Putting back the LOL in PhonoLOLgy et autres mèmes linguistes

Un très court message, pour vous présenter (au cas où ce n’est pas déjà du connu/maîtrisé) la page Facebook de LOLPhonology et autres linguisteries d’internet qui flirtent avec la mémétique et la culture internet pour fournir à 4000 membres (linguistes et geeks ?) du LULZ scientificogeek.

Moi qui veux vraiment me lancer dans la confection d’un arbre syntactique pour mes étudiants, en prenant une phrase mémétique d’Xzibit qui est un peu le maître de l’hypotase (et qui est utilisé pour parler de la récursivité, dans la culture internet depuis 2009)…

Pour ceux qui ne connaissent pas le mème d’Xzibit, ou même son nom, en gros, le snowclone[1] de ses phrases est “Yo dawg, I heard you like X so I put an X in your Y so you can [action] while you [action]”. Par exemple, une de mes préférées–c’est difficile de produire du Xzibit sans image accompagnant le tout (“Yo, dawg, j’ai entendu dire que toi et ton chien vous aimez le yoyo donc j’ai mis ton chien dans un yoyo comme ça toi tu peux faire du yoyo avec ton chien pendant que ton chien fait du yoyo, dawg”, ça sonne tout de suite moins bien) :

yo-dawg-yo-yos.jpg
Uploadée par C M Punk sur Know Your Meme ( http://knowyourmeme.com/photos/176526-xzibit-yo-dawg )

 

Donc, on en revient à l’histoire principale : moi, qui veux utiliser Xzibit; je suis tombée sur ça en furetant sur la page Facebook LOLphonology (daté du 15 février 2013) et depuis, je les aime d’amour  :

Xzibit paratactique. J’aime. Je partage.

 

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas que de la phonologie (bien qu’on soit bien servis), et en plus, l’auteur (les auteurs ?) reprend des couvertures style pulp et les adapte à divers sujets de linguistique (la théorie de l’optimalité ou le Grand Changement Vocalique, par exemple), en reprenant au passage d’autres mèmes connus comme Sudden Clarity Clarence, Linguist Llama (d’ailleurs, si vous ne connaissez pas le tumblr du  Linguist Llama, c’est un étudiant de lycée trop mignon et vraiment passionné de phonétique et de phonologie qui bricole des trucs dans son coin et qui répond gentiment aux mails, passez le voir. Mon coeur a explosé en milliers de petites guimauves quand j’ai vu que son costume d’Hallowe’en, c’était lui-en-mème-avec-une-transcription-phonétique).

 

Comme quoi, étrangement, avec une des sciences de la linguistique la plus col roulé-veste en velours côtelé, on peut faire du neuf et de la mémétique. Je me demande même si ce n’est pas la relative aridité de la syntaxe ou de la phonologie qui leur permettent d’être “marquétées” par de jeunes passionnés geeks ou au moins versés dans la culture internet… More to come (j’espère) !

LOLphonology est aussi sur Twitter !

  1. cf G. Pullum et son Language Log, c’est un tout petit bout de théorie mais c’est transposable à beaucoup de domaines []

Peau lisse de la pensée et réception du corps tatoué

C’est un fait, je vais certainement rôtir en enfer parce que j’ai le bonheur d’être tatouée. Oh, ça m’a fait un choc quand je m’en suis rendue compte, vous pensez. Il faut dire que j’ai exploré le tatouage aux Etats-Unis, dans une ville où avoir les cheveux bleus ou être tatoué partout ne pose aucun problème à qui que ce soit, et où c’est quasiment une norme. Austin, je chante ton nom, tes tatoueurs et ta population qui ne remet pas en question un livre à sa couverture (ou son contenu !). Mais en France, tous ces braves gens qui pensent avoir un mot à dire parce que “mais tout de même, Laura, ça ne te… euh… enfin, avec des étudiants, tout de même… l’academia, que va-t-elle penser ?” m’ont plongée dans des abîmes de réflexion.

Alors justement, l’academia se porte relativement bien, l’étudiant reste stoïque et moi, tatouée. Drôles de préjugés et drôles de réflexions, je me devais donc d’écrire au sujet de la réception du tatouage.

Ce que j’aime le plus, ce sont mes tatouages de symboles (qui sont les plus visibles), et les commentaires savoureux qu’ils provoquent par l’exégèseur du dimanche. J’ai deux demies-manches, dont une visible presque tout le temps[1]. Cette demie-manche est phonétique et phonologique, avec les bornes et tout. L’autre est composée principalement de symboles aztèques, et plus discrète (sauf entre avril et septembre).

Le tatouage, pour soi en soi.

Je ne connais personne qui se serait fait tatouer pour les autres (exception faite des gens qui s’encrent le nom de leur femme, de leur animal, ou de leur enfant dans la peau et dans cet ordre). Considérant qu’ils font partie du domaine de mon intime, et de mes bagages qui voyageront toujours avec moi, je suis parfois soufflée par les questions multiples et variées qui m’arrivent, en vraies agression de ma sphère privée « Oui mais à ce moment-là, pourquoi tu les montres ? – Parce que, ma pauvre Lucette, j’ai pas forcément envie de ne pas les voir, et puis est-ce que je te demande pourquoi tu as des boucles d’oreille en forme de Minnie alors qu’on vient de se rencontrer ?  Si ça se trouve, je suis tatouée de partout, mais j’ai fait un best-of sur les zones que je vois ?». Évidemment, je ne réponds pas comme ça dans la Vraie Vie mais parfois, ça me démange…

Entendons-nous bien, ça ne me dérange pas, au bout d’un moment, d’avoir des questions, quand je connais bien les gens. Mais je ne me vois pas dire « dis donc, Hubert, on vient de se rencontrer, et là comme ça hop, j’ai envie de te dire c’est très laid, cette paire de lunettes, mais pourquoi tu portes pas de lentilles ?? » ; et j’ai un peu de mal à imaginer qu’on vienne me voir entre la poire et le dessert pour me faire comprendre tout le bien/mal qu’on pense de mes tatouages. Plus souvent, tout le mal.

Outre les “tu t’es fait des décalcomanies Malabar !” (que je déjoue habilement, disant “oui, j’ai des surligneurs dans mon sac, tu veux les colorier ?”), j’ai souvent droit à :

« Pourquoi ? »

Ça, c’est toujours la question la plus personnelle, donc, évidemment, celle à laquelle je réponds le moins souvent. Le problème de ce « pourquoi ? », c’est qu’il est souvent l’avatar poli et atténué de « Pourquoi tu te tatoues le corps ? » ; je ne peux pas répondre à la question en soi, parce qu’elle touche à l’intime de l’intime, mais je peux déjà répondre quelques linguisteries : le tatouage, c’est un message plus de soi pour soi qu’autre chose. Je ne pense pas ressentir une quelconque fierté à exhiber mes tatouages (j’avoue que peut-être, dans certains lieux, quand je suis « underdressed », j’ai tendance à montrer pour dire aux autres « je suis des vôtres » ; c’est souvent le cas des lieux un peu craspouilleux où je ne vais pas souvent. Je me lance rarement dans des concours de tatouages avec d’autres gens, sauf quand je veux faire jouer la connivence des tatoués ; je vous rassure, comme c’est nul, je me sens comme une truffe de 12 ans).

Voir mes tatouages me fait plaisir (c’est pour ça aussi que j’aime l’été, j’adore les quelques premiers jours à les redécouvrir à la lumière du soleil même si j’aime moins les redécouvertes des moues réprobatrices dans le métro), mais ça sous-entend une autre donnée : que les autres les voient aussi, ce qui ne me dérangerait pas trop si ce n’était pas associé à cette perpétuelle quête de sens…

 

Pour les tatouages aztèques, j’ai eu…

« Mais qu’est-ce que ça veut dire ? C’est une phrase ? »

Comme si la recherche de sens sémantique strict était forcément ce qui m’avait motivée. Quand je suis farceuse, je dis que les symboles aztèques forment une phrase, que je change en fonction du degré d’alcoolémie de mes interlocuteurs, du temps qu’on se connait et, éventuellement, du mépris avec lequel ils posent les questions (parce que souvent, j’ai droit à un regard mi-circonspect, mi-méprisant); et j’ai appris que plus c’était gros, plus ça passait. “Oui, c’est la date de l’anniversaire de mon chat”; “ah, ça, ça veut dire “Je sais qu’on ne sait jamais”, de la chanson de Gabin, elle-même inspirée par Socrate”; “C’est le début d’une prière à Mictlanctecuhtli, le dieu de la mort aztèque, parce que tu vois, moi j’y crois, à [insérer une bêtise; j’aurais aimé pouvoir surfer sur la mode de la fin du monde chez les Mayas, mais je n’en ai pas eu l’occasion]”.

Parce que je sais que si je me donne la peine de faire le recensement exact à la “et ça, c’est le symbole de la pluie… Ça c’est un autre symbole de la pluie mais ça vient pas de la même région, celui-ci est mexicain… Ça c’est l’idéogramme pour le silex, parce que tu vois, en nahuatl, ils écrivent en picto-idéogrammes avec des rébus, c’est fascinant…”, ça ne vend pas exactement du rêve. Le souci, c’est que je risque de me laisser emporter, que l’autre, qui n’attend qu’une réponse du style “Ce sont les paroles de la Lambada”, va forcément se lasser en entendant un exposé sur les langues uto-aztèques…

Du coup il y a :

–          Le sens que revêt, sémantiquement ou syntaxiquement une phrase ; par exemple « Dans la famille des subordonnées à P1, le relèverai enfin deux autres cas de figure un peu différents dans la mesure où la modalité dans P2 est alors beaucoup plus contrainte que dans les autres exemples rencontrés jusqu’ici »

–          Le méta autour, par exemple « c’est une phrase tirée des Cahiers de recherche, tome 8, sur la modalité et les opérations énonciatives, et plus précisément d’un article de Jean Chuquet, « Modalité et Subordination ». »

–          Le sens persi-personnel que revêt la même phrase pour celui qui se fait tatouer : « Si j’ai choisi ça, c’est parce qu’en août 1985, j’ai fait un voyage à Petit-Quevilly qui a changé à jamais le cours de ma vie. Je lisais cette phrase et il m’est arrivé un truc de ouphe à ce moment-là du coup, pour me rappeler de cet instant où tout a basculé, j’ai décidé de me la faire tatouer».

Évidemment, les gens sont forcément beaucoup plus intéressés par le sens super perso des phrases que par le méta autour (encore que…) ou par la phrase même, parfois. Je pousse le vice jusqu’à ne pas avoir de phrase (mais le méta et le sémantique s’appliquent quand même sur du non-syntaxique, je vous rassure tout de suite).

Du coup, il convient soit de mentir, soit de rester dans un flou total et frustrant.

Le double effet kiss-cool, c’est avec mes symboles de phonétique/phonologie.

« C’est de l’hébreu ? »

C’est une question mystico-obscure qu’on m’a posée une fois, à la bibliothèque, alors que je prenais une pause. Le type semblait persuadé que j’étais une Franc-Maçonne du 12è cercle Du Cube, ou une Kabbaleuse Madonnesque. J’ai dit « non non », gentiment, une fois. Puis deux. Puis trois.

Je crois que c’était soit une sorte de phrase de drague, en fait, et qu’il avait rien derrière et que, du coup, il remettait le disque au début.Ou alors il voulait me faire avouer mon commerce avec l’hébreu (je connais 3 mots d’hébreu, dont le nom d’un groupe de metal, c’est vous dire le niveau). J’ai eu beau commencer un cours sur la merveille des voyelles nasales en français, il n’a rien voulu entendre. Quand j’ai enfin réussi à m’extraire de la boucle discursive, je crois qu’il était encore en train de dire « …breu ? »

 « C’est des maths ?” ; “C’est de la chimie ? »

Jean-Guy, tu es cool et gentil, je sais que les sciences dures ont la vie belle, mais on respire un instant, je t’explique que certains symboles sont communs aux maths et à la linguistique, je pousse un bruit appréciatif quand tu me dis super fier « ça c’est le symbole pour une somme » ; tu n’es plus le premier à me dire ça mais j’accepte cette camaraderie de coïncidences. Après tout, si jamais le curieux de l’hébreu était là, tu pourrais lui expliquer qu’il y a des symboles grecs. D’ailleurs, ça marche aussi avec les gens qui parlent grec.

Le moins cool, Jean-Guy, c’est quand, excité de voir de la chimie/des maths/du grec sur mon bras, tu le saisis et le tords à des angles inhumains pour déterminer si tu vois bien un thêta. C’est pas cool, ça, Jean-Guy. Tu es matheux ou helléniste, mais pas kiné, et je crois que ni toi ni moi ne sommes à même de me remettre l’épaule si tu me casses.

Autant, je veux bien te donner mes symboles à regarder, autant tu arrêtes de toucher, tu es gentil.

 

  « Mais eeeuh… Les étudiants, euh… Euh ? »

À mon avis, un étudiant, c’est effectivement déphasé quand il voit que la prof (qui représente, dans la classe, l’establishment le plus rigoureux) est en fait une vraie personne humaine avec des tatouages. Maintenant, si le travail est bien fait, et après les premières secondes de « han mais la prof elle a des tatouages », on peut reprendre une activité normale. Je crois avoir eu droit à plus de regards étonnés quand je suis passée des cheveux longs aux cheveux courts que pour les tatouages. J’ai même surpris un regard « you go girl ! » ou deux, après avoir retroussé mes manches à plus d’une reprise[2]. Je me souviens avoir aussi un peu soufflé en voyant les tatouages discrets d’une conférencière, en me disant « wah si même la Dame a le droit, alors je peux aussi »).

Certes, avec les nouveaux étudiants, ou quand je fais des remplacements, ça leur arrive de confondre tatouage et laxisme, mais je les remets vite dans le droit chemin. Finalement, les gens qui ont le plus de mal avec mes tatouages sont ceux qui ne me voient pas en milieu professionnel. Exception faite des conférences de phonétique, où je cache plus ou moins bien mes amis, de peur qu’on me prenne pour une monomaniaque de la voyelle rhotique.

« Ah mais y’a pas que de l’anglais ? »

Ça, c’est une question de choix. Posée par des gens qui ont reconnu la phonétique, donc qui sont tout à fait à même de répondre à leurs questions les plus simples. En lézardant sur les symboles, ils sont rassurés, ils reconnaissent un truc, un autre… et tombent sur de l’inconnu. Ça, c’est une question qui me plaît, mais force est de constater : non, il n’y a pas que de l’anglais. Non que je ne trouve pas les symboles phonétiques anglais classieux, je trouve aussi les autres jolis. C’est ça, en fait, l’idée du tatouage : être esthétique, tout en représentant quelque chose proche à mon cœur. Du coup, je suis très contente qu’on reconnaisse la phonétique, et je suis presque un peu triste de voir l’« insécurité » d’iceux qui reconnaissent un peu, mais pas tout. Moi-même, je ne reconnais pas tout[3]

Mention spéciale à un de mes collègues qui a reconnu [ph] et m’a félicitée sur mon “p soufflé” alors que j’abordais le flanc ouest de la mousse de mon café. Forcément, prise au dépourvu, j’ai eu du mal à raccrocher les wagons et à comprendre de quoi il parlait, mais c’est ma réflexion préférée.

« Non mais je veux bien que ce soit de la phonétique, mais est-ce que ça forme une phrase ? »

Encore une fois, la quête de sens. Autant, avec les symboles aztèques, on peut faire des interprétations foireuses et inventer des phrases sur des symboles qui s’enchâssent, autant, ça choque plus que je ne me sois pas fait tatouer l’Alphabet Phonétique International (en tableaux), ou un truc organisé. En dépit des bornes de phonèmes, c’est nettement plus court-circuitant, cette absence de sens profond (« si tu prends mon bras comme un boustrophédon, ça compose la recette de la bouillabaisse » n’est pas une réponse valable); et puis-je oser répondre un aphorisme anglais du meilleur effet, “I wear my heart on my sleeve” ?.

Ce tatouage est une utilisation non conforme de signes alphabétiques, et je comprends parfaitement comme on peut se sentir petit face à ce qu’on ne comprend pas. Par exemple, j’ai adoré cette stèle funéraire égyptienne…

… en même temps, j’y comprends rien, moi, au copte. Si ça se trouve, elle détaille la vie de Théodore ; si ça se trouve, ce sont des prières. N’empêche que même sans comprendre, j’apprécie la beauté des signes de la langue, et je pense que c’est une raison suffisante pour avoir voulu la prendre en photo et vous la coller dans un article mal détourée.

Mes tatouages, c’est la même chose.

« …AH… ! »

L’imaginaire autour du tatoué est toujours aussi puissant, malgré la démocratisation de la pratique. Ainsi, le tatoué, c’est le solide dans sa chair, qui a su souffrir pour parer son corps. Le tatoué, c’est le subversif qui envoie une image presque agressive au non-tatoué (et aux autres). La tatouée, c’est… c’est un peu pareil, mais en différent. J’ai eu droit au médecin qui me dit « quoi ?? Vous avez eu peur de prendre trop de médicaments ? Mais vous êtes tatouée, c’est pas ça qui doit vous fait peur ! » ; oui, j’ai moins peur des aiguilles que de faire un surdosage, c’est un peu comme être dresseur de serpent et avoir peur des araignées. Chacun son truc, mais l’un n’implique pas « sexualité et vie 100% rock’n’roll je mets pas mon casque je m’en fous je fonce ! » et autres YOLOteries.

Bref, le tatouage véhicule immédiatement une certaine surprise qui peut être utilisée à mon avantage une fois qu’on maîtrise la fonction perlocutoire (osons !) du tatouage, après l’avoir vu reçu par beaucoup de gens. Outre les symboles aztèques, j’ai une pièce qui complète l’ensemble et qui est un peu l’équivalent encré du grand-frère-des-cités : Tezcatlipoca, qui fait un peu office de « faut pas venir me chercher trop non plus », caché dans l’intérieur du bras.

Cas de figure : dans le métro, ligne 13, un monsieur un peu donneur de sa personne essaye de m’offrir des séances gratuites de massage amical localisé derrière moi ; ou, en face de moi, le même essaye de mimer l’agonie d’une baleine sur une plage avec sa langue en me fixant pour que je sois captivée par la scène. Au lieu de donner mon fameux coup de coude « malencontreuse perforation du poumon causé par les saccades du métro », qui fut mon grand hit adolescent, j’adapte la stratégie : le bras bien écarté du corps, je saisis la barre et montre ‘Poca. L’effet est immédiat, draguer de la tatouée, ça va, draguer de la tatouée qui a *ça*, plus du tout. J’explique ça par la dangerosité macabre de cette pièce ; le sens immédiatement capté (avec un langage corporel qui accompagne) est agressif, et, du coup, il est tout à fait possible de communiquer avec ses tatouages et d’en jouer.

“Arrière, malotru !”

Idem, je l’utilise aussi pour faire diversion. Je suis une piètre danseuse de salon[4] , et parfois, je suis obligée de donner de ma personne. Pour rattraper mon manque de sub-/co-ordination, je flashe Tezcatlipoca aux yeux étonnés de mon partenaire, qui, du coup, se focalise beaucoup plus sur lui que sur mes pas maladroits. J’ai eu ainsi droit à des danses yeux-dans-les-yeux-de-Tezcatlipoca, du début à la fin : on retient mieux un tatouage surprenant que sa maîtresse.

 Dernier mot : Scriptocorpus, un an après

J’ai volontairement repoussé la lecture des billets de saison de Marie-Anne Paveau sur le tatouage, « Scriptocorpus », à la fin de la rédaction de ce billet pour ne pas être influencée dans mes explications et choix, bien qu’elle m’ait motivée à partager ce billet.

Je suis ultra-fan de la citation de Benveniste “bien avant de communiquer, le langage sert à vivre” (1972 : 217), et, finalement, assez surprise de l’absence d’appréhension du tatouage-idéogramme qui n’en dit pas le nom (comme mes symboles aztèques) parce qu’il n’est pas repéré en tant que tel par celui qui voit le tatouage. Idem, mes symboles phonétiques sont des sous-ensembles, au-dessus de la simple initiale, mais en-dessous d’un mot, et ils n’ont d’autre sens visible que… le *son* qu’ils représentent. Statut hybride pour des tatouages qui le sont aussi…!

Je suis déçue de ne voir aucun mot sur le tatouage figuratif qui représente un écrit, mais encore une fois, on doit pouvoir avoir accès aux sens profonds des tatouages pour le savoir—mon refus d’une phrase encrée est contourné par le tatouage d’une image symbolique qui la représente—ce qui est facile quand on aime et qu’on se fait tatouer Blake, poète et illustrateur de ses poèmes. A mon avis, c’est (narcissiquement ?) le caractère unique de mon tatouage qui explique cette carence : pour comprendre le tatouage-symbole de texte, encore faut-il avoir vu le texte dans son contexte[5] et savoir le décoder. Et puis quand on a une illustration-chêne qui cache le texte, est-on tatoué du texte ou du symbole ? Je me sens tatouée doublement, justement, puisque je ne vois pas que le dessin en le regardant, mais peut-être que je serais plus circonspecte si on me disait “cette paire de lunettes représente J.-P. Sartre parce que j’ai adoré La Nausée mais que je me voyais pas faire un tatouage représentatif”.

Of course, elle décrit infiniment mieux et plus finement ce que je n’ai qu’esquissé dans mon billet, concernant la démarche langagière du tatoué, alors que je me suis concentrée quasiment uniquement sur la réception d’un corpus beaucoup plus restreint, donc cours la lire, petit gredin ! Mais va te faire tatouer d’abord.

 

Crédit photographique :
–          Stèle funéraire, Egypte. Musée du Louvre de Lens, photographie personnelle.
–          Masque de  Tezcatlipoca, British Museum de Londres ; photographie de k-m-s, partagée sur Wikipedia.
–          Tatouages, photographies personnelles.

 

  1. merci, les pulls en laine qui rétrécissent incompréhensiblement. J’ai commencé l’hiver avec un gros doudoupull qui me faisait ressembler à une animatrice de cercle de discussion sur la dépression saisonnière, j’aborde février avec un truc taille 12 ans []
  2. j’avoue avoir adressé un regard « you go girl ! » à un des profs de mon jury de CAPES. J’avais caché mes tatouages, lui, non, donc ça m’a créé une connivence encrée et rassurante dans ce monde où j’avais revêtu un tailleur-pantalon-chaussures à talons tout à fait pas proche du tout de ce que je porte dans le civil hors concours. []
  3. Je plaisante. Je révise de temps en temps, mais c’est le revers de la médaille : j’utilise moins de clics bilabiaux que d’autres sons, du coup je les retiens moins bien. []
  4. j’ai tendance à mener, alors je suis vite perdue quand on tente de me contraindre []
  5. oui, ceci est valable pour mes recherches sur les forums : le corpus textuel ne vaut que s’il est accompagné du pseudonyme, de l’avatar, de la signature et autres éléments qui l’assoient dans sa réalité []

Going Paperless 2 : Méthode et Transition (I)

Voici la suite de l’aventure “Going Paperless” commencée il y a une semaine dans ce blog… Après le préambule, les détails techniques et la transition !

Prévisions : 

Côté soft/hardware : 

– OneNote pour la facilité à faire des cahiers et autres sous-sections accessibles très facilement, partageables, et disponibles sur ma ménagerie numérique (iPhone, Netbook, PC); la synchronisation est facile, immédiate, les cahiers acceptent des fichiers vidéo et audio, et les copié-collé de sites ont un petit timbre d’origine, ce qui me permet de tout retrouver facilement. J’aime assez Dropbox et Evernote pour les transferts, mais je les trouve moins facile à utiliser pour les cours, a priori. J’ai assez d’expérience sur OneNote pour voir le potentiel de la chose, et faciliter les prises de note (le souci étant qu’une fois imprimés, j’ai des cours de 10-12 pages facile, parce que j’aime prendre la place qu’il faut; entre autres, pour mes exemples de grammaire). En plus, tout est au même endroit, donc c’est parfait.

– Hardware : au début, j’ai penché très sérieusement vers une tablette Surface Pro (MS); les programmes à la Praat, Winpitch, Treetagger, R, Python… ont des interfaces qui marchent parfaitement sous PC, d’autant plus que je suis très partisane d’OneNote, donc  d’une architecture PC puissante, pour faire tourner mes suites logicielles préférées.

Problème de la Surface Pro : elle n’est pas encore sortie (après la sortie US, soit le 9 février ?), donc pas encore testée, donc toutes les critiques en ligne sont soit dithyrambiques, parce qu’écrites par MS, soit cauchemardesques, parce qu’écrites par les Apple/Android Fanboys (et les gens qui détestent MS. Et ils sont nombreux). Pour la Surface RT, j’avais lu des commentaires de gens qui la trouvaient pas si mal que ça malgré l’absence d’apps dans le MS Market (en même temps, un marché jeune, c’est un peu compréhensible); mais la Surface Pro semble résoudre ces problèmes grâce l’exploitation double (app + tous les autres programmes qui tournent sous 7) ; idem, les ultrabooks convertibles (Asus Transformer, HP Envy) ne semblent pas convenir à mes besoins. J’ai peur de casser le Dell avec son écran qui tourne, le Vaio me semble assez fragile de la charnière et assez cher (et, finalement, moins puissant que la Surface Pro).

Et finalement, je prends un LeNovo Yoga 13 (8 Go de RAM, 128 Go de stockage, sur un processeur i5) ; ce qui m’a fait décider, c’est la possibilité de l’utiliser dans diverses positions (tente, tablette, netbook), le plus grand écran et la plus grande autonomie. Pour un prix équivalent à celui de la Surface, j’ai légèrement plus sous le capot, deux ports USB dont un 3.0, une prise HDMI mini (et pas besoin d’acheter une prise pour le rendre compatible avec cette sortie). Ca y est, je viens d’acheter la bête, pour un prix à peu près similaire à celui de la Surface, pour la même capacité de stockage, mais en testé et approuvé.

Le truc qui me faisait peur avec une vraie tablette (et pas un hybride), c’était l’absence de possibilité de pouvoir l’utiliser dans le train, plié sur mes genoux, ce qui peut être un gros problème potentiel. Idem, je ne possède pas de tablette à part entière, et je ne me voyais pas écrire un peu n’importe comment avec la chose posée sur mes genoux, quand je travaille à la maison.

Le seul souci sera d’apprendre à utiliser Windows 8 rapidement, mais ça ne me semble pas être insurmontable. J’avais pensé iPad + Pages ou iPad + Evernote, parce que OneNote s’affiche mal sur mon téléphone portable (les mises en page sautent, et je ne peux pas mettre à jour les anciennes fiches). Avec le passage à un ultrabook hybride, je pense faire un petit combo avec un iPad Mini (dès que le 2 avec écran Retina sera disponible), histoire de varier les plaisirs, et de rendre la vie plus facile à mon téléphone portable (qui commence à vieillir un peu, le saligaud).

La transition :

Pour le moment,  j’utilise un truc un peu hybride-moche : je tape certaines choses, et en cours, je les annote. Du coup, j’ai à la fois des archives numériques, et les avatars physiques augmentés.

Pire : avoir un cours que je sais pertinemment avoir tapé, mais pas imprimé ; avec la rentrée, le nombre de choses auxquelles penser, et/ou le manque de temps… Du coup, j’ai testé des méthodes miteuses :

–          ouvrir mon OneNote sur téléphone portable, cacher icelui sur ma brochure. Je vous assure, ça ne marche pas du tout. C’est pas discret, l’étudiant se rend bien compte de ce qui se passe, sauf qu’il pense que je suis en train de regarder mes mails au lieu de faire cours.

–          Mettre mon PC portable sur mon cours dans mon bras. Non seulement c’est pas pratique, mais en plus, impossible de naviguer le touchpad avec le tout coincé dans le bras. Et si jamais je lâche le PC ? Seul point positif : je dois avoir des muscles d’acier, mais le poids  (1.5 kg-2kg) de mon netbook ne m’a pas semblé insurmontable à transporter à dans mon bras. On le sent, c’est certain, mais ça n’est pas une torture, loin de là.

 

La Tentation du Mal :

C’est très gentil de vouloir copier-coller du matériel d’internet, et je sais à quel point les ressources qu’on y trouve sont fascinantes. Le problème du copier-coller, même dans One Note (qui met obligeamment un petit « collé à partir de <Adresse Web> »), c’est le fait qu’on arrive pas ou peu à s’approprier le contenu ; j’ai essayé de surligner virtuellement les passages intéressants, mais ça reste toujours beaucoup trop rédigé pour être correctement utilisé en cours. Du coup, même sur des choses ponctuelles, vaut mieux repasser derrière et réécrire les informations que l’on trouve (je n’ai copié-collé, en fait, que des éléments de lois britanniques, ou des choses comme ça qui, évidemment, demandent une interprétation personnelle un peu balèze et une reformulation pour les étudiants, soit parce que la langue n’est pas la bonne pour eux, soit parce que le registre est trop difficile). Bref, le Mal, c’est le Mal, et je promets que je n’utilise jamais rien qui viendrait directement des internets, non seulement parce que ce n’est pas très honnête, mais en plus parce que c’est rigoureusement impossible à exploiter en cours.

…And off we go!

Le Lenovo devrait arriver d’ici mardi, et être fully opérationnel avant la première séance d’entraînement à LateX deux jours plus tard. Je compte beaucoup dessus, parce que je vois à quel point mon netbook actuel, un Samsung pas super puissant, rame pour me faire deux choses à la fois… Et je suis très gourmande en applications qui tournent en parallèle.

Ensuite, la semaine suivante, il devait pouvoir me faire économiser sur mes dizaines de trucs ramenés en cours, au moins pour les cours à fort contenu personnel ; en plus (coup du karma !), je n’ai plus d’encre dans mon imprimante, donc la transition est plus que nécessaire (j’écris les corrections de mes brochures avec des couleurs différentes, ça fait très girly-girl, mais c’est surtout super pratique à suivre).

 

À suivre : l’adaptation, hors- et en-cours, non seulement à Windows 8, mais aussi à l’utilisation paperless de la bête.

Bonus : Going Paperless, vu par mes collègues :

La plupart des gens auxquels j’en ai parlé semblent trouver l’idée un peu sortie de l’espace, et mi-farfelue. Tout en reconnaissant les mérites et l’accessibilité des logiciels sous OneNote, peu ont été convaincus, mais beaucoup m’ont parlé d’un élément très important à prendre en compte : il est impossible de passer paperless complètement parce que… les étudiants n’ont pas forcément tous d’imprimantes ou d’ordinateurs portables (encore que), et beaucoup sont réticents à l’idée d’avoir le contenu du cours sur ordinateur (moi qui comptais ouvrir un compte iTunes U pour le futur, ça semble râpé). En fait, pour eux, le paperlessness, c’est « ne plus avoir de brochures à distribuer aux étudiants », et pour moi « avoir le maximum de matériel et de ressources (textuelles augmentées, audio, vidéo et même des copies des livres de référence) dans le plus petit encombrement possible » ; d’où nos quiproquos.

Je ne me sens pas de réformer le système de brochures : même aux USA, où les professeurs avaient développé notre livre de cours, qui était disponible à la fois gratuitement en ligne et en achat à la boutique du Campus, il n’y avait pas plus d’un étudiant sur soixante à ne pas avoir acheté le livre (parce qu’il était pratique, puisque relié, donc moins de chances de perdre les feuilles, parce que ça faisait faire justement des économies sur le matériau de base, et parce que tous n’avaient pas d’imprimante dans leur chambre d’étudiant). En même temps, tous les cours avaient un Moodle-like (consulté par les étudiants, pour le coup, qui avaient l’habitude d’avoir ce genre d’outils à portée de main pour consulter les devoirs et autres), et les cours niveau graduate, souvent assortis de la lectures, donnaient systématiquement à disposition ces documents uniquement sous format virtuel, ce que je n’ai que très rarement vu fait en France (à la discrétion du professeur concerné).

 

Du coup, j’accepte de porter ça le premier jour de cours, mais c’est à peu près tout : mon but est de développer assez d’expertise pour pouvoir me débarrasser de mes pochettes de cours (ou les réduire aux feuilles d’émargement et aux notes de suivi que je prends) . Dans un premier temps.

 

J’ai pris 150 brochures et autres photocopies le premier jour (c’est toujours comme ça, mais ça fait un choc tout de même)

 

La suite concernera le paramétrage et la copie de tout ce qui fait un ordinateur lambda mon ordinateur de travail on-the-go préféré, et la transition vers Windows 8, ainsi que les premiers ressentis de cours donnés sur tablette.

“LOL Littéral” : les émoticônes intenses

En gambadant sur Facebook, je suis tombée sur cet échange entre un ami (utilisateur vert) et ses potes :

J’aime le fait que ces marqueurs d’émotion, comme LOL (qui est, incidemment[1], prononcé L-O-L par les anglophones) soient réinvestis d’un nouveau cachet et d’un adjectif quand il s’agit de non seulement décrire son sentiment, mais aussi l’action qui en découle.

 

C’est vrai que normalement, quand on dit “LOL”, on est pas forcément en train de lauller devant son écran; là, l’utilisateur vert fait même une faute de frappe (ou la moitié du smiley “^^” ?? Pour le coup, je le connais, il est peu friand des “^^” mais on ne sait jamais); ces émoticônes sont quasiment les seuls marqueurs d’émotion, et donc de cohérence (mais je ne vais pas écrire un énième message sur ce phénomène, Baron[2] s’en charge très bien). Je me bornerai donc à commenter le littéral de ce “literal lol”.

 

Il est un peu l’aveu tacite qu’on ne rigole pas vraiment, mais qu’on partage, avec le(s) coénonciateur(s) au moins une once de complicité. En revanche, si Vert aurait pu se contenter de mettre un “lol”, il a voulu marquer le coup et montrer qu’il rigole vraiment, même tout seul, devant son écran.

 

Je me suis souvent demandée ce qui conduisait les gens à réagir en- et hors-ligne comme ils le font. Effectivement, hors-ligne, quand on fait une blague un peu marrante (ça m’arrive tout le temps) et que l’autre se bidonne comme un enfant qui a mangé trop de chocolat, il est de bon ton de l’accompagner ou de l’imiter (ça se fait normalement, mais ça m’est arrivé de faire un rire d’accompagnement, et je me dis “s’il rigole autant, autant lui montrer qu’il a raison et rire de concert”). Idem, quand je regarde un film marrant toute seule, je n’y réagis pas de la même façon que si j’étais accompagnée, il m’arrive rarement de rire à haute voix, puisque je n’ai pas de complicité à partager avec mon écran.

Mais ce qui nous concerne ici est un peu différent :

Un “lol” aurait donc pu être suffisant (“ta blague m’amuse”), mais ce “literal” est un compliment : “même tout seul, donc sans pression de pair, non seulement tu es drôle, mais tu provoques un rire alors que je ne suis pas dans une position où socialement, on attend un rire vocal de ma part”.

Du coup, ce “literal lol”  montre bien que le en-ligne provoque des choses hors-ligne[3]; finalement, c’est une sorte d’intensifieur– l’échange a poursuivi le temps que j’écrive ce message, et mon Vert a enchaîné par un “HAHAHAHAHAHA”; cette fois, pas littéral mais… peut-être si expressif que c’est un synonyme ?

Idem pour les montages d’émoticônes à la Human Centipede, les : D : D : D que j’interprète forcément comme se renforçant les uns les autres (un peu comme la phrase que répète Larry David, “pretty, pretty, pretty good”, où chaque “pretty” renforce ironiquement le “good”); finalement, on arrive à une phase où l’émoticône européen[4] et l’abréviation se renforcent; comme si… finalement, tout ça était galvaudé, et qu’on intensifiait le sens en multipliant les marques…?

Deux dernières choses : ça me rappelle les échanges de personnages de The Office, 8è saison, qui dissertaient sur un sms qui contenait 5 points de suspension; effectivement, les points de suspension sont des marques de flirt plus ou moins explicites (j’appelle ça “les trois-petits-points-qui-veulent-tout-dire-qui-veulent-rien-dire”). Mais 5, là, on sait que l’ellipse en contient plus………. (autant de points, ça veut soit dire que l’émetteur attend l’autre avec un disque de Barry White et du Body Nutella, soit, dans ce cadre d’article sur un blog scientifique, qu’il en sait plus mais qu’il ne voudra pas le révéler. De toute façon, ça sous-entend une connivence un peu perverse avec soi-même et l’autre, s’il veut bien comprendre).

Dernier petit grain avant de vous laisser : les émoticônes sont des créations graphiques sur lesquelles je ne pensais pas qu’un copyright pourrait s’appliquer– c’est pourtant le cas, mais  pas dans le cadre de l’utilisation de particuliers. En revanche, les téléphones qui proposent des claviers de smileys pré-enregistrés ont des brevets américains; et le smiley 😉 a une marque européenne depuis 2008 (un community trade mark, pas moins que ça)…

  1. je voulais écrire “le sachiez-tu ?” mais j’ai pas osé []
  2. Baron, N. S. (2008). Always on: Language in an online and mobile world. Oxford: Oxford University Press. []
  3. j’adhère à la post-dualité numérique, j’estime donc que mes technologicées sont des extensions de moi tout comme des lunettes sont des extensions des yeux défaillants dont certains sont pourvus. Chacun sa fonction, mais finalement, on est toujours dans une situation qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, et nous arrange et que l’on comprend : si vous me lisez, c’est que, vous aussi, vous êtes entrés dans la post-dualité. []
  4. l’émoticône asiatique, c’est celui qui est lisible de haut en bas comme *__* []

Going Paperless 1 : Préambule

Cette année, et plus précisément ce semestre, mon but, c’est d’utiliser le moins de papier possible pour donner cours. J’en suis encore au stade 0 de l’affaire : tout est encore sur papier, avec les livres et les divers supports, pesant une bonne dizaine de kilos.

Mon sac de cours, sans les brochures. J’en aurai 150 demain matin. Yay.

J’adore le papier, j’adore écrire, je possède un magnifique stylo-plume que j’utilise régulièrement, j’ai quasiment écrit tous mes cours à la main et pourtant… Je crois que l’heure est venue de changer de méthodes de cours pour passer au numérique.

La base :

–  des cours à contenu où je parle beaucoup => beaucoup de papiers à la base.

–  des cours à matériel étendu :  où je travaille sur un livre, une brochure, plus des exercices en plus (parfois audio). Les plus lourds à gérer pour le dos/les trajets bureau-repro-salle de cours

– des cours à participation : une brochure, un papier, le plus léger (et, incidemment, ceux qui ont été tapés en premier).

Arguments pro-paperless :

l’archivage. Ça commence à devenir invivable, de transférer de vieux cours dans de nouvelles pochettes de tri, puis, éventuellement, de devoir aller les repêcher quelques années plus tard pour donner le même genre de cours. Je dois avoir 5 ans de cours différents, dans des pochettes différentes, et j’ai l’impression de faire mes courses, en moins nutritionnel[1].

le confort de mon dos : des brochures + les notes + les livres de cours à ramener pour un seul exercice, surtout quand on on n’habite pas dans la cantine de la fac, ça commence à devenir contre-productif.

La multimodalité du support : avec mon cours papier, je n’ai pas accès à des supports audio ou vidéo pour faire cours, ce qui veut dire soit ramener des trucs de chez moi (le combo ordinateur portable + haut-parleur) ou alors aller chercher l’équipement au service AV. Bref, c’est l’horreur.

Si c’est foutu, c’est foutu : ça m’arrive de vouloir refaire un point sur un autre cours, plus ancien ou pas donné à ce niveau/ce groupe… Mais évidemment, comme je ne ramène les choses que jour après jour, je suis obligée de grapiller des souvenirs pas forcément très clairs du fin fond de mon cerveau. Du coup, je sors les notes que j’ai sur mon téléphone portable, et les étudiants ont l’impression que je réponds à Twitter alors que je travaille, en fait.

L’annotation folle : parfois, je colle un post-it pour rajouter un truc à un cours. Parfois, je colle 8 post-its les uns derrière les autres, j’ai la paperolle folle. Je ne vous raconte pas comme c’est difficile à lire, décoller, recoller ailleurs… Ca m’est arrivé de les coller discrètement sur mes doigts, alors que je donnais cours, pour les suivre plus facilement. Newsflash : ça n’est jamais, jamais discret.

“Laisse-moi décoller mes 5 post-its de ma main gauche et te ré-expliquer les déterminants anglais, petite.”
Creature from the Black Lagoon (Universal Pictures, 1954)

Le recyclage : éditer un document sur ordinateur, c’est quand même plus facile que de le refaire sur papier.

Le fait que la moitié de ce que je fais est déjà sur ordinateur : les contrôles continus, certains cours, et des exercices en plus. Je fais des brouillons très sales et moches, et ensuite, des versions très pro avec de petites majuscules.

 

Arguments contre paperless :

Mémoire et appropriation : comme j’en avais discuté avec un collègue de labo, écrire ses cours sur ordinateur, c’est un peu difficile. Lui, ça lui donne l’impression que ça ne vient pas de lui. Moi, j’ai l’impression que je les retiens moins facilement, du coup, si je les écris très en avance, il faut que je les potasse comme si j’étais ma propre étudiante. Ça craint.

La difficulté de faire des ses petites annotations comme on aime : je mets un accent circonflexe au dessus de mes m pour écrire “même” comme certainement tout le monde. Evidemment, je n’ai pas vu de m avec une barre au dessus dans mes traitements de texte habituels (pas encore ?). Alors pour les symboles de sténo que j’utilise, j’imagine que ça va être encore plus rigolo.

La conversion : comme certains cours sont déjà écrits, que faire ? Les réécrire sous ordinateur, ou les scanner ? Pareil pour les livres, les convertir en .pdf ? Et quid de la facilité de lecture ?

L’amour du papier : j’ai la même obsession infantile pour la papeterie[2] que, finalement, pas mal de gens à qui j’ai fait cette confession. Et je me vois mal virer mes cartouches d’encre de couleur bizarre, mes copies doubles sans ligne rédigées ouvertes dans le mauvais sens.

 

 

La méthode de transition et les choix paperless seront le sujet du prochain billet !

 

  1. vous savez, le moment où on se rend compte qu’on manipule ses courses pour  1) pour les prendre des rayons, 2) pour les passer à la caisse 3) pour les remettre dans son sac 4) pour les ranger dans sa cuisine 5) pour faire à manger et, éventuellement 6) pour ranger les emballages dans son gourbi à recyclage puis 7) dans la vraie poubelle de recyclage. 7 manipulations pour un pot de sauce aux cèpes, je trouve que ça fait beaucoup. []
  2. les stylos et le papier et les carnets et les petits stickers dans les jours de faiblesse []

De la platitude de l’exemple grammatical

Comme toi, certainement, j’ai passé la fin de l’année poussivement devant un ordinateur, en train de concocter des cours (ou d’en remettre d’autres à jour); mais ici se pose le moche problème de l’élaboration d’une petite centaine (voire plus ?) de phrases pour la grammaire.

Le souci de ces exercices de grammaire et autres phrases-exemples, c’est qu’elles doivent obéir à des critères de sélection impec-balsen du début à la fin, être faciles à retenir (pour toi et pour ta classe de poulains qui-y-croivent-qui-en-veulent) et contenir ZE morceau grammatical de choix.

 

Imaginez, un cours sur le passif. Qu’est-ce qui vous vient logiquement en tête pour illustrer le couple torride agent-patient ? Le chat a mangé la souris; la souris est mangée par le chat, j’imagine[1]. Ah, et sinon, pour les verbes bitransitifs, ça reste ultra haletant, “Pierre donne un livre à Jean”.

Voilà, c’est de ces énoncés ineptes dont je voulais vous entretenir.

Je vous assure, je voudrais en écrire, des exemples tordants, qui éclaireraient mes analyses grammaticales et seraient suffisants pour comprendre que could ne s’utilise pas pour accorder ou refuser une permission, mais qu’on peut quand même l’utiliser dans une question. Je vous jure, j’ai tout essayé pour faire comprendre que la complétive peut être remplacée par un syntagme nominal, alors qu’une relative appartient à un syntagme nominal. Le problème, c’est que quand j’essaye de faire une super phrase qui tue, j’arrive à peine à m’extraire assez de jus de cerveau pour faire un “-Could I go out tonight ? -You may/can mais pas *you could” ou des “I know you called her” vs ” I know the girl you called” (sans pronom relatif ni rien, je suis comme ça). Mais bref. Ça reste sans aucune saveur, sans rien, sans accroche au pauvre petit étudiant qui va devoir recopier ou relire tout ça, voire manipuler des phrases à l’infini pour être bien préparé…

Oh, j’en connais, des grammairiens farceurs, qui utilisent des phrases un peu marrantes. Exemple : “Who steals my purse steals trash” (Jakobson, je crois (?); en tous les cas, la citation de base vient de l’ami Willy S., donc ce n’est pas vraiment de l’invention. Et puis il a bien le droit de prendre des phrases comme ça, quand elles viennent de sources prestigieuses).

Je vais donc dresser ici un petit panorama des pratiques d’émission (et de réception) de ces exemples de grammaire :

Dans les coulisses du scripteur des phrases, j’ai fait…

 

1) Des spéciales-kassdédis entre soi et soi-même :

Oui, ça nous (et quand je dis nous, je dis mes collègues ou potes-profs et moi) arrive de se citer les uns les autres dans nos cours. Je crois avoir été à la tête d’une entreprise quelconque (j’espère de papier, comme dans The Office) dans les cours de compta d’une pote; Je crois avoir cité divers collègues et amis dans mes phrases, en leur inventant de nouvelles vies (je crois qu’Elsa s’est mariée plusieurs fois en Islande ou au Japon dans mes cours; et MrBrightside, avec son prénom passe-partout, a récupéré une femme qui fait du piano et qui vient le chercher à l’aéroport. Oui, parfois, c’est précis). Le truc, c’est qu’il n’y a que moi qui pige la private joke. Alors ça me fait marrer quoi, 3 copies, et après, le professionnel reprend le dessus. Pas grave, qu’ils m’écrivent Elsa “Ellsa”, je corrige et puis c’est tout. Pareil, ça me fait lauller 4 secondes quand on me dit qu’on m’a citée dans un examen, ou qu’on a pris un texte de version en pensant à moi, mais business is business, après tout.

Avantage : on retient plus facilement la phrase qui contient des trucs comme ça, parce qu’on en a parlé la veille à son collègue. 
Inconvénient : après 2 fois, ce n’est plus drôle, ça devient borderline creepy. 
 

2) La référence à des trucs qu’on aime bien :

C’est une variante du cas de figure précédent : dans mes cours, on va souvent au Texas où il fait toujours beau (mais où il se peut qu’il pleuve ou qu’il y ait une tempête). On va souvent dîner chez les Milton; ou bien les Blake et nous partons tous en vacances en Écosse (comme ça j’en case deux d’un coup). Parfois, c’est Malcolm X qui se fait assassiner sous nos yeux incrédules; d’autres fois, je follow un twittos trop rigolo (la liste est trop longue) ou j’empêche des enfants de poster des photos embarrassantes sur Facebook.

Ces exemples sont tous tirés de mes cours du second semestre, oui. Je n’ai, pour le coup, aucune dignité. Le problème avec ça, c’est le facteur ringarditude à prendre en compte (traité dans la réception de ces messages).

Avantage : c’est un peu l’équivalent mental d’une tasse de chocolat chaud avec des marshmallows dedans. Face à une classe un peu hostile (la syntaxe est une science aride), ça fait toujours chaud au coeur. 

Inconvénient : Y’a un moment où le facteur ringarditude l’emporte; il doit y avoir une loi qui dit que plus on fait appel aux références de ce genre, et plus la probabilité de faire ringard s’approche de 1. 

 

3) Le lâcher-prise :

A une certaine heure, après un certain nombre d’exercices et/ou d’exempliers, je commence à écrire n’importe quoi. Là, j’ai failli envoyer des enfants négocier avec des terroristes parce que je voulais faire une phrase à la fois sur le travail à la mine ET sur les négociations de terroristes. Non que je sois versée ni dans l’un ni dans l’autre, mais ça me sort du dedans. Idem, j’ai voulu bricoler une phrase dont l’énoncé original contenait “Harrods” avec “Walmart” à la place. Le problème, c’est que “Walmart is really the place for…” m’entraîne dans des abysses réflexives. Plus précisément, dans People of Walmart, où on peut pas dire que je puisse finir la chose comme la phrase originale, “…the place for evening dresses”.

En même temps, je ne suis pas la seule à partir dans des sortes de voyages intercosmiques dans le n’importe quoi grammatical. J’ai bien vu M. Chassagnol, qui nous propose des “You may have a love affair with my husband if you feel like it. I may have a love affair with yours, then, who knows?” cachés dans des phrases beaucoup plus dignes. D’ailleurs, dans son livre, le français est beaucoup plus sage que l’anglais, surtout quand il ne faut faire que quelques manipulations et laisser l’anglais dans sa virginité pudique.

Et après…?

Une fois la rédaction achevée, on peut souffler un peu, allumer une cigarette satisfaite, et contempler l’oeuvre avant de l’envoyer à la repro. Mais on passe souvent à côté du  souci avec ces phrases. Après tout, elles sont  complètement décontextualisées, encore qu’on puisse suivre une sorte de vie virtuelle avec les exemples que j’invente, entre cette curieuse promiscuité avec Milton et Blake, et leurs séjours anachroniques au Texas. Mais là où le bât blesse, c’est la réception : on a peaufiné ces phrases; enlevé ou balisé les aspérités; retenu tout ce qu’il y avait à dire de tel ou tel composant. Et là, quand on les lance en live, parfois… Il m’arrive de me sentir comme ça, inutile comme le maître de Grumpy Cat et mes exemples :

Cheer Up Grumpy Cat gif
Source : Pandawhale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Show must go (à un moment donné) on.

 

1) Ringarditude, quand tu nous tiens :

J’ai utilisé “May the force be with you” (subjonctif, impératif ?), qui me semble être l’épitomé de ce qui se fait en ringard geek. C’est une sorte de jeu perdant-perdant : soit les étudiants pigent, et partent en vrille parce que c’est rigolo, soit ils pigent, se disent “mais c’est quoi cette personne qui nous fiche du Star Wars dans les cours ?” et la crédibilité en prend un coup (ça peut être vu comme un échec critique par nos amis rôlistes; j’accueille tous les styles[2] geek dans ma chapelle).

Idem, en m’inspirant de l’exemple du test du zombie, qui paraissait classe et rigolo à première vue, j’ai renâclé et botté en touche quand il a fallu dire “et vous pouvez insérer le complément [by zombies] pour savoir si c’est bien la voix passive, c’est un test valide”. A la place, j’ai gadouillé patient-agent, toujours avec mon chat et ma souris (les indécrottables du début, OUI).

Inconfort pour l’étudiant : +
Inconfort pour l’enseignant : +++
 

2) Variante du ringard : l’intello ou “nous n’avons pas les mêmes valeurs” :

Une autre bonne méthode testée pour créer une sorte de vague de mépris vaguement accablé de la part de mes étudiants, c’est d’utiliser des références qu’ils n’ont pas. Mais sans le savoir. Par exemple, une année, on utilisait un livre qui faisait référence à “Crime and Punishment”. Bon. Outre ceux qui avaient compris “crimes et délits” dans le lot (à dire à voix haute, c’est plus rigolo), j’ai fait la bêtise de demander à quel livre ça faisait référence. Et là, nichts-rien-nada. Même traduit en français, Crime et Châtiment, ça n’a pas forcément fait tilt partout et j’ai failli faire un pendu pour faire deviner le Dosto.

Et là, je me suis sentie comme dans ce sketch des Inconnus, Youpi Matin, où on nous présente “Guerre et Paix” de “Taulstwa”. Je me revois en cours avec un prof qui disait “il faut avoir lu tout Saint-Simon avant 30 ans” et autres phrases comme ça entre deux traductions de Nietzsche et je me souviens avoir gloussé. Bon. Je n’ai toujours pas commencé à lire tout Saint-Simon et je commence à flipper, maintenant que je suis plus vieille et que je me suis rendue compte que la Pléiade avait édité ses mémoires en… 8 tomes.

 Inconfort pour l’étudiant : ++
Inconfort pour l’enseignant : ++
 

3) Les signaux confus :

Parfois, quand je n’ai rien en tête pour exprimer des procès ponctuels dans le passé, j’ai recours aux bons vieux “ils ont rompu”, et autres “ça fait 5 ans qu’ils ont divorcé”. Une fois que j’en avais farci deux douzaines facile dans une heure de cours, j’ai surpris des regards narquois. Je me suis dit “Goudet, y sont en train d’imaginer ta Vraie Vie, celle où tu te nourrirais de craie et où tu viendrais de te faire plaquer, et où, inconsciemment, tu plaquerais une vie de Bridget Jones sur ton cours de grammaire. “. Alors que le calcaire m’assèche les pores, et que mon relationship status Facebook est gardé secrètement privé, Personne Humaine ou pas. Damned. C’est un peu le corollaire de la construction du cours. A force de faire des phrases liées à la Vraie Vie, on finit par donner l’impression qu’en fait, tout vient de la vraie vie. Alors que non… Du coup, mortifiée, j’ai dû finir mon cours avec “il a arrêté de pleuvoir”. Ah bah ça, c’est porteur.

 Inconfort pour l’étudiant : –
Inconfort pour l’enseignant : ++++
 
 

Je me demande quel est, finalement, le statut de ces exempliers et autres phrases à disséquer, analyser, étiqueter et commenter. C’est un peu l’Ikéa 1988 de la langue : très pratique, on peut mettre les étagères où on veut avec les pitons fournis en nombre impair, mais c’est pas forcément très joli, et c’est vraiment pas intéressant. J’ai tenté de trouver un mot un peu jargonnant pour parler de ces phrases, mais je ne trouve rien… Discours métalinguistique ? Discours autonymique ? Du coup, je me suis plongée dans la lecture de “Parler des Mots”; l’article de J.-M. Fournier, “Les Exemples dans le Discours Grammairien” est certainement le plus proche de mes remarques, mais il ne répond pas à mes questions…le souci, c’est son corpus de grammaires écrites au XVIIè et XVIIIè siècle.

Est-ce que ces phrases doivent être intéressantes, après tout ? Est-ce que leur fonction première, à savoir être là pour servir un discours parfois un peu aride, n’est pas aussi le défaut de leur qualité ? Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux tout passer à de l’énonciation pure et à des corpus préconstruits de textes ou de phrases, risque à avoir des syntagmes trop difficiles ou idiomatique ? Évidemment, ma dernière question est nulle et non avenue, puisque pas de grammaire sans exemple clair; exemple clair = phrase-Ikea (ou prof de génie(?)). C’est toujours le même problème : pour commencer à faire des tapisseries de Bayeux, il faut déjà savoir enfiler le fil dans le chas de l’aiguille et faire des rangs de points vides de sens, pour ensuite pouvoir partir dans du plus exigeant.

Bref, la rentrée est demain, certainement pour toi, mes étudiants, les exempliers et moi. Wish us luck !

 

De toute façon, si jamais j’échoue dans ma mission pédagogique, je sors le concept de la “Grammaire par les mèmes” :

“Faites un arbre syntaxique à partir de la phrase de Xzibit. Vous avez 5 minutes.”

 

Références :

Authier, J., Doury, M., & Reboul-Touré, S. (2003). Parler des mots: Le fait autonymique en discours. Paris: Presses Sorbonne nouvelle.

Chassagnol, M. (1993). Pratique de la langue anglaise: Exercices et corrigés. Paris: Masson.

  1. après lecture, une personne de bonne volonté m’a suggéré aussi “John closes the door. The door closes”. Louée soit-elle []
  2. ringards; mais aimables quand même. Ce n’est pas parce que c’est geek que c’est vraiment l’horreur. Encore que j’ai peu de fans quand je dis des trucs comme ça. []

Pratiques d’annotation de corpus 1.0

Exemplaires de travail, Push et Trainspotting

Dans mon temps libre (comprendre : le temps qui ne me sert pas ni à faire des trajets à travers la France, ni à donner des cours, ni à corriger), j’écris ma thèse.

Pour écrire ma thèse, j’ai besoin d’autopsier, de découper et de recoller une sorte de Frankenstein de corpus, moitié fiction, moitié internet, moitié dialecte, moitié netspeak, moitié vernaculaire. Ça fait trop pour une seule femme (et un seul tableau Excel).

Pour l’annotation du corpus internet, je ferai un message (une fois que j’aurai compris le moyen de tout mouliner automatiquement, je me fendrai certainement d’un tutoriel dans la partie Ressource–pour le moment, le corpus est recueilli à la main comme des grappes de raisin dans un vignoble).

 

En revanche, en voyant les progrès de mes pratiques d’annotation in situ, dans le livre même, et le site So Book Online qui est une mine concernant l’annotation, j’ai décidé de faire un billet. Pour parler à la fois de la porosité entre média papier et média computerisé, et des particularités d’annotations académiques et textométriques que je réalise.

Certains amis littéraires s’inquiètent que, en partant d’une œuvre, j’arrive à un découpage presque sadique des éléments graphiques et/ou dialectaux. J’ai presque envie de leur dire “c’est bien pire que ça, les gars. Je fais des statistiques et des pourcentages de fréquence, ainsi que des observations phonétiques et/ou graphophonémiques avec des tableaux et des diagrammes en camembert[1] .” Certains amis moins cyborg que moi s’inquiètent que je sois dans une sorte d’entre-deux flottant Cloudesque et ne comprennent pas pourquoi mon agenda pro et des notes diverses se trouvent en ligne, au lieu d’être dans un bon vieil agenda. J’ai envie de leur dire “c’est bien pire que ça, les gars. Ma liste de courses et les journaux que je lis sont aussi numériqués[2]”.

Je travaille sur Push et Trainspotting. Je dispose d’une copie physique et d’une copie numérique des deux ouvrages (ainsi que d’une copie physique des films tirés de ces oeuvres, et d’une copie numérique des sous-titres en anglais). Le tout sert à écrire un premier lexique des deux dialectes de l’anglais qui m’intéressent (l’afro-américain vernaculaire et le Scots, respectivement), et à repérer des séquences graphiques alternatives et/ou appartenant aux deux dialectes étudiés.

Il était hors de question, pour moi, d’annoter directement le corpus numérique. En plus, j’estime qu’un livre vit avec son propriétaire, qu’il doit être le témoin physique du temps passé en sa compagnie. Rien ne me glace plus qu’un “tiens, je vais te prêter un bouquin qui m’a plu”… Et de me rendre compte que le livre en question est comme neuf, pas corné, la reliure intacte, la page de garde vierge. Là, j’ai envie de sortir les gants blancs et de le lire comme un incunable précieux précieux, et il faut que je résiste à mes habitudes de lectrice tout-terrain, à une main dans le métro.

Idem, pour les livres prêtés par mon directeur de thèse : hors de question de les abimer, j’ai donc recours à divers rajouts de post-its, ou à l’annotation hors-livre, dans mon fidèle carnet qui me suit un peu partout. Même cas pour les livres récupérés au fil des années; j’ai quelques ouvrages annotés de main de linguistes célèbres, donc strict verboten de mettre mes gros doigts pleins d’encre dessus, ou des annotations de travers réalisées dans le métro, ce qui, somme toute, est très embêtant (mais assez enivrant : j’aime bien voir l’auteur du livre et l’auteur des notes comme une sorte de grand tout avec lequel je suis d’accord ou non, mais qui sera de toute façon plus intéressante qu’une lecture à cru, bien que plus contraignante, puisque je ne pourrai pas poser mes réflexions forcément ultra-pertinentes dans les marges déjà prises).

Justement, je suis amusée par ce billet, où la sacralisation de l’oeuvre passe par la séparation de la seconde voix, celle du lecteur, qui sépare son activité active de celle passive, de lecture. Pour moi, la “sacralisation” du livre passe par l’ajout de notes (et il m’arrive de relire des livres des années plus tard, et de compléter mes premières annotations de lecture).

Bref, l’objet physique-corpus littéraire doit vivre, et pour se faire, doit subir mes assauts. Il n’est pas rare que j’ajoute des blocs de 4-5 post-its sur la page de garde histoire d’annoter en sortant des marges, par exemple. Idem pour mes cours manuscrits (le tapuscrit est plus simple, je triche sur la mise en page), où je découpe des rajouts de pages, des volets en plus et des post-its en pagaille.

 

Repérages grammaticaux et lexicaux, Push

 

Revenons-en à Push et Trainspotting. Ici, sur Push, l’annotation est multiple : le surligneur rose sert à voir les usages grammaticaux non standard, le jaune pour les graphies alternatives. Et parfois, une note manuscrite en plus, pour isoler un type de phénomène rencontré. Et les signets jaunes servent à montrer les différentes parties, et les plus petits signets bleus et roses, les chapitres ou les sous-parties des ouvrages. Tout ceci fait partie intégrante de l’annotation, puisque j’ajoute du sens et/ou des clefs de lecture des oeuvres selon mes besoins. L’annotation est donc sémiotiquement signifiante, mais pas forcément rédigée ou écrite.

Push, annoté

C’est le premier ouvrage qui a été disséqué, et, forcément, la technique est peu élégante, voire erronée (mais je voudrais vous y voir, un surligneur dans chaque main, le stylo dans la bouche, à travailler sur un livre, aussi !). Ces annotations ont développé mon ambidextrie, et suscité des regards curieux dans le métro; il est très très rare que je travaille en silence, et j’aime assez pouvoir m’isoler dans la foule.

Ces annotations seraient mortes sans l’exploitation multimédia que j’en fais (la constitution d’un lexique pour pouvoir étiqueter chaque élément de mon corpus internet). En fait, le livre physique n’est qu’un vecteur vers une vie supérieure, le tronçonnage dans un tableau et le passage à un Treetagger customisé pour séparer les graphies alternatives du reste, et les différents usages langagiers dont je parle dans ma thèse (en gros, le nirvana de la vie de ces livres).

Trainspotting, doubles annotations

Pour Trainspotting, le travail est plus élégant. On voit que j’ai un peu amélioré mes techniques de travail, entre le surlignage bourrin systématique, et le repérage sobre des formes alternatives. J’ai choisi les pages 22-23 pour montrer le passage d’une technique à une autre. P. 22, on a du repérage systématique, p. 23, j’ai recours aux points sous les mots pour signaler que je les ai déjà étiquetés dans mon lexique écossais. Il faut dire que j’avais déjà plus de 200 léxèmes différents, et qu’il fallait que je puisse trouver la première occurrence d’un mot pour pouvoir le commenter.  “Thum”, c’est “them” ou “thumb” avec une réduction de groupe consonantique final ? Voire un scottisme non apparenté à l’anglais ? Sans contexte, point de salut. D’où raffinement de la technique de corps.

 

Le travail d’annotation est donc réalisé à moitié dans le livre, à moitié dans un tableau d’étiquetage. L’étiquetage, c’est la taxinomie de tous les phénomènes importants pour moi : Est-ce une retranscription de l’oral, avec des “cu-maauugghhnn” pour montrer la parole sous influence du personnage ? Un “DUUUHHH” d’interjection méprisante ? Plus dur, est-ce qu’on écrit “beyotch” pour “bitch” parce qu’on a peur d’être censuré, ou parce qu’on remet la graphie en ligne avec ce qu’on aurait prononcé ? (Parallèle en français : la scène de “La Vie est un Long Fleuve Tranquille”, où D. Gélin traite un personnage de “salope”. Ou de “saloooope” ? Voire de “laaaaa SA-lope” ?)

L’annotation devient donc complexe, et hautement informatisée. C’est là où je remercie tout le monde d’être née à un moment cyborg, où on peut passer 35h à programmer un script, ou plus à écrire un tableau propre des lexèmes rencontrés et des lemmes auxquels ils appartiennent, pour ensuite appuyer sur un bouton et voir la machine autopsier le contenu du corpus et les instructions qu’on lui a données, pour produire du sens interprétable et fiable.

Première étape : l’étiquetage sous Excel

 J’utilise volontairement (je reste malicieuse, même dans le sérieux) des métaphores médicales, mais je sais que ces annotations physiques et celles, mécaniques, de la machine, sont tout sauf mortes : elles sont un tremplin à l’annotation de mon corpus internet, qui ne va qu’enrichir et rendre encore plus vivant mes lexiques divers.

Étiquetage (erroné) de Trainspotting, premier passage sous Treetagger

***

Du coup, ça a été un peu délicat, lors de mon travail, de prêter Push à une amie qui voulait le lire. J’ai fait des “eeeuh, mais tu sais eeeeuh, j’ai *beaucoup* écrit dedans… Beaucoup beaucoup…”. Et pourtant, elle l’a embarqué et l’a lu en un temps record. Moi qui y voyais un ouvrage-clé-vers-un-Frankenstein-de-thèse, elle n’y a vu que Push et les émotions que ce livre remue dans tous les lecteurs (qu’évidemment, je ne peux que vous conseiller, sauf si c’est un peu la déprime en ce moment, vu qu’il n’est pas très tagada-tsoin-tsoin). Comme quoi, malgré les notes et les rajouts, on peut n’y voir que la première voix, celle de l’auteur.

 

En plus, les signets collants de mes livres bougent et évoluent : en faisant cet article, je me suis rendue compte qu’il manquait un marqueur à Push. Ce qui peut être dû à un transport hardi dans un sac de cours, ou à une intervention féline. Évidemment, il m’arrive aussi de changer moi-même l’ordre des marqueurs et/ou de les remobiliser ailleurs. Comme quoi, ces annotations mobiles (les signets) ont aussi toute leur légitimité, tout autant que les annotations immobiles des marges ou des mots.

Toutes ces annotations sont très différentes de celles qui ornent mes livres de chevet de thèse, où il ne s’agit plus de chipoter sur un seul mot mais de comprendre ou analyser une phrase particulièrement intéressante ou pertinente. Ou, d’ailleurs, à manifester mon agacement quand je ne suis pas d’accord avec ce que je lis (qui ne recoupe pas forcément cette catégorie d’annotation puisque je suis plus dans l’ironie narquoise et/ou la rectification du tort fait à la science, of course). D’ailleurs, mes petites parenthèses dans le cœur de ce message (et des autres) ne sont que d’énièmes annotations linéaires, certes, mais omniprésentes.

Plus qu’une créature de Palimpsestes (je sais que je fais un heureux quand je cite Genette, rien que le titre), je suis une créature  de métatextualité (dis donc, comme ça sonne pédant ! C’est pour ça que je limite souvent les citations) dans le sens où l’annotation n’est qu’un commentaire paratextuel qui est lui-même l’origine de toute une théorie développée dans ma thèse (comme je dis à chaque fois, venez à ma soutenance, ça me fera peur/plaisir). Un peu comme une chenille qui redémarre, œuvre papier écrite/orale/retranscrite -> œuvre numérisée et annotations -> lexique 1.0 -> corpus multimédia numérique indigène -> lexique 2.0 -> statistiques fines -> aboutissement numérique (que je donnerai à imprimer physiquement avec une belle reliure) -> thèse papier avec un CD-rom (qui sera elle-même annotée, manuellement et/ou numériquement par diverses mains– c’est l’instant “accroche tes mains à ma taille/faut pas que la chenille déraille”).

 

Mise à jour : 14/12/12 : Après la rédaction de ce billet, j’ai continué à annoter devant l’enfant d’un universitaire. Je lui ai montré mon Trainspotting, qu’elle a regardé d’un air docte, et a dit “C’est marrant, papa fait pareil. Il écrit aussi dans les marges des livres. Moi, j’ai l’impression qu’il est pas d’accord, et qu’il corrige.” Ça m’a étrangement plu, cette interprétation de l’annotation.

 

Références :

Chatillez, E. (1988) La vie est un Long Fleuve Tranquille. [DVD] France : TF1 Vidéo

Jahjah, M. (2010) So Book Online [site internet] http://www.sobookonline.fr/ Dernière consultation : 14 décembre 2012

Sapphire, . (1996). Push :a novel. New York: Vintage Contemporaries.

Welsh, I. (2011). Trainspotting. London: Vintage.

Les photographies ont été commises à mon bureau de travail; on peut donc y apercevoir un Bescherelle ouvert et également orné de petits signets chamarrés.

 

 

  1. Ce qui n’a pas que des désavantages; je peux aussi me glisser entièrement dans ma peau linguiste, oublier mon rôle de lectrice, et résister vaillamment aux assauts mentaux des scènes les plus trash des deux opus. Bon, ok, j’ai peut-être un peu pleuré en lisant Push, et j’ai peut-être un peu résisté à une nausée montante en lisant Trainspotting, mais c’est rien en comparaison d’une lecture fervente au premier degré. []
  2. Pour des raisons évidentes et/ou techniques : une liste de courses manuscrite est faite pour être égarée et/ou laissée sur un bureau surchargé, et un journal papier sert souvent uniquement à être déchiqueté par des griffus qui ne comprennent même pas le concept de lecture. []

Dans la jungle de l’arbre à perles

[Dernière mise à jour : 20/01/2013]

 

A droite, vous pourrez voir un lien vers mon Pearltree, qui est en fait une vraie jungle. Il contient des liens internet répartis par intérêt, dont voilà la liste presque exhaustive, au cas où vous en auriez besoin.

Présentation rapide du concept :

Pearltree, c’est une sorte de compromis entre une carte mentale et un Scoopit, où on peut “perler” (soit, ajouter) des éléments dans des arbres complets et séparés, ou dans des branches en vue d’un tri ultérieur.

L’inscription est gratuite (bien qu’il existe des comptes Premium à 45€/an) et les arbres sont mis à disposition de tous; en plus, on peut explorer les arbres voisins par intérêts connexes, et le tout est synchronisable entre un téléphone (application iPhone native, mais possibilité de mettre un “bookmarklet” sous n’importe quel navigateur) et son ordinateur (une option “Pearler” existe sous Chrome, Firefox, Explorer…).

Bref, c’est très pratique, et assez intuitif puisque les éléments se déplacent d’un simple glisser-déposer, et que l’on peut non seulement perler des pages internet, mais aussi des photos, des notes, des vidéos… C’est une sorte d’Evernote en carte mentale et entièrement public, si vous appréciez la comparaison (personnellement, je me sers d’Evernote pour préparer mes cours, et de Pearltree pour gérer les milliers d’onglets que j’ouvre sous mon navigateur. Au moins, si je ne finis pas une recherche immédiatement, je peux hiérarchiser les informations plus tard, et/ou les rouvrir n’importe où… Du coup, ma RAM et mon navigateur me disent merci).

 

Cet article sera remis à jour périodiquement pour s’adapter aux changements d’architecture de Pearltree.

Mes Pearltrees :

a) Sur la linguistique computationnelle :

Python Forum Scraping : pour récupérer des données de forums sous Python, mais il contient aussi des informations générales sur Python et des outils pratiques.

Treetagger : qui contient aussi des outils pour faire communiquer Treetagger avec R ou avec Python

b) Par sujets :

Phonetics (le plus petit), complété par un arbre Winpitch et un arbre Praat 

Readability : sur les outils de Flesh-Kincaid, et le calcul du FOG, ou Frequency of Gobbledygook. Ce sont surtout des outils en ligne pour comprendre la lisibilité de textes (article à venir)

Computer-Mediated Communication : Références en CMO (communication médiée par ordinateur), avec quelques liens vers des livres intéressants

c) Sur mes recherches :

AAVE Generators : scripts internet pour transcrire l’anglais standard en afro-américain. J’étudie ce genre de scripts, ce qui ne veut pas dire que je soutiens forcément l’initiative.

Scots : surtout sur les graphies alternatives de l’écossais (notamment dans Trainspotting).

Il contient aussi d’autres branches, comme un lien vers ce blog, une vers Marie-Anne Paveau (MAP) avec quelques références, une autre sur le facework (que je vais certainement transformer en arbre seul une fois que j’aurai assez de liens), et deux-trois liens pas encore triés mais potentiellement amusants (un testeur de mot de passe, dont je vais parler dans ces colonnes; et un article Wikipedia sur la fréquence des lettres qui est pas mal pour un début, avec sa biblio).
J’ai aussi des liens vers Webscraping with Python et Web Mining, des initiatives collectives qui me semblent assez synpathiques, et qui complètent un peu mes arbres sur la collecte d’informations avec Python.

 

Libre à vous de vous (en)  servir; un petit merci ne fait jamais de mal (et surtout, si vous avez des idées de liens, n’hésitez pas à m’en faire part).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search