Archives par mot-clé : animaux

« C’est à vous le gros ? » : conversations au coin de la rue et animaux domestiques

La vie est pleine de surprises, qui permettent évidemment de se poser des questions sur les situations d’énonciation quand on aime un peu ce genre de gaudrioles. Un sujet de recherche qui me plaît assez en ce moment, c’est d’imaginer ce que les propriétaires de maîtres de chiens se disent. Est-ce que, si jamais Kiki le terrier se met à renifler Biscuit la caniche, on est tenu de se parler ? Si oui, qu’est-ce que ces humains vont bien pouvoir se dire de plus que quelques phatiques hautement spécialisés ? C’est-à-dire, combien de banalités mais uniquement sur des chiens peut-on bien sortir avant que le malaise ne soit total ? « Ah, il a l’air de bien l’aimer… Et sinon, c’est quoi comme race ? Oh, il est beau quand même. Ah oui, hein, tu t’es fait un copain on dirait ? » (oui, il y a aussi le moment de l’énonciation bonus où on s’adresse à son propre animal).

Bref, le niveau zéro de l’interaction, surtout qu’à mon avis, tout le monde s’en fiche et que c’est de la communication bien moins efficace que ce que ces animaux pourront bien échanger en quelques coups de museau bien sentis. Là, on gagne du temps, et je ne m’imagine pas être à l’aise avec n’importe quel propriétaire de chien. Une amie m’a dit organiser des balades entre maîtres de chiens de la même race ; une autre organise des playdates entre son chien et d’autres. Mais qu’est-ce qu’on est bien tenus de se raconter, là, mystère.

Ce qu’on se dit quand on est forcés de se parler est ici thématique ; loin de moi de comparer les gens qui ont des enfants à ceux qui ont des animaux[1] mais leur ressemblance communicationnelle me semble liée au fait qu’ils sont obligés de parler de leur petit poulitou[2] avec d’autres gens, nonobstant leurs différences personnelles… En tant que propriétaire de chats, je me sens relativement épargnée : j’ai déjà travaillé sur les gens qui font parler leur animal en ligne comme « Je m’appelle Poupi, je suis un siamois coquin qui aime manger des endives ! » et autres échanges sur des pages Instagram ou Facebook d’animaux célèbres… mais j’étais relativement tranquille. Je pouvais concilier l’amour de l’analyse de discours numérique avec les petits animaux pelucheux qui réchauffent les cœurs et commenter leurs petites rigoloteries et les likes qu’ils génèrent. En tant que propriétaire d’animal non sortables/non-sortants (non qu’ils Charybde-et-Scylla tout ce qu’ils voient, mais en tant que bêtes d’intérieur, ils ont surtout à faire avec des aspirateurs que des 4×4), tout allait bien…jusqu’à cette semaine.

Le contexte est simple : une mini-ville avec des maisons à jardin ; une petite impasse derrière la maison ; beaucoup de chats qui font leur vie dans les rues. Comprendre : le gros cri de chat que l’on entend dans les films, c’est les Street Fighters derrière chez moi qui se shoryukenent salement pour avoir le droit de squatter l’impasse. Je connais même le God Tier. En tant que Parisienne, il m’est encore difficile d’imaginer ces cris comme autre chose qu’une réaction intense de panique/douleur alors qu’en vrai, c’est de l’esbrouffe, je surveille les batailles que je peux voir. Dernier élément du contexte, et non des moindres, moi, sortant de la maison habillée en petite dame gentille, en même temps que l’un de mes voisins dans le cul-de-sac sus-mentionné. Après un échange de banalités où je sentais que le gars avait envie de parler, je n’ai plus eu de billes. Le moment où tout a basculé, c’est quand j’ai tenté :

–Il est à vous, le grand chat roux ?

Faut dire, là je cherche. Le voisin me briefait sur les nouveaux drames du voisinage (pensez petite ville, pensez « il était bourré et il avait son gamin à l’arrière »), alors il fallait que j’occupe un peu le terrain conversationnel. J’avais usé tous mes jetons de « aaah » quand on avait parlé d’un autre voisin. Je n’avais pas de potins depuis la galette des rois de la mairie alors j’ai visé local-de-chez-local. Que n’avais-je pas lancé là comme piste ! Mon voisin me regarde alors d’un air soupçonneux. J’ai compris que j’avais mis le doigt dans un Engrenage.

–Euh, oui, pourquoi ? Il est venu chez vous ?

–Non, non, enfin, si, dans le jardin, euh, il est mignon.

Je me voyais déjà accusée d’avoir donné des boulettes Friskies à son chat qui bouderait maintenant ses Whiskas, ou autre immense faux-pas auquel je ne serais pas habituée en tant que nouvelle petite dame gentille du quartier. Mais non. C’était bien pire :

— Il a pas déterré vos plantes ? Parce qu’il est allé chez le voisin d’à côté, ils avaient fait une petite platebande avec sa fille, vous savez, il a une fille de son divorce, et mon chat, il a tout déterré, et le voisin est passé me voir et je me suis excusé et je lui ai prêté mes outils pour qu’il répare les dégâts.

Bon, déjà, me voilà bien avec toutes ces informations (comme je n’avais plus de quota « aaah », j’ai été chercher du côté des gros yeux et du hochement vigoureux de tête). Puis j’ai dû enchérir sur un :

— Non, il est très euh gentil, et comme j’ai des chats, il reste pas longtemps.

Quelle bêtise m’avait prise ! Déjà, être « gentil » et estimer la qualité de son griffu à base de n’importe quoi, c’était un peu tirer sur la corde. Quand mon salon se transforme soudain en Technoparade parce que mes chats voient celui du voisin et qu’ils sortent les tubes néon, Scooter et les miaulements de 400 dB, bon, ça impressionne. Je comprends que le greffier détale vite.

 

Là encore, le voisin m’a regardée avec morgue, et c’est là que j’ai compris que cette discussion n’était pas n’importe quelle discussion :

— C’est à vous le gros ?

–Non, euh, hein ?

–Le gros chat ?

— Oui ? Non ? Quoi ?

[là, je me suis dit que Monophtongue, l’indéterminé de 7kg était effectivement un peu gras, mais que si mon voisin avait aperçu la bête, c’est que j’avais besoin de changer mes rideaux]

Monophtongue, pas très content de devenir "Le Gros"
Monophtongue, dit « Le Gros », conteste vigoureusement la calomnie.

— Non passque le mien, je l’ai entendu dans mon jardin une fois, il était en train de coller une rouste à un gros, c’est les cris qui m’ont fait venir. Quand ils m’ont vus, le gros a détalé–c’est pas votre chat ?

— Non non, ils ne sortent pas.

La conversation a continué ainsi avec moults autres détails absolument fascinants de cet acabit mais surtout, j’avais eu ma première conversation de propriétaire de chat. Et j’ai compris les 50 shades de nuances entre les conversations entre propriétaires d’animaux, suivant le contexte :

  •  Sur internet, les gens parlent du leur : ils sont très contents de pouvoir partager qui une photo, qui un témoignage, outré ou non (exemples polarisants : adopter ou être famille d’accueil vs les éleveurs peu scrupuleux qui créent des monstres pour de l’argent, et je ne parle pas des pages diverses sur la défense des causes animales). D’ailleurs, c’est un petit business croissant : Grumpy Cat et consorts ne sont que des pages qui permettent de faire une vitrine (monétisable) à ces animaux divers et les gens qui commentent parlent souvent de leur propre animal, dans une chenille-qui-redémarre auto-alimentée et assez bon enfant. Et puis maintenant, il y a les Neurchis, dont Neurchi de Piticha et Neurchi de Doggos, où on peut en plus se réunir entre gens cools pour partager historiettes d’animaux, photos, mèmes et même quelques conseils.
  • Les propriétaires de chiens qui se croisent sont obligés de parler, mais ils sont aidés : pendant que Kiki et Biscuit scellent une amitié indéfectible (faite des remarques très juste sur l’humanité de la part de Kiki et des blagues de Biscuit qui peut être un peu dure quand elle s’y met), les humains regardent. Ils regardent leur animal, celui de l’autre, et peuvent au moins faire des commentaires sur ce qui se passe directement sous leurs yeux. Ça donne un avantage conversationnel extralinguistique indéniable (et perso, si j’étais coincée avec Gertrudor « j’ai un t-shirt la rillette ça fait des couettes » le voisin, j’irais pleine balle sur les commentaires sur nos animaux en tirant discrètement la laisse).
  • Les propriétaires de chats hors-ligne (s)ont des créatures sales et perverses. Déjà, ils n’ont pas obligatoirement la bête à portée donc exit le commentaire sur « oh mais c’est pas trop dur d’entretien, les poils longs comme ça ? » Corollaire insupportable :  comme l’animal n’est pas contrôlable (je vois mal mon voisin essayer de dire à Glouglou son roux de ne pas déterrer les fleurs des voisins–et il y a plus d’un exemple de griffu qui n’aime pas que les endives, petit coquin va), ils sont obligés d’en parler de loin, tout en sachant qu’il y a peut-être une part de « au fait, ton chat a fait une connerie, je vais te crever les pneus ». J’ai aussi connu un exemple de chat d’extérieur qui s’était fait kidnapper pendant 3 mois chez une dame « qui pensait que c’était son chat et lui avait acheté un collier ROSE et qui l’appelait Mignon alors que c’est notre chat »–recueil authentique de la petite maîtresse de 7 ans de ce chat qui venait souvent chez moi squatter et que j’avais nommé secrètement Croquetto. Je n’ai jamais avoué ni le nom, ni le fait qu’il venait chiller tous les jours quelques heures.

 

Pourtant, super étrange, il n’y a jamais une question de communauté de pratique (qui me plaît aussi depuis des années). On ne s’apprend jamais particulièrement comment faire X ou Y spontanément (mais tous les propriétaires d’animaux du monde ont quand même ces connaissances, qu’ils donnent volontiers). Ca ressemble plus à quand tu vas chercher ton môme à la sortie de l’école et que la personne à côté fait pareil, que vous échangez un sourire et ça y est c’est parti la compile des best-of des platitudes de « et le vôtre il a appris à lire quand ? », un peu dans les trois cas (d’où la comparaison avec le fait d’avoir un enfant, du début du texte).

 

 

***

Très peu de contenu matière à bibliographier, mais pour les noobs de la fonction phatique qui ont envie de comprendre, je peux conseiller Kerbrat-Orecchioni, C. (1999) « Les cultures de la conversation », Science Humaines, Hors-série n° 27 décembre 1999/janvier 2000, disponible ici. On apprend des choses sur les conversations « symétriques et égalitaires » (et ça ouvre d’autres tiroirs vers les disparités culturelles).

  1. parce que ça entretient aussi le fantasme d’avoir un animal comme on aurait un enfant. Alors que la supériorité de l’animal est reconnaissable au fait qu’il a un bien meilleur goût vestimentaire qu’un enfant de moins de 7 ans, entre autres. []
  2. N’ayons jamais peur des mots. []

Mèmes, pas mal

Pour une revue de vulgarisation un peu Pulp (mais si, j’ai parlé de Pulp Studies un peu plus tôt, rha !) j’ai proposé ce petit texte initial qui maxi-méga résume ce que je fais sur les mèmes internet avec tant de passion depuis quelques années.

En tous les cas,

***

Les mèmes internet, ce ne sont pas seulement des choses que vous voyez apparaître d’un coup, et pas non plus ce qu’en dit Dawkins, qui est fâché tout rouge qu’on réutilise son mot (alors que le gars bosse sur tout autre chose). Les mèmes, ce sont des petites unités culturelles reconnaissables qui se réécrivent et se propagent assez facilement, à la manière d’une maladie.

J’ai travaillé sur la façon dont les mèmes s’intitulent (parce qu’il faut bien les appeler d’une certaine façon pour les retrouver et les repartager) : parfois, ce sont des caractéristiques de ce qui y est dit, comme « Bad Luck Brian » (Brian la Malchance), qui parle toujours de la même image d’un jeune homme à appareil dentaire. Parfois, le titre du mème est très descriptif de l’image, comme « Woman Yelling at a Cat » (Femme qui crie sur un chat), un des mèmes les plus récents (hiver 2019) qui décrit les deux images de la mini bande dessinée du mème[1].

Bad Luck Brian, ou l’illustration de « t’as pas une gueule de porte-bonheur », apparu en 2012 sur nos écrans.

 

Brian contraste avec cette micro-BD, faite d’un collage de deux images et rendue populaire fin 2019.

 

Les mèmes, c’est aussi une mini-histoire, même sur une seule image. Ils peuvent être des conseils, des anecdotes, voire des satires… mais même quand un mème est étiqueté « Advice Dog » (Chien qui Conseille), par exemple, il ne donne des (mauvais) conseils que dans 52% des cas. Cela montre que les internautes essaient de faire évoluer un mème en diversifiant ce qu’on est censé y expliquer. Ces mauvais conseils sont souvent pétris des préoccupations états-uniennes contemporaines : viol et consentement sexuel, attentats, fusillades dans des lieux publics, etc. C’est une façon de transgresser non seulement le mème, mais aussi de faire de l’humour choquant…qui a d’autant plus de chances d’être percutant, donc partagé, donc d’être perpétué par d’autres internautes. C’est un mécanisme important de la force de propagation des mèmes.

Advice Dog et les conseils foireux qui passent mieux avec une roue de couleur

 

Certains internautes choisissent de faire de microrécits autobiographiques : soit pour avouer quelque chose sous couvert d’anonymat (avec « Confession Bear », l’ours de la confession), soit pour partager de petites victoires personnelles avec « Success Kid » , par exemple. Ici, ce qui est repris, et donc mémétique, c’est le fait que ces images particulières laissent le champ ouvert à ce genre autobiographique.

Mieux que Whisper, l’application qui permet de partager ses secrets, Confession Bear et la triste réalité d’être soi

 

Quand t’as tout gagné, tu as le droit d’être un Success Kid. Yeah !

 

Pour évoluer, les mèmes internet ont non seulement besoin que les internautes proposent du nouveau contenu (de nouvelles histoires autobiographiques ou de nouvelles variations autour des personnages de ce folklore en ligne), donc les stéréotypes associés aux images peuvent changer : « Socially Awkward Penguin » (Pingouin mal à l’aise en société), créé en 2009, a donné lieu quelques années plus tard à « Socially Awesome Penguin » (Pingouin méga sociable) pour donner du renouveau à ce stéréotype. La gaucherie est remplacée par le charisme.

D’une expression malheureuse à un néologisme triomphant, Socially X Penguin est tragijubilant !

 

Je dédie avec tendresse ce message à un étudiant qui m’avait parlé de mèmes sur sa fiche de renseignement à la rentrée (j’ai des cours cools qui me permettent de parler mèmes) et qui avait mis entre parenthèses « c’est bien écrit avec un accent grave ». Quand je lui en avais parlé, il m’avait dit qu’il s’était fait corriger par d’autres enseignants… Pourvu que cela ne nous arrive plus, ni à lui, ni à moi !


Sur ces sujets, j’ai produit quelques articles et communications.

Au rayon des communications, j’ai parlé de mèmes dans :

Laura Goudet, « Les mécanismes de subversion du rapport au registre dans les mèmes internet », 2015,  dans le colloque Normes Linguistiques Émergentes, Université de Toulon

Laura Goudet, « Le dispositif icôno-textuel des mèmes internet : évolution des advice animals » dans la Journée d’Etudes Plurisémioticités qui s’est tenue à Paris-Diderot le 17 juin 2016 et organisée par Charles Bonnot.

Laura Goudet, « Polyphonies énonciatives de l’iconotextuel animalier : des mèmes à Facebook et Instagram » dans la Journée d’Etudes « Les Affordances Langagières » à l’ITIC, Université de Montpellier-Paul Valéry, organisée par Yosra Ghliss

Laura Goudet, « Corporéalité des mèmes » dans le symposium « L’énonciation iconique du corps : le ‘pictorial turn’ de la communication numérique » dirigé par Marie-Anne Paveau le 6 juillet 2018 dans le colloque IMPEC, ENS de Lyon

J’ai aussi écrit quelques articles qui traitent de près ou de loin des questions mémétiques :

Laura Goudet. « le dispositif iconotextuel des mèmes : clichés variables et subversion des genres ». Fragmentum, 2016, ⟨10.5902/21792194⟩. ⟨hal-02118791⟩ https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02118791/document

Laura Goudet. « Anthropomorphisme et sociolecte des mèmes internet : lolcats et cat-lebrities ». Babel : Civilisations et sociétés, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines – Université de Toulon et du Var 2016, La Place des animaux dans les sociétés anglophones contemporaines, pp.59-84. ⟨hal-02118780⟩

[1] Quand j’avais commencé mes recherches sur les mèmes, en 2015, les mèmes n’étaient faits que d’une photo, ce qui n’est plus le cas maintenant où on a étendu le dispositif à plusieurs images.