Mèmes, pas mal

Pour une revue de vulgarisation un peu Pulp (mais si, j’ai parlé de Pulp Studies un peu plus tôt, rha !) j’ai proposé ce petit texte initial qui maxi-méga résume ce que je fais sur les mèmes internet avec tant de passion depuis quelques années.

En tous les cas,

***

Les mèmes internet, ce ne sont pas seulement des choses que vous voyez apparaître d’un coup, et pas non plus ce qu’en dit Dawkins, qui est fâché tout rouge qu’on réutilise son mot (alors que le gars bosse sur tout autre chose). Les mèmes, ce sont des petites unités culturelles reconnaissables qui se réécrivent et se propagent assez facilement, à la manière d’une maladie.

J’ai travaillé sur la façon dont les mèmes s’intitulent (parce qu’il faut bien les appeler d’une certaine façon pour les retrouver et les repartager) : parfois, ce sont des caractéristiques de ce qui y est dit, comme « Bad Luck Brian » (Brian la Malchance), qui parle toujours de la même image d’un jeune homme à appareil dentaire. Parfois, le titre du mème est très descriptif de l’image, comme « Woman Yelling at a Cat » (Femme qui crie sur un chat), un des mèmes les plus récents (hiver 2019) qui décrit les deux images de la mini bande dessinée du mème[1].

Bad Luck Brian, ou l’illustration de « t’as pas une gueule de porte-bonheur », apparu en 2012 sur nos écrans.

 

Brian contraste avec cette micro-BD, faite d’un collage de deux images et rendue populaire fin 2019.

 

Les mèmes, c’est aussi une mini-histoire, même sur une seule image. Ils peuvent être des conseils, des anecdotes, voire des satires… mais même quand un mème est étiqueté « Advice Dog » (Chien qui Conseille), par exemple, il ne donne des (mauvais) conseils que dans 52% des cas. Cela montre que les internautes essaient de faire évoluer un mème en diversifiant ce qu’on est censé y expliquer. Ces mauvais conseils sont souvent pétris des préoccupations états-uniennes contemporaines : viol et consentement sexuel, attentats, fusillades dans des lieux publics, etc. C’est une façon de transgresser non seulement le mème, mais aussi de faire de l’humour choquant…qui a d’autant plus de chances d’être percutant, donc partagé, donc d’être perpétué par d’autres internautes. C’est un mécanisme important de la force de propagation des mèmes.

Advice Dog et les conseils foireux qui passent mieux avec une roue de couleur

 

Certains internautes choisissent de faire de microrécits autobiographiques : soit pour avouer quelque chose sous couvert d’anonymat (avec « Confession Bear », l’ours de la confession), soit pour partager de petites victoires personnelles avec « Success Kid » , par exemple. Ici, ce qui est repris, et donc mémétique, c’est le fait que ces images particulières laissent le champ ouvert à ce genre autobiographique.

Mieux que Whisper, l’application qui permet de partager ses secrets, Confession Bear et la triste réalité d’être soi

 

Quand t’as tout gagné, tu as le droit d’être un Success Kid. Yeah !

 

Pour évoluer, les mèmes internet ont non seulement besoin que les internautes proposent du nouveau contenu (de nouvelles histoires autobiographiques ou de nouvelles variations autour des personnages de ce folklore en ligne), donc les stéréotypes associés aux images peuvent changer : « Socially Awkward Penguin » (Pingouin mal à l’aise en société), créé en 2009, a donné lieu quelques années plus tard à « Socially Awesome Penguin » (Pingouin méga sociable) pour donner du renouveau à ce stéréotype. La gaucherie est remplacée par le charisme.

D’une expression malheureuse à un néologisme triomphant, Socially X Penguin est tragijubilant !

 

Je dédie avec tendresse ce message à un étudiant qui m’avait parlé de mèmes sur sa fiche de renseignement à la rentrée (j’ai des cours cools qui me permettent de parler mèmes) et qui avait mis entre parenthèses « c’est bien écrit avec un accent grave ». Quand je lui en avais parlé, il m’avait dit qu’il s’était fait corriger par d’autres enseignants… Pourvu que cela ne nous arrive plus, ni à lui, ni à moi !


Sur ces sujets, j’ai produit quelques articles et communications.

Au rayon des communications, j’ai parlé de mèmes dans :

Laura Goudet, « Les mécanismes de subversion du rapport au registre dans les mèmes internet », 2015,  dans le colloque Normes Linguistiques Émergentes, Université de Toulon

Laura Goudet, « Le dispositif icôno-textuel des mèmes internet : évolution des advice animals » dans la Journée d’Etudes Plurisémioticités qui s’est tenue à Paris-Diderot le 17 juin 2016 et organisée par Charles Bonnot.

Laura Goudet, « Polyphonies énonciatives de l’iconotextuel animalier : des mèmes à Facebook et Instagram » dans la Journée d’Etudes « Les Affordances Langagières » à l’ITIC, Université de Montpellier-Paul Valéry, organisée par Yosra Ghliss

Laura Goudet, « Corporéalité des mèmes » dans le symposium « L’énonciation iconique du corps : le ‘pictorial turn’ de la communication numérique » dirigé par Marie-Anne Paveau le 6 juillet 2018 dans le colloque IMPEC, ENS de Lyon

J’ai aussi écrit quelques articles qui traitent de près ou de loin des questions mémétiques :

Laura Goudet. « le dispositif iconotextuel des mèmes : clichés variables et subversion des genres ». Fragmentum, 2016, ⟨10.5902/21792194⟩. ⟨hal-02118791⟩ https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02118791/document

Laura Goudet. « Anthropomorphisme et sociolecte des mèmes internet : lolcats et cat-lebrities ». Babel : Civilisations et sociétés, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines – Université de Toulon et du Var 2016, La Place des animaux dans les sociétés anglophones contemporaines, pp.59-84. ⟨hal-02118780⟩

[1] Quand j’avais commencé mes recherches sur les mèmes, en 2015, les mèmes n’étaient faits que d’une photo, ce qui n’est plus le cas maintenant où on a étendu le dispositif à plusieurs images.