Archives par mot-clé : phonologie

Putting back the LOL in PhonoLOLgy et autres mèmes linguistes

Un très court message, pour vous présenter (au cas où ce n’est pas déjà du connu/maîtrisé) la page Facebook de LOLPhonology et autres linguisteries d’internet qui flirtent avec la mémétique et la culture internet pour fournir à 4000 membres (linguistes et geeks ?) du LULZ scientificogeek.

Moi qui veux vraiment me lancer dans la confection d’un arbre syntactique pour mes étudiants, en prenant une phrase mémétique d’Xzibit qui est un peu le maître de l’hypotase (et qui est utilisé pour parler de la récursivité, dans la culture internet depuis 2009)…

Pour ceux qui ne connaissent pas le mème d’Xzibit, ou même son nom, en gros, le snowclone[1] de ses phrases est « Yo dawg, I heard you like X so I put an X in your Y so you can [action] while you [action] ». Par exemple, une de mes préférées–c’est difficile de produire du Xzibit sans image accompagnant le tout (« Yo, dawg, j’ai entendu dire que toi et ton chien vous aimez le yoyo donc j’ai mis ton chien dans un yoyo comme ça toi tu peux faire du yoyo avec ton chien pendant que ton chien fait du yoyo, dawg », ça sonne tout de suite moins bien) :

yo-dawg-yo-yos.jpg
Uploadée par C M Punk sur Know Your Meme ( http://knowyourmeme.com/photos/176526-xzibit-yo-dawg )

 

Donc, on en revient à l’histoire principale : moi, qui veux utiliser Xzibit; je suis tombée sur ça en furetant sur la page Facebook LOLphonology (daté du 15 février 2013) et depuis, je les aime d’amour  :

Xzibit paratactique. J’aime. Je partage.

 

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas que de la phonologie (bien qu’on soit bien servis), et en plus, l’auteur (les auteurs ?) reprend des couvertures style pulp et les adapte à divers sujets de linguistique (la théorie de l’optimalité ou le Grand Changement Vocalique, par exemple), en reprenant au passage d’autres mèmes connus comme Sudden Clarity Clarence, Linguist Llama (d’ailleurs, si vous ne connaissez pas le tumblr du  Linguist Llama, c’est un étudiant de lycée trop mignon et vraiment passionné de phonétique et de phonologie qui bricole des trucs dans son coin et qui répond gentiment aux mails, passez le voir. Mon coeur a explosé en milliers de petites guimauves quand j’ai vu que son costume d’Hallowe’en, c’était lui-en-mème-avec-une-transcription-phonétique).

 

Comme quoi, étrangement, avec une des sciences de la linguistique la plus col roulé-veste en velours côtelé, on peut faire du neuf et de la mémétique. Je me demande même si ce n’est pas la relative aridité de la syntaxe ou de la phonologie qui leur permettent d’être « marquétées » par de jeunes passionnés geeks ou au moins versés dans la culture internet… More to come (j’espère) !

LOLphonology est aussi sur Twitter !

  1. cf G. Pullum et son Language Log, c’est un tout petit bout de théorie mais c’est transposable à beaucoup de domaines []

Le syndicat du crime est un plat italien

Avant propos :
Ce message est plus compréhensible en phonologue :
<> est utilisé pour la graphie,
// pour les transcriptions phonémiques
[] pour les transcriptions phonétiques.
Les transcriptions ont été réalisées par une professionnelle et ont été vérifiées avec Wells (2008).
Ne tentez pas de reproduire ceci chez vous.

Merci

 

En affinant mon corpus de thèse (j’ai encore honte du manque d’automatisme entre « corpus en liberté » et « Pauquémaunesque entité étiquetée et statistiquement observable »), c’est-à-dire en copiant et collant des messages de forums innocents dans un tableau Excel gigantesque, il m’arrive de rompre la monotonie en lisant de travers ce qu’ils racontent, mes locuteurs de dialecte.

Parfois, c’est anecdotique (pour le moment graphophonémique où je suis; la discursiviste dans le placard se frotte déjà les mains), et parfois, leurs productions sont étonnantes. Et justement, je suis tombée sur un message que je vous livre, intégral,  dans sa pure simplicité :

 

« Real G’s move in silence like lasagna ».

 

G, je le sais bien, c’est le gangster. Mais quid de la lasagne ? La lasagne… silencieuse ? Qui bougerait…? Comme un gangster…?

 

Après l’étourdissement suivant les réflexions sur les implications de la lasagne et des membres de gangs, puis l’évanouissement compréhensible, et, enfin, l’utilisation de sels pour revenir à moi, cette phrase a remué un sentiment de déjà-vu. Mais comment ? D’où connais-je ? Le côté incongru de la lasagne associée à mes amis et la sourde certitude de connaissance m’ont fait penser à un Text from Bennett (qui fut un Tumblr assez populaire en 2011, consistant en captures d’écran laullesques de SMS entre Bennett, un petit jeune qui voulait faire son loubard, et son cousin, l’auteur du blog. Apparemment, c’est un fake, mais c’était très amusant. La chose que j’avais surtout retenue de ce site était  Hustla da Rabbit. Le nom de la peluche de Bennett).

Du coup, je me suis jetée dans les bras de Google.

Qui m’a dit « Ce sont des paroles d’une chanson. Plus précisément, 6 foot 7 foot, de Lil Wayne ». Ce qui ne m’avance pas tellement plus, vu que je n’écoute pas de rap dans le civil. Ca m’a amenée vers un site qui explique les paroles des chansons de hip-hop, parfois assez obscures entre les afro-américanismes et l’argot personnel. Bref, Rap Genius m’a ouvert ses portes, ses explications et, en bonus, un beau morceau de folk phonologie m’attendait :  » Le <g> de « lasagne » est muet en anglais, alors qu’en italien il est prononcé /ɲ/ ». Apparemment, c’est la raison pour laquelle Lil Wayne s’est lancé dans une comparaison aussi provocante que saugrenue.

On retrouve la même démonstration dans les commentaires de cette vidéo sur Youtube (où l’utilisateur a astucieusement placé les paroles, comme ça on comprend encore mieux Lil Wayne. « Real G’s move in silence » est à 2:30-2:33). On admire au passage le manque de compréhension de TheRocklobster qui souligne l’incongruité des paroles avec des « fucking » d’intensification :

Source : Youtube; commentaires de la vidéo [url

Bon. La phonologue en moi reprend le dessus. Déjà, il me semble que ce <g> graphique n’est pas si silencieux que ça du tout, puisqu’il entraîne une palatalisation post/n/ qui s’articule très clairement (dans la bouche de Lil Wayne comme dans celle de Wells) [ləˈzɑːnjə], avec /j/… Mais ai-je raison ?

Les tests :

Les mots commençant en <gna-> en anglais (comme gnats,  « moucherons ») sont prononcés suivant la règle de phonologie simple de l’anglais, c’est à dire « quand la séquence <gn> se trouve dans la même syllabe, le <g> n’est pas prononcé ». Et aucune palatalisation suivant le <n>, tout le monde reste sagement à sa place. En milieu de mot, j’ai trouvé la séquence <-gna-> dans agnate et agnatic (agnat, agnatique, qui ne relève que du côté masculin d’une ascendance familiale par exemple), qui se syllabifie en ag.nat.(ic), et où, du coup, on a une prononciation /ˈæg neɪt/ ou /ægˈnæt ɪk/. Bref, pas l’ombre d’une palatalisation dans des mots savants, même empruntés au latin, pas non plus en début de mot.

C’est donc vraiment l’hypothèse de base, à savoir « la prononciation de l’italien,  dans la graphie et donc dans la prononciation anglaise,et pour remplacer le /ɲ/, on a bricolé un /nj/ un peu entre-deux, puisqu’on reconnait encore facilement l’italien sous l’anglais » qui tient encore la route.

En tant que française, j’ai plus de facilité à repérer les /ɲ/ (phonème qui n’existe pas à l’état brut en anglais, puisque la séquence graphique <gn> est rare en anglais– <g> n’a qu’une fréquence d’apparition de 2% par rapport aux autres lettres (en bas du tableau de fréquence, <g> est 17è sur 26; ces sources viennent de Cornell, qui a mouliné un corpus pour que je puisse écrire mon blog, en gros). Si j’avais besoin d’encore plus d’eau dans mon moulin, Zim (1962) cite les 20 séquences de deux consonnes différentes les plus fréquentes, mais <gn> n’y figure pas pas.

 

La conclusion :

Lil Wayne, ses amis, les commentateurs Youtube ou Rap Genius, en vérité je vous le dis, rater une petite palatalisation comme ça, c’est quand même moche, les gars.

OK, elle est placée après le /n/ donc on pourrait penser, en innocents de la phonologie, que notre <g>est silencieux comme un G(angster).

Je vous rappelle qu’un « gangster » tel que Lil Wayne le conceptualise est un monsieur avec des *tatouages sur le visage* et certainement, un attachement fort aux Bloods (un des deux grands gangs Afro-Américains), et qu’il se baladerait peut-être du coup avec un bandana *rouge* et des vêtements assortis. Après, on peut être tatoué-bariolé, et posséder d’assez bonnes chaussures pour éviter de faire scrouinch-scrouinch quand on marche, mais l’interprétation est laissée à l’auditeur.

 

Mais là (valorisation de la recherche à 250%), le phonologue peut se gausser et dire  » Si on corrige, Real G’s move in silence like gnats. Votre lasagne, c’est peanuts, je sors ma carte « Palatalisation en Yod », j’avance d’une case et je me mets confortablement après le <n>. ÉCHEC ET MAT, jeune saltimbanque de variété ! »

Note pour les non phonologues, ou pour ceux qui, pris d’une soudaine passion à la lecture de mon message, voudraient se lancer dans une carrière en phonologie[1] : le « yod » c’est /j/, soit, en SexyLinguiste, une consonne spirante palatale voisée.

 

Maintenant, reste à comprendre pourquoi, selon Lil Wayne, la lasagne est silencieuse et le moucheron oublié…

***

[1] Avoue, bel enfant, la phono c’est quand même de la belle science, dure et humaine à la fois. Ça te chamboule, tu as envie d’aller courir transcrire des textes et des audios en alphabet phonétique international, hein ? Alors va, égaye-toi et souris à la vie.

Bibliographie:

Bowyer, Tim. (2006- ) Howjsay http://www.howjsay.com. [web] Dernier accès : 6 décembre 2012

Lil, W., Gunz, C., Drake, ., T-Pain, ., Legend, J., Jadakiss, ., Bun, B., … Tech-9 (Musical group). (2011). Tha carter IV. New York: Cash Money.

Rap Genius  (2009)  http://rapgenius.com [web]. Dernier accès : 6 décembre 2012

Wells, J. C. (2008). Longman pronunciation dictionary. Harlow (GB: Pearson-Longman.

Zim, Herbert Spencer. (1962) Codes and secret writing (abridged edition). Scholastic Book Services, fourth printing.