Archives de catégorie : Ponctuellerie

Putting back the LOL in PhonoLOLgy et autres mèmes linguistes

Un très court message, pour vous présenter (au cas où ce n’est pas déjà du connu/maîtrisé) la page Facebook de LOLPhonology et autres linguisteries d’internet qui flirtent avec la mémétique et la culture internet pour fournir à 4000 membres (linguistes et geeks ?) du LULZ scientificogeek.

Moi qui veux vraiment me lancer dans la confection d’un arbre syntactique pour mes étudiants, en prenant une phrase mémétique d’Xzibit qui est un peu le maître de l’hypotase (et qui est utilisé pour parler de la récursivité, dans la culture internet depuis 2009)…

Pour ceux qui ne connaissent pas le mème d’Xzibit, ou même son nom, en gros, le snowclone[1] de ses phrases est « Yo dawg, I heard you like X so I put an X in your Y so you can [action] while you [action] ». Par exemple, une de mes préférées–c’est difficile de produire du Xzibit sans image accompagnant le tout (« Yo, dawg, j’ai entendu dire que toi et ton chien vous aimez le yoyo donc j’ai mis ton chien dans un yoyo comme ça toi tu peux faire du yoyo avec ton chien pendant que ton chien fait du yoyo, dawg », ça sonne tout de suite moins bien) :

yo-dawg-yo-yos.jpg
Uploadée par C M Punk sur Know Your Meme ( http://knowyourmeme.com/photos/176526-xzibit-yo-dawg )

 

Donc, on en revient à l’histoire principale : moi, qui veux utiliser Xzibit; je suis tombée sur ça en furetant sur la page Facebook LOLphonology (daté du 15 février 2013) et depuis, je les aime d’amour  :

Xzibit paratactique. J’aime. Je partage.

 

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas que de la phonologie (bien qu’on soit bien servis), et en plus, l’auteur (les auteurs ?) reprend des couvertures style pulp et les adapte à divers sujets de linguistique (la théorie de l’optimalité ou le Grand Changement Vocalique, par exemple), en reprenant au passage d’autres mèmes connus comme Sudden Clarity Clarence, Linguist Llama (d’ailleurs, si vous ne connaissez pas le tumblr du  Linguist Llama, c’est un étudiant de lycée trop mignon et vraiment passionné de phonétique et de phonologie qui bricole des trucs dans son coin et qui répond gentiment aux mails, passez le voir. Mon coeur a explosé en milliers de petites guimauves quand j’ai vu que son costume d’Hallowe’en, c’était lui-en-mème-avec-une-transcription-phonétique).

 

Comme quoi, étrangement, avec une des sciences de la linguistique la plus col roulé-veste en velours côtelé, on peut faire du neuf et de la mémétique. Je me demande même si ce n’est pas la relative aridité de la syntaxe ou de la phonologie qui leur permettent d’être « marquétées » par de jeunes passionnés geeks ou au moins versés dans la culture internet… More to come (j’espère) !

LOLphonology est aussi sur Twitter !

  1. cf G. Pullum et son Language Log, c’est un tout petit bout de théorie mais c’est transposable à beaucoup de domaines []

« LOL Littéral » : les émoticônes intenses

En gambadant sur Facebook, je suis tombée sur cet échange entre un ami (utilisateur vert) et ses potes :

J’aime le fait que ces marqueurs d’émotion, comme LOL (qui est, incidemment[1], prononcé L-O-L par les anglophones) soient réinvestis d’un nouveau cachet et d’un adjectif quand il s’agit de non seulement décrire son sentiment, mais aussi l’action qui en découle.

 

C’est vrai que normalement, quand on dit « LOL », on est pas forcément en train de lauller devant son écran; là, l’utilisateur vert fait même une faute de frappe (ou la moitié du smiley « ^^ » ?? Pour le coup, je le connais, il est peu friand des « ^^ » mais on ne sait jamais); ces émoticônes sont quasiment les seuls marqueurs d’émotion, et donc de cohérence (mais je ne vais pas écrire un énième message sur ce phénomène, Baron[2] s’en charge très bien). Je me bornerai donc à commenter le littéral de ce « literal lol ».

 

Il est un peu l’aveu tacite qu’on ne rigole pas vraiment, mais qu’on partage, avec le(s) coénonciateur(s) au moins une once de complicité. En revanche, si Vert aurait pu se contenter de mettre un « lol », il a voulu marquer le coup et montrer qu’il rigole vraiment, même tout seul, devant son écran.

 

Je me suis souvent demandée ce qui conduisait les gens à réagir en- et hors-ligne comme ils le font. Effectivement, hors-ligne, quand on fait une blague un peu marrante (ça m’arrive tout le temps) et que l’autre se bidonne comme un enfant qui a mangé trop de chocolat, il est de bon ton de l’accompagner ou de l’imiter (ça se fait normalement, mais ça m’est arrivé de faire un rire d’accompagnement, et je me dis « s’il rigole autant, autant lui montrer qu’il a raison et rire de concert »). Idem, quand je regarde un film marrant toute seule, je n’y réagis pas de la même façon que si j’étais accompagnée, il m’arrive rarement de rire à haute voix, puisque je n’ai pas de complicité à partager avec mon écran.

Mais ce qui nous concerne ici est un peu différent :

Un « lol » aurait donc pu être suffisant (« ta blague m’amuse »), mais ce « literal » est un compliment : « même tout seul, donc sans pression de pair, non seulement tu es drôle, mais tu provoques un rire alors que je ne suis pas dans une position où socialement, on attend un rire vocal de ma part ».

Du coup, ce « literal lol »  montre bien que le en-ligne provoque des choses hors-ligne[3]; finalement, c’est une sorte d’intensifieur– l’échange a poursuivi le temps que j’écrive ce message, et mon Vert a enchaîné par un « HAHAHAHAHAHA »; cette fois, pas littéral mais… peut-être si expressif que c’est un synonyme ?

Idem pour les montages d’émoticônes à la Human Centipede, les : D : D : D que j’interprète forcément comme se renforçant les uns les autres (un peu comme la phrase que répète Larry David, « pretty, pretty, pretty good », où chaque « pretty » renforce ironiquement le « good »); finalement, on arrive à une phase où l’émoticône européen[4] et l’abréviation se renforcent; comme si… finalement, tout ça était galvaudé, et qu’on intensifiait le sens en multipliant les marques…?

Deux dernières choses : ça me rappelle les échanges de personnages de The Office, 8è saison, qui dissertaient sur un sms qui contenait 5 points de suspension; effectivement, les points de suspension sont des marques de flirt plus ou moins explicites (j’appelle ça « les trois-petits-points-qui-veulent-tout-dire-qui-veulent-rien-dire »). Mais 5, là, on sait que l’ellipse en contient plus………. (autant de points, ça veut soit dire que l’émetteur attend l’autre avec un disque de Barry White et du Body Nutella, soit, dans ce cadre d’article sur un blog scientifique, qu’il en sait plus mais qu’il ne voudra pas le révéler. De toute façon, ça sous-entend une connivence un peu perverse avec soi-même et l’autre, s’il veut bien comprendre).

Dernier petit grain avant de vous laisser : les émoticônes sont des créations graphiques sur lesquelles je ne pensais pas qu’un copyright pourrait s’appliquer– c’est pourtant le cas, mais  pas dans le cadre de l’utilisation de particuliers. En revanche, les téléphones qui proposent des claviers de smileys pré-enregistrés ont des brevets américains; et le smiley 😉 a une marque européenne depuis 2008 (un community trade mark, pas moins que ça)…

  1. je voulais écrire « le sachiez-tu ? » mais j’ai pas osé []
  2. Baron, N. S. (2008). Always on: Language in an online and mobile world. Oxford: Oxford University Press. []
  3. j’adhère à la post-dualité numérique, j’estime donc que mes technologicées sont des extensions de moi tout comme des lunettes sont des extensions des yeux défaillants dont certains sont pourvus. Chacun sa fonction, mais finalement, on est toujours dans une situation qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, et nous arrange et que l’on comprend : si vous me lisez, c’est que, vous aussi, vous êtes entrés dans la post-dualité. []
  4. l’émoticône asiatique, c’est celui qui est lisible de haut en bas comme *__* []

Exégèse de la bannière : les poètes et le chamusant

Je viens de finir de composer la bannière (chargée, j’en conviens) de mon carnet de recherches. Mais elle est à l’image du contenu de ce blog : multimédia, multimodale et un peu fouillis. Pour les béotiens, les curieux et ceux qui veulent en savoir plus, voilà ses composants expliqués, élément par élément. Je précise que tout est libre de droits parce que j’ai passé un module juridique où l’intervenant parlait dos à l’amphi, certes, mais avec un bon micro[1] et que donc, je suis super à la page pour tout ce qui concerne le droit de citation et l’expiration du copyright avec les années qu’on doit rajouter avec la 2è Guerre Mondiale.

De gauche à droite, de haut en bas :

 

– Une page d’un livre de S. Gries, qui m’apprend à utiliser un logiciel de statistiques, R, dans un vrai livre physique. On peut même apercevoir un doigt qui tient le livre, c’est vous dire si je suis impliquée dans cette photographie.Parce que je suis fascinée par le fait qu’on puisse produire du texte, numérique indigène ou non, dire à une machine qu’on peut le mouliner et en tirer des statistiques, pour ensuite pouvoir en tirer des résultats dont on peut parler devant ses collègues, en disant par exemple « vise mon indice de confiance, et mes boîtes à moustaches. Les interquartiles sont HYPER signifiants, je trouve ».

 

– Une splendide aquarelle que j’ai réalisée, le sobre logo de Facebook, que j’ai ensuite tuné afin d’avoir un effet d’image pointilliste. Parce que les réseaux sociaux sont une grosse partie de mes recherches, et que le nouveau discours numérique y est, je voulais accorder une grande place au moteur de transformation des réseaux sociaux un peu partout.

– Un poème de Langston Hughes, « Mother to son« , que j’ai recopié partiellement, et où j’ai mis en gras les mots utilisant des graphies alternatives. Parce que les Afro-Américains occupent aussi une grande partie de mes recherches, que je trouve ce poème magnifique, qu’il est cité dans mon corpus et que même au début du siècle, on pouvait se permettre des doubles négations, des utilisations dialectales et susciter l’émotion, tout en faisant taire les puristes.

 

– En travers, discrètement, « all your base are belong to us », un élément important de la culture internet, écrit en police Impact-comme un mème internet. C’est une citation du jeu Zero Wing. L’intro a été traduite avec les coudes du japonais à l’anglais dans une sorte de langue mi-magique, mi-poucrave, à tel point que ç’en est devenu une sorte de symbole. Parce que la culture internet est évidemment importante pour moi (les jeux aussi), et les réutilisations de AYB nombreuses et glorieuses… Article à venir.

– « Portrait de l’artiste en moqueur », de Joseph Ducreux  portraitiste français du 18è siècle, (dont j’ai transformé les couleurs). Parce que Joseph a été réutilisé par la culture internet dans des conditions qui me font mourir de rire, et surtout, qui m’étonnent beaucoup. Comment de jeunes Américains ont-ils eu l’idée de reprendre un portrait français pour en faire un macro internet ? Article à venir.

– Cheezburger, le premier lolcat, que j’ai redessiné avec mes gros doigts. 1997, on redécouvre le chat légendé, ou chamusant (selon le WikiLF), après près d’un siècle de rien, une carence dans la photo de chat comique (j’exagère exprès). Je ne présente pas ce phénomène internet, mais j’en parlerai certainement. Bref, voilà le sympathique British Shorthair, et sa légende en Impact bidouillée à la main. Et puis…je ne pouvais pas passer à côté d’un chat pour cette bannière, si ?

– La première strophe de « The Tyger« , de William Blake… passée dans un générateur de leet (article à venir sur cet outil). Le leet, c’est la fine fleur du discours cryptique internet; j’aime toujours autant les mélanges de genre(s). Et cette strophe contient aussi des graphies alternatives (encore un autre de mes sujets de recherche préférés) Tyger, symmetry… Autant de choses qui m’ont (en fait) décidée à faire des études d’anglais. Merci à ma prof d’option anglais au lycée[2].

– Des formules concernant la réduction des voyelles non accentuées et celle du GVS (Great Vowel Shift ou Grand Changement Vocalique) qui s’est produit en anglais… Encore une fois, c’est de l’aquarelle, et comme ça peut se voir, je n’ai encore une fois pas préparé les lettres à l’avance (ce que je pensais faire), pour avoir un petit côté « linguiste de terrain qui fait des formules » un peu chatoyant. Les formules en question sont issues du Que sais-je de Michel Viel sur la Phonétique de l’Anglais. Il fut mon directeur de M2 et me soutint quand j’ai décidé d’étudier les forums de gangs sur internet alors que je n’étais qu’une coquette paupiette parmi tant d’autres.

– Et enfin, le petit oiseau-logo de Twitter (Larry l’oiseau, ai-je trouvé en me perdant dans la toile), encore une fois une aquarelle produite pour illustrer ce carnet.

 

Le tout fut allègrement cuisiné sous Publisher, et présenté à vos yeux effarés, pour mêler ensemble classsique et modernité, hobby de grand-mère et internet, jeux vidéos, poésies, culture(s) en mouvement et [rajoutez ici une petite pédanterie de bon aloi]. En plus, bing, j’inaugure la nouvelle catégorie « Ponctuelleries ». Evidemment, je mettrai ce message à jour une fois que les articles divers seront enfin sortis… Vous voilà prévenus !

 

 

[1] j’ai eu 17/20 à ce module, je suis donc une bonne élève en plus de ne pas me laisser déborder par un prof qui fait cours comme Jim Morrison donnait concert à ses débuts.

[2] Oui, au début, je voulais être littéraire, et étudier Blake. Mon pragmatisme extrême est en fait peu compatible avec les littérareries, ce que je regrette peu puisque je suis une linguiste plus qu’épanouie.