Nouveaux formats sériels– Le cas Peepoodo

Ceci est un petit blurb des pistes proposées pour le 13 décembre 2019 dans les journées GUEST à Montpellier, du groupe de recherche sur les séries TV auquel j’ai la chance de participer depuis la saison 2. J’ai introduit mon propos dans la thématique générale « les avancées sur les formes et les formats sériels ».

Compte tenu du caractère (porno)graphique de la chose, les liens renverront directement vers les pages officielles de Bobbypills le cas échéant… Ca sera donc un article très logo et vidéocentré.

Bonne lecture !

***

Séries en ligne et webséries

Le format sériel existe en ligne depuis bien longtemps : je me souviens, adolescente, d’avoir été happée par le site Albino Blacksheep (ouvert en 1999) et ses séries plus ou moins (bien) inspirées comme Salad Fingers, créé en 2004, qui est… un ovni du genre. David Firth a tout uploadé d’un coup, les vieux épisodes comme les nouveaux, enjoy un peu à vos risques et périls :

Dans d’autres recherches, j’avais parlé de Slenderman. Ce personnage avait donné lieu à une série, Marble Hornet, dont les épisodes ont été vus parfois plus de 500 000 fois. (Pour vous rafraîchir la mémoire si besoin, c’est ici pour le crash course sur le creepypasta et Slenderman).

Je passe, en revanche, très rapidement sur les séries qui ont proposé des taggings et des expériences interactives aux spectateurices (dont, il me semble, Marble Hornet). Bien loin de Bandersnatch, où tout était déjà écrit pour ceusses qui regardent sur Netflix, commenter revenait à orienter l’histoire et le futur de certains personnages… un peu comme dans la fanfiction. D’ailleurs, ça en est, mais ça n’est pas le propos de notre histoire.

Network series

« Tout cela est bel et bon mais et Peepoodo dans tout ça ? », vous allez me dire, et vous aurez bien raison. Peepoodo & the Super Fuck Friends, c’est une série créée en 2017 par Balak, nom de scène d’Yves Bigerel, qui a aussi écrit Lastman, BD puis série passée sur Netflix.  Balak, c’est aussi quelqu’un qui aime à ce que l’image soit au coeur de son récit. Il a inventé ce qu’il appelle le Turbomédia, qu’il définit comme « une grammaire de BD numérique […] Il s’agit simplement de remettre au centre la lecture du dessin. » dans une interview qu’il a donnée à ActuLitté en 2016.

Balak réalise, et co-écrit, avec Brice Chevillard et Nicolas Athané, une série animée qui décale un peu tout les attendus : Peepoodo se présente comme :

« Série éducative pour les enfants de plus de 18 ans, Peepoodo & The Super Fuck Friends explore sans tabou la sexualité sous toutes ses formes, avec des bites et des nichons. Une sexualité positive, débridée et qui fait fi des préjugés… avec au bout compte, pour seul message, la tolérance. » (page officielle, Bobbypills).
 
 

Méga-vaste programme, qui se déroule sur 18 épisodes qui oscillent entre quatre et six minutes (donc, ni la longueur d’une série de network traditionnelle, en terme de nombre d’épisodes ou de durée–et qui la rapprochent donc des webisodes). Si besoin, voici la bande-annonce (en anglais) de la chose, qui devrait vous donner une bonne idée du ton de la série

Comme Happy Tree Friends, bien plus vieux mais pas tellement moins transgressif, on a droit à un générique trop coolios de bisous et de promesses d’aventures qui jouent avec nos horizons d’attente de Jauss.

Happy Tree Friends nous faisait pareil, de la gentille voix, des gentils animaux, un générique sans paroles mais avec une orchestration façon série pour enfants. Sans voir l’épisode (ici, s’arrêter à 0:21), on ne sait pas que ça va dégueuler d’ultraviolence.

Peepoodo revient sur les codes de la série pour enfants un peu différemment : sous ses airs de « chaque jour est un mystère » façon série formulaïque, on voit dès le début que Peepoodo a le sexe à l’air et floppi-floppant, sous l’oeil torve du soleil le plus creepos jamais représenté :

Note : je n’ai pas trouvé une version isolée du générique sur le site de Bobbypills et me suis donc servie de cette version du grand Tube. En revanche, elle ne contient pas le placard avertissant le public de la présence de nudité et autres turpitudes qui font horreur à la censure.

Le parallèle entre les deux séries est facile : les deux transgressent les morales établies dans ces univers faussement mignons peuplés d’animaux anthropomorphes, mais les différences entre elles sont substantielles.

Tout d’abord, les personnages d’Happy Tree Friends sont restaurés, ressuscités et retrouvés tels quels après chaque carnage, mais les amis de Peepoodo changent : Bernard le crapaud bibliothécaire meurt horriblement dans l’épisode 12, et, plus notablement, l’un des personnages principaux transitionne à l‘épisode 14 et n’est plus appelée qu’Evelyne jusqu’à la fin de la série. C’est donc un monde permanent, qui est détruit à la fin de la première saison, dans un moment ultraviolent qui tranche avec le reste de la série. En l’absence de possibilité d’indiquer des alertes aux spoilers, j’ai noirci le fond du texte. Le sélectionner pour voir la fin de la phrase. 

La série ne ment pas non plus sur ce qu’elle est : si le nom PeePooDo peut prêter à sourire et à fondre devant la mignonnerie de la chose (d’autant plus que nous voyons les très colorés Papidoux et Mamidoux à l’épisode cinq. Pour ne pas plus spoiler, je vous laisse vérifier l’évolution ultime de PeePooDo à la fin de la saison), les Super Fuck Friends  ne laissent pas le doute quant à la nature des images que nous allons voir. Et pourtant, ce contenu pornographique n’est pas non plus propice à la masturbation[1]. Les épisodes  font montre de diverses pratiques sexuelles : sodomie, urophilie, relations homosexuelles, triolisme, masturbation féminine ou masculine, voire abus de la masturbation vidéoludique dans un épisode très méta (BaruBaru Chan, ep. 6)… dans une dimension très éducative et décomplexante des sexualités[2] . On peut citer l’épisode remarquable sur les MST (épisode 9) où nous pouvons voir une merveilleuse chanson didactique aux images craspouilles à souhait.

De cette manière, Peepoodo s’inscrit dans diverses traditions : je lui ai trouvé 6 critères descriptifs qui pourraient s’appliquer à diverses séries. Je donne des exemples… qui sont seulement illustratifs et ne sauraient, malheureusement, représenter de façon exhaustive tous ceux qui pourraient satisfaire à ces critères (j’ai essayé, j’ai fait un tableau façon serial killer avec des points et des lignes partout).

  • Série animée pour adultes : la liste est longue. La grille d’Adult Swim en étant presque entièrement faite, on peut y piocher allègrement.
  • Personnages animaliers anthropomorphes, comme Aggretsuko, BoJack Horseman (ou même Adventure Time)… L’animal a quelque chose de cathartique pour le public, je ne vais pas revenir sur Apulée !
  • Thème : sexe dans une perspective positive, avec des images de relations sexuelles : là, j’ai l’embarras du choix. Entre Chewing Gum et son personnage principal qui veut perdre sa virginité, Sex Education et son adolescent qui s’improvise sexologue, comme sa mère, Lovesick où le personnage principal rappelle toutes ses ex pour les prévenir qu’il a une MST et donne le prétexte à une série de vignettes sur sa vie, passée et présente…
  • Humoristique : parce qu’il ne faut pas se laisser aller ! Il y en a énormément, comme Big Mouth (qui coche aussi la case sexe + série animée adulte),
  • Format court : de Bref en passant par Kaamelot (et vice-versa), la télévision française sait faire du format court… Mais on peut aussi penser aux Kassos (tiens, encore une série où Balak est à la réalisation), ça n’est pas de l’inédit…
  • Diffusion initiale en ligne : là, pour le coup, non seulement comme les Kassos, mais aussi comme Simon’s Cat ou, comme ma comparaison initiale, les Happy Tree Friends.

Réunir tous ces critères, ça n’est pas une mince affaire.. même si certains sont mutuellement dépendants : pour faire une série pornographique mais quand même grand public (donc, non diffusée sur une chaîne à péage), Internet est le meilleur endroit. Sexe ou violence, il est intéressant de voir que ce qui permet le plus de créer un grand écart, c’est de rester sur l’histoire « pour (grands) enfants », peut-être parce que l’humour et le décalage tient beaucoup à la fraîcheur de Peepoodo (dont la voix française n’est que celle de l’illustre Brigitte Cordier), peut-être pour éviter le sordide ou le simplement masturbatoire. Peut-être aussi parce qu’il est difficile de parler simplement pornographiquement, étant donné que, sujet sensible, la pornographie est aussi un laboratoire en soi, de la règle 34 aux séries qui mêlent horreur et sexe, comme American Horror Story (saison 1, par exemple). Aurélie Petit a aussi analysé la série comme étant du hentai européen, qui en reprend les codes, dans une communication en novembre 2019 dont je n’ai, malheureusement, que lu l’abstract. En tous les cas, une piste maxi intéressante qu’elle semble prendre par l’axe de l’histoire de l’animation (alors que j’aurais une approche plus porn studies, à tout choisir). 

Quels modèles économiques ? Quelles distributions ?

 Peepoodo est interdit aux moins de 18 ans, donc bye bye les circuits de grande distribution, même les networks qui permettent du dessin animé adulte comme… Adult Swim, patrie originale, entre autres, de Rick & Morty. Après un mois sur YouTube et 7 millions de vue, la série y est aussi sabrée… Alors comment faire pour que cette série perce ? Qu’est-ce que le studio attend ? Déjà, la liste des festivals dans lesquels Peepoodo s’est retrouvé est impressionnante. Moi-même, j’avais découvert Peepoodo le 22 juin 2018 à une soirée Bobbypills au cinéma Max Linder, donc hors d’un moment de visionnage habituel de série (d’ailleurs, je passe rapidement sur le fait que j’aie vu deux séries en intégralité, Vermin et Crisis Jung, le même soir, et hors festival).

Bobbypills, c’est aussi un partenariat avec Blackpills, que je connaissais pour avoir été une des 18 personnes à avoir téléchargé leur application mobile. Cette dernière permettait de voir des séries aux épisodes très courts (d’une dizaine de minutes), à destination d’une population qui consomme plutôt sur mobile. N’étant pas spécialiste d’études de réception, je ne peux que décrire sans analyser, mais à en juger par le choix de langues pour voir Peepoodo (7 pour les sous-titres, 2 pour l’audio),  le déferlement de fanart et de soutien twitté ou dessiné, de merch sur le site (parfois réservé à une frange riche, comme le sticker mural à $300), le succès du modèle de Bobbypills, qui propose de faire 3-4 séries par an, avec un effectif réduit, pour contrôler leur contenu ne semble plus à faire.

JUSTE après la fin de la rédaction de cet article[3] , la page Kickstarter pour financer la saison 2 de Peepoodo a ouvert. Quelque 12 heures après le début de la campagne, 42 000€ avaient déjà été levés par vous, nous et moi. Le lendemain matin, 55 700€–le tout pour un but initial de 290 000€ pour une saison à 5 épisodes, jusqu’à 540 000€ pour une full saison de 10 épisodes prévue pour décembre 2020, soit dans un an. Ah bah le voilà, mon business model !

 

Référence citée :

Petit, Aurélie (2019). « Studying Hentai in a Western context », Waseda Anime Symposium, 18 novembre 2019. Université de Waseda, Japon.

Pour citer ce billet: Goudet, L., 13 décembre 2019, “Nouveaux formats sériels– le cas Peepoodo“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], <https://lac.hypotheses.org/?p=1119>, consulté le…

  1. Attention, quand je dis ça, je parle de visionnage : le fanservice est partout, les fanarts montrent bien que les internautes sont à fond, et que le docteur Monique Lachatte est bae, mais il ne me semble pas que ce soit masturbatoire de façon primaire, dans le sens où l’histoire ne fait pas de concession au sexe à l’écran []
  2. De mémoire, c’est ce que M. Dorcel dit aussi dans un de ses tweets sur la série []
  3. Pas la publi, qui était simultanée avec la réunion []

Pour une approche pulp de la recherche

Depuis le temps qu’on vous le dit, les Internetz ont cassé notre belle langue : « Le langage internet : évolution ou recul ? » demande Assimil ; nombreux sont les oiseaux de mauvais augure contre lesquels nous avons lutté quand nous étions en thèse, par exemple (quand on a mon âge ou un peu plus). En vrai, j’exagère, dans la vraie vie, j’en rencontre peu… uniquement parce que je fais de la recherche cool avec des gens ouverts, sympathiques et qui travaillent sur des corpus nouveaux. Mais comme toutes les chercheuses en trucs un peu cools, il y a forcément des « oh, c’est quand même génial qu’on nous laisse faire ça ! » qui veulent dire, en creux, qu’il serait attendu qu’on ne nous laisse pas parler d’étiquette de pot de confiture[1] et autres corpora[2] rigolols. Je me souviens de ma déception intense en attendant la fin d’une conférence d’un ponte en linguistique, genre OG, qui a claqué un petit « oh, la linguistique, sur Internet ? Déjà, nous avons tant à faire à analyser Zola *insérez un rire méprisant d’homme blanc check ta position man* », j’en étais sortie défaite. C’est là où le moi-du-passé aurait aimé rencontrer le moi-du-présent pour qu’on discute Pulp Studies.

Définition en évolution :

Ce que l’on nomme Pulp Studies, c’est l’ensemble des stratégies de recherche mises en place par les chercheureuses dont les corpora sont tels qu’il n’est décidément plus possible d’en prendre la mesure par les moyens traditionnels. C’est l’équivalent méthodologique des Folk Studies, où non seulement les savoirs sont situés (Haraway, 1988) mais où la méthode est située également. On peut aussi voir ça, me semble-t-il, comme une extension moderne des Cultural Studies.  Je ne réinvente pas la roue, je prolonge simplement ici les réflexions contemporaines sur les objets minoritaires, déconsidérés, car, comme dirait mon directeur de thèse, « on ne juge qu’à l’aune de sa propre ignorance[3] ». C’est aussi le statut des corpus, composites (Paveau, 2012) dont la matière est multiple et à prendre dans leur cadre sous peine de perdre du sens et de la matière à analyser, qui vient intervenir dans ces façons pulp de faire de la recherche contemporaine.

Comment voir : c’est tout l’enjeu des luttes sur ce qui pour finir comptera en tant que description rationnelle du monde. (Haraway, 2015)

Qu’est-ce qui compte alors en Pulp Studies ? Un regard décalé sur la description rationnelle : on peut être dans la raison et proposer de nouveaux formats. Et surtout, sans que cela ne nuise à la qualité de ce qui est proposé, dans un esprit de rigueur scientifique et d’ouverture d’esprit bienveillante. Quand on essaie, tâtonne, quand on propose des formats pas encore tout à fait sanctionnés par des années et des années de soumissions à des cadres établis, c’est forcément un peu chaotique. Mais comme dirait John Lang, « c’est pas parce que c’est le chaos que c’est le bordel ». Il y aura bien quelques accidents de parcours, mais où n’y en a-t-il pas ? C’est aussi pour cela que le terme de Pulp Studies sert aussi à empouvoirer (ou à l’empowerment, ou à l’empouvoirement) les chercheureuses en proposant aussi un pas de côté quant à un certain corporatisme, quant à une façon réductrice de voir la science. Avec bonheur, j’ai vu des conférences mêlant anthropologues, linguistes, juristes, spécialistes de cinéma ou de littérature comparée, où les méthodes étaient tout à fait différentes, mais surtout inspirantes pour les autres, à mon sens.

Les Pulp Studies, c’est ce qui est né d’une conversation à laquelle j’ai participé avec Esteban Giner, Rémi Cayatte, en compagnie de Fanny Barnabé et Martin Ringot où nous avions buté sur un mot : voulions-nous faire des études pop ? Punk ? Non, Pulp, comme des romans de gare, comme des sous-corpus où le rire méprisant laisse place à un silence content de découvrir de nouvelles choses, sous de nouvelles formes.

Quand je fais de la recherche sur le jeu vidéo, j’aimerais écrire un article sous Twine pour montrer les embranchements quasi-rhizomiques de ma pensée. D’ailleurs, pourquoi ne pas en faire le compagnon d’une page de diffusion de commentaire académique en-jeu ? Pourquoi ne pas proposer des articles composites, plus tout à fait écrits linéairement à 100% mais aussi complétés par un (ou plusieurs) médias qui permettent au lectorat de comprendre en s’appropriant réellement le sujet abordé ?

Quelques initiatives actuelles

C’est ce que de nombreux camarades font en cumulant recherches et jeux vidéo (L’OuJeViPo, Esteban Grine) sous différentes étiquettes, avec des curseurs plus ou moins vers le jeu, plus ou moins vers  la création de contenu : vidéaste, créateur de jeu, un peu de recherche, un peu de vulgarisation… C’est aussi la raison pour laquelle à mon avis, nous (universitaires) faisons toustes des blogs de recherche ici, sur Hypothèses : parce que nous nous emparons de nouveaux espaces (pas si nouveaux, E. Verdeil date les premiers blogs scientifiques aux années 1990).

Les mains tendues vers le décloisonnement de la recherche hors les murs habituels des revues scientifiques et autres livres se multiplient. Parmi les exemples qui me viennent en tête, Claire Cornillon et son essai-vidéo sur The Leftovers qui se lit des deux manières données par l’intitulé, entre l’essai (et donc la comm’ scientifique) et la vidéo ; c’est aussi une extension de ce que certains vidéastes de YouTube présentent sur un format nativement numérique et non-destiné à des publics universitaires.

Vers des publications pulp

Elsevier propose aussi l’inclusion d’articles vidéo dans ses pages… Mais attention, ma joie a été rapidement remplacée par de la surprise : pour le moment, ça reste surtout réservé aux revues comme VideoGIE, qui, comme son nom ne l’indique pas forcément à première vue, traite de l’Endoscopie Gastro-Intestinale. Sur ce, je serais super rassurée si jamais les spécialistes qui lisent la revue de Gynécologie Mini-Invasive regardaient ces vidéos[4].

La revue angliciste Angles se donne aussi comme but d' »utiliser pleinement les possibilités offertes par la publication numérique et divers modes d’expression : texte, image, vidéo, podcasts, hyperliens…[5]  » dans sa présentation générale.

Bref, le vent semble tourner et ma liste non-exhaustive d’avatars de recherche moderne a l’air de montrer que la recherche du 21è siècle sera peut-être un peu décloisonnée… En cours : je vais proposer un article avec une vidéo de démonstration sur Shakespeare PNJ en jeu vidéo–wish me luck !

Bibliographie minimale :

Haraway, D. (1988). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-599. doi:10.2307/3178066

Haraway, D. J. (2015). Simians, cyborgs, and women: The reinvention of nature. New York : Routledge

Paveau, M.-A. (2012) « L’intégrité des corpus natifs en ligne », Cahiers de praxématique [En ligne], 59 | 2012, document 3, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 29 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3359

La recherche d’Eric Verdeil sur le blogging scientifique, où vous pourrez trouver un résumé de conf ici, déjà cité dans l’article, et sur son site personnel//blog scientifique. Je recommande particulièrement la lecture de « Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques » et « Comment je blogue« .

Recommandation décalée : pour les recherches concernant cet article, j’ai retrouvé P. de Munnynck, qui fait un très joli point God (sans win) en fin de parcours après une phrase d’intro du feu, « Le savoir humain est un », (l’équivalent d’un plus moderne « tu te la prends, tu te la roules, tu te la manges, Monique ». Personne n’oserait plus commencer un article comme ça, si ?). La curiosité en plus, c’est de se réclamer à la fois scientifique et religieux, ce que je trouve relativement bien ficelé dans cet article bien, bien ancien.

De Munnynck P. M. L’Hypothèse scientifique (suite et fin). In: Revue néo-scolastique. 6ᵉ année, n°24, 1899. pp. 337-351.

Pour citer ce billet: Goudet, L., 3 décembre 2019, “Pour une approche pulp de la recherche“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], https://lac.hypotheses.org/?p=1023, consulté le…

  1. Je dis ça, mais en vrai, j’ai adoré un article sur le performatif dans les recettes, par Bergounioux et Eshkol, qui m’obsède un peu en ce moment. []
  2. A ce sujet, je fais de la pub pour les copains, mais la vidéo « Jouer, c’est marrant ou pas ? » devrait apporter des compléments d’information sur le fait que non, jouer, c’est pas que du lulz en barre. []
  3. Meilleure phrase jamais ; j’essaie de m’en souvenir alors que mon monde de références est, lui aussi, entièrement façonné à l’aune de mon ignorance du reste. []
  4. J’ai essayé de regarder un truc sur les tératomes vaginaux, on va se dire non pour la reconversion en gynéco, même si les auteurs parlent malicieusement de tératome fistulisé, expression que je n’aurais JA-MAIS dû écrire de ma vie. []
  5. « to make full use of the possibilities offered by digital publication and different modes of expression: text, image, video, podcasts, hyperlinks… » []