Économie de la sympathie : les chats sur Internet

Bon, je vais dire un truc un peu fou parce qu’en cette fin 2020 c’est le moment de tout déglinguer.

Les chats, c’est bien. C’est d’ailleurs tellement bien que j’ai déjà écrit un peu à leur sujet, et puis que j’ai fait des machins super sympas, dont une super discussion avec Sophie Barel, pour la médiathèque des Champs Libres, en pleine fin de confinement-mais-en-fait-non, à Rennes-mais-par-internet, le 18 décembre 2020.

J’ai pris plein de petites notes, j’ai fait plein de trucs autour des chats, et voilà un message qui va parler de l’économie de la sympathie. Ce que j’appelle économie de la sympathie, c’est la gestion de l’image du chat comme une créature merveilleuse et qui génère forcément beaucoup d’amour. On est à sympathie maximale, quasi immédiatement quand on parle des chats. Je veux dire, si même une des IA de Google commence à chercher des vidéos de chats sur YouTube

Quand je parle d’économie de la sympathie, je parle aussi de capital sympathie détenu par le chat, et de la gestion de ce capital qui passe de l’humain qui poste au chat (et vice versa). Bien évidemment, tout le monde n’aime pas les chats ; il y a même des gens qui sont allergiques, phobiques, voire qui aiment les torturer. Comme dit le documentaire évoqué plus bas, Don’t Fuck with Cats. Les fans de chat vont vous pourchasser pour vos méfaits ignobles, et vous ne vous en sortirez pas.

Le chat dégouline d’ubiquité

Alors n’allons pas prendre les fans des chats pour des jontilles dames qui compensent leur vie amoureuse avec de grosses créatures poilues qui salissent et derrière lesquelles il faut passer, non non. Les amatrices des chats[1] sont de toutes les tailles, poids, âges ou appartenances politiques, religieuses, ethniques, sociales et autres. Et puis ça n’est pas parce qu’on met des chats gentils qu’on est dans la gentillesse : les sujets polarisants (selon une étude au doigt mouillé, alimentée par mes heures infinies sur des groupes de chats), c’est, par exemple :

  1. Stériliser ou pas : « mais non c’est mon Bidouyou, je ne vais quand même pas le couic » (cue les gens qui parlent du contrôle de la population, de l’étranglement des associations de chats et des bénévoles qui ne comptent jamais leurs heures pour faire en sorte de donner un foyer à plein de petits chats divers) ;
  2. Chats de race ou vieux tigrouze approximatif ? Je pose la question en tant que propriétaire de deux modèles de tigrouzes à qui il manque des pièces.
  3. Dans une moindre mesure, insérer de la politique dans ses posts (ça a bardé dans les groupes anglophones aux élections américaines, par exemple) ; dégriffer ses chats (soit les amputer de la dernière phalange de leurs doigts, là où se nichent les grosses Wolverinades qui aident à la décoration intérieure…

Bref, le chat est adoré… normalement. J’avais un peu travaillé quand même pour affirmer tout ça en avril-mai 2020, pour un embryon de projet sur la créativité en ligne et les animaux, et j’avais repéré (c’est le terme sérieux pour dire « je passais mon temps sur ») non seulement Neurchi de Piticha, mais aussi This cat is N O R T Y, groupes Facebook d’à peu près 50 000 membres au moment de la rédaction. J’avais aussi bossé sur les communautés de pratique, tout ça, l’enregisterment de Johnstone adoré et dévoué aux chats, et je vais réutiliser ces petites notes pour faire une synthèse avec tous les trucs trop bien dont nous avons parlé avec Sophie Barel. Or doncques, le chat est un animal qui excite les sympathies.

Les chats constituent une vraie force commerciale (je sais que j’enfonce une porte ouverte), les cat-lebrities sont de gros générateurs de revenus (je conseille à ce sujet le documentaire Lil Bub and Friendz (2013), où on voit 10 000 personnes se rendre au festival des chats des internets, pour regarder… Lil Bub et ses amis.). C’est un animal petit, expressif, beau, un animal de compagnie aussi très adapté à nos vies en appartement où on a peu de temps pour les sortir… quand on a le droit de sortir, soi-même !

On en a fait des mèmes, on en a créé des styles de parole, il est partout, tout le temps.

Vieux dessin, pour la vieille bannière de ce blog (détail) . Évidemment, c’est moi qui l’ai fait, comme dirait la vieille pub.

Le chat, fabrique de connivence (linguistique)

Voilà un moment super satisfaisant pour la linguiste : on fabrique des mots autour des piticha (piticha ? Poticha ? Potichat ?), les birbs (/b/ et /d/ sont si proches, et pourtant, donnent tellement d’expressivité à un petit mot).

Il est comment, ton chat, même s’il ressemble à ça ?

Chat endormi, 2014 (photo personnelle)

C’est simple. Il est beau, ton chat (même si je n’arrive pas à sourcer qui précisément a créé ce design tiré de Neurchi de Pitichats, et souvent utilisé pour répondre à la photo d’un petit mignon).

Lébo

En anglais, on aime bien créer des choses qui ressemblent à du vocabulaire un peu bébé (on peut appeler ça du mamanais, j’aime bien ce mot). On a aussi, évidemment, des us un peu différents, des badges pour valider ses messages, des trucs divers dans ce genre. On assiste aussi à des glissements sémantiques, des « spicy » (épicé) pour parler d’animaux et de chats un peu agressifs ; « chonky » décrit le poids d’un gros, gros chat, et autres tableaux humoristiques sur la classification de la grosseur des chats.

L'une des premières occurrences de "Chonky"

En plus, petit bonus, ça ouvre sur les mots régionaux et autres. Je pense à une amie qui parle de « padivarser » pour le geste des papattes (qu’on pourrait appeler « potrasser » par exemple, si on vient de Sologne). Ou alors le chat tricote ? Patasse ? Charponne en Suisse ? Ce qui est bien, c’est que nous parlons toutes de la même réalité, qui arrive à chacun de nos chats, mais…avec nos mots.

D’autres jeux entre les internautes existent, comme le « shaming » de chats (c’est un vilain, il a fait caca dans les murs) avec des gens qui ritualisent de faux reproches à l’encontre du chat. Évidemment, la plupart du temps, les gens disent plutôt que les chats sont des gros cuties et qu’il faut les aimer. Evidemment, c’est du shaming qui n’en a que le nom. Nous en avions déjà parlé dans une autre dimension où on aime à étudier les animaux et les discours avec Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon, en avril 2017 (déjà si loin !).

Et puis les chats des internets, les chats connus, les chats pas forcément commerciaux. Scat, la trop mignonne compagne d’une collègue de Lorraine[2] qui enjolive Twitter avec ses demandes de pâtéfoie et de lard . Aux Etats-Unis, l’équivalent le plus proche, c’est feu @peepeeplayhouse. Leur grand point commun, je trouve, c’est cette créativité linguistique et discursive, qui a engrainé des milliers de followers (et des comptes de chats sur Twitter, qui font ou pas partie de la Cacadémie). C’est joyeux, c’est drôle, c’est touchant et c’est surtout hyper connivent, ce qui est un de mes grands points d’appui de linguistique numérique.

Surfer sur la popularité féline (ou couler)

J’avais parlé de l’ubiquité de sa présence ; mais si en plus, le chat était, comme ce que j’avance très rapidement dans ma définition initiale, un outil qui projette ou pas son capital sympathie sur les gens. Il existe des exemples plus ou moins médiatiques, mais le chat, comme c’est jontil, c’est aussi exploitable, économiquement parlant (si on imagine que c’est un capital) en bien ou en mal. J’avais été très surprise lors du Brussels Lockdown (qui n’a rien à voir avec nos confinements de 2020) ou “Bruxelles en alerte maximale”, de novembre 2015, suite aux attentats du 13 novembre de Paris. La menace d’attentat pesant sur la capitale belge, l’intervention de patrouilles militaires, ça a forcément donné lieu à des dizaines et des dizaines de photos… Et puis, la police a demandé aux gens de ne pas gêner son travail, pour éviter de donner aux terroristes potentiels des indices sur l’endroit où elle opérait, lors d’un moment particulièrement délicat le dimanche 22 novembre. Les internautes ont alors mis des centaines et des centaines de photos de chats, avec le tag #BrusselsLockdown. Pas moins de 220 000 tweets en 24h, pour brouiller les pistes, pour mettre des chats, mais tous pour rendre la lecture difficile et l’accès aux photographies plus difficile. En fait, ça n’est pas le tag qui était problématique en soi (encore que). Ce que les chats ont fait, c’est faire diverger le suivi de cette folksonomie (étiquetage collaboratif par les gens des internets, pour reprendre l’expression de G. W. Bush) : le BrusselsLockdown, ça n’était plus des militaires et des policiers, non, c’était des chats et des chats et des chats. Ils ont servi à un effet Streisand à l’envers[3] et je me souviens du tweet de la police qui envoya, après l’opération d’alerte maximale, des “croquettes virtuelles” à tous les chats qui lui avait rendu service. Je dois bien avouer qu’écrire ces lignes dans l’environnement dans lequel nous sommes actuellement constitueun décalage vertigineux. Mais devinez qui s’en sort avec une image plus positive ?

D’ailleurs, toute publicité est une bonne publicité pour certains, et c’est le cas de l’immonde affaire de Luka Magnotta, qui a voulu titiller les internets avec des vidéos absolument sordides. Comme dit en début de ce message, en revanche, toute publicité, si elle est bonne à prendre, ne veut pas dire que l’on ne sera pas retrouvé par une équipe d’enquêteur.ices amateur.ices en ligne, qui n’ont rien à envier à la police qui a des sous pour des enquêtes du genre[4] et vraiment, là, on se rend bien compte que l’échange de bons procédés félins éclabousse qui ose en jouer. Mettre une photo gentille de chat, faire vivre son chat pour des inconnues en ligne, ça fait des gens sympathiques qui sont empathes, mais forcément, la maltraitance des animaux va souvent de pair avec la maltraitance des humains (voir cet article de PETA en anglais, sur ce lien, avec des esquisses de causes et d’explications du phénomène. Je dois dire que c’est difficilement soutenable à lire).

Dans un registre heureusement moins sordide que Magnotta, Marine Le Pen a été brandée[5] la “mère à chat” par de nombreux médias (attention, que du lourd, que du beau : Le Parisien, le Figaro, Paris Match ou encore Closer). D’ailleurs, c’est elle qui se définit ainsi. Il y aurait beaucoup à dire sur l’histoire familiale, par des gens forcément plus intelligents que moi, et sur le fait que le dobermann de papa Le Pen ait tué la petite Artémis, l’une des compagnes félines de Marine Le Pen, ce qui aurait provoqué son déménagement. Les commentaires de ces articles sont pleins de “ah, cette dame pleine de bonté, les gens qui aiment les bêtes sont forcément bons”. Le commentaire sur Closer “je suis végé et j’ai voté FN” me laisse pantoise entre les liens politique et mode de vie (et assez soulagée de ne pas devoir parler de végétarisme). Encore une fois, il est question de se montrer et d’utiliser son capital félin comme capital de sympathie. Je ne doute aucunement de l’affection que la présidente du RN porte aux chats (enfin, aux chats de race, hein, qu’on s’entende quand même sur ses compagnons ; il y a des appuis fondamentaux sur lesquels on ne revient pas), mais je m’interroge sur les effets d’une telle association, qui ne peut que la rendre plus sympathique… Même si parfois, une telle image l’a dépassée. En tentant de cloisonner sa vie publique de sa vie personnelle, elle avait créé un compte Instagram, les “Félins Masqués”, pour partager des photos de ses chats et puis… bah il a été découvert en janvier 2020 par l’Express. Maintenant rebaptisé “Les chats Démasqués” (avec un beau smiley comme aux plus belles heures d’MSN), il compte quand même près de 2 500 posts en décembre 2020, pour seulement 113 followers. Au moment de sa découverte, il comptait “seulement” quelque 1 200 posts. Ca veut dire qu’elle a fait quelque chose comme 2 posts par jour pendant la dernière année sur ses Bengals et Somalis.

Ce que j’aime le plus dans cette histoire, c’est le fait que quelques articles (comme ici, ou , ou ici) relaient le fait que le député Les Républicains Guillaume Larrivé se soit vu refuser l’accès au groupe des chats de Marine Le Pen–je peine à croire à la phrase que je viens d’écrire. Moi, j’imagine le mec avec la lèvre inférieure tremblotante, en train de se dire “non mais moi je voulais juste regarder les chats c’est pas possible et l’autre elle accepte toujours pas mon follow, vas-y là, mais ALLEEEEZ accepte-moi moi je veux juste double-cliquer sur des chats mais s’il te plaît bon bah pas content”. Et tout le monde le sait. J’imagine cet homme qui bougonne, qui n’arrive parfois pas à s’endormir la nuit, et qui pense aux Bengals et Somalis qu’il ne pourra pas voir.

Comme dirait le poster de Victor Baldwin, avec le chat qui s’accroche à une branche, Hang In There, Baby[6] !

Conseil visionnage : le fantastique “reportage” de lycéens fantastiques et de la Fabrique du Regard, réalisé par W. Laboury, Révélations : la véritable identité des chats, insolemment indispensable en cette période–même s’il date de 2016 !

  1. oui, c’est du féminin générique ; si cela vous pose un problème, c’est un décalage par rapport à la norme intéressant. Et puis déjà que ça fait 3 ans que j’écris en inclusif, il est temps de faire un nouveau truc, non ? []
  2. Je sais pas trop si j’ai le droit de dire qui c’est, même si globalement, le secret est plutôt de polichinelle et on a même vu cette dame chez Squeezie, ce que je trouve juste oufissime. []
  3. L’effet Streisand, du nom de l’événement où Barbara S. a demandé qu’une photo d’elle ne soit pas partagée sur internet. Cela a produit absolument l’inverse de l’effet escompté et cette photographie est très, très retrouvable, maintenant. []
  4. Voir à ce sujet le documentaire saisissant, frappant, choquant et révoltant “Don’t F*** with Cats”, qui pose aussi la question de l’immonde popularité gagnée à torturer des animaux, dans le dernier des trois épisodes. []
  5. Mais siiii, comme le “personal branding”, comme le fait d’être étiqueté–brandé–avec une identité en plus de la sienne. []
  6. Je vous conseille de lire la page Wikipédia très étonnante sur ce poster, les problèmes de copyright, les questions de cruauté animale…et de redécouvrir la tête de Sassy, la petite Siamoise aux pattes en trèfle ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.