Archives par mot-clé : phonétique

Panique dans le dictionnaire

La tentation est facile : le Merriam-Webster, nous propose dans sa liste des mots les plus drôles (funny-sounding donc bim, linguistique de la perception !) et les plus intéressants le mot « diphtongue » (diphthong en anglais, à la graphie encore plus marrante), assortie de l’illustration suivante, qui plongea la communauté phonéticienne[1] que je connais dans un amusement un peu effaré :

Il y a une ligature entre le a et le e, on dirait un truc qu’on prononcerait « a-hé » genre « ta robe est ærienne », ce qui m’évoque les paroles du refrain de « ɶ, œ, capitaine abandonné ». Mais tout le monde sait bien que ça ne marche pas comme ça. Enfin, tout le monde…

Pour le non-phonéticien en toi, cette lettre, æ, est le symbole de l’alphabet phonétique international[2] pour le a de cat, en anglais. On est d’accord, cat, ça se prononce en un seul bloc, sans changement de qualité de quoi que ce soit. Même pour qui a toujours eu 3 de moyenne en anglais, ce qui ne devrait PAS être le cas de Merriam -Webster, right ?

D’autant plus que certaines variété de l’anglais ont des triphtongues (fire, /ˈfaɪ̯ə̯/), et quand je dis « variétés de l’anglais », je pense très fort à « Received Pronunciation » anglaise[3] donc pas particulièrement une variété parlée par deux ploucs sur une île.

Du coup, je serre mes petits poings très fort, et me pose les questions suivantes :

– La phonétique est-elle donc un art voué à perdurer dans le cœur d’une frange minuscule de linguistes, à qui, apparemment, même les LEXICOLOGUES jettent des cailloux ? Non que j’aie quoi que ce soit envers les lexicologues, c’est ce que je voulais faire quand j’étais petite[4] mais que des linguistes qui écrivent des définitions de mots assorties de leur prononciation ne connaissent même pas les rudiments de la phonétique, ça me dépasse.

– Merriam-Webster emploie des stagiaires rémunérés « à la win » pour écrire ses articles ? Des  enfants de 8 ans, qui veulent eux aussi devenir lexicologues, et qui ne prennent pas la peine de lire la seconde partie de la définition du mot « diphthong » en anglais, à savoir : « la ligature de deux monographes, a et e en æ ou, comme ce qu’on a en français, le œ que l’on trouve, par exemple, dans « cœur » » ?

Eh oui, le M-W n’est pas dans le tort, mais l’Oxford English Dictionary précise tout de même que cet emploi du mot « diphthong » est incorrect (et on lui préfère le mot ligature; certains appellent même ces monophtongues-représentés-par-des-digraphes comme…ça, « monophtongue représenté par un digraphe » ou « diphtongue incorrecte »).

Du coup, le phonéticien est rassuré, mais pas ma lexicologie. Pourquoi confondre son et graphie ? Qui est encore dupe au point de penser qu’on a un système d’équivalences plus ou moins exactes entre les deux ? Qui lisai-je, Ong, ou Goody, voire Gadet, qui disait encore une n-ième fois cette observation complètement banale, mais finalement peu déconstruite ?

Où je pars sur la graphie…

Allez, anecdote perso : quand j’étais petite, on faisait les malines avec une camarade. On était seules dans la classe, donc on a joué à la maîtresse, et elle a écrit mon nom en gros au tableau. Ma camarade, avec un nom complètement graphonormé (hah !), disons Simone[5] ou Karine, m’a écrit « Lora ». J’ai dit « oh là là, on se calme, on boit frais, petite, c’est quoi cette horreur ?? »; et elle était comme deux ronds de flan quand je lui ai expliqué la magie du <au> pour /o/. Après, j’ai voulu pousser le truc et lui dire « Regarde, eau, E-A-U, /o/, c’est magique ! », mais la sonnerie de la récré a retenti, donc on a effacé les écrits mais… pas fini cette conversation.

 

C’est un peu le déclic grâce auquel j’aime tant les graphies, en fait. Chacune dit quelque chose, et les résumer à une bête équivalence exacte au son est réducteur, et triste. Certes, c’est l’un des derniers (le dernier ?) seuil d’une langue, bien postérieur à l’oral, mais la graphie est une science finalement un peu exploitée–quand je vois des livres à la Catach, je suis un peu contente, mais cette perspective normative et standardisée est en fait assez stérile. C’est la raison pour laquelle je travaille sur les graphies alternatives, qui sont riches de couches sémiologiques différentes, pour peu qu’on s’y penche.

 

Bref, pas taper sur le langage SMS, mais surtout, par pitié, utilisez le mot juste. Une diphtongue est un di-son, pas un di-graphe. Si je suis d’accord pour déconstruire l’orthographe, je ne suis pas d’accord pour déconstruire la sémantique de termes techniques.

Tenez, je vous mets de mini-références, au cas où :

  • Catach, N. (1978). L’Orthographe. Paris: PUF.
  • Gadet, F. (2007). La variation sociale en français. Gap [France: Ophrys.
  • Goody, J. (1977). The domestication of the savage mind. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Ong, W. J. (1982). Orality and literacy: The technologizing of the word. London: Methuen.

 

 

  1. Merci, d’ailleurs, communauté phonéticienne et surtout Grande Personne qui m’a envoyé ce mail nocturne mais bienvenu. []
  2. On rigole assez peu avec l’API, en fait. Je passe sur l’histoire douloureuse de l’inclusion ou non de certains symboles et les débats de phonéticiens foufous. Et sur leur blague sur ça : Support adding 'double-dot wide-o' to the IPA. [Nasal ingressive voiceless velar trills are cool.] []
  3. si tu mets la BBC dans ta télévision, tu tomberas sur du RP à gogo. Enfin, avant qu’ils nous mettent des présentateurs ethniques genre gallois ou écossais qui font rien qu’à nous saloper le Bon Accent. []
  4. Authentique. Enfin, je voulais être grammairienne, mais dans ma tête, c’était un peu pareil. []
  5. Impossible de me souvenir de son prénom. Mais… Impossible de trouver des prénoms graphonormés, c’est-à-dire avec une équivalence parfaite son-graphie, sans <e> muet, sans digraphe à la <ch>…  []

Dans la jungle de l’arbre à perles

[Dernière mise à jour : 20/01/2013]

 

A droite, vous pourrez voir un lien vers mon Pearltree, qui est en fait une vraie jungle. Il contient des liens internet répartis par intérêt, dont voilà la liste presque exhaustive, au cas où vous en auriez besoin.

Présentation rapide du concept :

Pearltree, c’est une sorte de compromis entre une carte mentale et un Scoopit, où on peut « perler » (soit, ajouter) des éléments dans des arbres complets et séparés, ou dans des branches en vue d’un tri ultérieur.

L’inscription est gratuite (bien qu’il existe des comptes Premium à 45€/an) et les arbres sont mis à disposition de tous; en plus, on peut explorer les arbres voisins par intérêts connexes, et le tout est synchronisable entre un téléphone (application iPhone native, mais possibilité de mettre un « bookmarklet » sous n’importe quel navigateur) et son ordinateur (une option « Pearler » existe sous Chrome, Firefox, Explorer…).

Bref, c’est très pratique, et assez intuitif puisque les éléments se déplacent d’un simple glisser-déposer, et que l’on peut non seulement perler des pages internet, mais aussi des photos, des notes, des vidéos… C’est une sorte d’Evernote en carte mentale et entièrement public, si vous appréciez la comparaison (personnellement, je me sers d’Evernote pour préparer mes cours, et de Pearltree pour gérer les milliers d’onglets que j’ouvre sous mon navigateur. Au moins, si je ne finis pas une recherche immédiatement, je peux hiérarchiser les informations plus tard, et/ou les rouvrir n’importe où… Du coup, ma RAM et mon navigateur me disent merci).

 

Cet article sera remis à jour périodiquement pour s’adapter aux changements d’architecture de Pearltree.

Mes Pearltrees :

a) Sur la linguistique computationnelle :

Python Forum Scraping : pour récupérer des données de forums sous Python, mais il contient aussi des informations générales sur Python et des outils pratiques.

Treetagger : qui contient aussi des outils pour faire communiquer Treetagger avec R ou avec Python

b) Par sujets :

Phonetics (le plus petit), complété par un arbre Winpitch et un arbre Praat 

Readability : sur les outils de Flesh-Kincaid, et le calcul du FOG, ou Frequency of Gobbledygook. Ce sont surtout des outils en ligne pour comprendre la lisibilité de textes (article à venir)

Computer-Mediated Communication : Références en CMO (communication médiée par ordinateur), avec quelques liens vers des livres intéressants

c) Sur mes recherches :

AAVE Generators : scripts internet pour transcrire l’anglais standard en afro-américain. J’étudie ce genre de scripts, ce qui ne veut pas dire que je soutiens forcément l’initiative.

Scots : surtout sur les graphies alternatives de l’écossais (notamment dans Trainspotting).

Il contient aussi d’autres branches, comme un lien vers ce blog, une vers Marie-Anne Paveau (MAP) avec quelques références, une autre sur le facework (que je vais certainement transformer en arbre seul une fois que j’aurai assez de liens), et deux-trois liens pas encore triés mais potentiellement amusants (un testeur de mot de passe, dont je vais parler dans ces colonnes; et un article Wikipedia sur la fréquence des lettres qui est pas mal pour un début, avec sa biblio).
J’ai aussi des liens vers Webscraping with Python et Web Mining, des initiatives collectives qui me semblent assez synpathiques, et qui complètent un peu mes arbres sur la collecte d’informations avec Python.

 

Libre à vous de vous (en)  servir; un petit merci ne fait jamais de mal (et surtout, si vous avez des idées de liens, n’hésitez pas à m’en faire part).

Le syndicat du crime est un plat italien

Avant propos :
Ce message est plus compréhensible en phonologue :
<> est utilisé pour la graphie,
// pour les transcriptions phonémiques
[] pour les transcriptions phonétiques.
Les transcriptions ont été réalisées par une professionnelle et ont été vérifiées avec Wells (2008).
Ne tentez pas de reproduire ceci chez vous.

Merci

 

En affinant mon corpus de thèse (j’ai encore honte du manque d’automatisme entre « corpus en liberté » et « Pauquémaunesque entité étiquetée et statistiquement observable »), c’est-à-dire en copiant et collant des messages de forums innocents dans un tableau Excel gigantesque, il m’arrive de rompre la monotonie en lisant de travers ce qu’ils racontent, mes locuteurs de dialecte.

Parfois, c’est anecdotique (pour le moment graphophonémique où je suis; la discursiviste dans le placard se frotte déjà les mains), et parfois, leurs productions sont étonnantes. Et justement, je suis tombée sur un message que je vous livre, intégral,  dans sa pure simplicité :

 

« Real G’s move in silence like lasagna ».

 

G, je le sais bien, c’est le gangster. Mais quid de la lasagne ? La lasagne… silencieuse ? Qui bougerait…? Comme un gangster…?

 

Après l’étourdissement suivant les réflexions sur les implications de la lasagne et des membres de gangs, puis l’évanouissement compréhensible, et, enfin, l’utilisation de sels pour revenir à moi, cette phrase a remué un sentiment de déjà-vu. Mais comment ? D’où connais-je ? Le côté incongru de la lasagne associée à mes amis et la sourde certitude de connaissance m’ont fait penser à un Text from Bennett (qui fut un Tumblr assez populaire en 2011, consistant en captures d’écran laullesques de SMS entre Bennett, un petit jeune qui voulait faire son loubard, et son cousin, l’auteur du blog. Apparemment, c’est un fake, mais c’était très amusant. La chose que j’avais surtout retenue de ce site était  Hustla da Rabbit. Le nom de la peluche de Bennett).

Du coup, je me suis jetée dans les bras de Google.

Qui m’a dit « Ce sont des paroles d’une chanson. Plus précisément, 6 foot 7 foot, de Lil Wayne ». Ce qui ne m’avance pas tellement plus, vu que je n’écoute pas de rap dans le civil. Ca m’a amenée vers un site qui explique les paroles des chansons de hip-hop, parfois assez obscures entre les afro-américanismes et l’argot personnel. Bref, Rap Genius m’a ouvert ses portes, ses explications et, en bonus, un beau morceau de folk phonologie m’attendait :  » Le <g> de « lasagne » est muet en anglais, alors qu’en italien il est prononcé /ɲ/ ». Apparemment, c’est la raison pour laquelle Lil Wayne s’est lancé dans une comparaison aussi provocante que saugrenue.

On retrouve la même démonstration dans les commentaires de cette vidéo sur Youtube (où l’utilisateur a astucieusement placé les paroles, comme ça on comprend encore mieux Lil Wayne. « Real G’s move in silence » est à 2:30-2:33). On admire au passage le manque de compréhension de TheRocklobster qui souligne l’incongruité des paroles avec des « fucking » d’intensification :

Source : Youtube; commentaires de la vidéo [url

Bon. La phonologue en moi reprend le dessus. Déjà, il me semble que ce <g> graphique n’est pas si silencieux que ça du tout, puisqu’il entraîne une palatalisation post/n/ qui s’articule très clairement (dans la bouche de Lil Wayne comme dans celle de Wells) [ləˈzɑːnjə], avec /j/… Mais ai-je raison ?

Les tests :

Les mots commençant en <gna-> en anglais (comme gnats,  « moucherons ») sont prononcés suivant la règle de phonologie simple de l’anglais, c’est à dire « quand la séquence <gn> se trouve dans la même syllabe, le <g> n’est pas prononcé ». Et aucune palatalisation suivant le <n>, tout le monde reste sagement à sa place. En milieu de mot, j’ai trouvé la séquence <-gna-> dans agnate et agnatic (agnat, agnatique, qui ne relève que du côté masculin d’une ascendance familiale par exemple), qui se syllabifie en ag.nat.(ic), et où, du coup, on a une prononciation /ˈæg neɪt/ ou /ægˈnæt ɪk/. Bref, pas l’ombre d’une palatalisation dans des mots savants, même empruntés au latin, pas non plus en début de mot.

C’est donc vraiment l’hypothèse de base, à savoir « la prononciation de l’italien,  dans la graphie et donc dans la prononciation anglaise,et pour remplacer le /ɲ/, on a bricolé un /nj/ un peu entre-deux, puisqu’on reconnait encore facilement l’italien sous l’anglais » qui tient encore la route.

En tant que française, j’ai plus de facilité à repérer les /ɲ/ (phonème qui n’existe pas à l’état brut en anglais, puisque la séquence graphique <gn> est rare en anglais– <g> n’a qu’une fréquence d’apparition de 2% par rapport aux autres lettres (en bas du tableau de fréquence, <g> est 17è sur 26; ces sources viennent de Cornell, qui a mouliné un corpus pour que je puisse écrire mon blog, en gros). Si j’avais besoin d’encore plus d’eau dans mon moulin, Zim (1962) cite les 20 séquences de deux consonnes différentes les plus fréquentes, mais <gn> n’y figure pas pas.

 

La conclusion :

Lil Wayne, ses amis, les commentateurs Youtube ou Rap Genius, en vérité je vous le dis, rater une petite palatalisation comme ça, c’est quand même moche, les gars.

OK, elle est placée après le /n/ donc on pourrait penser, en innocents de la phonologie, que notre <g>est silencieux comme un G(angster).

Je vous rappelle qu’un « gangster » tel que Lil Wayne le conceptualise est un monsieur avec des *tatouages sur le visage* et certainement, un attachement fort aux Bloods (un des deux grands gangs Afro-Américains), et qu’il se baladerait peut-être du coup avec un bandana *rouge* et des vêtements assortis. Après, on peut être tatoué-bariolé, et posséder d’assez bonnes chaussures pour éviter de faire scrouinch-scrouinch quand on marche, mais l’interprétation est laissée à l’auditeur.

 

Mais là (valorisation de la recherche à 250%), le phonologue peut se gausser et dire  » Si on corrige, Real G’s move in silence like gnats. Votre lasagne, c’est peanuts, je sors ma carte « Palatalisation en Yod », j’avance d’une case et je me mets confortablement après le <n>. ÉCHEC ET MAT, jeune saltimbanque de variété ! »

Note pour les non phonologues, ou pour ceux qui, pris d’une soudaine passion à la lecture de mon message, voudraient se lancer dans une carrière en phonologie[1] : le « yod » c’est /j/, soit, en SexyLinguiste, une consonne spirante palatale voisée.

 

Maintenant, reste à comprendre pourquoi, selon Lil Wayne, la lasagne est silencieuse et le moucheron oublié…

***

[1] Avoue, bel enfant, la phono c’est quand même de la belle science, dure et humaine à la fois. Ça te chamboule, tu as envie d’aller courir transcrire des textes et des audios en alphabet phonétique international, hein ? Alors va, égaye-toi et souris à la vie.

Bibliographie:

Bowyer, Tim. (2006- ) Howjsay http://www.howjsay.com. [web] Dernier accès : 6 décembre 2012

Lil, W., Gunz, C., Drake, ., T-Pain, ., Legend, J., Jadakiss, ., Bun, B., … Tech-9 (Musical group). (2011). Tha carter IV. New York: Cash Money.

Rap Genius  (2009)  http://rapgenius.com [web]. Dernier accès : 6 décembre 2012

Wells, J. C. (2008). Longman pronunciation dictionary. Harlow (GB: Pearson-Longman.

Zim, Herbert Spencer. (1962) Codes and secret writing (abridged edition). Scholastic Book Services, fourth printing.

Exégèse de la bannière : les poètes et le chamusant

Je viens de finir de composer la bannière (chargée, j’en conviens) de mon carnet de recherches. Mais elle est à l’image du contenu de ce blog : multimédia, multimodale et un peu fouillis. Pour les béotiens, les curieux et ceux qui veulent en savoir plus, voilà ses composants expliqués, élément par élément. Je précise que tout est libre de droits parce que j’ai passé un module juridique où l’intervenant parlait dos à l’amphi, certes, mais avec un bon micro[1] et que donc, je suis super à la page pour tout ce qui concerne le droit de citation et l’expiration du copyright avec les années qu’on doit rajouter avec la 2è Guerre Mondiale.

De gauche à droite, de haut en bas :

 

– Une page d’un livre de S. Gries, qui m’apprend à utiliser un logiciel de statistiques, R, dans un vrai livre physique. On peut même apercevoir un doigt qui tient le livre, c’est vous dire si je suis impliquée dans cette photographie.Parce que je suis fascinée par le fait qu’on puisse produire du texte, numérique indigène ou non, dire à une machine qu’on peut le mouliner et en tirer des statistiques, pour ensuite pouvoir en tirer des résultats dont on peut parler devant ses collègues, en disant par exemple « vise mon indice de confiance, et mes boîtes à moustaches. Les interquartiles sont HYPER signifiants, je trouve ».

 

– Une splendide aquarelle que j’ai réalisée, le sobre logo de Facebook, que j’ai ensuite tuné afin d’avoir un effet d’image pointilliste. Parce que les réseaux sociaux sont une grosse partie de mes recherches, et que le nouveau discours numérique y est, je voulais accorder une grande place au moteur de transformation des réseaux sociaux un peu partout.

– Un poème de Langston Hughes, « Mother to son« , que j’ai recopié partiellement, et où j’ai mis en gras les mots utilisant des graphies alternatives. Parce que les Afro-Américains occupent aussi une grande partie de mes recherches, que je trouve ce poème magnifique, qu’il est cité dans mon corpus et que même au début du siècle, on pouvait se permettre des doubles négations, des utilisations dialectales et susciter l’émotion, tout en faisant taire les puristes.

 

– En travers, discrètement, « all your base are belong to us », un élément important de la culture internet, écrit en police Impact-comme un mème internet. C’est une citation du jeu Zero Wing. L’intro a été traduite avec les coudes du japonais à l’anglais dans une sorte de langue mi-magique, mi-poucrave, à tel point que ç’en est devenu une sorte de symbole. Parce que la culture internet est évidemment importante pour moi (les jeux aussi), et les réutilisations de AYB nombreuses et glorieuses… Article à venir.

– « Portrait de l’artiste en moqueur », de Joseph Ducreux  portraitiste français du 18è siècle, (dont j’ai transformé les couleurs). Parce que Joseph a été réutilisé par la culture internet dans des conditions qui me font mourir de rire, et surtout, qui m’étonnent beaucoup. Comment de jeunes Américains ont-ils eu l’idée de reprendre un portrait français pour en faire un macro internet ? Article à venir.

– Cheezburger, le premier lolcat, que j’ai redessiné avec mes gros doigts. 1997, on redécouvre le chat légendé, ou chamusant (selon le WikiLF), après près d’un siècle de rien, une carence dans la photo de chat comique (j’exagère exprès). Je ne présente pas ce phénomène internet, mais j’en parlerai certainement. Bref, voilà le sympathique British Shorthair, et sa légende en Impact bidouillée à la main. Et puis…je ne pouvais pas passer à côté d’un chat pour cette bannière, si ?

– La première strophe de « The Tyger« , de William Blake… passée dans un générateur de leet (article à venir sur cet outil). Le leet, c’est la fine fleur du discours cryptique internet; j’aime toujours autant les mélanges de genre(s). Et cette strophe contient aussi des graphies alternatives (encore un autre de mes sujets de recherche préférés) Tyger, symmetry… Autant de choses qui m’ont (en fait) décidée à faire des études d’anglais. Merci à ma prof d’option anglais au lycée[2].

– Des formules concernant la réduction des voyelles non accentuées et celle du GVS (Great Vowel Shift ou Grand Changement Vocalique) qui s’est produit en anglais… Encore une fois, c’est de l’aquarelle, et comme ça peut se voir, je n’ai encore une fois pas préparé les lettres à l’avance (ce que je pensais faire), pour avoir un petit côté « linguiste de terrain qui fait des formules » un peu chatoyant. Les formules en question sont issues du Que sais-je de Michel Viel sur la Phonétique de l’Anglais. Il fut mon directeur de M2 et me soutint quand j’ai décidé d’étudier les forums de gangs sur internet alors que je n’étais qu’une coquette paupiette parmi tant d’autres.

– Et enfin, le petit oiseau-logo de Twitter (Larry l’oiseau, ai-je trouvé en me perdant dans la toile), encore une fois une aquarelle produite pour illustrer ce carnet.

 

Le tout fut allègrement cuisiné sous Publisher, et présenté à vos yeux effarés, pour mêler ensemble classsique et modernité, hobby de grand-mère et internet, jeux vidéos, poésies, culture(s) en mouvement et [rajoutez ici une petite pédanterie de bon aloi]. En plus, bing, j’inaugure la nouvelle catégorie « Ponctuelleries ». Evidemment, je mettrai ce message à jour une fois que les articles divers seront enfin sortis… Vous voilà prévenus !

 

 

[1] j’ai eu 17/20 à ce module, je suis donc une bonne élève en plus de ne pas me laisser déborder par un prof qui fait cours comme Jim Morrison donnait concert à ses débuts.

[2] Oui, au début, je voulais être littéraire, et étudier Blake. Mon pragmatisme extrême est en fait peu compatible avec les littérareries, ce que je regrette peu puisque je suis une linguiste plus qu’épanouie.