderman-2-784777.jpg
La contribution de Victor Surge, 10 juin 2009. Source des photos inconnue.

– Reprise par /x/ de 4Chan, et ça tombe bien : un grand homme, en costume classe, on en a déjà vus dans des jeux vidéos (Tall Man, dans Trilby’s Notes, le 3è jeu de la série Chzo Mythos[EN]) ou dans des mythes allemands du 16è siècle. Comme quoi, nos internautes Photoshopophiles n’ont rien inventé.

– Cette figure mémétique du croquemitaine enfle, une saga vidéo, Marble Hornets est créée, il a même un Wiki pour lui (et une tripotée d’autres sites).

– On commence à glisser dans une certaine familiarité, il se retrouve affublé du surnom ‘slendy’ (paradigme le plus recherché : « slendy man »).

 

Et là, c’est le choc : de Slenderman, figure un peu effrayante et anonyme, on se retrouve à voir son frère, Trenderman (regardez, ils ont pris « trendy », à la mode puis lui ont collé le suffixe -er pour se rapprocher de Slender Man et voilà. Ca nous fait une nouvelle figure mémétique).

Première photo de Trenderman, auteur et lieu inconnus (Août 2012)

Du coup, les dérivés sont bien plus légers, les blagues jouent sur le mythe de Slenderman, avec une passion pour les fringues : « Je vais t’emmener dans les ténèbres… Pour ne plus voir tes vêtements ridicules ! ». Si Slenderman est effrayant, Trenderman est résolument homosexuel (les images le montrent le poignet cassé, il utilise les vocatifs « girlfriend » ou le mot « fab ») et très chic.

Mention spéciale aux Tumblr de question pour les deux frères : Ask Trenderman et Ask Slenderman. Deux atmosphères, deux mondes, et pourtant.. C’est tout de même la même figure de « Celui Qu’on Ne Peut Identifier », réappropriée et exploitée de façon positive.

 

2.3.2 : Combattre le Mal par le Mal 

Jeff (toujours le même, l’unique, l’inégalable) est un petit fripon. Il est apparu en août 2011 (comme en atteste le marquage de date du message de 4Chan), et a entraîné à sa suite un étoffement de sa légende en la personne de Jane the Killer, à peu près un an après sa création (merci, Google Trends).

Si lui est moche ++, elle est assez jolie et relativement humaine, si on aime les yeux très noirs-mieux-qu’un-goth (je vous épargne les résultats assez crousticraquants de petites ados qui se prennent pour Jane et font des Photochopperies de leur visage gracieux).

Là, je vous connais, vous allez me dire « Jeff the Killer, Jane the Killer, c’est un spin-off un peu craspouillis, non ? ». Eh bien non.

Il s’agit d’une réappropriation de l’horreur par une Némésis de celui qui est notre Némésis. Jane the Killer n’est pas tout le temps aimable envers les êtres humains comme on peut le voir ici. Voilà la « Vraie Version » (erm; à lire après le premier lien sur elle) de son histoire.

Cependant, tout le monde est à peu près d’accord sur une chose : elle déteste Jeff, et veut nous le désentrailler à qui mieux-mieux. Certes, elle tue parfois aussi des gens innocents pour faire bonne mesure, mais elle est là pour atténuer la peur (c’est soulevé ici, dans cette discussion d’internautes, qui déplorent que Jeff fait moins peur depuis qu’elle a été créée). En plus, son creepypasta reprend « Go to Sleep », et le satirise : « Don’t go to Sleep, you won’t wake up ».

J’en viens à penser qu’il était « trop » en terme de peur, et que, pour le contrecarrer mentalement, il était impossible de lui imaginer une passion pour la collection de grenouilles,  ou un jumeau/alter ego plus digérable.

A la place, les internautes ont fait ce qu’ils ont pu, et lui ont créé un double-mais-en-fait-non, à sa hauteur pour le battre (je vous glisse le lien vers une vidéo de 55 minutes, de Mr Creepypasta, qui nous fait don d’une bataille entre nos deux enfants terribles. Je vous avoue tout de suite que je n’ai pas eu le temps de la regarder[3] mais son nom revient souvent quand il est question de l’adaptation vidéo de creepypasta).

 

Pour conclure, brièvement après un article très long, je voudrais dire que je suis impressionnée par les vecteurs de créativité des internautes, encore et toujours. Ils utilisent tous les moyens à leur disposition (vidéo, audio, et, évidemment, écrit… Sans oublier le jeu vidéo–Slenderman a été adapté par des créateurs indépendants, pourquoi ne pas imaginer des franchises avec des studios professionnels ?) pour un exercice pas forcément facile, la création de peur, ou, au moins, d’un sentiment désagréable.

 

En vrac, j’aurais aimé traiter : le choix blanc et noir d’illustration des sites de creepypasta,  les vecteurs de la vidéo, les cachotteries méchantes du type « smile.jpg » qui sont très similaires à Jeff, et aussi l’aspect plus spirituel du mème transmis : on transmet une idée (donc une vraie unité culturelle), qui est dupliquée à l’envi. Je suis très tentée de dire que le creepypasta est entre la conception internet du mème, et des visions plus traditionnelles de la mémétique. En attestent la richesse des histoires, leur qualité générale et… le malin plaisir que l’on prend à faire « bouh ! » à ses congénères.

 

Ce billet serait psychologiquement plus fantaisiste sans l’intervention de consultant ès Têtologie, Martin, qui a bien voulu lire les 14 pages Word envoyées au milieu de la nuit. Que les LOLcats inondent son chemin, et que Trenderman lui offre de beaux vêtements pour Noël, je le remercie chaleureusement.

 *  *  *  *  *

Bibliographie non exhaustive. Les liens se suffisent souvent à eux-mêmes, mais si vous voulez aller un peu plus loin et étudier les creepypasta…

Know Your Meme (2009) Creepypasta  ( http://knowyourmeme.com/memes/creepypasta [EN], la base pour qui veut décrypter des mèmes [EN].

Creepypasta http://www.creepypasta.com/ qui se présente directement en parlant de « microfiction » et d’histoires paranormales effrayantes [EN]

Bribes perdues (2011) : http://www.creepypasta.fr/ : des histoires qui seraient effrayantes si elles étaient bien écrites; mais je reconnais l’effort de mise en page du tout, et même, la qualité de certaines idées. [FR]

 

 

[1] : dis donc, petit lecteur chafouin, tu ne croyais tout de même pas que j’allais faire un jeu de mots avec « mèmes », si ? Je tiens à ma dignité.

[2] comprendre : la première fois que je l’ai vu, je me suis pas exactement jetée sur lui dans la rue, c’est peut-être un peu le contraire. Il s’est jeté sur moi sur internet et j’ai couiné.

[3] J’ai une thèse à écrire, ma bonne dame.

Humeur du jour : Fa’tchigue niveau compétition. 

Bon point : j’ai récupéré des milliards de livres. 

Mauvais point : je dois maintenant pousser les murs pour les-dits livres. Et les lire. 

Abstracts en souffrance : plus qu’un, mais il est entièrement à conceptualiser.