Archives par mot-clé : groupes ethniques

Chercher la fille — Trouver son nom

En cours, j’ai eu droit à une question très intéressante : le cas des adjectifs genrés nationaux ou ethniques en anglais.

Comme Latino/Latina qui est, je le rappelle, péjoratif à vaguement injurieux, suivant où on se trouve et à qui on parle : c’est nous les Français qu’on a inventé le terme « Amérique Latine », récupéré en anglais en Latin America. C’est aussi une façon un peu facile d’écraser toutes les cultures du Mexique au Chili, et de dire « Marc a une grand-mère brésilienne donc il passe forcément sa vie dans des bodegas à se goinfrer de chimichangas ». 

Filipino/Filipina est également concerné, soit deux mots d’origine espagnole, repris dans leur dualité homme/femme en anglais.

La différence entre ces gentilés et les autres qui s’accordent aussi en genre (comme Frenchman/ Frenchwoman), c’est le fait qu’eux, on peut les utiliser en adjectif. On dirait « a brave Englishwoman » (bien que ça sonne un peu étrange, je trouve), mais pas l’inverse,  « * a Scotswoman bravery », « un courage d’Ecossaise ».

Et encore, je tire un peu sur la cordelette, il me semblerait beaucoup plus naturel d’écrire  » a Scots/Scottish woman » ou « an English woman », alors que « Englishman » ou « Scotsman »[1] passent beaucoup plus naturellement. Et quid des noms comme « a Finn » (un Finlandais), ça devient « a Finness » ? Evidemment que non. C’est « a Finn woman » épicétou.

La meuf est donc reléguée à une sorte de plan un peu flottant, elle a son gentilé, mais en gros, on amalgame pas, on la laisse dans son identité de femme; ça devient intéressant, et drôle pour les adjectifs comme latino-a et filipino-a.

On imagine sans peine des « Filipino/Latino men » et des « Filipina/Latina women ». Mais peut-on subvertir le genre de ces mots, et avoir des « Latino women », des « Filipina men » ?[2]

La réponse (je suis mauvaise en suspens) est évidemment « oui mais pas vraiment en fait[3] « .
Nous sommes en présence d’un adjectif courant, « latin/o/a » et d’un moins courant, « filipin/o/a ». J’ai donc fait mes petites recherches sur le COCA (Corpus Of Contemporary American (English)) pour avoir le cachet d’un gros corpus; il me semble qu’entre lui et le BNC, ou British National Corpus, j’aurais plus de chance avec le COCA vu les utilisations de Latino/Latina. J‘ai aussi fait mes petites recherches sur la toile au volant de Google, mon destrier préféré.

Comme je n’oublie jamais mes chères études, j’ai aussi tenté de voir qui utilise les formes féminines de nigger/nigga et de negro, qui sont nig(g)ette et negra–c’est un sujet qui me plaît bien, j’ai remarqué l’apparition de plus en plus commune de ces lexèmes ces derniers mois. Donc…

I- Latino, Latina, les plus courants

Sans surprise, ce sont les expressions « Latino man/men » et « Latina woman/women » qui partagent la part du lion. 80 L men, 35 L man et 47 L woman (plus les 63 L women), ce sont les expressions les plus courantes. Tout le monde est bien genré, les garçons latinos et les filles latinas, tout le monde est content[4] .

La « Latino woman » existe (10+29 occurrences); mais le concept de latina man est… inconnu au bataillon. Sur Google, on a des « Cosmo Latina- Man Code » (certainement pour réussir à comprendre pourquoi il vous rappelle pas après deux rencards); et des résultats un peu rock’n’roll comme le poétique « oldspunkers slut sex it out with latina man » (que j’ai envie de traduire par « salope (qui aime?) les vieux spermeurs fait du sexe avec un homme latina »). J’ai dû arrêter mon investigation à ce moment-là, non par probité mais parce qu’aucune vidéo n’avait un titre aussi charmant. Je vote donc pour une sorte d’emballement de la part des concepteurs de mots-clefs qui se sont dit « on va tout mettre ensemble, vas-y, c’est bon, « partouze vieux cuir milf zizi latina » y’aura forcément quelqu’un qui tapera ça, ah et pis rajoute fente, c’est vendeur ». Manque de bol, on tombe sur l’enfilée de mots-clefs[5] même en ne tapant que « latina man ».

On genre donc les populations dans nos petites boîtes bien préconstruites de « c’est un garçon, il va avoir du latino », « c’est une fille, on lui colle du latina », mais on a aussi des latino woman, quand on considère l’adjectif comme plus ou moins sédimenté dans sa forme masculine. C’est une sorte d’étape ultime, on a eu Amérique Latine > latinoamericano (en espagnol) réduit en Latino/Latina en anglais, puis (j’imagine) gardé au masculin et on retombe dans une préconstruction confortable d’adjectif par défaut masculin.

 

II – Filipino, Filipina

 

Bon. Comme j’aime bien toutes les langues, je fais un petit détour hors-méthodologie pour vous parler un brin du tagalog, cette sympathique langue parlée aux Philippines, aux accents hispanisants et ô combien sympathiques. Je vous joins même le clip des Black Eyed Peas, qui ont eu la bonne idée (je trouve) de nous faire une petite chanson en tagalog à cause de leur membre apl.de.ap. Cette oeuvre est sobrement intitulée « Bebot » (qui veut dire « jolie fille »), et m’oblige à faire une petite exégèse :

Résumé de l’intrigue du clip : en très gros, on a droit à une intro bien stéréotypique avec la maman filipina (vous voyez, j’en mets quand même) d’apl.de.ap qui parle très fort, veut faire manger du poulet adobo aux potes de son fils (le sous-entendu : la dame, elle passe sa vie à la maison donc elle devient ouf guedin et elle fait du poulet non-stop pour ne pas virer American Psycho sur sa famille), puis fait, comme toute petite maman agaçante mais gentille, des réflexions sur « descends ton t-shirt, remonte ton pantalon, tu t’es lavé les dents, amène ta petite soeur avec toi » le tout à 180 dB. Les autre Black Eyes Peas échangent des regards genre « Ghislaine, c’est pas tout ça mais tu nous fais flipper, vivement qu’il finisse d’enfiler son slip l’aut’ qu’on se khâsse ».

Maman filipina
Je peux vous dire, confrontée à ce petit engin, j’aurais jamais moufté.

Évidemment, une fois sortis de la maison, on se rend compte que les Filipinos (hah !) sont en fait une bande de joyeux lurons qui font des fêtes à 150 dans le living de 50 m² (c’est quand maman est sortie faire des provisions de poulet, à mon avis), expriment leur fierté nationale dans des t-shirts et des plaques d’immatriculation aux couleurs de leur pays, bref, c’est du n’importe quoi un peu bon enfant. On a aussi droit à une version « génération 1 », disponible ici. Les BEP s’acharnent à nous montrer les Filipinos en 1936, donc la 1è génération (Houston, je crois qu’on a un problème. Ou alors les Philippins made in Black Eyed Peas comptent une génération tous les 70 ans), une époque où existait la ségrégation, mais aussi des tripots dans Little Manila, en Californie, où on apprend qu’en fait, les Philippins avaient déjà inventé le scratching sur gramphone ET maîtrisaient la break dance. Y’a aussi des coquines blanches comme Fergie qui font rien qu’à aguicher le Philippin[6]. Observez aussi la descente des policiers en carton, qui viennent une seconde mettre un peu de suspens, mais en fait non, t’inquiète, le plan d’après, tout le monde est tranquille pépère en train de quipher la vaïbz au Rizal Social Club.

Bref, merci l’histoire vue dans des clips de musique à la mode. La prochaine fois, je vous parlerai de l’évolution des droits des femmes dans les clips de 50 Cent et Snoop Dogg.

 

Bon. On en revient à Filipino/a. Déjà, je m’attendais à une fréquence bien moindre, et à des rapports tout aussi genrés que pour Latino/a. J’avions point tort, l’ami. Le Filipino man (6-16) est bien représenté; mais chez les femmes, c’est Filipino woman (16-14) qui l’emporte haut la main, d’où la confirmation de mon hypothèse de départ : une fois qu’on a bien cerné le groupe social, l’adjectif le plus utilisé est le masculin. La Filipina Woman existe, mais est rare (2-10). Est-ce parce qu’elle est moins féminine que la Latina, et du coup, moins chargée de fantasmes ? (là, je repense à la maman filipina et je compare avec Santana de Glee… Mouais.). Un tour rapide sur Google Images m’a fait comprendre : quand on tape « Latina » seul, le point-bikini (quand on a plus de photo de visage gentil, mais d’un corps) est nettement plus vite atteint qu’avec « Filipina ». Je vous rassure, on a quand même droit à des Philippines décolletées, mais c’est au moins la 7è image, autant vous dire que ça fait loin en Google Image.

Le Filipina man n’existe pas sur COCA (ni sur le BNC); on trouve des « Filipina man » sur Google, mais dans des syntagmes un peu étranges comme « Filipina Man Hunt », où en fait, c’est une Philippine qui cherche le garçon. On est plus dans le porno, mais plus dans la recherche de partenaire, et du coup, on nous donne du « Filipina man », notamment sur un site russe qui nous expose « Quickly, so do not filipina man worry then plunged into boys to let me stay. ». Je reste perplexe. On dirait que l’énonciateur nous dit « vite, vite, signe-moi mon visa et faisons l’amûr pour ne pas virer ta cuti pour me garder ! ». Je vous laisse interpréter la citation; je pense qu’en fait, il y a beaucoup de résultats en anglais, pas forcément écrits par des anglophones natifs…ni par des humains, comme les mots-clefs pornos.

 III – Féminisation du groupe ethnique : nig(g)ette, negra et les divas

Encore une fois, donc, on a une tendance vers la masculinisation de l’adjectif. Mais, mesdames, rassurez-vous. On a aussi parfois des néologismes inverses, dont les féminisations de nigga et nigger. En très gros, pour reprendre cette citation de Tupac qui fait toujours un flop en conférences, « Niggers was the ones on the rope, hanging off trees. Niggas is the ones with gold ropes, hanging out at clubs.”. Je ne commente pas le caractère hautement afro-américain de la syntaxe de la phrase qui m’enthousiasme, mais en gros, on a une resémantisation de nigger = le mot le plus injurieux de la langue anglaise vers nigga, le mâle plus ou moins alpha qui expose son swag et vit dans le hood. Le nigga est la repossession positive dans certains milieux du terme nigger, et si l’utilisation injurieuse de « nigger » est réservée aux non-noirs, « nigga » est, lui, réservé à la communauté.

Si vous avez tout bien suivi, le nigga est donc quasiment forcément un homme. Mais le soir, à l’heure où les grands fauves vont boire, il lui faut bien de la zouz, non ?

Nigga est de viril à hyper viril, donc il fallait lui inventer une dérivation féminine. J’imagine que toutes les caractéristiques de la copine-de-nigga dans le sens « femme alpha » sont résumées dans cette chanson, My Chick Bad de Ludacris en duo avec Nicki Minaj. Y’a qu’à voir, « elle est si bonne que tous mes gars veulent la poutrer » (My chick so bad the whole crew wanna bone her— elle est donc très jolie), « elle […] gère l’alcool » (She rides that dick and she handles her liquor –donc elle fait la fête), et, dans la bouche de Nicki herself, en très gros, elle refuse de faire amie-amie avec les autres nanas, forcément moins bien qu’elle, et elle a des tendances sociopathes (elle veut jouer à Freddy les Griffes de la Nuit– et c’est elle Freddy).

Nicki Freddy
Pourquoi un pentacle ? Parce que je tire l’image d’un site d’illuminatis qui font une exégèse très rigolote et complètement cosmique du clip.

Humour à part, je suis très intéressée par cette repossession du pouvoir viril par les femmes, et je trouve cette chanson assez représentative de ce genre d’expression de sa puissance (d’agir, je l’ai DIT). On nage dans le performatif à gogo, et je vais certainement écrire dessus de façon plus scientifique et moins décousue–comme on me l’a fait remarquer, c’est pas tant Ludacris qui dit « debout les filles, vous êtes toutes des machines au sex appeal ++, sociables, dominantes et vaguement méprisantes des autres cagoles », c’est un mouvement général de l’Afro-Américaine-pendant-du-nigga qui écrit de plus en plus « les gars, pousse-oit que je m’y mette, je suis une bad bitch, une vraie nigette ».

On a donc la nigette ou la negra, ou femme du ghetto (selon l’Urban Dictionary).

Là, les gros corpus ne peuvent pas m’aider : c’est le genre de néologismes pas du tout entrés dans une langue courante, donc voyons ce qu’en dit le vernaculaire…

Première surprise : nigette et niggette ne sont pas seules. On a aussi Nigess, les trois pour des « femmes afro-américaines du hood ».

La negra est un peu plus ambivalente : déjà, à cause de la proximité avec l’espagnol, on a des surnoms affectueux pour les femmes qu’on aime bien à Porto-Rico. Le problème, c’est que cette féminisation entraîne aussi une sorte d’effet Kiss Cool raciste au carré : déjà, les gens non-noirs qui utilisent « negro » ou « nigga », c’est très suspect. Mais la « nigette » est parfois un homme noir (qu’on dépossède de sa masculinité par l’adjonction du suffixe féminisant -ette)…vu par des racistes. Les mots connexes de l’Urban Dictionary contiennent des injures à la « porch monkey », et je vous passe les mèmes racistes et les stéréotypes immondes. Oh puis non. Je vous laisse imaginer ma rage en cherchant ces horreurs– pour bien comprendre, le stéréotype les plus souvent associé aux Afro-Américains est le fait de manger du poulet et de la pastèque (aliments peu chers), entre autres.

Quand ça m’énervera moins profondément, j’aimerais faire un article sur les racistes et ces stéréotypes, mais pour le moment, je vote juste « junk » sur ces images racistes et je reste outrée dans mon coin.

Pour en revenir à des sujets plus positifs, en fait, niggette et nigette sont utilisés comme pseudonymes sur Twitter et Facebook, par de jeunes femmes afro-américaines (ou renvoient vers une jeune femme métisse française), mais c’est assez rare. En fait, le statut fragile de nig/g/ette le rend encore mal perçu, ça « sounds like a cuzz word » (peut-être un jeu de mot sur cuss word, ou insulte, et cuzz word, ou mot du cousin wèsh gros).

Sur un forum pour les filles, une jeune femme dit « un type savait même pas comment me demander de sortir avec lui, y m’a dit « je veux que tu sois ma petite amie », j’ai dit non, il m’a traitée de nigette ». Et une autre de répondre « je vois pas trop, nigette, ça veut dire quoi ?’, cassant ainsi un peu l’effet dramatique de l’insulte. Quand on connaît pas et qu’on arrive pas à revenir au mot original, on y arrive pas épicétou.

J’ai été fouiller un peu dans le rap, on trouve du « nigette » assez positif, dans LL Cool J, et dans la chanson « Bout it » de Master P– une partie chantée par Mia X contient à la fois « nigette » et aussi « pimpstress » , donc le souteneur…au féminin. Madame Claude, si tu nous entends, tu es dans cette chanson qui illustre bien le hip-hop des années 90.

Donc nigette/negra, pas si récents que ça, mais ils refont leur entrée dans le vocabulaire des djeunz. J’en ai vu un ou deux passer dans mes chers forums, je ne vous en dis que ça.

Il m’en reste un peu plus, je vous le mets :

Le pimp afro-américain (à la Snoop Dogg) et le hustla sont utilisés pour désigner le type qui se débrouille dans la rue en vendant diverses commodités plus ou moins illégales; la hustla-femme, c’est la diva, selon Beyoncé. Pas certaine qu’elle fasse beaucoup commerce, mais je la vois comme un pendant féminin à Stagolee, Da O(riginal) G(angsta) afro-américain, la femme qui sait se débrouiller en toutes circonstance puisqu’elle maîtrise le code de la rue. Normalement, vu les distributions et l’article que je vais rendre en novembre prochain, c’est « bitch », le pendant féminin de « nigga »–je généralise à la truelle vu la longueur déjà excessive de ce post, mais bitch aussi resémantise pas mal de « chienne » à « femme alpha ».

Le mot de la fin :

Toi, le djeunz dans mon cours, utilise plutôt la forme masculine, on est sûr de ne pas gadouiller dans la semoule entre Latino et Latina quand tu écris officiel, même s’il m’en coûte de dire ça. Ou alors sois prêt à défendre ta position de subversion genrée, mais je te conseille de t’armer velu avant de te lancer dans l’aventure.

D’ailleurs, toi et les autres, as-tu observé l’anomalie de mon message, et comment je viens de faire un truc honteux dans mon dernier paragraphe ? J’ai généralisé l’ensemble de mes étudiants dans un masculin singulier. Eh oui. C’est moche d’être comme moi.

  1. je triche, c’est un nom de journal []
  2. Une collègue littéraire m’a dit « oui, j’ai vu ça dans mes corpus ». Mais quand j’imagine un corpus de littéraire, me vient tout de suite en tête un petit cahier Clairefontaine avec une page blanche-une page quadrillée avec sur la page de garde « Mon Corpus de Littérature » et des citations des soeurs Brontë, quelques Keatseries et une phrase de Woolf de temps à autres avec une fleur séchée toutes les 8 pages. Pas taper, les littéraires, pas taper. J’ironise, mais je me sers parfois de corpus littéraires en ligne, et je sais que ça ne ressemble pas à ça en vrai. []
  3. je rattrape la médiocrité en suspens par un gloubi-boulga rhétorique []
  4. pour des soucis de clarté, je donnerai toujours les chiffres du singulier puis du pluriel []
  5. de toute façon, une fois qu’on a écrit partouze dans un message, impossible de ne plus être scabreux, je joue donc la carte à fond et présente mes excuses à ma maman si elle lit ces lignes. []
  6. à ce sujet, je vous conseille mille fois la lecture de l’autobiographie de Malcolm X, où il raconte sa jeunesse dans justement le même genre de tripots, et où il masterisait le dancefloor avec des gourgandines blanches en fumant de gros blunts avec ses potes musiciens. []