Pour une approche pulp de la recherche

Depuis le temps qu’on vous le dit, les Internetz ont cassé notre belle langue : « Le langage internet : évolution ou recul ? » demande Assimil ; nombreux sont les oiseaux de mauvais augure contre lesquels nous avons lutté quand nous étions en thèse, par exemple (quand on a mon âge ou un peu plus). En vrai, j’exagère, dans la vraie vie, j’en rencontre peu… uniquement parce que je fais de la recherche cool avec des gens ouverts, sympathiques et qui travaillent sur des corpus nouveaux. Mais comme toutes les chercheuses en trucs un peu cools, il y a forcément des « oh, c’est quand même génial qu’on nous laisse faire ça ! » qui veulent dire, en creux, qu’il serait attendu qu’on ne nous laisse pas parler d’étiquette de pot de confiture[1] et autres corpora[2] rigolols. Je me souviens de ma déception intense en attendant la fin d’une conférence d’un ponte en linguistique, genre OG, qui a claqué un petit « oh, la linguistique, sur Internet ? Déjà, nous avons tant à faire à analyser Zola *insérez un rire méprisant d’homme blanc check ta position man* », j’en étais sortie défaite. C’est là où le moi-du-passé aurait aimé rencontrer le moi-du-présent pour qu’on discute Pulp Studies.

Définition en évolution :

Ce que l’on nomme Pulp Studies, c’est l’ensemble des stratégies de recherche mises en place par les chercheureuses dont les corpora sont tels qu’il n’est décidément plus possible d’en prendre la mesure par les moyens traditionnels. C’est l’équivalent méthodologique des Folk Studies, où non seulement les savoirs sont situés (Haraway, 1988) mais où la méthode est située également. On peut aussi voir ça, me semble-t-il, comme une extension moderne des Cultural Studies.  Je ne réinvente pas la roue, je prolonge simplement ici les réflexions contemporaines sur les objets minoritaires, déconsidérés, car, comme dirait mon directeur de thèse, « on ne juge qu’à l’aune de sa propre ignorance[3] ». C’est aussi le statut des corpus, composites (Paveau, 2012) dont la matière est multiple et à prendre dans leur cadre sous peine de perdre du sens et de la matière à analyser, qui vient intervenir dans ces façons pulp de faire de la recherche contemporaine.

Comment voir : c’est tout l’enjeu des luttes sur ce qui pour finir comptera en tant que description rationnelle du monde. (Haraway, 2015)

Qu’est-ce qui compte alors en Pulp Studies ? Un regard décalé sur la description rationnelle : on peut être dans la raison et proposer de nouveaux formats. Et surtout, sans que cela ne nuise à la qualité de ce qui est proposé, dans un esprit de rigueur scientifique et d’ouverture d’esprit bienveillante. Quand on essaie, tâtonne, quand on propose des formats pas encore tout à fait sanctionnés par des années et des années de soumissions à des cadres établis, c’est forcément un peu chaotique. Mais comme dirait John Lang, “c’est pas parce que c’est le chaos que c’est le bordel”. Il y aura bien quelques accidents de parcours, mais où n’y en a-t-il pas ? C’est aussi pour cela que le terme de Pulp Studies sert aussi à empouvoirer (ou à l’empowerment, ou à l’empouvoirement) les chercheureuses en proposant aussi un pas de côté quant à un certain corporatisme, quant à une façon réductrice de voir la science. Avec bonheur, j’ai vu des conférences mêlant anthropologues, linguistes, juristes, spécialistes de cinéma ou de littérature comparée, où les méthodes étaient tout à fait différentes, mais surtout inspirantes pour les autres, à mon sens.

Les Pulp Studies, c’est ce qui est né d’une conversation à laquelle j’ai participé avec Esteban Giner, Rémi Cayatte, en compagnie de Fanny Barnabé et Martin Ringot où nous avions buté sur un mot : voulions-nous faire des études pop ? Punk ? Non, Pulp, comme des romans de gare, comme des sous-corpus où le rire méprisant laisse place à un silence content de découvrir de nouvelles choses, sous de nouvelles formes.

Quand je fais de la recherche sur le jeu vidéo, j’aimerais écrire un article sous Twine pour montrer les embranchements quasi-rhizomiques de ma pensée. D’ailleurs, pourquoi ne pas en faire le compagnon d’une page de diffusion de commentaire académique en-jeu ? Pourquoi ne pas proposer des articles composites, plus tout à fait écrits linéairement à 100% mais aussi complétés par un (ou plusieurs) médias qui permettent au lectorat de comprendre en s’appropriant réellement le sujet abordé ?

Quelques initiatives actuelles

C’est ce que de nombreux camarades font en cumulant recherches et jeux vidéo (L’OuJeViPo, Esteban Grine) sous différentes étiquettes, avec des curseurs plus ou moins vers le jeu, plus ou moins vers  la création de contenu : vidéaste, créateur de jeu, un peu de recherche, un peu de vulgarisation… C’est aussi la raison pour laquelle à mon avis, nous (universitaires) faisons toustes des blogs de recherche ici, sur Hypothèses : parce que nous nous emparons de nouveaux espaces (pas si nouveaux, E. Verdeil date les premiers blogs scientifiques aux années 1990).

Les mains tendues vers le décloisonnement de la recherche hors les murs habituels des revues scientifiques et autres livres se multiplient. Parmi les exemples qui me viennent en tête, Claire Cornillon et son essai-vidéo sur The Leftovers qui se lit des deux manières données par l’intitulé, entre l’essai (et donc la comm’ scientifique) et la vidéo ; c’est aussi une extension de ce que certains vidéastes de YouTube présentent sur un format nativement numérique et non-destiné à des publics universitaires.

Vers des publications pulp

Elsevier propose aussi l’inclusion d’articles vidéo dans ses pages… Mais attention, ma joie a été rapidement remplacée par de la surprise : pour le moment, ça reste surtout réservé aux revues comme VideoGIE, qui, comme son nom ne l’indique pas forcément à première vue, traite de l’Endoscopie Gastro-Intestinale. Sur ce, je serais super rassurée si jamais les spécialistes qui lisent la revue de Gynécologie Mini-Invasive regardaient ces vidéos[4].

La revue angliciste Angles se donne aussi comme but d'”utiliser pleinement les possibilités offertes par la publication numérique et divers modes d’expression : texte, image, vidéo, podcasts, hyperliens…[5] ” dans sa présentation générale.

Bref, le vent semble tourner et ma liste non-exhaustive d’avatars de recherche moderne a l’air de montrer que la recherche du 21è siècle sera peut-être un peu décloisonnée… En cours : je vais proposer un article avec une vidéo de démonstration sur Shakespeare PNJ en jeu vidéo–wish me luck !

Bibliographie minimale :

Haraway, D. (1988). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-599. doi:10.2307/3178066

Haraway, D. J. (2015). Simians, cyborgs, and women: The reinvention of nature. New York : Routledge

Paveau, M.-A. (2012) « L’intégrité des corpus natifs en ligne », Cahiers de praxématique [En ligne], 59 | 2012, document 3, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 29 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3359

La recherche d’Eric Verdeil sur le blogging scientifique, où vous pourrez trouver un résumé de conf ici, déjà cité dans l’article, et sur son site personnel//blog scientifique. Je recommande particulièrement la lecture de “Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques” et “Comment je blogue“.

Recommandation décalée : pour les recherches concernant cet article, j’ai retrouvé P. de Munnynck, qui fait un très joli point God (sans win) en fin de parcours après une phrase d’intro du feu, “Le savoir humain est un”, (l’équivalent d’un plus moderne “tu te la prends, tu te la roules, tu te la manges, Monique”. Personne n’oserait plus commencer un article comme ça, si ?). La curiosité en plus, c’est de se réclamer à la fois scientifique et religieux, ce que je trouve relativement bien ficelé dans cet article bien, bien ancien.

De Munnynck P. M. L’Hypothèse scientifique (suite et fin). In: Revue néo-scolastique. 6ᵉ année, n°24, 1899. pp. 337-351.

Pour citer ce billet: Goudet, L., 3 décembre 2019, “Pour une approche pulp de la recherche“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], https://lac.hypotheses.org/?p=1023, consulté le…

  1. Je dis ça, mais en vrai, j’ai adoré un article sur le performatif dans les recettes, par Bergounioux et Eshkol, qui m’obsède un peu en ce moment. []
  2. A ce sujet, je fais de la pub pour les copains, mais la vidéo « Jouer, c’est marrant ou pas ? » devrait apporter des compléments d’information sur le fait que non, jouer, c’est pas que du lulz en barre. []
  3. Meilleure phrase jamais ; j’essaie de m’en souvenir alors que mon monde de références est, lui aussi, entièrement façonné à l’aune de mon ignorance du reste. []
  4. J’ai essayé de regarder un truc sur les tératomes vaginaux, on va se dire non pour la reconversion en gynéco, même si les auteurs parlent malicieusement de tératome fistulisé, expression que je n’aurais JA-MAIS dû écrire de ma vie. []
  5. “to make full use of the possibilities offered by digital publication and different modes of expression: text, image, video, podcasts, hyperlinks…” []

2 réflexions sur « Pour une approche pulp de la recherche »

  1. bonjour,
    merci pour votre référencement et votre intérêt pour cet ancien modeste travail. Attention l’orthographe de mon nom dans le billet est Verdeil et non Verdeuil.
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.