Archives de catégorie : Tindre Détinte

“C’est à vous le gros ?” : conversations au coin de la rue et animaux domestiques

La vie est pleine de surprises, qui permettent évidemment de se poser des questions sur les situations d’énonciation quand on aime un peu ce genre de gaudrioles. Un sujet de recherche qui me plaît assez en ce moment, c’est d’imaginer ce que les propriétaires de maîtres de chiens se disent. Est-ce que, si jamais Kiki le terrier se met à renifler Biscuit la caniche, on est tenu de se parler ? Si oui, qu’est-ce que ces humains vont bien pouvoir se dire de plus que quelques phatiques hautement spécialisés ? C’est-à-dire, combien de banalités mais uniquement sur des chiens peut-on bien sortir avant que le malaise ne soit total ? “Ah, il a l’air de bien l’aimer… Et sinon, c’est quoi comme race ? Oh, il est beau quand même. Ah oui, hein, tu t’es fait un copain on dirait ?” (oui, il y a aussi le moment de l’énonciation bonus où on s’adresse à son propre animal).

Bref, le niveau zéro de l’interaction, surtout qu’à mon avis, tout le monde s’en fiche et que c’est de la communication bien moins efficace que ce que ces animaux pourront bien échanger en quelques coups de museau bien sentis. Là, on gagne du temps, et je ne m’imagine pas être à l’aise avec n’importe quel propriétaire de chien. Une amie m’a dit organiser des balades entre maîtres de chiens de la même race ; une autre organise des playdates entre son chien et d’autres. Mais qu’est-ce qu’on est bien tenus de se raconter, là, mystère.

Ce qu’on se dit quand on est forcés de se parler est ici thématique ; loin de moi de comparer les gens qui ont des enfants à ceux qui ont des animaux[1] mais leur ressemblance communicationnelle me semble liée au fait qu’ils sont obligés de parler de leur petit poulitou[2] avec d’autres gens, nonobstant leurs différences personnelles… En tant que propriétaire de chats, je me sens relativement épargnée : j’ai déjà travaillé sur les gens qui font parler leur animal en ligne comme “Je m’appelle Poupi, je suis un siamois coquin qui aime manger des endives !” et autres échanges sur des pages Instagram ou Facebook d’animaux célèbres… mais j’étais relativement tranquille. Je pouvais concilier l’amour de l’analyse de discours numérique avec les petits animaux pelucheux qui réchauffent les cœurs et commenter leurs petites rigoloteries et les likes qu’ils génèrent. En tant que propriétaire d’animal non sortables/non-sortants (non qu’ils Charybde-et-Scylla tout ce qu’ils voient, mais en tant que bêtes d’intérieur, ils ont surtout à faire avec des aspirateurs que des 4×4), tout allait bien…jusqu’à cette semaine.

Le contexte est simple : une mini-ville avec des maisons à jardin ; une petite impasse derrière la maison ; beaucoup de chats qui font leur vie dans les rues. Comprendre : le gros cri de chat que l’on entend dans les films, c’est les Street Fighters derrière chez moi qui se shoryukenent salement pour avoir le droit de squatter l’impasse. Je connais même le God Tier. En tant que Parisienne, il m’est encore difficile d’imaginer ces cris comme autre chose qu’une réaction intense de panique/douleur alors qu’en vrai, c’est de l’esbrouffe, je surveille les batailles que je peux voir. Dernier élément du contexte, et non des moindres, moi, sortant de la maison habillée en petite dame gentille, en même temps que l’un de mes voisins dans le cul-de-sac sus-mentionné. Après un échange de banalités où je sentais que le gars avait envie de parler, je n’ai plus eu de billes. Le moment où tout a basculé, c’est quand j’ai tenté :

–Il est à vous, le grand chat roux ?

Faut dire, là je cherche. Le voisin me briefait sur les nouveaux drames du voisinage (pensez petite ville, pensez “il était bourré et il avait son gamin à l’arrière”), alors il fallait que j’occupe un peu le terrain conversationnel. J’avais usé tous mes jetons de “aaah” quand on avait parlé d’un autre voisin. Je n’avais pas de potins depuis la galette des rois de la mairie alors j’ai visé local-de-chez-local. Que n’avais-je pas lancé là comme piste ! Mon voisin me regarde alors d’un air soupçonneux. J’ai compris que j’avais mis le doigt dans un Engrenage.

–Euh, oui, pourquoi ? Il est venu chez vous ?

–Non, non, enfin, si, dans le jardin, euh, il est mignon.

Je me voyais déjà accusée d’avoir donné des boulettes Friskies à son chat qui bouderait maintenant ses Whiskas, ou autre immense faux-pas auquel je ne serais pas habituée en tant que nouvelle petite dame gentille du quartier. Mais non. C’était bien pire :

— Il a pas déterré vos plantes ? Parce qu’il est allé chez le voisin d’à côté, ils avaient fait une petite platebande avec sa fille, vous savez, il a une fille de son divorce, et mon chat, il a tout déterré, et le voisin est passé me voir et je me suis excusé et je lui ai prêté mes outils pour qu’il répare les dégâts.

Bon, déjà, me voilà bien avec toutes ces informations (comme je n’avais plus de quota “aaah”, j’ai été chercher du côté des gros yeux et du hochement vigoureux de tête). Puis j’ai dû enchérir sur un :

— Non, il est très euh gentil, et comme j’ai des chats, il reste pas longtemps.

Quelle bêtise m’avait prise ! Déjà, être “gentil” et estimer la qualité de son griffu à base de n’importe quoi, c’était un peu tirer sur la corde. Quand mon salon se transforme soudain en Technoparade parce que mes chats voient celui du voisin et qu’ils sortent les tubes néon, Scooter et les miaulements de 400 dB, bon, ça impressionne. Je comprends que le greffier détale vite.

 

Là encore, le voisin m’a regardée avec morgue, et c’est là que j’ai compris que cette discussion n’était pas n’importe quelle discussion :

— C’est à vous le gros ?

–Non, euh, hein ?

–Le gros chat ?

— Oui ? Non ? Quoi ?

[là, je me suis dit que Monophtongue, l’indéterminé de 7kg était effectivement un peu gras, mais que si mon voisin avait aperçu la bête, c’est que j’avais besoin de changer mes rideaux]

Monophtongue, pas très content de devenir "Le Gros"
Monophtongue, dit “Le Gros”, conteste vigoureusement la calomnie.

— Non passque le mien, je l’ai entendu dans mon jardin une fois, il était en train de coller une rouste à un gros, c’est les cris qui m’ont fait venir. Quand ils m’ont vus, le gros a détalé–c’est pas votre chat ?

— Non non, ils ne sortent pas.

La conversation a continué ainsi avec moults autres détails absolument fascinants de cet acabit mais surtout, j’avais eu ma première conversation de propriétaire de chat. Et j’ai compris les 50 shades de nuances entre les conversations entre propriétaires d’animaux, suivant le contexte :

  •  Sur internet, les gens parlent du leur : ils sont très contents de pouvoir partager qui une photo, qui un témoignage, outré ou non (exemples polarisants : adopter ou être famille d’accueil vs les éleveurs peu scrupuleux qui créent des monstres pour de l’argent, et je ne parle pas des pages diverses sur la défense des causes animales). D’ailleurs, c’est un petit business croissant : Grumpy Cat et consorts ne sont que des pages qui permettent de faire une vitrine (monétisable) à ces animaux divers et les gens qui commentent parlent souvent de leur propre animal, dans une chenille-qui-redémarre auto-alimentée et assez bon enfant. Et puis maintenant, il y a les Neurchis, dont Neurchi de Piticha et Neurchi de Doggos, où on peut en plus se réunir entre gens cools pour partager historiettes d’animaux, photos, mèmes et même quelques conseils.
  • Les propriétaires de chiens qui se croisent sont obligés de parler, mais ils sont aidés : pendant que Kiki et Biscuit scellent une amitié indéfectible (faite des remarques très juste sur l’humanité de la part de Kiki et des blagues de Biscuit qui peut être un peu dure quand elle s’y met), les humains regardent. Ils regardent leur animal, celui de l’autre, et peuvent au moins faire des commentaires sur ce qui se passe directement sous leurs yeux. Ça donne un avantage conversationnel extralinguistique indéniable (et perso, si j’étais coincée avec Gertrudor “j’ai un t-shirt la rillette ça fait des couettes” le voisin, j’irais pleine balle sur les commentaires sur nos animaux en tirant discrètement la laisse).
  • Les propriétaires de chats hors-ligne (s)ont des créatures sales et perverses. Déjà, ils n’ont pas obligatoirement la bête à portée donc exit le commentaire sur “oh mais c’est pas trop dur d’entretien, les poils longs comme ça ?” Corollaire insupportable :  comme l’animal n’est pas contrôlable (je vois mal mon voisin essayer de dire à Glouglou son roux de ne pas déterrer les fleurs des voisins–et il y a plus d’un exemple de griffu qui n’aime pas que les endives, petit coquin va), ils sont obligés d’en parler de loin, tout en sachant qu’il y a peut-être une part de “au fait, ton chat a fait une connerie, je vais te crever les pneus”. J’ai aussi connu un exemple de chat d’extérieur qui s’était fait kidnapper pendant 3 mois chez une dame “qui pensait que c’était son chat et lui avait acheté un collier ROSE et qui l’appelait Mignon alors que c’est notre chat”–recueil authentique de la petite maîtresse de 7 ans de ce chat qui venait souvent chez moi squatter et que j’avais nommé secrètement Croquetto. Je n’ai jamais avoué ni le nom, ni le fait qu’il venait chiller tous les jours quelques heures.

 

Pourtant, super étrange, il n’y a jamais une question de communauté de pratique (qui me plaît aussi depuis des années). On ne s’apprend jamais particulièrement comment faire X ou Y spontanément (mais tous les propriétaires d’animaux du monde ont quand même ces connaissances, qu’ils donnent volontiers). Ca ressemble plus à quand tu vas chercher ton môme à la sortie de l’école et que la personne à côté fait pareil, que vous échangez un sourire et ça y est c’est parti la compile des best-of des platitudes de “et le vôtre il a appris à lire quand ?”, un peu dans les trois cas (d’où la comparaison avec le fait d’avoir un enfant, du début du texte).

 

 

***

Très peu de contenu matière à bibliographier, mais pour les noobs de la fonction phatique qui ont envie de comprendre, je peux conseiller Kerbrat-Orecchioni, C. (1999) “Les cultures de la conversation”, Science Humaines, Hors-série n° 27 décembre 1999/janvier 2000, disponible ici. On apprend des choses sur les conversations “symétriques et égalitaires” (et ça ouvre d’autres tiroirs vers les disparités culturelles).

  1. parce que ça entretient aussi le fantasme d’avoir un animal comme on aurait un enfant. Alors que la supériorité de l’animal est reconnaissable au fait qu’il a un bien meilleur goût vestimentaire qu’un enfant de moins de 7 ans, entre autres. []
  2. N’ayons jamais peur des mots. []

Distractions de l’été : marcher au pas ou techniquer dans le Cube ?

Alors que je gravissais l’escalier du métro d’un pas lourd et fatigué, j’ai calqué mon pas sur le rythme de la musique que j’écoute abondamment dans les transports en commun.
Et, à cause de mon pas lourd, donc sonore[1], les gens autour ont fait de même. L’homme devant d’abord, puis la fille à ma gauche. Ca a été assez mignon quand le vieux s’y est mis aussi. J’imagine que c’est une raison d’ergonomie : si on a un foufou qui court et virevolte entre les voyageurs, tout le monde finit par se cogner, alors que si on se calque sur les pas des gens autour,  en gros, on forme un bloc homogène où on a pas besoin de réfléchir parce que tout le monde avance pareil. Les membres les moins disciplinés se mettent à la périphérie (voire au milieu, si c’est trop des rebaylz). C’est ce qui nous sépare nous, Parisiens et gens responsables ou fatigués dans les escaliers, des touristes, des groupes de djeunz qui font rien qu’à faire n’importe quoi, et des petits qui courent comme des dingos pour arriver en premier à la cantoche.

 

Le truc qui m’a plu, en fait, c’était de me dire que mon pas lourd était calqué sur le rythme du refrain de Libertine, de M. Farmer[2]. Un jour, je pourrai dire aux petits-enfants de mes chats “c’est moi qui ai fait monter toute une rame de voyageurs hors du métro sur du Mylène, eh ouais”

 

Cette introduction me permet donc, sans transition, de parler de M. Mauss, et de ses techniques de corps, que j’ai coeur-coeuré intensément. Marcher organisé dans le métro, c’est partager l’espace public, parce qu’on sait le faire, parce qu’on a l’habitude (quand je vous dis que c’est ça qui sépare le Parisien du touriste qui fait rien qu’à monter dans les transports avant qu’on descende, qui se met à gauche sans bouger dans l’escalator, et qui reste planté devant les portes du métro une fois descendu, un plan de Paris à la main[3] ), et du coup, on a pigé le truc. C’est ce qui arrive aussi aux baroudeurs internationaux, qui s’adaptent –je vous dirai un jour comment j’ai appris à marcher comme une Anglaise, et à dire bonjour comme une Américaine. Bref, de la technique de corps à tous les étages.

Technique de corps ?

En gros, on a une imitation par un enfant ou par un adulte d’une action réalisée avec succès par une personne en qui il a confiance, et qui a autorité sur lui (qui est en position de prestige quoi).

Ou je pourrais dire que la technique de corps, c’est l’imitation de rites efficaces qu’on apprend et qu’on fait nôtres. Le mot “rites” fait un peu shaman qui secoue une coucourge séchée en récitant le tableau périodique des éléments, mais non. En fait, on se sert de ces rites pour tout faire (se laver, taper à l’ordinateur, se maquiller, faire du vélo, marcher au même rythme dans le métro…) et ça s’appelle technique de corps dans la bouche de Marcel. Marcel Mauss quoi.

Il en liste tout un tas, rangés du début de la vie jusqu’à l’âge adulte, qui dépendent de votre genre, âge, habileté…

 

Etude de cas :

Comme je suis disciplinée, et que j’aime bien mettre en application ce que je lis, j’ai choisi de pister les techniques de corps couplées avec des affordances dans l’intro d’un film d’horreur.Bah oui. Souvent, la scène d’exposition est une sorte de résumé musclé pour le spectateur : “Attention, dans le métro new-yorkais, on égorge des gens, y’a du tripoux qui vole !” (The Midnight Meat Train, en même temps, on pourrait s’attendre à QUOI d’AUTRE avec ce titre ??); “Ouh, j’aime bien mettre des gens dans des puzzles vilains, je suis un sacré garnement” (Saw); “Le mec avec le pull moche se fait un gant griffu et embête une fille dans ses rêves” (Freddy, les Griffes de la Nuit[4] ).
Bref, le film d’horreur se livre tout de suite maintenant au spectateur, histoire qu’on s’encombre pas avec une mise en situation longuette : on a payé pour avoir peur, on va avoir peur, et que ça saute même pas j’ai le temps de manger mon pop-corn je tressaille de trouille.

J’ai choisi, pour illustrer les techniques de corps, un film qui a mal vieilli mais qui est plein d’expertises et de techniques à comprendre : Cube. Mais si, vas-y, Cube, là, les mecs ils sont pris au piège on sait pas pourquoi dans un cube géant fait de plein de cubes plus petit, c’est genre Cauchemar à Tetris. Comme je suis une petite farceuse, j’ai pris la version française pour rigoler au passage des doublages.

Ce qui est bien avec Cube, c’est qu’on peut aussi bosser sur l’affordance en même temps que sur les techniques du corps vu que, contrairement à la nouvelle vague du film d’horreur (mais siii, celle lancée par Hallowe’en, où on te fait peur avec du connu, du qui devrait t’inspirer confiance), le lieu du film est complètement inédit pour nous, gentils spectateurs.

Allez, go, c’est parti Grand-Quevilly–voilà le lien vers la scène d’intro, histoire que tout le monde suive :

 

Avant la 2è minute, on apprend… : 

Premières secondes, on suit le cobaye désigné pour nous faire comprendre la mécanique du labyrinthe (que je surnomme Fifou pour l’humaniser un peu). Et on sait ce qui arrive normalement aux gens des préambules de films d’horreur… Bref, on ingurgite de l’info à tout berzingue :

– On voit que c’est comme un meuble Ikea design, la pièce où il se trouve, avec des carrés partout = le titre n’est pas trompeur, on est pas sur des trampolines intersidéraux.

– On apprend qu’on peut ouvrir les trappinettes avec la drôle de manivelle (là, on apprend aussi comment les ouvrir, je suis pas certaine que j’aurais pensé à la pousser vers le bas.). Bonus affordance : ça s’ouvre comme un robinet vertical, dans le sens des aiguilles d’une montre, comme ça, on est pas perdus.

– Chaque pièce (cubique) a sa couleur différente, comme un PC tuné avec des LED dans les ventilos comme ça on se perd pas.

– C’est minuté, on peut pas faire un courant d’air magique, la trappinette se referme comme ça hop.

– Y’a du sas partout, au plafond, au sol, sur les murs.

Minute 2-3 :

Bonus affordance : petites échelles discrètes pour atteindre plus facilement la trappe sans se vautrer comme un candidat d’Intervilles en se jetant sur le trou et en rampant du ventre dessus.

– Au fait, y’a des pièges mortels. Tu pensais que c’était vacances-chez-mamie-merguez-et-Feux-de-l’Amour ? Gotcha, Fifou !

 *****

Avant le générique, avouez, on a tout compris en gros à la mécanique du film. Après, petit rappel du titre, pour les deux amoureux du fond qui pensaient être allés voir une Hugh Granterie[5].

 

Hélas, je n’ai pas trouvé d’extrait probant pour les 10 premières minutes du film, alors va falloir suivre avec ce que je vous raconte. Ah, et ça fait un an que je prépare ce billet, et du coup, je n’ai que mes notes de visionnage–faut me comprendre, le film a très mal vieilli, et j’ai une tonne de travail à faire, tout ça quoi.

Bon, une fois que Fifou apu, on se retrouve avec une sorte de malandrin qui s’est évadé de prison, un flic-noir (stéréotype du film d’horreur, comme on aime) et une petite insipide genre brune avec des lunettes (qui dit “fille moyen attractive” dit “fille intelligente” dans le film d’horreur, et les lunettes, c’est souvent pour enlever 40 points de charisme au personnage féminin tout en codant subtilement “si elle est miro, c’est qu’elle passe sa vie à lire des livres avec des caractères minuscules dans la cave sans lumière, elle est vachement intelligente du coup parce que lire = intelligence vazi tu peux pas test”), les trois dans la même pièce.

Après une discussion pas fascinante, où on découvre un peu qui c’est tout ce beau monde, le Roi de l’Evasion enlève ses chaussures comme ça hop, devant une trappe ouverte. Le flic lui dit “Qu’est-ce que vous faites ?”, alors que l’autre, pas gêné, les balourde dans la pièce d’à côté.

“C’est plein de détecteurs de mouvement dans ces pièces.”, qu’il lui répond.

Point Mauss : Prison Break est en fait expert en sécurité, le corollaire de son don d’escape artist. Du coup il apprend aux autres à faire attention à ce qui pourrait arriver dans les autres pièces, et à anticiper histoire de pas se faire cramouiller la chetron (exemple : Fifou). C’est une technique de corps dont ils vont se servir plus tard. Normalement, je crois que pour les êtres humains, peur –> méfiance, mais on est dans un film de suspens, là, faut pas non plus trop en attendre de la part de nos amis.

[spoiler]Bon, avant la 20è minute du film, on perd le Mollah Omar même pas en mobylette, mais au moins, il a servi à enseigner la méfiance aux autres. [\spoiler]

Retour à la gourdasse qui a fait globalement jusqu’ici que retarder la 7ème Compagnie. J’avoue déjà un désamour envers le personnage, tant elle est nulle, mais heureusement, vient son temps de briller : entre deux pièces, elle nous avoue qu’elle est étudiante en maths. En se vautrant comme un candidat d’Interville, lors d’un rampage peu élégant entre deux trappes, elle voit des chiffres gravés sur le seuil du sas et nous lance “J’arrive pas à croire que je ne l’avais pas remarqué. Si les nombres de la pièce sont premiers, c’est que la pièce est piégée”.

Bon, là, elle lance une hypothèse au hasard, mais il se trouve que c’est la bonne, et pour nous montrer bien toutes les ficelles, elle fait rien qu’à exagérer : elle voit 645 et elle réfléchit en répétant le nombre pour voir s’il serait pas premier. Meuf, j’ai envie de te dire : “les nombres qui finissent par 5 ou 0 sont multiples de 5, donc pas premiers; je te dis ça alors que j’ai arrêté les maths en 4è[6] alors hein bon hein”. Bien logiquement, en voyant 649, elle dit direct “ah non, c’est 11 x 59 donc il est pas premier LOL MdR 😛 “.

L’autre la récompense avec un “[tu as un] cerveau magnifiquement intelligent” (plus de citations accablantes à la fin du billet) : en fait, la gourde maîtrise l’expertise nécessaire pour calculer si un nombre est premier ou non–elle gagne ainsi en prestige dans le groupe hétéroclite et mérite qu’on la lance pas comme les chaussures de Spaggiari une fois que tout le monde sera nu-pieds.

Il me semble qu’expertise (en affordance aussi) + prestige = technique de corps qu’on peut raffiner (pour qu’elle soit le plus performante possible) et enseigner autour. Il me semble aussi qu’on ne puisse pas séparer affordance et technique de corps : je sais me laver, mais ça sera pas la même suite d’événements suivant que j’utilise un gant de crin, une savonnette, du gel douche–et je ne parle pas du but : un chirurgien ne se lave pas les mains comme un enfant qui le fait pour faire plaisir à maman, comme une personne qui a des TOC et qui frottefrottefrotte, ou comme moi, qui me lave les mains normalement (au fait, c’est quoi, se laver les mains normalement ?? Vous avez 2 heures.). Buts, expertises, techniques de corps et affordance, tous ensemble tout le temps, en fait. Pour accomplir des choses triviales, quasi inconscientes quoi. Et c’est Marcel qui m’a fait prendre conscience de ça, donc merci, Mauss.

0926091546a
Photo personnelle d’un magasin, Texas. Plus vous agrandirez la photo, plus le clown prélèvera de votre âme, je vous préviens.

 

Je vous laisse méditer sur cette photo de clown apocalyptique : c’est quoi son affordance ?? Pour le coup, la terreur qu’il m’a inspiré m’a troublée pendant bien 5 minutes, avant que je ne comprenne sa fonction première. Et il va très bien avec les deux citations de Cube que je vous laisse : 

“C’est mon travail de voir le moi profond des gens”

“Vous avez des peaux de saucisson devant les yeux ?”

Voilà voilà, ça c’est dit, merci bien.

Au fait :

DeBoer, N., Guadagni, N., Hewlett, D., Richings, J., Robson, W., Wint, M. D., Meh, M., … Feature Film Project. (1998). Cube. Santa Monica, Calif.: Trimark Home Video.

Mauss, M., (1936) “Techniques de corps”, Journal de Psychologie, XXXII n. 3-4. Marcel est dans le domaine public au moins au Canada, du coup son article est ici.

  1. peut-être que porter des Doc Martens n’aide pas []
  2. Je sais. C’est pas ce que j’écoute normalement; c’est la faute au random de mon baladeur. Promis. []
  3. Mais non, enfin, je ne pense pas tout ça, moi, ami lecteur. J’ai compris depuis longtemps que, pour vivre heureux, fallait faire ses courses pas-le-weekend, et que dès avril jusqu’à octobre, fallait marcher ou à la rigueur prendre le bus pour ne pas être coincé dans une horde de colo de vacance de Croates de 14 ans. []
  4. encore une fois, c’est quoi cette TRAD MITEUSE qui donne TOUT au spectateur qu’on a même pas besoin de la scène d’intro ?? []
  5. Une fois, dans la queue pour aller voir un film d’horreur, j’ai vu une vieille dame, l’air propre, noyée au milieu des 2 types de spectateurs normaux : les couples-avec-le-mec-qui-protège-sa-copine, et les bandes-de-potes-qui-y-vont-pour-rire. Curieuse, j’ai suivi du regard la dame–quand elle a vu le nom du film sur l’écran à l’entrée de la salle, elle a fui. Dommage ! J’aurais aimé Mamie Gore. []
  6. A cause d’une prof qui m’a fait comprendre le concept d'”effroi”, ce qui m’a pas empêché d’avoir quand même 15 au bac en maths. OK, c’était un bac L. []