Archives par mot-clé : thèse

La Minothèse (6) : Tout mon #Soutine de la soutenance

La Soutenance, a priori, c’est un moment où les membres du jury (les Harder Better Faster Stronger que toi, et de plusieurs milliers de kilomètres) te mettent une fessée intellectuelle très ritualisée ou te complimentent sur un mini-truc, que tu pensais que tu le mettrais là pour faire joli et en fait, c’est une vraie découverte. C’est les seules personnes qui ont déchiffré la bête et qui sont là pour lui regarder les dents et vérifier si elle peut faire un petit sprint comme ça pour faire plaisir, et dire que son garrot est un peu trop haut, son museau un peu trop pointu, mais il a le bon nombre d’oreilles alors ça passe.

La Soutenance s’accompagne de ses demoiselles d’honneur, la Préparation administrative (où sera le pot de thèse ? Où est le formulaire 2K87 signé par toute la Terre ? Aurai-je le droit de soutenir alors que je suis à 2 heures du moment M et qu’on m’a pas tamponné le laisser-passer officiel ?) et le Discours Liminaire.

J’ai vécu une période pré-soutenance assez facile, dans l’abandon de moi-même et la fleur au fusil, tranquille, j’avais une vie à côté, je me laissais porter par la béatitude. Non, je plaisante. J’ai vécu ma soutenance cent fois avant de la vivre. Par heure. Je m’inventais des questions et des réponses, je fantasmais le moment de l’adoubement, et j’imaginais les membres du jury en train de lire le manuscrit en annotant « c’est complètement faux ça » ou « pauvre enfant, va donc plutôt ouvrir un salon de toilettage canin » dans la marge. Il m’est arrivé de me réveiller en pleine nuit parce que je verbalisais à haute voix des réponses à des questions oniriques. Je ne comprends même pas les poulitous pré-thèse qui disent que ça a l’air trop fun. Fuyez, malheureux.

Je vais faire ici une comparaison de la soutenance de thèse pour les gens de la génération X, voire Y[1] .

La soutenance de thèse, les gars, c’est comme la première saison des Chevaliers du Zodiaque, que j’ai revus maintenant que j’ai le temps (enfin, je triche, j’ai vu les CdZ en abrégé, j’ai bien ri, et j’ai été repêcher mes coffrets DVD).

De gauche à droite : Shiryu le dragon, Hyoga qui fait du froid et le cygne, Seyar le vrai héros, Shun le fragile et Ikki l’homme providentiel. Sans compter Cruchasse Athéna derrière

Pour les plus vieux qui ne connaissent pas, je vous la fais courte : cinq (mais en fait quatre, y’en a un qui fait rien qu’à se reposer dans un volcan et à faire le deus ex machina) jeunes, les Chevaliers de Bronze, en bas de l’échelle de cette chevalerie gréco-fantaisiste, doivent parcourir les 12 maisons du Zodiaque (du Bélier aux Poissons) en moins de 12 heures pour pas qu’une dame qui serait la réincarnation d’Athéna ne meure d’une flèche dans le cœur qui s’enfonce petit à petit. Du coup, ça se bastonne un contre un (avec des variations) entre des petits de Bronze qui comprennent pas grand-chose à la vie et les Chevaliers d’Or, les plus puissants chevaliers de cet ordre (un par maison/signe du Zodiaque—maintenant, vous savez comment je sais quel signe vient après l’autre) et qui maîtrisent le 7ème sens après s’être fait rempailler le carafon.

Là, vous allez me dire « Qué 7ème sens ? On n’avait pas eu un mémo en SVT niveau CE1 qui disait qu’on était à cinq ? ». L’idée, c’est que le dépassement de soi (représenté par sa cosmo-énergie—je sais que je soulève plus de questions que je n’y réponds) soit tellement intense qu’il y ait une exhortation suprême de la chose–l’ultime cosmos qu’il est à l’intérieur de toi et que tu as une galaxie énergétique dans ton petit corps. C’est un peu ça, le 7ème sens, la méga-transcendance de soi qui permet de faire des attaques de dingue[2] .

Walk into the club, like whaddup I got a big… cosmoénergie.

En gros, en soutenance de thèse, on commence à faire son discours liminaire où on présente sa thèse, les méthodologies, les résultats et autres difficultés [l’équivalent du manifeste du début de la saison, « oui, on va te sauver, Athéna, alors que tu étais une enfant atroce qui nous martyrisais dans cet orphelinat alors que tu étais la petite fille du monsieur atrocement riche qui nous élevait à la dure patati et vas-y que tu nous montais comme des mini-poneys et que tu y allais à la cravache mais on est inexplicablement sympas donc on va y aller… »], et ensuite, on affronte un à un les membres du jury, qui ont chacun leur force sur un sujet ou un autre, comme ces chevaliers d’Or. Là, on augmente sa cosmo-énergie intellectuelle, on balance quelques arguments qui semblent corrects [un petit « météore de Pégase »]. Si on se fait tacler, on perd ses sens les uns après les autres [revoyons ensemble les épisodes entre la Vierge, le chevalier-le-plus-proche-de-Dieu et son attaque de Métempsychose/les Trésors du Ciel, de mémoire] mais on peut tenter de se relever même sans vue, ouïe, toucher, goût, odorat [comme un chevalier du Phénix] et se dépasser grâce aux épreuves.

« Page 402, j’aimerais bien comprendre l’analyse du… »

Ou alors on peut sortir un argument très très bien balancé alors que personne n’y croit [comme un Shun contre le chevalier du Poisson]. On peut aussi être enfermé dans un piège rhétorique sans appel (et souvent justifié), et ne pas pouvoir s’en sortir [comme Hyoga et le cercueil de glace. Sauf qu’on serait sans Shiryu et son armure abusée-vazi-la-puissance-du-vieux-maître-qui-lui-donne-son-couteau-suisse-d’armure[3]. Surtout, on ne dispose pas d’un Shun qui viendrait nous réchauffer comme Hyoga, dans le moins crypto des moments cryptogays de la série].

« t’inquiète pas, 3.1.2.1.1.2 alpha, on va s’en sortir ! Je te réécrirai, tu verras ! »

Il y a aussi des moments de grâce [comme quand le Taureau laisse passer Seyar[4] après qu’il lui a dégommé une corne], où on est sur la même longueur d’onde de la personne à qui on s’adresse alors qu’on est beaucoup plus quiquignou sur la question.

« Haha, tu as bien déjoué ma question technique, je te laisse passer ! Je n’ai plus de question, merci pour ces réponses ! »

Contrairement à chaque Chevalier d’Or qui prend environ une heure à battre, ici, on est dans le domaine de la demi-heure par membre du jury. Sans les expansions et compressions temporelles qui font que les 12h passent en 73 épisodes de 21 minutes[5]. Et il y a très peu de princesse avec la flèche du Sagittaire dans le cœur aussi, on se doute bien que si les pré-rapports sont OK, on va l’avoir, ce doctorat–mais on doute. Comme avec l’autre et sa flèche dans le cœur, en fait. Si ça se trouve, on pourra pas la sauver être adoubé. Bref.

Il y a aussi une pause [la publicité du milieu de l’épisode] et un moment un peu douloureux pendant les délibérations, où on se demande à quelle sauce on va être mangé [le moment où les 12 heures sont écoulées, où Seyar essaye d’ajuster le bouclier d’Athéna vers le corps de la cruche pour la sauver tout à fait] et où on flippe méchamment. On a aussi les sidekicks qui font des coucous à la caméra, comme Kiki, l’assistant du chevalier du Bélier, ou la bande des moisis qui restent avec Athéna à rien faire pendant que les héros lui sauvent la vie en battant vaillamment les chevaliers d’Or. Oui, non, cette comparaison entre les gens dans le public et les Chevaliers du Zodiaque marche moins bien ; ta maman aura toujours beaucoup plus de swagg que le chevalier du Lionnet, même si elle est à moitié assise sur un gros sac en intissé pas discret contenant les victuailles pour le pot de thèse, et qui fait crounch-crounch pendant 4h[6]. En fait, tes sidekicks, c’est eux qui t’aident à tenir la pression quand tu peux leur glisser un petit regard paniqué pendant la soutenance.

« Go vas-y fonce vas-y on y croit tu vas y arriver #Soutine #Docteur #Bisous ! » (Ban du Lionnet ton oncle qui t’a demandé à quoi servait ta thèse mais qui est venu quand même alors on l’aime bien)

Non, vraiment, la soutenance, c’est comme la première saison.

Là où nos amis chevaliers de Bronze ressortent victorieux mais tout cassés (je crois que tout le monde est au moins dans le coma), le nouveau docteur ressort victorieux mais tout fatigué. Ouais, non, c’est pareil. À titre d’exemple, et je ne pense pas être la seule, j’ai développé pendant ma soutenance un rhume qui m’a clouée une semaine au lit, et je n’ai pas pu dormir pendant 3 jours. Le contrecoup est un peu violent, mais au moins, je n’ai pas monté des milliers de volées d’escaliers pendant la soutenance, c’est un plus non négligeable.

  1. C’est un peu le moment où je me rends compte que je suis vieille. C’est pour la génération V pour Vieux. []
  2. J’espère ne pas faire de faute, pour les super-puristes des CdZ dont je fis longtemps partie… Avant la Thèse. []
  3. D’autant plus que ton Vieux Maître des Cinq Pics a parlé en premier, et certainement pour chauffer la scène et dire du bien ; impossible de te sauver une fois que votre duo de Batman et Robin est fini []
  4. J’adopte ici la graphie francisée, même si Seiya me paraît beaucoup mieux. []
  5. En fait, j’ai calculé : si on considère qu’on rentre dans le Sanctuaire à l’épisode 41, en fait, on respecte plus ou moins les 12h, on est même en dessous ! Oui, je suis nerd comme ça. []
  6. Rant hors-sujet : Mais qu’est-ce que c’est que cette connerie de constellation du Lionnet, là ? Et suis-je la seule à connaître son nom ? []

La Minothèse (5) : Tu as fini, oui ?

Les petites bêtes de mémoires, Maîtrisette et MasterTwo[1] ont été des créations heureuses, dans une sorte d’ivresse de rédaction. Je me souviens de sorties de cours de master où je disais à mes copains « bon, je rentre, je vais écrire un peu, j’adore le nouveau Word (2007) ! ». La connasse, quoi. ll y aurait une machine à remonter le temps, j’irais moi-même me coller un bon coup de boule

Ce souvenir est sponsorisé par le halo de joie qui entoure les frustrations diverses, hein. En vrai, ni écrire ma maîtrise, ni écrire mon M2 n’ont été faciles, mais c’était quand même pas Bouglione-avec-le-jongleur-dévoré-par-les-licornes-dressées au même point que la thèse. Ni en terme de quantité d’écriture, ni en progrès, ni en travail.

La thèse a été douloureuse du début à la fin. Aux frustrations de ne rien comprendre et de ne rien savoir, au début, s’est substituée la douleur de ne jamais pouvoir être exhaustive. Puis de devoir répéter des concepts que je connais par cœur, parce que j’ai tendance à me dire « si je connais Tartaoui 2008, c’est que TOUT LE MONDE connaît Tartaoui aussi ». Ah bah non. Par définition, l’objet de thèse est unique et spécial, et peut-être que les membres du jury auront lu Tartaoui (c’est même probable), c’est pas pour autant qu’ils ont hurlé comme des groupies des Beatles en trouvant un enregistrement improbable d’une de ses conférences au Collège de France, et qu’ils ont patiemment cousu Tartaoui avec les théories de Didlidou 1998 et des constatations super intéressantes tu-peux-pas-test que tu as faites featuring ton corpus. Et il est possible que Tartaoui ne dise pas tout à fait ce que tu comprends de lui… Dompter une bête passe donc par écrire sur son corps « Ici, vous prenez l’embranchement du troisième chapitre, direction deuxième section ». Et de répéter que Tartaoui est le king d’un truc en fait vraiment obscur parce qu’il a fait une note de bas de page d’un article qui a révolutionné toute la réflexion de ta 4è partie.

En plus, la bête est parfois pas tout à fait comme on s’y attend : il faut enlever ou rajouter une section, couper une patte parce qu’elle dépasse trop. J’ai détesté devoir enlever de belles pages, à cause d’un « stop in the name of love » de mon directeur de thèse.

Elles me semblaient si légitimes à première vue, et, avec le recul, étaient bien évidemment de trop… C’est comme si je refaisais un poumon au bloc opératoire et que le chirurgien général me disait « Dis donc, cocotte, tu t’es laissée emballer, tu as branché un ventilateur au patient. C’est joli, c’est pratique, mais ça ne fait pas un poumon, un poumentilateur. ». Voir le lapin-bougeoir d’Alby pour se convaincre que parfois, les meilleures idées sur le papier ne sont pas les meilleurs cadeaux à l’arrivée.

Et on se sent coupable, pendant des années et des années. Je me suis sentie très coupable de faire d’autres choses que ma thèse. Elle avait faim de pages, de vie et de complétion, et moi je prenais la peine de faire une journée off. Quand j’étais malade, c’était quasiment les seuls moments où la culpabilité se faisait moins entendre (parce que la fièvre et la fatigue m’aidaient). Même vers la fin, où il n’y était plus question de séances de travail aussi longues, la culpabilité de faire autre chose que du travail ne me quitte pas. Du coup, la vie devient une négociation très longue avec soi-même. L’objet de labeur est toujours en arrière-plan. Une sortie entre amis ? Quel degré d’alcoolémie est acceptable pour continuer à rédiger la sous-partie suivante et se sortir 4h de travail d’un manque de sommeil ? Une communication à préparer ? Pas de problème, mais je retranche tant d’heures à ma thèse, et je remettrai subtilement tel et tel morceau dedans, pour me donner bonne conscience. Un cours à écrire pour le lendemain, parce qu’avec deux-trois impondérables, on a pas eu le temps de le boucler ? OK, mais la thèse te regarde avec mépris, en se disant « tss, pauvre cruche, pour qui te prends-tu, à faire passer tout ça avant moi ? »[2]

Même après la fin, il faut quand même y penser, je me dis « non mais c’est pas parce que c’est fini que c’est la fin, faut tout relire maintenant ! » Le grand vertige du vide, c’est à la fin de la rédaction. Bon, on a un chapitre à finir. Et un autre à corriger. J’avais fait un beau organigramme, scindé en parties à changer, à faire relire, qui les avait relues, lesquelles je devais rechanger… et un beau jour, parce qu’on va plus vite que son directeur, parce qu’on se rend compte que les deux parties bricolées un jour d’inspiration sont pas si nulles que ça, le résultat final est là.

Le blues de la touche « imprimer »

Et soudain, plus de thèse à écrire. Plus d’arrière-plan. Plus de raisons de se retrouver, seul face à la bête à qui il faut tricoter un foie théorique ou une main conceptuelle pour attraper le cœur qui se situe au chapitre suivant. La bête me regarde, je la contemple et j’ai le vertige du vide. Qu’est-ce qui se passe après, quand la bête est assise sur un rayon de ma bibliothèque, comme ses petites sœurs de maîtrise et de master 2 ? Parfois, elles me faisaient des coucous gentils, mais les petites sœurs n’ont pas mangé 6 ans de mon arrière-plan mental, tout au plus un an. Alors certes, certes, on a pas forcément encore soutenu, mais on a déjà vécu le moment de l’accouchement (de l’imprimante) de la thèse.

Je me souviens, c’était début septembre, quand il n’y a encore personne à la fac. Là, on a regardé, mon DT et moi, les pages sortir les unes après les autres (c’était une imprimante d’université rachetée d’un surplus soviétique en 1988[3]. On a fait une copie recto[4], donc on a bien eu le temps de regarder le tiroir de sortie se remplir, avant de le vider, le temps que de nouvelles pages le remplissent à nouveau. Ça aurait pu être émouvant si ça n’avait pas pris 2h30 ; ou plutôt, ça a été émouvant au tout début « Ooh, la belle page de couverture ! » et à la fin « oooh, l’imprimante a réussi à ne pas calencher au milieu de l’impression ! ». Mais je me suis retrouvée avec un tas de feuilles, et un désir impérieux de le serrer dans mes petits bras et de le défendre à la sortie du métro.

Le travail ainsi imprimé vient orner mon bureau, avant les tirages officiels des vrais beaux exemplaires reliés, avec les 34 versions du manuscrit, qu’on garde parce qu’on sait JAMAIS parfois c’est la GUERRE et les ENFANTS SOUFFRENT (et si ça se trouve, le DT a glissé un bon mot, ou une remarque qui risque de tomber à la soutenance alors ON GARDE TOUT COMME UNE VIEILLE FEMME QUI COLLECTIONNERAIT LES PROSPECTUS). Et même une fois la soutenance passée, on garde tout, ça peut servir. Peut-être vais-je faire du tri avant mon prochain déménagement (j’ai calculé que j’avais au moins 10 000 pages easy de notes et de versions à divers stades d’évolution. Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec le labo du savant fou dans les jeux de survival horror où il y a des créatures bizarroïdes et peu finies dans de grandes cuves, là, qui flottent un peu /Alien, avec une créature toute scrofuleuse, qui dirait « tue-moi ».

Bref, un truc un peu irrationnel. Mais on avait déjà eu la Grande Crise Papetière (où il y avait plus de bon petit cahier de recherche chez Bleu Dépôt, et on avait dû écrire sur un carnet même pas à spirales/sans ligne/format italien[5], qui avait poussé à la Restockaison de Juillet, celle où on a acheté 18 fois le même stylo et le même cahier et les mêmes notes collantes parce qu’on sait JAMAIS. Nevermore, la Grande Crise !

Je ne sais pas pour les autres, mais le doctorat a créé en moi des poussées fétichistes papetières.

Maintenant qu’on a des amis qui nous ont soutenus pendant notre passage de chenille à un autre modèle de chenille plus grand, grâce à des conseils avisés du DT,  et qu’on a assez arrosé de science et de tournures maladroites notre petit sujet initial tout craintif, il sera donc bientôt temps de passer à la soutenance, sujet du prochain billet de la série.

  1. Comme Mewtwo la honte je sors. []
  2. Pour la cohérence de la métaphore, imaginez ici la Minothèse comme un chat boudeur. Le chat boudeur a une aptitude particulière à faire le méprisant si le ratio minute/grattouille du ventre n’est pas respecté. []
  3. J’exagère honteusement. C’est certainement un petit modèle de 1996, mais je suis mauvaise langue. []
  4. à l’époque, le recto-verso n’existait pas. []
  5. barrez les mentions inutiles. []

La Minothèse (4) : Qui c’est, ton papy ?

Explication du titre :

L’autre jour, en écoutant une des radios que j’aime assez, j’ai entendu un scientifique (un vrai, genre un physicien) dire « je suis un peu le petit-fils de Stephen Hawkins, c’était le directeur de thèse de mon directeur de thèse… ». J’ai respiré très fort dans un sac en papier pour calmer le grand sentiment de n’importe quoi qui m’envahissait : qui nous dit que ce type a déjà rencontré Hawkins, et qu’il n’était pas juste en train de faire le malin parce qu’il avait le stress de causer dans le poste de radio ? Comment ça, « petit-fils » ? Je le voyais très mal se faire refourguer des pastille Vichy et des Werther’s Original, le physicien, là.

Et j’y ai réfléchi.

Qui est mon papy ? Je sais très bien, j’ai lu ses livres, et je l’ai même croisé de loin, avec la timidité de ne pas oser me présenter… Bon, OK, le papy scientifique, c’est important.

Et puis il n’y a pas si longtemps que ça, j’ai été présentée à une Personne avec La Lumière à l’intérieur. Mais si, vous savez, parfois, les gens ont l’air un peu vides, la maison est pas habitée. Parfois, les gens ont la lumière à l’intérieur, et là, c’est la grande classe. Je fus donc présentée avec la formule « doctorante adoptive » par une Personne qui a aussi La Lumière à l’intérieur. J’ai été beaucoup plus contente de la formule que d’échanger quelques mots polis avec mon interlocuteur.

Si si la famille

Comme quoi, on est liés, comme une grande famille, avec les Parents de Recherche (le papy Hawkins du type de la radio, ou mes deux sensei). On a aussi les sœurs et frères d’armes (avec lesquels on se serre gentiment les coudes), et même l@ cousin.e bizarre qui fait un truc que personne ne comprend très bien, mais qu’on va écouter poliment expliquer l’évolution syntaxique du papier peint en conférences. Moon Moon, quoi. Mais on aime bien Moon Moon. Et les mèmes de chiens[1]. Et je sais bien que je suis le Moon Moon de certains, c’est ça qui est beau.

Moon Moon
« Et sssinon, tu aimes bien les livres de phonologie bleus ? C’est quoi ta palatale préférée ? » (source : Memecenter.com)

 

Relations avec DT niveau 1 : guide de survie pour le Moldu

La relation avec DT s’apparente un peu à « Nouveau Look pour une Nouvelle Vie ». L@ doctorant.e, c’est comme les gens un peu vilains de Cristina Cordula. Si tu ne connais pas Cristina Cordula, c’est facile : c’est une dame de la télé, elle prend un fan de la Compagnie Créole, genre le mec s’est toujours habillé en hawaïen, chemises, tongs et sac-banane. Elle, elle arrive et chamboule tout : « Non mais Glaëtan, ça va pas du tout, tu as le corps en S, et les chemises col pelle à tarte avec ton mullet, la chemise de Tropico[2], il faut tout changer, on va t’épiler les sourcils avec de l’huile de jojoba, ça va te rééquilibrer les épaules ! ». Bref, mentalement, j’avais l’impression d’être la personne vestimentodéficiente du début, et que Cristina était venue me débroussailler les sourcils et troquer mes Crocs contre de vraies chaussures.

Ce qui ne veut pas dire qu’à la fin, j’avais arrêté d’avoir l’accent de Pourte-sur-Cour, comme Glaëtan, élégamment relooké hipster-dandy : est-ce que j’écris mieux parce que j’ai quelques années de plus sous la ceinture, ou parce que j’ai été supracoachée ?  C’est peut-être juste que je sais mieux cacher mes tongs mentales…

Mais revenons au sujet de ce message : l’interlocuteur.ice privilégié.e/coach de rédaction/parent scientifique, c’est l’Être de lumière qui a bien voulu que poulitou devienne docte.

Relations avec DT niveau 2 : illustrations en contexte

Les situations exposées ici sont très générales et assez laudatives, d’une part parce que la relation avec DT est unique et dépend de DT comme de futur.e. docteur.e ; d’autre part parce que je préfère donner une orientation aussi ouverte et générale que possible, au cas où certain.e.s lecteur.ice.s en aient besoin. On ne sait jamais. Par exemple, je ne vais pas parler de 60% de ma relation avec DT où, frustrée, je devais m’armer d’une lampe à UV pour déchiffrer un commentaire en pattounette de chenille de 3 lignes, sur le mode « lis Untel [Untel ? Untelle ? Untell ? Unttel ? j’ai enchaîné les recherches Google[3] ], tu as oublié le [mot technique] [mot en grec] et surtout, la [mot en sumérien ancien] [tache de café], c’est très important. ».  Ça, c’était à la fin, quand je déposais des pages tremblantes.

Mais au début, tu arrives, petit oisillon albatros, dans un milieu que tu n’as que fantasmé (cf la coquette paupiette). Tu sens que tu as de bonnes ailes, tu en veux et tu sens que le vent marin de la recherche t’appelle, mais tu es aussi à l’aise que dans le poème[4] : tu restes encore au sol parce qu’englué dans ta petite bulle d’absence de recul. Moins comme l’Albatros qui se fait pécho par des rigolos qui le tournent en ridicule, plus comme l’oisillon aveugle tout mazouté que tu es, padawan.

Pour filer la métaphore aviaire, DT, c’était comme l’aigle américain, le Pygargue avec des drapeaux et des étoiles derrière et tout le toutim, avec une musique un peu comme un catcheur, mais avec le muscle dans le mental[5]. Les premières années de thèse, notre Bald Eagle arrive[6], te vomit sa science au fond du gosier d’oisillon englué, et repart vers d’autres horizons.

Réunion DT-doctorants, été 2014. L’édition d’images, comme vous pouvez voir, reste le point faible de ma thèse. Je tire mon chapeau à ceux qui ont vu l’utilisation de Comic Sans MS avant de lire cette légende. (Source des images originales : Wikicommons)

Pendant toute ma thèse, je nous l’ai taraudé d’interrogations, toutes introduites par « j’ai [une] question » ou « je peux poser une question ? » (tu viens de le faire, idiote) pour tester les limites de la science de l’Être de Lumière. Et « une » se transformait en « de multiples sous-tiroirs interrogatifs », of course.

Les gars, je vous le dis tout de suite, c’est mort, hein. On peut jouer, mais on peut pas test. Übermeister.in sait toujours tout (y’a peut-être une fois ou deux où ma question n’a pas été accueillie avec 12 millions de références, bon.). Et on se choisit bien ses mentors : j’ai eu la chance d’avoir un DT qui répondait toujours à toutes les questions,  même la vilaine « tu aurais le code wi-fi de la conférence ? J’ai perdu mon papier avec mes identifiants lauliloulle » après une journée harassante[7].

Avec les questions par milliers/l’entraînement de Jedi, l’expérience il est quand même possible de circonvenir les limites d’Übermeister.in, et savoir que tel machin ne va pas être son dada alors que tu Sais que tu as raison parce que tu as trouvé une référence obscure qu’iel a même pas lue. Ça passe ou ça casse, mais au moins, tu auras tenté de justifier ton intuition scientifique. C’est le moment où tu te rends aussi compte que tu as monté des niveaux, aussi.

Interlude vidéo : montée de niveaux illustrée par le sublime Cüneyt Arkın, dans le culte Turkish Star Wars (aussi connu sous le titre Dünyayı Kurtaran Adam) de 1982. Les rochers, c’est un peu les concepts de Michel Foucault.

Parfois, l’Être de Lumière te dit « Lire Zizouzou 2008 », parmi une liste de mille noms. Tu rechignes à la tâche, et en fait, Zizouzou devient ton meilleur ami scientifique. Exemple : le nom de l’autre Être de Lumière de qui je suis la doctorante adoptive faisait partie d’une liste de références. Alors lis Zizouzou 2008 si tu fais une thèse, sérieux. Ça va changer ta vie. Peut-être pas cette référence-ci, éventuellement les quelques perles seront dans la prochaine crue de références qu’en bon petit castor-recherche, tu vas lire et mettre dans ton barrage mental pour alimenter ta thèse en énergie[8]. Tu verras. Fais confiance.

***

Si je devais retenir 3 choses sérieuses apprises grâce à ma relation avec DT, je dirais que l’important c’est d’accepter…

  • D’avoir le droit de ne pas tout savoir, et d’avoir moins d’expérience. Parce qu’on ne peut pas se comparer à DT, c’est sûr, mais ça ne veut pas dire que tout le poids scientifique de la terre est sur nos épaules.
  • Que DT a une vie ailleurs : oui, on a fini de tricoter une partie, c’est bien. Mais qui nous dit qu’on est le/a seul/e à rendre 100 pages ? Si ça se trouve, c’est comme les accouchements de vrais gens, les pages sortent mieux les soirs de pleine lune, et peut-être que DT a la Dropbox défaillante et la boîte mail en débordement.
  • Que si on fait des erreurs, même des problèmes récurrents qui font pester DT à chaque fois qu’on lui envoie un truc, ça ne remet pas qui on est en question (cf le premier conseil, tellement important qu’il figure 2 fois). Et PRO-MIS, les récurrences d’erreurs finissent toujours par s’arranger… Pensons-y comme nos tongs mentales : on peut les mettre en vacances relax dans un brouillon, mais on apprend à les enlever quand on doit envoyer un abstract sérieux.

Alors après y avoir réfléchi, je suis bien contente de ce qu’on peut tout à fait appeler des filiations scientifiques, des rapports avec les camarades de lutte universitaire jusqu’aux milliers de réponses aux  milliers de questions qui font percoler. Alors merci. Un simple petit mot comme ça ne vaut pas toute la reconnaissance que j’ai à l’endroit de mes sensei, mais je vais pas tout donner sur les internetz, ho.

N’empêche, jusqu’à la fin, j’aurai pesté contre les annotations-pattes de mouche.

La série sur la Minothèse continue bientôt, avec des articles sur l’écriture de la bête farouche... Affaire à suivre !

  1. Explication de Moon Moon : en faisant un n-ième test sur internet, « quel est ton nom de loup-garou ? », un internaute est tombé sur Moon Moon… et il a commencé à créer un mème autour du loup-garou au nom le plus pourri de la terre, qui serait du coup complètement idiot. Moon Moon est souvent illustré avec des photos de loup, mais le mème a glissé progressivement entre les loups et les huskys, beaucoup plus faciles à photographier quand ils font n’importe quoi. []
  2. Mais siiii, vous savez, la pub avec le perroquet, « quand c’est trop c’est tropico coco » ? Remarquez, si vous avez eu besoin de ma glose pour comprendre qui était Cristina Cordula, peut-être que vous ne voyez pas Coco, auquel cas, je suis navrée par ma propre culture populaire. []
  3. Je ne remercie pas les Écossais et leurs noms en Mc, Mac, collés ou pas au reste du nom, pour qui les recherches ont dû prendre au moins 12% du temps de rédaction de cette thèse. []
  4. L’Albatros, faut suivre maintenant. []
  5. AUSSI dans le mental pour certain.e.s DT, on a beau avoir soulevé des kilos de livres pendant ses études, on peut avoir soulevé des kilos de fonte, on ne sait pas. []
  6. Le nom de l’espèce d’aigle n’a rien à voir avec DT qui est souvent chauve, bien qu’il y ait aussi des exceptions, comme pour le muscle. Le genre de DT n’a rien à voir avec la présence ou l’absence de cheveux, d’ailleurs. []
  7. Si jamais tu lis ce message, je n’oublierai jamais ton air excédépuisé avant les 5 minutes et les 2 étages à monter qu’il a fallu pour trouver le papier du code, puis me le dicter religieusement. Je m’en suis voulu, crois-moi. []
  8. Oui, comme un barrage hydroélectrique. Je trouve la comparaison pas mal. []

La Minothèse (2) : Toi (la Minothèse) et moi contre le monde entier (des Moldus)

Avant de rentrer dans le vif du sujet de la thèse en soi, j’ai envie de parler de ceux qui, proches ou lointains, ont vu le montage de la chose, et qui en ont souffert les conséquences.

Les Moldus sont de sympathiques créatures humaines, qui ont la caractéristique de ne pas avoir fait de thèse. Du coup, plus le temps passe, plus l’enlisement dans la rédaction et la recherche est intense, et moins le contact avec les Moldus est aisé. En plus, avec l’esprit scientifique qui me poussait, j’ai eu envie de les classifier en trois  catégories :

1-le Moldu Pressé

Mon type de Moldu préféré, pendant la rédaction, c’était le Moldu  Pressé : j’ai dû changer de coiffeuse parce que la dame me demandait à chaque coupe « bon alors, cette thèse, elle est finie ? AH BON ? Pas encore ? » Bah non, Monique de Monique Coiffure, non, elle est pas finie. J’y passe mes jours et mes nuits, je jongle vie personnelle, travail et autres communications et articles à écrire, mais non, Monique Coiffure. Je sais que tu m’as vue il y a deux mois et que j’ai bien fait de revenir parce que j’ai les pattes trop longues et faut rectifier la mèche, mais je n’ai pas encore eu le temps d’accoucher de 600 pages correctes, désolée Monique (mais c’est un peu froid, là, vous pourriez rajouter de l’eau chaude s’il vous plaît ?).

Monique de Monique Coiffure est le chef du mouvement des Moldus Pressés. Tu ressens la culpabilité de ne pas encore avoir fini ta thèse, et une personne pas du tout concernée te le rappelle à un moment où tu attends juste de ne plus avoir une tête d’empereur romain—parce que tu as attendu trop longtemps pour te faire couper les cheveux, parce que tu bossais (…sur ta thèse). Parfois, Monique Coiffure se cache chez un marchand gentil, chez une vieille voisine sympa, chez un ami qui comprend pas bien bien. Il faut savoir s’en prémunir gentiment[1].

"Bonjour, Monique de Monique Coiffure, euh, vous pourriez me prendre mercredi prochain ?" (Source : The Addams Family)
« Bonjour, Monique de Monique Coiffure, euh, vous pourriez me prendre mercredi prochain ? » (Source : The Addams Family)

 2- Le Moldu Intéressé

J’aime aussi (mais pour de vrai) les Moldus qui ont un vrai respect, et qui veulent venir à la Soutenance.

Le Moldu Intéressé est inquiétant, parce qu’il va falloir le gérer. Lui dire gentiment que tu peux lui donner un exemplaire de la bête, mais qu’il risque peut-être de ne pas tout comprendre, et que j’ai pas le temps là maintenant tout de suite de lui expliquer ce qu’est mon sujet. Ouais, je sais que je rédige là, mais la soutenance c’est plusieurs mois plus tard, c’est pas tout de suite. (et son corolaire : « Non, c’est pas parce que je soutiens dans trois mois que j’ai du temps maintenant. »).

tumblr_me0522hVqb1qchy28o1_500
« Bon écoute, c’est pas grave si tu peux pas me raconter, je vais venir te regarder travailler, ça doit être sympa » (Source : Shutterstock)

Et après, y’a la quali…enfin, le reste. Parce qu’il vaut mieux ne pas trop en dire au Moldu Intéressé, qui pourrait demander un petit cours de recrutement à la fac alors que tu penses juste à discuter avec lui. D’autres sujets. De sujets qui ne sont pas ceux qui mangent ta vie depuis des mois.

Mention spéciale à mon Moldu Intéressé préféré qui a lu des chapitres entiers de la thèse, et qui est venu me poser des questions avec une liste pour de vrai, à 15 jours de la soutenance[2] que j’avais l’impression de passer un grand oral avant le jour J. Pas le meilleur moyen de me détendre, mais c’est pas plus mal pour se dire « ah mais en fait, la thèse, je la connais par coeur même si je ne la regarde plus depuis frout »…

Et puis il y a la troisième catégorie…

3- Le Moldu Collatéral

Le plus triste, c’est le Moldu Collatéral. C’est ton super ami depuis des années, mais tu disparais de la surface de la terre parce que là, c’est vraiment pas le moment de ramollir, et qu’il faut accoucher d’un tas de concepts sinon la Terre s’arrête de tourner.

C’est le Moldu qui se marie, celui ou celle qui devient papa ou maman, et évidemment, c’est toujours au mauvais moment pour toi et ta thèse. Le Moldu Collatéral, j’espère que je le retrouverai après la rédaction, aussi frais et pimpant qu’avant. Mais j’ai raté le-weekend-de-folie-où-on-s’est-trop-éclatés, les 30 ans de Machinette Moldue, et LA fois où Moldu Polonais est venu à Paris et on voulait grave se voir et évidemment, ça tombait à un moment où j’étais à Tataouine pour une conférence.

Le Moldu Collatéral, c’est aussi ce festival de musique qui tombe pile sur les auditions de MCF, alors que tout le monde y va. Sauf toi. Une année de plus… mais pour la dernière fois !

Bonus : Le Moldu et la thèse ou  « Thésez-vous »

J’ai refusé de retenir par cœur mon vrai intitulé de thèse jusqu’à la fin, pour les questions sarcastiques en soirée « et alors, ta thèse, elle s’appelle comment ? » LES CHEVALIERS PAYSANS DU LAC DE PALADRU EN L’AN MIL LOL MERDE.

J’ai un petit discours bien rôdé : déjà, quand on me demande ce que je fais dans la vie, je dis « prof ». C’est pas faux, mais du coup, les gens voient des classes de collégiens surhormonés qui beuglent des paroles de Bouba en cours et crèvent les pneus de mon Solex en faisant des blagues sur mon patronyme. À part les blagues sur mon patronyme (mais je les connais toutes, c’est moi qui les ai inventées), ça n’est ni flatteur ni réaliste, mais ça me permet de passer inaperçue. À la 8è blague sur « les fonctionnaires, tous des glandus, et en vacances scolaires, tu suces des Bic rouges pour te rappeler le goût du sang des écoliers trolololol », je me réveille et précise que ma charge de travail = un sacerdoce de tous les instants, et que pour mes collègues du secondaire, c’est pas une sinécure non plus.

Là, le Moldu apprend souvent qu’en fait, je fais une thèse. Sur quoi ? Hah. Je la joue souvent courte, genre « Je regarde comment les gens parlent en ligne ».

 Et ça ne suffit pas, alors s’engage une discussion où tout le monde a perdu, comme une École des Fans triste : « Je travaille sur comment les gens parlent sur internet… Non, pas le langage SMS ; enfin, si, un peu mais c’est pas la même chose… Je travaille sur les gens qui parlent des langues minoritaires–enfin, des dialectes, si tu veux– dans des pays anglo-saxons… Une langue parlée en Écosse … Non, pas le gaélique, et pas l’anglais non plus et sur les Afro-Américains… Ouais, non, y’a pas d’Afro-Américains qui parle écossais, enfin si, mais ce sont deux communautés différentes que j’étudie… Et je regarde comment ils écrivent… Ouais, c’est particulier… Ouais, on peut faire une thèse là-dessus. ». Ca me frustre, et ça donne des petites munitions pour le Moldu goguenard. J’ai le malheur d’avoir très, très, très peu d’humour sur la linguistique et mon sujet de thèse. Et peu de patience—mais je me suis blindée contre les questions qui fâchent : « mais à quoi ça sert ? » et surtout « pourquoi ? ».

Le « pourquoi » est l’ami d’une autre question souvent lâchée avec l’œil qui frise et un peu trop d’alcool dans le sang : « Maiiiis… Ça intéresse des gens ? ». Mais non, Edgar Bolino, maintenant que tu en parles, ça n’intéresse per-son-neuh. Jamais. Y’a pas de débouché, hein, c’est juste de la tripatouillette mentale pour m’occuper, j’avais fini tous mes canevas Burda, je me suis dit que j’allais faire une thèse comme ça, freestyle.

Et Edgar Bolino enchérit souvent avec un truc bien malin, le « De toute façon, pourquoi tu fais ça ? ça gagne pas »[3]. Je crois que j’ai dit le plus sérieusement du monde pour m’en sortir : « ah mais t’as raison, je vais changer de voie. Je crois que je peux bosser dans la comm’ ou dans la publicité avec mon diplôme, là, ouais, ça gagne pas, ça gagne pas [hochement de tête convaincu]. Et je pourrai poser mes vacances quand je veux, le rêve quoi [mouvement de bras vers l’horizon inconnu, alors que mes idées de vacances idéales se résument à « avoir assez de temps pour retaper mes cours sous LaTeX »]. ». Comme toi, Edgar Bolino, je vais faire un boulot 8h-17h et parler de mon salaire avec des K dedans, parce qu’il n’y a que ça qui fasse tourner le monde. D’ailleurs, je m’arrête pas là : je me fais liposucer et repulper la bouche, et j’épouse un vieux, hop la vie de château, le chien en ornement de bras et à nous Courch’Mil’Huit au ski. Visons haut, visons juste.

Prise d’une inspiration subite (et feinte), c’est souvent mon moment préféré pour quitter le Moldu, le bar, et surtout la conversation en déclamant « Puissance et gloire, Étrange et brûlant parcours, Qui tôt ou tard, Finit sur un dernier mot d´amour, Aux fantasmes éternels, Sous la lumière illusoire, D´un soleil artificiel ».  Bref, vous l’aurez compris, Herbert Léonard est mon ami de sorties impromptues.

****

Dans le prochain opus, je toucherai du doigt un sujet sensible : les autres doctorants, leur vie, leur oeuvre, leur influence… Car le doctorant n’est pas à proprement parler un Moldu, mais c’est un autre spécimen, qui contribua, lui aussi, à la Minothèse.

  1. et imprimer des exemplaires en plus pour Monique Coiffure, histoire qu’elle se rende bien compte de ce que tu as traversé. Je plaisante. []
  2. Si tu te reconnais, je t’aime d’amour, hein, malgré cet article. Ou grâce à cet article. Bref. []
  3. véridique, j’ai un Edgar Bolino comme ça dans mes fréquentations de café. []

Pratiques d’annotation de corpus 1.0

Exemplaires de travail, Push et Trainspotting

Dans mon temps libre (comprendre : le temps qui ne me sert pas ni à faire des trajets à travers la France, ni à donner des cours, ni à corriger), j’écris ma thèse.

Pour écrire ma thèse, j’ai besoin d’autopsier, de découper et de recoller une sorte de Frankenstein de corpus, moitié fiction, moitié internet, moitié dialecte, moitié netspeak, moitié vernaculaire. Ça fait trop pour une seule femme (et un seul tableau Excel).

Pour l’annotation du corpus internet, je ferai un message (une fois que j’aurai compris le moyen de tout mouliner automatiquement, je me fendrai certainement d’un tutoriel dans la partie Ressource–pour le moment, le corpus est recueilli à la main comme des grappes de raisin dans un vignoble).

 

En revanche, en voyant les progrès de mes pratiques d’annotation in situ, dans le livre même, et le site So Book Online qui est une mine concernant l’annotation, j’ai décidé de faire un billet. Pour parler à la fois de la porosité entre média papier et média computerisé, et des particularités d’annotations académiques et textométriques que je réalise.

Certains amis littéraires s’inquiètent que, en partant d’une œuvre, j’arrive à un découpage presque sadique des éléments graphiques et/ou dialectaux. J’ai presque envie de leur dire « c’est bien pire que ça, les gars. Je fais des statistiques et des pourcentages de fréquence, ainsi que des observations phonétiques et/ou graphophonémiques avec des tableaux et des diagrammes en camembert[1] . » Certains amis moins cyborg que moi s’inquiètent que je sois dans une sorte d’entre-deux flottant Cloudesque et ne comprennent pas pourquoi mon agenda pro et des notes diverses se trouvent en ligne, au lieu d’être dans un bon vieil agenda. J’ai envie de leur dire « c’est bien pire que ça, les gars. Ma liste de courses et les journaux que je lis sont aussi numériqués[2] ».

Je travaille sur Push et Trainspotting. Je dispose d’une copie physique et d’une copie numérique des deux ouvrages (ainsi que d’une copie physique des films tirés de ces oeuvres, et d’une copie numérique des sous-titres en anglais). Le tout sert à écrire un premier lexique des deux dialectes de l’anglais qui m’intéressent (l’afro-américain vernaculaire et le Scots, respectivement), et à repérer des séquences graphiques alternatives et/ou appartenant aux deux dialectes étudiés.

Il était hors de question, pour moi, d’annoter directement le corpus numérique. En plus, j’estime qu’un livre vit avec son propriétaire, qu’il doit être le témoin physique du temps passé en sa compagnie. Rien ne me glace plus qu’un « tiens, je vais te prêter un bouquin qui m’a plu »… Et de me rendre compte que le livre en question est comme neuf, pas corné, la reliure intacte, la page de garde vierge. Là, j’ai envie de sortir les gants blancs et de le lire comme un incunable précieux précieux, et il faut que je résiste à mes habitudes de lectrice tout-terrain, à une main dans le métro.

Idem, pour les livres prêtés par mon directeur de thèse : hors de question de les abimer, j’ai donc recours à divers rajouts de post-its, ou à l’annotation hors-livre, dans mon fidèle carnet qui me suit un peu partout. Même cas pour les livres récupérés au fil des années; j’ai quelques ouvrages annotés de main de linguistes célèbres, donc strict verboten de mettre mes gros doigts pleins d’encre dessus, ou des annotations de travers réalisées dans le métro, ce qui, somme toute, est très embêtant (mais assez enivrant : j’aime bien voir l’auteur du livre et l’auteur des notes comme une sorte de grand tout avec lequel je suis d’accord ou non, mais qui sera de toute façon plus intéressante qu’une lecture à cru, bien que plus contraignante, puisque je ne pourrai pas poser mes réflexions forcément ultra-pertinentes dans les marges déjà prises).

Justement, je suis amusée par ce billet, où la sacralisation de l’oeuvre passe par la séparation de la seconde voix, celle du lecteur, qui sépare son activité active de celle passive, de lecture. Pour moi, la « sacralisation » du livre passe par l’ajout de notes (et il m’arrive de relire des livres des années plus tard, et de compléter mes premières annotations de lecture).

Bref, l’objet physique-corpus littéraire doit vivre, et pour se faire, doit subir mes assauts. Il n’est pas rare que j’ajoute des blocs de 4-5 post-its sur la page de garde histoire d’annoter en sortant des marges, par exemple. Idem pour mes cours manuscrits (le tapuscrit est plus simple, je triche sur la mise en page), où je découpe des rajouts de pages, des volets en plus et des post-its en pagaille.

 

Repérages grammaticaux et lexicaux, Push

 

Revenons-en à Push et Trainspotting. Ici, sur Push, l’annotation est multiple : le surligneur rose sert à voir les usages grammaticaux non standard, le jaune pour les graphies alternatives. Et parfois, une note manuscrite en plus, pour isoler un type de phénomène rencontré. Et les signets jaunes servent à montrer les différentes parties, et les plus petits signets bleus et roses, les chapitres ou les sous-parties des ouvrages. Tout ceci fait partie intégrante de l’annotation, puisque j’ajoute du sens et/ou des clefs de lecture des oeuvres selon mes besoins. L’annotation est donc sémiotiquement signifiante, mais pas forcément rédigée ou écrite.

Push, annoté

C’est le premier ouvrage qui a été disséqué, et, forcément, la technique est peu élégante, voire erronée (mais je voudrais vous y voir, un surligneur dans chaque main, le stylo dans la bouche, à travailler sur un livre, aussi !). Ces annotations ont développé mon ambidextrie, et suscité des regards curieux dans le métro; il est très très rare que je travaille en silence, et j’aime assez pouvoir m’isoler dans la foule.

Ces annotations seraient mortes sans l’exploitation multimédia que j’en fais (la constitution d’un lexique pour pouvoir étiqueter chaque élément de mon corpus internet). En fait, le livre physique n’est qu’un vecteur vers une vie supérieure, le tronçonnage dans un tableau et le passage à un Treetagger customisé pour séparer les graphies alternatives du reste, et les différents usages langagiers dont je parle dans ma thèse (en gros, le nirvana de la vie de ces livres).

Trainspotting, doubles annotations

Pour Trainspotting, le travail est plus élégant. On voit que j’ai un peu amélioré mes techniques de travail, entre le surlignage bourrin systématique, et le repérage sobre des formes alternatives. J’ai choisi les pages 22-23 pour montrer le passage d’une technique à une autre. P. 22, on a du repérage systématique, p. 23, j’ai recours aux points sous les mots pour signaler que je les ai déjà étiquetés dans mon lexique écossais. Il faut dire que j’avais déjà plus de 200 léxèmes différents, et qu’il fallait que je puisse trouver la première occurrence d’un mot pour pouvoir le commenter.  « Thum », c’est « them » ou « thumb » avec une réduction de groupe consonantique final ? Voire un scottisme non apparenté à l’anglais ? Sans contexte, point de salut. D’où raffinement de la technique de corps.

 

Le travail d’annotation est donc réalisé à moitié dans le livre, à moitié dans un tableau d’étiquetage. L’étiquetage, c’est la taxinomie de tous les phénomènes importants pour moi : Est-ce une retranscription de l’oral, avec des « cu-maauugghhnn » pour montrer la parole sous influence du personnage ? Un « DUUUHHH » d’interjection méprisante ? Plus dur, est-ce qu’on écrit « beyotch » pour « bitch » parce qu’on a peur d’être censuré, ou parce qu’on remet la graphie en ligne avec ce qu’on aurait prononcé ? (Parallèle en français : la scène de « La Vie est un Long Fleuve Tranquille », où D. Gélin traite un personnage de « salope ». Ou de « saloooope » ? Voire de « laaaaa SA-lope » ?)

L’annotation devient donc complexe, et hautement informatisée. C’est là où je remercie tout le monde d’être née à un moment cyborg, où on peut passer 35h à programmer un script, ou plus à écrire un tableau propre des lexèmes rencontrés et des lemmes auxquels ils appartiennent, pour ensuite appuyer sur un bouton et voir la machine autopsier le contenu du corpus et les instructions qu’on lui a données, pour produire du sens interprétable et fiable.

Première étape : l’étiquetage sous Excel

 J’utilise volontairement (je reste malicieuse, même dans le sérieux) des métaphores médicales, mais je sais que ces annotations physiques et celles, mécaniques, de la machine, sont tout sauf mortes : elles sont un tremplin à l’annotation de mon corpus internet, qui ne va qu’enrichir et rendre encore plus vivant mes lexiques divers.

Étiquetage (erroné) de Trainspotting, premier passage sous Treetagger

***

Du coup, ça a été un peu délicat, lors de mon travail, de prêter Push à une amie qui voulait le lire. J’ai fait des « eeeuh, mais tu sais eeeeuh, j’ai *beaucoup* écrit dedans… Beaucoup beaucoup… ». Et pourtant, elle l’a embarqué et l’a lu en un temps record. Moi qui y voyais un ouvrage-clé-vers-un-Frankenstein-de-thèse, elle n’y a vu que Push et les émotions que ce livre remue dans tous les lecteurs (qu’évidemment, je ne peux que vous conseiller, sauf si c’est un peu la déprime en ce moment, vu qu’il n’est pas très tagada-tsoin-tsoin). Comme quoi, malgré les notes et les rajouts, on peut n’y voir que la première voix, celle de l’auteur.

 

En plus, les signets collants de mes livres bougent et évoluent : en faisant cet article, je me suis rendue compte qu’il manquait un marqueur à Push. Ce qui peut être dû à un transport hardi dans un sac de cours, ou à une intervention féline. Évidemment, il m’arrive aussi de changer moi-même l’ordre des marqueurs et/ou de les remobiliser ailleurs. Comme quoi, ces annotations mobiles (les signets) ont aussi toute leur légitimité, tout autant que les annotations immobiles des marges ou des mots.

Toutes ces annotations sont très différentes de celles qui ornent mes livres de chevet de thèse, où il ne s’agit plus de chipoter sur un seul mot mais de comprendre ou analyser une phrase particulièrement intéressante ou pertinente. Ou, d’ailleurs, à manifester mon agacement quand je ne suis pas d’accord avec ce que je lis (qui ne recoupe pas forcément cette catégorie d’annotation puisque je suis plus dans l’ironie narquoise et/ou la rectification du tort fait à la science, of course). D’ailleurs, mes petites parenthèses dans le cœur de ce message (et des autres) ne sont que d’énièmes annotations linéaires, certes, mais omniprésentes.

Plus qu’une créature de Palimpsestes (je sais que je fais un heureux quand je cite Genette, rien que le titre), je suis une créature  de métatextualité (dis donc, comme ça sonne pédant ! C’est pour ça que je limite souvent les citations) dans le sens où l’annotation n’est qu’un commentaire paratextuel qui est lui-même l’origine de toute une théorie développée dans ma thèse (comme je dis à chaque fois, venez à ma soutenance, ça me fera peur/plaisir). Un peu comme une chenille qui redémarre, œuvre papier écrite/orale/retranscrite -> œuvre numérisée et annotations -> lexique 1.0 -> corpus multimédia numérique indigène -> lexique 2.0 -> statistiques fines -> aboutissement numérique (que je donnerai à imprimer physiquement avec une belle reliure) -> thèse papier avec un CD-rom (qui sera elle-même annotée, manuellement et/ou numériquement par diverses mains– c’est l’instant « accroche tes mains à ma taille/faut pas que la chenille déraille »).

 

Mise à jour : 14/12/12 : Après la rédaction de ce billet, j’ai continué à annoter devant l’enfant d’un universitaire. Je lui ai montré mon Trainspotting, qu’elle a regardé d’un air docte, et a dit « C’est marrant, papa fait pareil. Il écrit aussi dans les marges des livres. Moi, j’ai l’impression qu’il est pas d’accord, et qu’il corrige. » Ça m’a étrangement plu, cette interprétation de l’annotation.

 

Références :

Chatillez, E. (1988) La vie est un Long Fleuve Tranquille. [DVD] France : TF1 Vidéo

Jahjah, M. (2010) So Book Online [site internet] http://www.sobookonline.fr/ Dernière consultation : 14 décembre 2012

Sapphire, . (1996). Push :a novel. New York: Vintage Contemporaries.

Welsh, I. (2011). Trainspotting. London: Vintage.

Les photographies ont été commises à mon bureau de travail; on peut donc y apercevoir un Bescherelle ouvert et également orné de petits signets chamarrés.

 

 

  1. Ce qui n’a pas que des désavantages; je peux aussi me glisser entièrement dans ma peau linguiste, oublier mon rôle de lectrice, et résister vaillamment aux assauts mentaux des scènes les plus trash des deux opus. Bon, ok, j’ai peut-être un peu pleuré en lisant Push, et j’ai peut-être un peu résisté à une nausée montante en lisant Trainspotting, mais c’est rien en comparaison d’une lecture fervente au premier degré. []
  2. Pour des raisons évidentes et/ou techniques : une liste de courses manuscrite est faite pour être égarée et/ou laissée sur un bureau surchargé, et un journal papier sert souvent uniquement à être déchiqueté par des griffus qui ne comprennent même pas le concept de lecture. []