Archives de catégorie : Communications

Pop Confinement(s)

Cet article est une façon de mettre en forme les notes pour l’intervention du 9 mai 2020, à deux jours de la fin du confinement, pour la discussion « Pop culture et confinement » organisée par Deez Podcasts sous la houlette de Mehdi Debabbi-Zourgani sur Twitch.

C’est tout naturellement que j’ai été chercher du côté de séries, plus ou moins drôles, pour éclairer certaines réflexions, surtout sur les questions de la peur liée au confinement, à l’isolation, et autres thèmes de l’ancien monde de quand on avait pas passé deux mois à re-regarder des trucs du temps d’avant  en faisant des étirements chez soi avant de sortir, tout attesté.e.s. Je ne sais pas vous, mais tout a pris un coup de vieux méchant derrière les oreilles depuis le 16 mars–raison de plus pour en parler tant que c’est frais.

Peurs et effondrements :

La peur, ça me connaît : les différentes strates de sentiments (angoisse sourde et lente, épouvante rapide, répulsion, dégoût, etc) partent toutes du même simple constat : « Il ne faut pas rester ici, [Corentin], c’est dangereux ».  La liste minimale de questions à se poser, à mon sens, c’est :

  • Pourquoi c’est dangereux ? Est-ce que c’est les zombies ? Est-ce que c’est la Science ? Est-ce que c’est la Sorcellerie ? Déjà, décrire les limites du danger, c’est un peu l’apprivoiser
  • Où aller pour que ça ne soit plus dangereux ? Est-ce que le danger est dans la tête, ou dans le réel ? Est-ce des paroles réconfortantes qui attendent dans le pas-dangereux ? Des gens qui ont tout compris pour toi et qui mâchent le travail ? Est-ce une attitude personnelle ? Doit-on devenir un bodhisattva du cool pour échapper au danger ?
  • Est-ce qu’on peut en sortir ? Est-ce qu’on peut en sortir indemnes ? (avec, évidemment, la définition du « on », si fluctuante).

Questions auxquelles on peut ajouter la liste B :

  • Est-ce que ça va laisser une trace, tout ce danger partout ? Quel est le Nouvel Ordre Mondial ?
  • Est-ce qu’on sortira indemnes ?
  • Est-ce dangereux pour toustes ou juste pour le Corentin du début ?

En m’inspirant de cette checklist d’autodéfense mentale, et de trois éléments qui me semblent 1) hautement subjectifs, 2) imprégnés de ma culture personnelle et surtout, 3) pertinents ici, pour les craintes du confinement, j’ai été chercher du côté de la culture pop. Reflet du monde réel, on a déjà des éléments de réponse, imparfaits, à ce qui nous a attendus, et ce qui nous attend encore, en terme de Monde de l’Après.

Sublime illustration de couv d’un magique livre de Doomsday Prepper, qui résume bien tout à fait pas du tout la situation de confinement actuelle (mais les peurs, notamment américaines, de fin du monde, oui !)

 

J’ai volontairement écarté des éléments indispensables comme the 100, the Leftovers et autres Lost, qu’Anne-Lise Melquiond a longuement analysés dans sa thèse qu’elle a soutenue en 2019 (et qui fera très certainement l’objet d’un livre). Je crois en outre qu’un des discutants en parlera.

Je ne ferai ici qu’une très brève description des thèmes centraux qui m’ont attirée pour parler de ces sujets.

American Horror Story Apocalypse, pour le confinement du maintenant :

Premier épisode, l’hiver nucléaire et les ICBMs tombent sur toutes les grandes villes. On suit ici les élus, ceux qui survivent,  invités dans le bâtiment sous-terrain réputé imprenable de l’organisation secrète des Illuminati La Coopérative. Soit ils se distinguent par leur argent, puisqu’ils ont pu y aller, soit ils sont parfaits, génétiquement. On ne vous avait jamais dit qu’envoyer son ADN à Ancestry.com avait des conséquences et qu’on vous surveillait, hmm ?

Les 18 premiers mois de cette nouvelle vie où on se nourrit de nutricubes (puis de nutripetitsrectangles, puis de deminutrimiettes…) sont passés sous silence. Ce qui brise le status-quo, c’est l’arrivée de Michael Langdon, sous le prétexte de s’assurer que les gens de cet outpost sont sauvables, et emmenables dans le Sanctuaire…

C’est le moment où je regrette de ne pas avoir fini plus vite le long article sur pornographie et peur dans la première saison d’American Horror Story. Spoilers dans les paragraphes qui viennent, pour les deux saisons, dans le paragraphe qui vient.

Michael Langdon, si ça vous dit quelque chose, en bonnes spectatrices de la saison 1, c’est que c’est le nom de l’enfant de Vivian et de Tate Langdon. Vous vous souvenez, l’enfant d’une vivante et d’un mort ? C’est l’Antéchrist, suivant la mythologie d’AHS. Michael, comme l’archange bras droit guerrier de Dieu, revient[1]. Du coup, cette saison s’entremêle avec au moins la première…

Cette saison joue avec les mêmes thèmes que les saisons précédentes, puisqu’elle leur est liée : sorcières et surtout, satanisme ; craintes puritaines (après tout, les survivants n’ont pas le droit de faire l’amour et d’entretenir des contacts les uns avec les autres, selon la Coopérative (?)) ; la société est d’autant plus fragilisée que déjà, elle est constituée de très peu de gens, répartis en castes : les Pourpres et les Gris. Les gens ne sont plus égaux les uns aux autres, mais arrangés, comme dans un corps : Mme Venable et Mead sont le visage de la Cooperative, les « fourmis travailleuses » sont les Gris et les Pourpres sont les néo-aristocrates.

 

Les craintes tournant autour du nucléaire sont atténuées par les thèmes sataniques et le mélange axiologique : le Mal incarné par un des personnages qui essaie de faire… un peu le Bien. La peur d’un contrôle mondial par des sociétés secrètes avec de Grands Architectes sont un miroir de celles d’aujourd’hui : on se défie toujours un peu de l’autorité dans AHS, toujours corrompue et imparfaite.

Unbreakable Kimmy Schmidt, la survivante (pas si) béate :

« Females are strong as hell », dit dans le générique, est le leitmotiv de cette série de Tina Fey, qui nous présente Kimmy Schmidt (Ellie Kemper) comme une « femme-taupe » qui a vécu 15 ans dans un bunker, à la merci d’un gourou, le Révérend Richard, pour ensuite s’installer à New York.

Kimmy, malgré sa candeur juvénile, puisque sa vie a été mise en pause pendant 15 ans à l’adolescence, n’est pourtant pas une victime. Elle décide de sortir de son épreuve en se réinventant, dans une nouvelle vie, et avec un optimisme forcené et qu’elle s’impose. 

Tu peux tout supporter pendant 10 secondes. Une fois que ces 10 secondes sont passées, tu passes au 10 prochaines secondes, et ainsi de suite.

Kimmy découvre les joies de la vie du dehors, prendre le métro, s’acheter des choses, avoir un copain, rompre, faire des études et devenir l’agente (et non plus la patiente) de sa propre vie. L’émancipation qu’elle vit passe aussi par affronter la vie d’avant, le révérend (sur les quatre femmes-taupes, l’une d’entre elles, Gretchen, est encore subjuguée par le révérend et l’a suivi volontairement).

La série est parsemée de flashbacks sur la vie dans le bunker, qui illustrent les parallèles entre la vie du bunker et la vie du maintenant.

 

Les craintes millénaristes d’apocalypse religieuse sont les plus exploitées ici, puisque le Révérend essaie de subjuguer ses captives avec des histoires d’apocalypse religieuse…mais avec des bombes, on ne sait plus. En tous les cas, le Révérend parle avec Dieu.

Les abus propres à ce genre de captivité rappellent les exactions de tueurs en série (le nom complet du révérend est Richard Wayne Gary Wayne–une allusion à John Wayne Gacy, le célèbre tueur-clown qui invitait ses victimes à la maison). L’histoire américaine est parsemée de tueurs-séquestrateurs et Kimmy passe très rapidement sur les abus sexuels évidents qu’elle a subis.

 

Fallout, post-post confinement

Dans la série de jeux Fallout, qui se déroule au moins 200 ans après la fin de la guerre entre la Chine et les États-Unis, le confinement est optionnel. On a un dedans-dehors assez intéressant, entre d’une part, le/a Sole Survivor/Wanderer, etc, qui vient d’un refuge sous-terrain très bien isolé, et le monde extérieur de l’autre, où on vénère des bombes nucléaires non-détonnées, où on se bat avec des robots de reconnaissance chinois… sans compter les races créées à la faveur du long hiver nucléaire. Les goules, les supermutants et autres Radscorpions sont les avatars de nouvelles civilisations, portées par des idéaux militaires (Republic of New California ou même la Légion de César), chevaleresques (Brotherhood of Steel) ou anarchoïdes à tendance addictive (Goodneighbour, the Den dans une certaine mesure et les Raiders, tout le temps et partout).

 

La technophobie, la corruption physique et morale des scientifiques qui travaillent pour Vault-Tec et les conséquences de ces manipulations sont visibles dans des vestiges des Abris que l’on traverse quand on joue à la série de jeux. Les idéaux pacifiques ou guerriers, les menaces de cannibalisme dans presque tous les jeux, la violence traversent ce jeu, ancré dans l’Après, mais pourtant très remué par les avants successifs. Protagoniste excepté.e, puisque c’est le vaisseau qui nous emmène visiter les États-Unis de l’Après. Du confinement, pas grand chose ne lui reste, mais les personnages encore dans les Abris sont dans le déni, dans l’absolutisme, dans la perpétuation du monde… Certains Abris sont restés avec moi, des années après y avoir joué, comme l’Abri de Gary (F3) : les 54+ clones d’un seul type, Gary, se sont tous retournés contre leurs créateurs et ont pris le contrôle de leur Abri. Ne pas être un Gary, c’est mériter la mort (d’ailleurs, linguistiquement, ils ne disent que « Gary » de plusieurs manières pour parler…).

Un parallèle rapide avec les situations de confinement actuelles, les situations de stress, de violence et autres que nous vivons en ce moment glace d’autant plus le sang.

 

Bande-son de cette rédaction : la chanson « Black Mass » de Godfreekid, dont la version instrumentale avait été la chanson-phare de A Serbian Film. On peut y entendre une intro kitsch avec une prière à Satan en latin, mais en fait, c’est juste un rechercher-remplacer de prières chrétiennes (comme toujours) alors c’est un peu rigolo. L’instru est absolument parfaite, mais c’est assez amusant de voir que, même dans une chanson tarte-à-la-crème sur le satanisme où Satan parle lui-même, on a encore ces thèmes de société secrète, de sacrifice des faibles pour l’avènement d’un nouvel ordre, d’une catharsis par la violence ou la mort… le tout avec des références chrétiennes tous les quatre vers.

***

Ceci est simplement un document de travail préliminaire à la rencontre et aux discussions avec Karim Charredib et Yannick Kernec’h sur la chaîne Twitch de Deez Podcasts.

 

***

J’ai déjà abordé certains de ces thèmes comme :

  • Peur et folie comme outils vidéoludiques, dans le colloque Lusor in Fabula, Université de Rouen (novembre 2019).
  • La peur dans le jeu vidéo, dans une intervention au Stunfest en 2019 (audio, chez Ludologies)
  • Jeu vidéo, apocalypse, effondrements au Stunfest 2019 avec les camarades Diana Scott et Nicolas Bourgeois, ainsi que Sélène Tonon
  • Les apocalypses vidéoludiques (experiencing apocalypses in videogames) dans le colloque Médiations Apocalyptiques à l’université de Brest (mars 2017)–où j’avais évoqué Dead Rising, pour l’Apocalypse du maintenant, Fallout, pour le moment de l’après, et Mass Effect, pour l’Apocalypse qui arrive immédiatement sur nous.
  • Sexe, corps, désintégration dans la première saison d’American Horror Story, au séminaire de l’ERIAC, université de Rouen (mars 2015)
  1. oui, « Michael est de retour, alleluïa », je suis vieille []

Nouveaux formats sériels– Le cas Peepoodo

Ceci est un petit blurb des pistes proposées pour le 13 décembre 2019 dans les journées GUEST à Montpellier, du groupe de recherche sur les séries TV auquel j’ai la chance de participer depuis la saison 2. J’ai introduit mon propos dans la thématique générale « les avancées sur les formes et les formats sériels ».

Compte tenu du caractère (porno)graphique de la chose, les liens renverront directement vers les pages officielles de Bobbypills le cas échéant… Ca sera donc un article très logo et vidéocentré.

Bonne lecture !

***

Séries en ligne et webséries

Le format sériel existe en ligne depuis bien longtemps : je me souviens, adolescente, d’avoir été happée par le site Albino Blacksheep (ouvert en 1999) et ses séries plus ou moins (bien) inspirées comme Salad Fingers, créé en 2004, qui est… un ovni du genre. David Firth a tout uploadé d’un coup, les vieux épisodes comme les nouveaux, enjoy un peu à vos risques et périls :

Dans d’autres recherches, j’avais parlé de Slenderman. Ce personnage avait donné lieu à une série, Marble Hornet, dont les épisodes ont été vus parfois plus de 500 000 fois. (Pour vous rafraîchir la mémoire si besoin, c’est ici pour le crash course sur le creepypasta et Slenderman).

Je passe, en revanche, très rapidement sur les séries qui ont proposé des taggings et des expériences interactives aux spectateurices (dont, il me semble, Marble Hornet). Bien loin de Bandersnatch, où tout était déjà écrit pour ceusses qui regardent sur Netflix, commenter revenait à orienter l’histoire et le futur de certains personnages… un peu comme dans la fanfiction. D’ailleurs, ça en est, mais ça n’est pas le propos de notre histoire.

Network series

« Tout cela est bel et bon mais et Peepoodo dans tout ça ? », vous allez me dire, et vous aurez bien raison. Peepoodo & the Super Fuck Friends, c’est une série créée en 2017 par Balak, nom de scène d’Yves Bigerel, qui a aussi écrit Lastman, BD puis série passée sur Netflix.  Balak, c’est aussi quelqu’un qui aime à ce que l’image soit au coeur de son récit. Il a inventé ce qu’il appelle le Turbomédia, qu’il définit comme « une grammaire de BD numérique […] Il s’agit simplement de remettre au centre la lecture du dessin. » dans une interview qu’il a donnée à ActuLitté en 2016.

Balak réalise, et co-écrit, avec Brice Chevillard et Nicolas Athané, une série animée qui décale un peu tout les attendus : Peepoodo se présente comme :

« Série éducative pour les enfants de plus de 18 ans, Peepoodo & The Super Fuck Friends explore sans tabou la sexualité sous toutes ses formes, avec des bites et des nichons. Une sexualité positive, débridée et qui fait fi des préjugés… avec au bout compte, pour seul message, la tolérance. » (page officielle, Bobbypills).
 
 

Méga-vaste programme, qui se déroule sur 18 épisodes qui oscillent entre quatre et six minutes (donc, ni la longueur d’une série de network traditionnelle, en terme de nombre d’épisodes ou de durée–et qui la rapprochent donc des webisodes). Si besoin, voici la bande-annonce (en anglais) de la chose, qui devrait vous donner une bonne idée du ton de la série

Comme Happy Tree Friends, bien plus vieux mais pas tellement moins transgressif, on a droit à un générique trop coolios de bisous et de promesses d’aventures qui jouent avec nos horizons d’attente de Jauss.

Happy Tree Friends nous faisait pareil, de la gentille voix, des gentils animaux, un générique sans paroles mais avec une orchestration façon série pour enfants. Sans voir l’épisode (ici, s’arrêter à 0:21), on ne sait pas que ça va dégueuler d’ultraviolence.

Peepoodo revient sur les codes de la série pour enfants un peu différemment : sous ses airs de « chaque jour est un mystère » façon série formulaïque, on voit dès le début que Peepoodo a le sexe à l’air et floppi-floppant, sous l’oeil torve du soleil le plus creepos jamais représenté :

Note : je n’ai pas trouvé une version isolée du générique sur le site de Bobbypills et me suis donc servie de cette version du grand Tube. En revanche, elle ne contient pas le placard avertissant le public de la présence de nudité et autres turpitudes qui font horreur à la censure.

Le parallèle entre les deux séries est facile : les deux transgressent les morales établies dans ces univers faussement mignons peuplés d’animaux anthropomorphes, mais les différences entre elles sont substantielles.

Tout d’abord, les personnages d’Happy Tree Friends sont restaurés, ressuscités et retrouvés tels quels après chaque carnage, mais les amis de Peepoodo changent : Bernard le crapaud bibliothécaire meurt horriblement dans l’épisode 12, et, plus notablement, l’un des personnages principaux transitionne à l‘épisode 14 et n’est plus appelée qu’Evelyne jusqu’à la fin de la série. C’est donc un monde permanent, qui est détruit à la fin de la première saison, dans un moment ultraviolent qui tranche avec le reste de la série. En l’absence de possibilité d’indiquer des alertes aux spoilers, j’ai noirci le fond du texte. Le sélectionner pour voir la fin de la phrase. 

La série ne ment pas non plus sur ce qu’elle est : si le nom PeePooDo peut prêter à sourire et à fondre devant la mignonnerie de la chose (d’autant plus que nous voyons les très colorés Papidoux et Mamidoux à l’épisode cinq. Pour ne pas plus spoiler, je vous laisse vérifier l’évolution ultime de PeePooDo à la fin de la saison), les Super Fuck Friends  ne laissent pas le doute quant à la nature des images que nous allons voir. Et pourtant, ce contenu pornographique n’est pas non plus propice à la masturbation[1]. Les épisodes  font montre de diverses pratiques sexuelles : sodomie, urophilie, relations homosexuelles, triolisme, masturbation féminine ou masculine, voire abus de la masturbation vidéoludique dans un épisode très méta (BaruBaru Chan, ep. 6)… dans une dimension très éducative et décomplexante des sexualités[2] . On peut citer l’épisode remarquable sur les MST (épisode 9) où nous pouvons voir une merveilleuse chanson didactique aux images craspouilles à souhait.

De cette manière, Peepoodo s’inscrit dans diverses traditions : je lui ai trouvé 6 critères descriptifs qui pourraient s’appliquer à diverses séries. Je donne des exemples… qui sont seulement illustratifs et ne sauraient, malheureusement, représenter de façon exhaustive tous ceux qui pourraient satisfaire à ces critères (j’ai essayé, j’ai fait un tableau façon serial killer avec des points et des lignes partout).

  • Série animée pour adultes : la liste est longue. La grille d’Adult Swim en étant presque entièrement faite, on peut y piocher allègrement.
  • Personnages animaliers anthropomorphes, comme Aggretsuko, BoJack Horseman (ou même Adventure Time)… L’animal a quelque chose de cathartique pour le public, je ne vais pas revenir sur Apulée !
  • Thème : sexe dans une perspective positive, avec des images de relations sexuelles : là, j’ai l’embarras du choix. Entre Chewing Gum et son personnage principal qui veut perdre sa virginité, Sex Education et son adolescent qui s’improvise sexologue, comme sa mère, Lovesick où le personnage principal rappelle toutes ses ex pour les prévenir qu’il a une MST et donne le prétexte à une série de vignettes sur sa vie, passée et présente…
  • Humoristique : parce qu’il ne faut pas se laisser aller ! Il y en a énormément, comme Big Mouth (qui coche aussi la case sexe + série animée adulte),
  • Format court : de Bref en passant par Kaamelot (et vice-versa), la télévision française sait faire du format court… Mais on peut aussi penser aux Kassos (tiens, encore une série où Balak est à la réalisation), ça n’est pas de l’inédit…
  • Diffusion initiale en ligne : là, pour le coup, non seulement comme les Kassos, mais aussi comme Simon’s Cat ou, comme ma comparaison initiale, les Happy Tree Friends.

Réunir tous ces critères, ça n’est pas une mince affaire.. même si certains sont mutuellement dépendants : pour faire une série pornographique mais quand même grand public (donc, non diffusée sur une chaîne à péage), Internet est le meilleur endroit. Sexe ou violence, il est intéressant de voir que ce qui permet le plus de créer un grand écart, c’est de rester sur l’histoire « pour (grands) enfants », peut-être parce que l’humour et le décalage tient beaucoup à la fraîcheur de Peepoodo (dont la voix française n’est que celle de l’illustre Brigitte Cordier), peut-être pour éviter le sordide ou le simplement masturbatoire. Peut-être aussi parce qu’il est difficile de parler simplement pornographiquement, étant donné que, sujet sensible, la pornographie est aussi un laboratoire en soi, de la règle 34 aux séries qui mêlent horreur et sexe, comme American Horror Story (saison 1, par exemple). Aurélie Petit a aussi analysé la série comme étant du hentai européen, qui en reprend les codes, dans une communication en novembre 2019 dont je n’ai, malheureusement, que lu l’abstract. En tous les cas, une piste maxi intéressante qu’elle semble prendre par l’axe de l’histoire de l’animation (alors que j’aurais une approche plus porn studies, à tout choisir). 

Quels modèles économiques ? Quelles distributions ?

 Peepoodo est interdit aux moins de 18 ans, donc bye bye les circuits de grande distribution, même les networks qui permettent du dessin animé adulte comme… Adult Swim, patrie originale, entre autres, de Rick & Morty. Après un mois sur YouTube et 7 millions de vue, la série y est aussi sabrée… Alors comment faire pour que cette série perce ? Qu’est-ce que le studio attend ? Déjà, la liste des festivals dans lesquels Peepoodo s’est retrouvé est impressionnante. Moi-même, j’avais découvert Peepoodo le 22 juin 2018 à une soirée Bobbypills au cinéma Max Linder, donc hors d’un moment de visionnage habituel de série (d’ailleurs, je passe rapidement sur le fait que j’aie vu deux séries en intégralité, Vermin et Crisis Jung, le même soir, et hors festival).

Bobbypills, c’est aussi un partenariat avec Blackpills, que je connaissais pour avoir été une des 18 personnes à avoir téléchargé leur application mobile. Cette dernière permettait de voir des séries aux épisodes très courts (d’une dizaine de minutes), à destination d’une population qui consomme plutôt sur mobile. N’étant pas spécialiste d’études de réception, je ne peux que décrire sans analyser, mais à en juger par le choix de langues pour voir Peepoodo (7 pour les sous-titres, 2 pour l’audio),  le déferlement de fanart et de soutien twitté ou dessiné, de merch sur le site (parfois réservé à une frange riche, comme le sticker mural à $300), le succès du modèle de Bobbypills, qui propose de faire 3-4 séries par an, avec un effectif réduit, pour contrôler leur contenu ne semble plus à faire.

JUSTE après la fin de la rédaction de cet article[3] , la page Kickstarter pour financer la saison 2 de Peepoodo a ouvert. Quelque 12 heures après le début de la campagne, 42 000€ avaient déjà été levés par vous, nous et moi. Le lendemain matin, 55 700€–le tout pour un but initial de 290 000€ pour une saison à 5 épisodes, jusqu’à 540 000€ pour une full saison de 10 épisodes prévue pour décembre 2020, soit dans un an. Ah bah le voilà, mon business model !

 

Référence citée :

Petit, Aurélie (2019). « Studying Hentai in a Western context », Waseda Anime Symposium, 18 novembre 2019. Université de Waseda, Japon.

Pour citer ce billet: Goudet, L., 13 décembre 2019, “Nouveaux formats sériels– le cas Peepoodo“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], <https://lac.hypotheses.org/?p=1119>, consulté le…

  1. Attention, quand je dis ça, je parle de visionnage : le fanservice est partout, les fanarts montrent bien que les internautes sont à fond, et que le docteur Monique Lachatte est bae, mais il ne me semble pas que ce soit masturbatoire de façon primaire, dans le sens où l’histoire ne fait pas de concession au sexe à l’écran []
  2. De mémoire, c’est ce que M. Dorcel dit aussi dans un de ses tweets sur la série []
  3. Pas la publi, qui était simultanée avec la réunion []

Mèmes 2 – le côté obscur -mais parfois mince- de la force (mémétique)

Après le copypasta, vient le creepypasta, ou « on reprend les mêmes[1] et on recommence ».  Le creepypasta, c’est le copier-coller (« copy-paste ») mais en effrayant (« creepy »).

En bonne amatrice d’horreur en général, je ne pouvais pas passer à côté d’une description un peu scientifique de ce genre de mèmes. Le but premier du creepypasta, c’est de faire circuler du contenu censé déranger, voire effrayer le lecteur qui caressera donc une patte de lapin sur une échelle pour conjurer le mauvais sort.

Le lecteur ?

Oui, le creepypasta est plutôt écrit, bien que du creepypasta puisse être soutenu par une image un peu bien.Parce qu’un écrit a plus de poids qu’une image, puisqu’on passe du temps à le lire ? Pour rester plus longtemps qu’un sursaut ? Ces façons d’effrayer seront évaluées dans ce billet. Je me concentre surtout sur le mème écrit, puisque c’est le plus propice à être analysable, pour une discursiviste.

Le creepypasta se propage de façon mémétique, par copier-coller dans des forums; le problème principal est que, quand il n’est pas étiqueté « creepypasta AOC », il peut être propagé par des gens qui y croient pour de vrai de vrai, ce qui rend l’aspect épidémique encore plus intéressant… En gros, les recherches pour « creepypasta » ont commencé en 2007, et la vraie bonne vitesse de croisière a été atteinte en 2010 (pic de recherche : octobre 2012).

Pour faire peur, de quoi a-t-on besoin ?

2.1 : Le type de contenu

Parmi les creepypasta mémétiques les plus partagés, on trouve beaucoup de paranormaleries, de légendes urbaines brr brr, c’est-à-dire des choses qu’on nous CACHERAIT parce que le gouvernement est vilain/ou, un grand classique, le texte trouvé dans [un ordinateur/ une lettre non décachetée/ un blog sauf qu’on a effacé le billet en question/des lignes de code dans un jeu pour enfants (!!). Bref, des choses que nous, gentils, on aurait jamais dû savoir.

Mon étude est basée sur certains creepypasta célèbres (ou, au moins, propagés) : Slenderman, Lavender Town Syndrom (Syndrome de Lavanville), et l’Expérience Russe sur le Sommeil entre autres. Evidemment, l’analyse n’est pas exhaustive, le billet est pourtant très long, mais si jamais vous voyez mieux ou plus pertinent, la case « commentaires » sert à ça.

2.1.1 : La légende urbaine

L’aspect flou autour des légendes urbaines permet leur propagation facile : on ne peut en vérifier les sources précisément, du coup on peut flippeter sa maman si on est un tant soit peu crédule. En plus, la légende urbaine est majoritairement écrite, donc on peut la propager ou la produire plus facilement. Tous ceux qui possèdent un ordinateur ont un traitement de texte, après tout.

Prenons l’expérience russe sur le sommeil. C’est un creepypasta assez long, donc un peu plus dur à propager. Je pense qu’il y a un vrai lien entre la longueur d’un contenu, et sa facilité à être transmis : si c’est trop long, moins de gens liront, donc moins de gens propageront ou, au moins, se laisseront avoir. Ceci dit, cette histoire (en anglais) renvoie environ 26 000 résultats, ce qui n’est pas mauvais pour un creepypasta écrit. En plus, comme vous pourrez le voir, ce creepypasta est publié un peu partout (sur des sites de creepypasta, certes, mais aussi sur des forums de jeux vidéos).

Je commence mollo, ce n’est pas un exemple puissant (et il est parfois même considéré comme « deadpool », ou mort), mais c’est une gentille légende urbaine dont je vais vous livrer le résumé succinct : des tests effectués sur des prisonniers de guerre (on est dans du connu, on sait que ça s’est produit, donc on peut y croire plus facilement); ils sont contraints à ne plus dormir grâce à un gaz magique. A un moment, ils sont tout foufous paranos, puis plus rien. Les scientifiques commencent à avoir les boules sacom, (faut dire, on a pas de caméra dans leur chambre, et ils ont recouvert comme de par hasard les miroirs sans tain de pages de livres qui tiennent grâce à leur caca. Oui, on réinvente le torchis médiéval pour ménager le suspens du lecteur. Bon.) Les scientifiques, qui peuvent quand même monitorer la prise d’oxygène, commencent à flipper au bout de quelques jours de ne plus rien entendre bien que tout le monde soit vivant,  enlèvent le gaz magique, puis envoient des soldats pour vider cette petite salle. Et là, pim patapoum : les mecs se sont arraché les organes digestifs, ont mangé leurs membres, et y’en a un qui est mort et tout étalé dans la salle. Apparemment, pour bloquer un évier, rien de tel qu’un foie un peu bourré dans le trou d’évacuation. Bon. Les cobayes survivants sont assez en forme, veulent absolument qu’on leur remette le gaz magique (et certainement la télé avec le câble) parce qu’il faut pas qu’ils s’endorment (évidemment), tuent les soldats en leur arrachant diverses parties du corps, bref, c’est un peu joyeux et certainement coloré là-dedans. Je vous épargne quelques péripéties, mais les scientifiques tentent de jouer à Ikea avec leurs organes et de les remonter, sans les anesthésier puisque sinon, y claquent. Au moment de les remettre dans la chambre, il nous en reste plus qu’un, et un scientifique demande enfin « mais enfin, monsieur, comment ça se fait qu’on puisse pas vous endormir, que vous ayez une force de malade, que vous soyez mort de rire quand on vous replace le foie et patati ? ». Et là, notre prisonnier répond « nous sommes vous, nous sommes la foli-ieuh, le croquemitaine sous votre lit, celui qui vous suit tout le temps et dont vous vous prémunissez en dormant la nui-ieuh ».

Là, le scientifique qui en a marre lui tire une balle entre les yeux. C’est bien connu, tous les scientifiques ont des flingues, au cas où les sujets d’étude sont trop rétifs.

L’intérêt de la chose réside dans plusieurs facteurs, je pense :

– Ce sont de vilains Russes, le mème est (certainement) américain, donc on joue sur une petite opposition « ces Communistes sont d’affreux jojos, on a tous fait des expériences pendant la guerre mais eux, vraiment, c’est des vilains ».

– On sait en gros que, ne pas dormir, c’est mauvais pour le cerveau, qu’on peut en mourir (voire que la privation de sommeil a été utilisée pour torturer des prisonniers de guerre), donc on joue sur une peur facile du « mais kesskispass quand on dort PAS grâce au gaz magique? », comme une petite curiosité malsaine, ce qui attire l’attention du lecteur.

– On a du coucoucaché, avec un moment de suspens « mais pourquoi ont-ils recouvert les miroirs ?? »; le coucoucaché sert très souvent à ménager la surprise et/ou l’horreur du lecteur. Ou à amuser les enfants en bas âge (et certains chats).

– On a du violent, avec des choses impossibles pour un corps humain normal (je vous ai épargné les exagérations sur la force de nos prisonniers), ce qui nous permet allègrement de glisser ensuite dans du…

-Paranormal ! Parce qu’on a toujours besoin de regarder dans l’oeil de la bête du démon qui habite par devers le fond de nous-même. Je regrette vraiment de ne pas avoir lu plus de psychologie, et de ne pas pouvoir décrypter ce que la figure du croquemitaine en nous est, mais je suis certaine que des psychologues auraient beaucoup à en dire. Il me semble que, biologiquement, la peur est normale et saine, et j’imagine qu’elle doit se crystalliser dans une sorte d’allégorie du type « j’aime pas l’obscurité parce que je vois mal la nuit et que les bêtes sauvaches se promènent la nuit, donc je suis culturellement habitué à avoir peur du noir, je n’aime pas la solitude parce que je vis en communauté(s), donc quand papa et maman me couchent tout.e seul.e dans ma chambre le soir, forcément, j’imagine un [être totipotent effrayant-étiquette de mon malaise de noir + solitude + début de la conscience de la peur de la mort] ».

 

D’autres sont plus ou moins inspirées par des faits réels : par exemple, Ted Bundy, serial killer américain, demandait souvent de l’aide aux gens en prétendant avoir un bras cassé. La Légende de la Vieille Dame (20 000 instances sur internet)  s’en inspire : une jeune femme rentre du centre commercial, une vieille femme lui demande de la ramener chez elle, avec son petit sac de courses sous le bras. La jeune fille, cette nigaude, dit oui, et puis se dit « j’ai un mauvais pressentiment », donc, sous un prétexte fallacieux, elle va voir un des vigiles du SuperCarrouf pour lui dire « y’a une vieille bizarre dans ma voiture ». Quand notre brave sauveur des temps modernes et elle reviennent à la voiture, ils ne trouvent que le sac de courses de la vieille, qui contenait une perruque, la robe qu’elle portait, un gros couteau, une caméra et des rouleaux de gros scotch déménagement.

Dans ce cas, on prend appui sur un truc horrible mais fascinant pour certains (les serial killers, ou « mais kesskispass dans le cerveau psychotique ?? »),  plus une histoire du quotidien (rentrer chez soi, après avoir fait les courses) et cette simple association crédible et attestée dans la vraie vie créé la trouille.

 

2.1.2 : Le paranormal

Du croustifondant de l’horreur, on peut tirer des tonnes et des tonnes de choses d’un paradigme simple : « y’a un FANTÔME et il est AVEC MOI »; « le CROQUEMITAINE exiiiiiste ! ». Il n’y a qu’à regarder les films d’horreur (surtout les slashers) pour voir qu’ils jouent sur la peur de la domination faite par un être tout-puissant et plutôt pas prêt à faire une petite canasta avec vous, intuable, insaisissable et souvent peu disert (Freddy Krueger est un peu une exception, il maîtrise le sommeil et est plutôt marrant et bavard, dans les suites. Mais un Jason Voorhees ou un Michael Myers ne sont certainement pas des invités de choix pour un gueuleton entre amis, puisqu’ils ne disent jamais rien). Je n’évoquerai malheureusement (pour moi) pas plus les films d’horreur, mais on sait déjà que le paranormal est l’endroit où on range ses petites peurs.

Le paranormal est donc un aspect surexploité dans le creepypasta. Ou, au moins, le moins-normal.

Le Syndrome de Lavanville (Lavender Town Syndrom) est une légende urbaine assez sympathique sur l’univers de Pokemon, qui patouille beaucoup avec le paranormal… Qui dit « Pokemon » dit « enfants », qui dit « enfants » dit « trouille facile ». En gros, on retrouve des enfants qui se seraient suicidés après avoir entendu la musique de Lavanville parce que cette musique les pousse à se tuer (en fait, ceci rappelle la « fréquence sombre » également appelée « bruit marron », je vous laisse découvrir pourquoi), mais que sur 104 cartouches du jeu (c’est un élément qu’on retrouve sur les variantes de cette histoire).

On a aussi une version, toujours à Lavanville, où des personnages seraient codés (mais pas exploités dans le jeu), avec des fantômes et des vilains qui demanderaient à ce qu’on les libère de leur solitude. Et la simple vue de tout ça serait censée entraîner des suicides d’enfants.

Une autre variante raconte qu’un programmeur fou a changé le début de Pokemon, et que en gros, c’est une sorte de porte vers des gens morts qui leur seraient chers ET qui demanderaient en gros de les suivre. J’ai résumé court-court, mais ce creepypasta [EN] est assez intéressant et mieux écrit que la moyenne.

 

Une petite amuserie paranormale est la série des « Holders » (ou Gardiens si vous préférez) qui marche toujours un peu pareil mais que j’ai trouvée assez addictive. Dans une atmosphère lovecraftienne, il y a des gens qui garderaient des objets magiques. Pour récupérer ces objets magiques, un rituel assez compliqué vous oblige à faire X et Y choses, à affronter vos peurs, et, si jamais vous réussissez l’ordalie (voyez comme j’oriente le tout vers « vous », petit lecteur. En fait, le personnage central, c’est toi, ma bonne Lucette), que vous survivez et tout, on vous donne un objet qui a l’air un peu miteux, comme une boîte à musique, ou un tatouage (Malabar, j’espère).

Si tous les objets (y’en a 538, faut de la patience) sont réunis, ILS seront réveillés et réunis, et apparemment, c’est la dernière chose que nous (j’entends l’Humanité) voudrions.

TV Trope déplie exquisement cette histoire  et livre la liste des tropes en kit qui nous servent (les paranormaux sont soulignés, la traduction, le regroupement et les commentaires sont de votre servante). Voici une petite sélection de ceux qui reviennent :

Un Hôpital Désaffecté (en l’occurrence, ceux que j’ai lus, soit une bonne dizaine, parlent de « n’importe quel hôpital psychiatrique, dans n’importe quelle ville; spécial bonus pour l’Elysée local, le lieu du Gardien de la Légion) à Géométrie Impossible : tous les hôpitaux psychiatriques ont effectivement des salles un peu bizarres, et forcément, vous vous sentirez étrangement trop bas ou étrangement trop haut. Of course.

– Des Artéfacts de l’Apocalypse : là on est dans du lovecraftien, en plus ils ont un Effet Boomerang (on ne peut jamais les jeter) et font partie du Loto des Superpouvoirs : certains sont vachement bien, mais attention à l’effet Main Dans Le Sac, puisqu’ils peuvent provoquer des mutations. Te voilà prévenue, Lucette.

– les Gardiens sont affreux vilains (sauf Doctor Who, qui est apparemment le Gardien du Temps). Souvent, ils sont creepy-creepos dès le début (si jamais ils sont décrits) et ils vous racontent des Histoires à Vous Rendre Fous. Et, évidemment, si vous dites la mauvaise chose au mauvais moment, pim patapoum, vous Mourrez Dans d’Affreuses Souffrances.

Ces Gardiens (et la légende afférente) sont assez peu mémétisables (quoique) et surtout assez récents. Mais l’aspect copier-coller de leur histoire (et quand même, on a 538 + 1 histoires sur le site officiel) les place dans la catégorie des creepypasta. C’est un mème-motif assez récent, mais qui a l’air de fonctionner assez bien : je suis surprise des mois entiers où « the Holders Creepypasta » a semblé régner sur internet :

En bleu, « The Holders series », en rouge « The Holders Creepypasta »
Source : Google Trends

 

En fait, si je résume un peu, ce qui tient de la légende urbaine tient aussi un peu du paranormal. Tout est dans tout, puisque le creepypasta est virtuel et flippant, on peut se permettre de mettre une pincée de paranormal et, avec ces assises un peu malaisées, on peut décider du type de contenant que l’on donne à nos histoires qui font peur.

 

2.2 : Le contenant

2.2.1 : Du texte, encore du texte :

Le mauvais creepypasta est facile à différencier du bon creepypasta : le bon creepypasta, tu le copies et tu le colles, le mauvais, tu le copies et tu le colles. Mais il est mauvais.

C’est un peu la leçon que nous apprend « then, who was phone ? » qui prouve que, d’une bonne intention, on peut faire du mauvais :

Source : Know Your Meme (capture d’écran de 4Chan, forum /x/ sur le paranormal)

La traduction du tout donnerait « Donc, t’es avec ta copine et vs vs embrasez quand le téléphoen sonne. Tu répond et la viox dit « kesstufait avec ma fille? ». Tu le raconte à ta nana et elle dit « mai mopn père est mort ». ALORS KI TELEFONAYY ? »

On a un creepypasta court, qui commence avec une situation de la vraie vie (le lecteur est supposé être un homme, j’imagine, la lesbienne étant sous-exploitée sur internet), puis on a un élément dérangeant, et la conclusion « mon père est mort » donc hiatus-passage dans le paranormal, symbolisé par la conclusion. Le problème de ce creepypasta, qui suit les codes sus-indiqués, c’est uniquement la qualité cracrateuse de l’anglais utilisé.

On ne peut PAS avoir peur avec un creepypasta mal écrit. On ne peut pas assez entrer dans l’histoire si jamais on a un décalage personnel du type « hah, ça s’écrit comme ça. Ah non, là ça ne veut rien dire », on rentre dans une  autre catégorie ou même une récupération du mème (cf partie 2.3). Then who was phone n’est pas performant en tant que creepy parce qu’il est mauvais. En revanche, il se qualifie aisément en mème parce qu’il est récupéré : les commentaires de certains messages contiennent des références à « THEN WHO WAS [X] » (1er comm : THEN WHO WAS OLD LADY ?!; commentaire 18 : « BUT WHO WAS HOLDER ? »

 

2.2.2 : Photos affreuses

Jeff the Killer
Source : Know Your Meme

Mon ami qui vous fait coucou à droite, c’est Jeff le Tueur. Avec son visage qui n’est pas sans rappeler Fétide Adams et des photos d’orthodontiste,  c’est une figure du creepypasta que j’aime assez[2] . En effet, on prend un masque d’Halloween, un logiciel de transformation de photo, et hop, on obtient un visage vaguement humain (les éléments sont relativement branchés au bon endroit, on a des yeux et une bouche sur une forme vaguement oblongue, donc le cerveau décode « visage de personne »).

Ce qui créé l’horreur creepypastée, c’est le fait que Jeff exhibe des traits pas forcément en ligne avec ce qu’on attend d’un visage normal : les yeux sans paupière ou l’iris sans couleur nous placent dans la tératologie, l’absence de nez est somme toute assez effarante, et le tout avec un grand sourire nous montre qu’il a certainement une vision de l’humour un peu différente de la notre.La peur sur l’image affreuse, c’est celle de ne pas pouvoir utiliser de communication non-verbale. Après tout, si ça se trouve, il a envie de danser un slow avec nous, et pourrait tout autant vouloir créer de petites sculptures votives avec nos doigts. On ne peut pas le savoir, puisqu’on ne peut pas lire l’absence de métacommunication sur son absence de visage. Sur ce, il nous sourit. Ou rit. Le rire, comme nous avions vu dans le premier billet, est créé par le décalage. S’il est décalé par rapport à nous, c’est aussi qu’il nous décale. En plus, l’obscurité derrière lui nous laisse imaginer le fond de cave d’un hôpital abandonné, bref, tout ce qu’on aime.

Jeff joue donc sur de la peur un peu primale de ce qui est différent, voire très très différent. Mais en plus, on lui adjoint du texte. Le creepypasta d’image, je trouve ça un peu facile, personnellement. En fait, le mieux que l’on puisse faire, c’est de lui adjoindre du texte un peu antinomique sur le visage, et compléter le tout avec une histoire de Croquemitaine comme on les aime : en gros, il est au pied du lit de l’auteur, il lui chante presque une petite comptine, l’auteur veut pas s’endormir. Puis, tin-din, il se réveille en sursaut, en fait, il rêvait ? Mais la chute est fatale : « ses yeux sont la dernière chose que je vis ».

Jeff the Killer, sur 4Chan et évidemment son forum /x/

C’est CERTAIN que si jamais on voit ça avant de se coucher, on aura plus du tout envie d’y aller, jamais jamais jamais. La connivence de Jeff avec lui-même est donc affreuse à cause du décalage [image désagréable] + [discours inoffensif]. Le creepypasta ne serait pas si affreux si on avait pas l’image qui accompagne le tout, et qui fixe La Créature Qu’on Ne Peut Pas Décrire Sous Peine de Devenir Fou. Là, la créature est bien fixée, bien effrayante tout en étant pas tirée d’un catalogue médical « Térato-néonatologie 1986-87 : Edition Tchernobyl ». Le contrat-flippe est donc bien rempli.

En plus, il a généré des légendes urbaines de serial killer. Je ne tiens pas son nom de scène de nulle part (d’ailleurs, Jeff, Jeffrey Dahmer, il y a forcément un lien, donc ancrage dans la Vraie-Vie-Hors-Creepypasteurs). Ces histoires expliquent en gros comment il est méchant et comment il s’est arrangé le visage pour ressembler à ça. On est dans de la genèse de psychopathe fortement Dexterisée, postérieure à la création de l’image-choc.

Étrangement, la construction inhumaine du visage de Jeff me rappelle cette affiche que j’ai le malheur de voir dans le métro assez souvent :

http://i4.ytimg.com/vi/kYxbqK_hOXo/mqdefault.jpg
Ma première robot-party, affiche du Futuroscope.

Là, j’ai très envie de sauver cette enfant assez nigaude pour nous parler de « robot-party », une variante du so 82′  « surprise-party ». J’ai envie de lui dire : « Perle-de-Lait, ne te rends-tu donc pas compte que ça sera certainement aussi ta DERNIERE robot-party, si tu y vas ?? ». Je pense que  ce qui me dérange surtout, c’est ça :

Extrait de l’affiche sus-collée

 

Ces yeux vitreux et vides, cette humanité-ou-presque me laissent à penser que ce robot serait capable d’enclencher EXPRÈS le programme « XXX-trem Pelote Basque » pour transformer cette enfant en un amas de pulpes sanguinolentes, tout en nous le décrivant en détail avec une voix monocorde et androgyne : « … et ensuite mon chistera a perforé son artère fémorale au niveau du ligament inguinal, que j’ai ensuite arraché ».

2.2.3 : Vilaines vidéos

Je me suis déjà fadé des dizaines de creepypasta pour écrire cet article, et je vous avoue que l’idée de voir des vidéos flippantes ne m’a pas enivrée directement. Je me bornerai donc à dire qu’il existe moult vidéos (et Jeff aussi en a une, le petit coquin), qu’elles reprennent des thèmes connus, comme le sursaut, ou passage du moment normal et rassurant à une tête de zombie qui hurle, ou (ce qui m’intéresse plus), des trucs à base de « La Vidéo La Plus Effrayante d’Internet », mais ça, franchement, c’est au dessus de mes moyens de discursiviste (on est plus du tout dans du mème écrit), comme de mes moyens humains.

En bonus, je vous informe qu’il existe même des vidéos de connivence perverse de gens qui filment leurs enfants ou leurs amis devant des contenus affreux pour voir la tête qu’ils ont quand ils vérifient mentalement l’intégrité de leur sphincter.

 

2.3 : Réappropriation du creepypasta :

Heureusement pour moi (et pour vous !) la fin de ce billet est plus heureuse : il s’agit de la réappropriation du creepypasta. Pour résumer, un peu ce que j’ai tenté de faire pendant tout ce message : rendre les creepypasta rigolos et/ou différents pour qu’ils soient plus digestes pour la psyché mise à mal.

2.3.1 Réappropriation comique
Voici enfin le personnage à qui ce titre faisait référence : Slenderman (ou Slender Man), l’homme mince et émacié qui pourchasse les petits enfants. Le contenu est connu, le contenant multiforme : vidéos, images, photographies, légendes urbaines… Comme d’habitude, il n’a pas de visage (ça nous rappelle Jeff, mais aussi n’importe quel type de croquemitaine ou de Gardien non décrit), et puise dans l’imaginaire collectif. Son histoire est assez étonnante :

Something Awful poste un concours de photos paranormales trafiquées (plus intéressant, un membre du forum qui dit aimer créer des images paranormales !!). Dans le lot, des photos où on voit flou mais c’est pas sûr une sorte de forme humanoïde qui dépasse les limites de ce qu’on attend d’un être humain en terme de croissance:

slenderman-2-784777.jpg
La contribution de Victor Surge, 10 juin 2009. Source des photos inconnue.

– Reprise par /x/ de 4Chan, et ça tombe bien : un grand homme, en costume classe, on en a déjà vus dans des jeux vidéos (Tall Man, dans Trilby’s Notes, le 3è jeu de la série Chzo Mythos[EN]) ou dans des mythes allemands du 16è siècle. Comme quoi, nos internautes Photoshopophiles n’ont rien inventé.

– Cette figure mémétique du croquemitaine enfle, une saga vidéo, Marble Hornets est créée, il a même un Wiki pour lui (et une tripotée d’autres sites).

– On commence à glisser dans une certaine familiarité, il se retrouve affublé du surnom ‘slendy’ (paradigme le plus recherché : « slendy man »).

 

Et là, c’est le choc : de Slenderman, figure un peu effrayante et anonyme, on se retrouve à voir son frère, Trenderman (regardez, ils ont pris « trendy », à la mode puis lui ont collé le suffixe -er pour se rapprocher de Slender Man et voilà. Ca nous fait une nouvelle figure mémétique).

Première photo de Trenderman, auteur et lieu inconnus (Août 2012)

Du coup, les dérivés sont bien plus légers, les blagues jouent sur le mythe de Slenderman, avec une passion pour les fringues : « Je vais t’emmener dans les ténèbres… Pour ne plus voir tes vêtements ridicules ! ». Si Slenderman est effrayant, Trenderman est résolument homosexuel (les images le montrent le poignet cassé, il utilise les vocatifs « girlfriend » ou le mot « fab ») et très chic.

Mention spéciale aux Tumblr de question pour les deux frères : Ask Trenderman et Ask Slenderman. Deux atmosphères, deux mondes, et pourtant.. C’est tout de même la même figure de « Celui Qu’on Ne Peut Identifier », réappropriée et exploitée de façon positive.

 

2.3.2 : Combattre le Mal par le Mal 

Jeff (toujours le même, l’unique, l’inégalable) est un petit fripon. Il est apparu en août 2011 (comme en atteste le marquage de date du message de 4Chan), et a entraîné à sa suite un étoffement de sa légende en la personne de Jane the Killer, à peu près un an après sa création (merci, Google Trends).

Si lui est moche ++, elle est assez jolie et relativement humaine, si on aime les yeux très noirs-mieux-qu’un-goth (je vous épargne les résultats assez crousticraquants de petites ados qui se prennent pour Jane et font des Photochopperies de leur visage gracieux).

Là, je vous connais, vous allez me dire « Jeff the Killer, Jane the Killer, c’est un spin-off un peu craspouillis, non ? ». Eh bien non.

Il s’agit d’une réappropriation de l’horreur par une Némésis de celui qui est notre Némésis. Jane the Killer n’est pas tout le temps aimable envers les êtres humains comme on peut le voir ici. Voilà la « Vraie Version » (erm; à lire après le premier lien sur elle) de son histoire.

Cependant, tout le monde est à peu près d’accord sur une chose : elle déteste Jeff, et veut nous le désentrailler à qui mieux-mieux. Certes, elle tue parfois aussi des gens innocents pour faire bonne mesure, mais elle est là pour atténuer la peur (c’est soulevé ici, dans cette discussion d’internautes, qui déplorent que Jeff fait moins peur depuis qu’elle a été créée). En plus, son creepypasta reprend « Go to Sleep », et le satirise : « Don’t go to Sleep, you won’t wake up ».

J’en viens à penser qu’il était « trop » en terme de peur, et que, pour le contrecarrer mentalement, il était impossible de lui imaginer une passion pour la collection de grenouilles,  ou un jumeau/alter ego plus digérable.

A la place, les internautes ont fait ce qu’ils ont pu, et lui ont créé un double-mais-en-fait-non, à sa hauteur pour le battre (je vous glisse le lien vers une vidéo de 55 minutes, de Mr Creepypasta, qui nous fait don d’une bataille entre nos deux enfants terribles. Je vous avoue tout de suite que je n’ai pas eu le temps de la regarder[3] mais son nom revient souvent quand il est question de l’adaptation vidéo de creepypasta).

 

Pour conclure, brièvement après un article très long, je voudrais dire que je suis impressionnée par les vecteurs de créativité des internautes, encore et toujours. Ils utilisent tous les moyens à leur disposition (vidéo, audio, et, évidemment, écrit… Sans oublier le jeu vidéo–Slenderman a été adapté par des créateurs indépendants, pourquoi ne pas imaginer des franchises avec des studios professionnels ?) pour un exercice pas forcément facile, la création de peur, ou, au moins, d’un sentiment désagréable.

 

En vrac, j’aurais aimé traiter : le choix blanc et noir d’illustration des sites de creepypasta,  les vecteurs de la vidéo, les cachotteries méchantes du type « smile.jpg » qui sont très similaires à Jeff, et aussi l’aspect plus spirituel du mème transmis : on transmet une idée (donc une vraie unité culturelle), qui est dupliquée à l’envi. Je suis très tentée de dire que le creepypasta est entre la conception internet du mème, et des visions plus traditionnelles de la mémétique. En attestent la richesse des histoires, leur qualité générale et… le malin plaisir que l’on prend à faire « bouh ! » à ses congénères.

 

Ce billet serait psychologiquement plus fantaisiste sans l’intervention de consultant ès Têtologie, Martin, qui a bien voulu lire les 14 pages Word envoyées au milieu de la nuit. Que les LOLcats inondent son chemin, et que Trenderman lui offre de beaux vêtements pour Noël, je le remercie chaleureusement.

 *  *  *  *  *

Bibliographie non exhaustive. Les liens se suffisent souvent à eux-mêmes, mais si vous voulez aller un peu plus loin et étudier les creepypasta…

Know Your Meme (2009) Creepypasta  ( http://knowyourmeme.com/memes/creepypasta [EN], la base pour qui veut décrypter des mèmes [EN].

Creepypasta http://www.creepypasta.com/ qui se présente directement en parlant de « microfiction » et d’histoires paranormales effrayantes [EN]

Bribes perdues (2011) : http://www.creepypasta.fr/ : des histoires qui seraient effrayantes si elles étaient bien écrites; mais je reconnais l’effort de mise en page du tout, et même, la qualité de certaines idées. [FR]

 

 

[1] : dis donc, petit lecteur chafouin, tu ne croyais tout de même pas que j’allais faire un jeu de mots avec « mèmes », si ? Je tiens à ma dignité.

[2] comprendre : la première fois que je l’ai vu, je me suis pas exactement jetée sur lui dans la rue, c’est peut-être un peu le contraire. Il s’est jeté sur moi sur internet et j’ai couiné.

[3] J’ai une thèse à écrire, ma bonne dame.

Humeur du jour : Fa’tchigue niveau compétition. 

Bon point : j’ai récupéré des milliards de livres. 

Mauvais point : je dois maintenant pousser les murs pour les-dits livres. Et les lire. 

Abstracts en souffrance : plus qu’un, mais il est entièrement à conceptualiser. 

Mèmes 1- Copypasta : le Prince de la Connivence (de Bel-Air)

En complément du petit exposé oral que j’ai effectué (le lecteur malin comprendra que je suis intellectuellement malhonnête, et que je rédige ces lignes avant mon exposé de séminaire, et que, si ça se trouve, je suis en train de siroter une margarita dans un B&B sensuel dans le nord de l’Écosse), voilà des bribes de compléments auxquels j’ai pu penser en amont, qui constitueront le premier cycle de messages inédits de ce carnet de recherches.

Pour les (mal)chanceux qui ont raté mes deux dernières interventions, je travaille actuellement sur la mémétique, et, pour les quelques billets à venir, sur le phénomène du « copypasta ». Le copypasta, c’est la propagation d’éléments-supports (macros) par écrit, sur internet. Ce phénomène numérique indigène, il me semble (au moins dans la façon dont il est propagé) a la particularité d’être quasiment uniquement écrit; ou alors de comporter une composante écrite qui constituerait le coeur de la chose (encore que le creepypasta, que je traiterai plus tard, ne rentrerait pas forcément dans cette définition un peu stricte).

Sans plus d’introductions, j’annonce le…

 1.1 : « Bel-Air »-isme :

J’ignore la raison du pourquoi ou du comment un jour, sur 4Chan, un utilisateur a arrêté de raconter une histoire abruptement, et a embrayé direct sur les paroles du générique de cette série.

C’est comme si je disais « Faut que je te raconte un truc trop marrant qui m’est arrivé l’autre jour avec Martine, oh là là, c’est trop dingo quoi. On prenait un café comme tous les matins, normal, et elle a eu le culot de me demander si elle voit souvent rouge, avec elle ça bouge, Maguy soleil ou bien Maguy larmes, on est sous le charme[1].

Un néologisme est même apparu en anglais, le verbe « belair », et l’Urban Dictionary atteste des formes aussi diverses que « belair’d », « bel aired », ou « beiaired »… Des utilisations passives qui arrivent en tête des résultats ? Oui, parce qu’on voit cette substitution par l’angle du co-énonciateur, et pas par celui du blagueur. Ne vous inquiétez pas, il y a pléthore de définitions différentes (pour le même lemme) avec tout de même une bataille linguistique concernant les entrées pour « Bel Air » : apparemment, la ville de Belair-Edison (dans la banlieue de Baltimore) concurrence notre bon ami Willy question popularité.

Je suis surprise par la faible proportion de belairismes dans les définitions. Le statut du scripteur de l’Urban Dictionary enlève donc le sens de l’humour, pour créer un exemple efficace ?

Revenons à l’utilisation linguistique du belairisme :

Bien que je comprenne le côté comique de la situation (et la blague de potache), l’idée de prendre cette série, pour l’utiliser à des fins intellectuellement malhonnêtes m’a interpelée (comme quoi, Pierre Bourdieu avait raison de dire que le choix des sujets de recherche en dit long sur le chercheur). Et c’est peut-être ce côté aléatoire (qu’en anglais, je qualifierais de « random », voire « WTF?! ») qui, justement, fait de cette utilisation un petit plaisir coupable qu’on s’autorise…

En écrivant ce billet, je garde en tête le « Rickrolling », art de donner un lien vers une vidéo forcément trop intéressante qui est en fait… le hit de Rick Astley, Never Gonna Give You Up, chef-d’oeuvre ringardos mais plein de bonne humeur. Je pense que la nuance entre le belairisme et le rickrolling se situerait dans le fait que rien n’est transformé ou créé pour faire un rickroll. On envoie juste un lien fantoche, mais ça ne constitue pas la fine fleur créative du belairisme, où on tente de relier une accroche d’histoire à notre générique.

 

1.2 : Bait and Switch

On appelle tout de même ces deux phénomènes  « Bait and Switch », soit « appâter et échanger ». D’abord, on accroche l’attention du co-énonciateur avec du ronron mental intéressant, type confession intime (un ragot, une histoire un peu sexuelle, ou une confession à avouer), et, une fois le poisson ferré, on lui balance un contenu qui n’a rien à voir avec la choucroute.

Ce qui m’intéresse, c’est l’aspect de connivence qu’on attendrait normalement d’une blague ou d’une devinette, les deux marchant à peu près pareil (on raconte un truc, et la chute est l’élément qui créé le décalage qui, en retour, créé le rire). Dans une blague, on reconnait les marqueurs ouvrants type « c’est un curé, deux Indiens et un perroquet… » (avec des variantes sans ouverture) qui pointent vers ce qu’on est en train de dire. Peut-on aller jusqu’au performatif, c’est-à-dire « si je dis « c’est + [des gens] + [une situation] on reconnait forcément le codage « blague », ou « tu connais la différence entre [Y] et [Z] », pour poser l’aspect ludique de la devinette  ?).

Bref, normalement, lorsqu’on plaisante, on partage un moment de complicité avec l’autre. Il y a une amorce mentale des deux côtés, le coénonciateur se met en situation pour entendre du rigolo, et l’énonciateur fait tout pour raconter sa blague de façon performante (intonation dynamique, pas de digressions, j’imagine). Je suppose qu’il est difficile de rire d’une blague d’une personne que l’on n’aime pas (donc la cohésion joue un rôle; à l’inverse, pour ne pas faire perdre la face à une personne qui aurait raconté une blague nulle, on peut faire un rire de complaisance à la Sheldon).

Eh bien le Bait and Switch, c’est un peu la même chose, mais sans aucun marqueur humoristique. Justement, l’humour de la chose repose sur le fait qu’il n’y ait pas de trace linguistique d’humour, et, souvent, le seul à rire, c’est… l’énonciateur.

On se retrouve donc dans une sorte de perversion de la connivence, avec un humour mimétique (je suis marrant, donc je rigole de ma blague mais toi pas forcément puisque je l’ai faite à tes dépends). L’attente du lecteur est trompée, il se retrouve soit interloqué, soit amusé, parce qu’il est lui-même dans le recul nécessaire pour décoder ce qui vient de lui arriver.

 

1.3 : Nouveau genre audiovisuel : surplomb de la connivence perverse

Ce que j’appelle « surplomb de la connivence perverse », c’est le fait que ceux qui maîtrisent la littéracie du bait and switch attendent à voir la réaction de leur ami, maman, ou camarade de forum en surplombant la situation, puisqu’ils en connaissent les codes parfaitement. Mais ce surplomb de connivence perverse peut à son tour être partagé par les connaisseurs.

Un nouveau genre de vidéo sur YouTube (et certainement dans les vidéogags divers) a donc fleuri : la réaction à [X].

Prenons une horreur, comme « 2 Girls 1 Cup », essence de la vidéo-choc sur le net. Pour ceux qui ne connaissent pas, je me bornerai à dire qu’il est question de deux jeunes femmes ayant manifestement besoin d’argent, de fonctions naturelles et de détournements contre-nature des-dites fonctions. Jon Lajoie a fait une chanson d’amour (en anglais) assez mignonne, une sorte de réappropriation positive de ce bijou d’horreur sud-américaine.

Pour réaliser votre connivence perverse, il vous faut cette vidéo + un témoin qui sera certainement horrifié. Prenons une grand-mère, ou une petite dame un peu sensible.

Derrière l’écran, placez une caméra. Et filmez le visionnage pour capter les émotions sur le visage de votre victime à mesure que le « viens, je vais te montrer une vidéo de chatons » s’effrite dans son esprit. Je vais éviter la psychologie de comptoir, mais je suis certaine qu’il y aurait des choses à dire concernant ce nouveau genre… je vous présente une réaction en vidéo, qui a tout de même 9 millions de vues :

https://youtu.be/_SsUTLAhbWE

Le jeu de regards est assez intéressant, entre l’écran et, certainement notre méchant qui fait peur à Mamie Marlène. J’apprécie les protestations et la fascination pour l’horreur qui se joue dans cette vidéo courte–peut-être parce que je maîtrise le matériau de base, et que, du coup, je suis entrée du côté obscur.

Je vous laisse donc avec une autre vidéo croquignolette, qui met en scène une bande de Marines à Fort Knox. On imagine les types burinés, et, pour le coup, le dégoût est mutuel et assez amusant, même si on ne connait pas 2G1C. Ils crient tous de concert (0:32, et, ensuite, assez régulièrement). J’ai eu l’impression de regarder des gens dans une montagne russe, en visionnant ceci. Chacun sa réaction, la plupart partage avec les autres (d’où les cris de protestation). Mention spéciale à celui de gauche qui garde tout à l’intérieur de lui, certainement dans sa petite boîte mentale « ne pas ouvrir avant 2078 », ce qui m’a particulièrement plu :

Jamais, dans aucune de ces vidéos, on ne voit le bon créateur de la vidéo de la torture mentale… Heureusement que YouTube lui donne un nom, à défaut d’un visage…

 

Le prochain billet de cette série, introduit par la perversion de ma connivence est un mélange entre le bélairisme et la connivence perverse : je vous parle ici du creepypasta, soit copypasta pour effrayer et/ou titiller dans le mauvais sens le co-énonciateur.

 

 

1 : J’hésite à catégoriser l’absence ou la présence de connaissance de « Maguy« , série cabotine et tocarde au possible, comme un critère de réussite ou d’échec dans sa vie. Pour le coup, j’ai mis un lien vers un épisode complet avec Jackie Sardou, des collectes de vêtements pour le Santa Rica, et une femme de ménage très forte en spoonerismes.