Archives par mot-clé : graphie

Panique dans le dictionnaire

La tentation est facile : le Merriam-Webster, nous propose dans sa liste des mots les plus drôles (funny-sounding donc bim, linguistique de la perception !) et les plus intéressants le mot « diphtongue » (diphthong en anglais, à la graphie encore plus marrante), assortie de l’illustration suivante, qui plongea la communauté phonéticienne[1] que je connais dans un amusement un peu effaré :

Il y a une ligature entre le a et le e, on dirait un truc qu’on prononcerait « a-hé » genre « ta robe est ærienne », ce qui m’évoque les paroles du refrain de « ɶ, œ, capitaine abandonné ». Mais tout le monde sait bien que ça ne marche pas comme ça. Enfin, tout le monde…

Pour le non-phonéticien en toi, cette lettre, æ, est le symbole de l’alphabet phonétique international[2] pour le a de cat, en anglais. On est d’accord, cat, ça se prononce en un seul bloc, sans changement de qualité de quoi que ce soit. Même pour qui a toujours eu 3 de moyenne en anglais, ce qui ne devrait PAS être le cas de Merriam -Webster, right ?

D’autant plus que certaines variété de l’anglais ont des triphtongues (fire, /ˈfaɪ̯ə̯/), et quand je dis « variétés de l’anglais », je pense très fort à « Received Pronunciation » anglaise[3] donc pas particulièrement une variété parlée par deux ploucs sur une île.

Du coup, je serre mes petits poings très fort, et me pose les questions suivantes :

– La phonétique est-elle donc un art voué à perdurer dans le cœur d’une frange minuscule de linguistes, à qui, apparemment, même les LEXICOLOGUES jettent des cailloux ? Non que j’aie quoi que ce soit envers les lexicologues, c’est ce que je voulais faire quand j’étais petite[4] mais que des linguistes qui écrivent des définitions de mots assorties de leur prononciation ne connaissent même pas les rudiments de la phonétique, ça me dépasse.

– Merriam-Webster emploie des stagiaires rémunérés « à la win » pour écrire ses articles ? Des  enfants de 8 ans, qui veulent eux aussi devenir lexicologues, et qui ne prennent pas la peine de lire la seconde partie de la définition du mot « diphthong » en anglais, à savoir : « la ligature de deux monographes, a et e en æ ou, comme ce qu’on a en français, le œ que l’on trouve, par exemple, dans « cœur » » ?

Eh oui, le M-W n’est pas dans le tort, mais l’Oxford English Dictionary précise tout de même que cet emploi du mot « diphthong » est incorrect (et on lui préfère le mot ligature; certains appellent même ces monophtongues-représentés-par-des-digraphes comme…ça, « monophtongue représenté par un digraphe » ou « diphtongue incorrecte »).

Du coup, le phonéticien est rassuré, mais pas ma lexicologie. Pourquoi confondre son et graphie ? Qui est encore dupe au point de penser qu’on a un système d’équivalences plus ou moins exactes entre les deux ? Qui lisai-je, Ong, ou Goody, voire Gadet, qui disait encore une n-ième fois cette observation complètement banale, mais finalement peu déconstruite ?

Où je pars sur la graphie…

Allez, anecdote perso : quand j’étais petite, on faisait les malines avec une camarade. On était seules dans la classe, donc on a joué à la maîtresse, et elle a écrit mon nom en gros au tableau. Ma camarade, avec un nom complètement graphonormé (hah !), disons Simone[5] ou Karine, m’a écrit « Lora ». J’ai dit « oh là là, on se calme, on boit frais, petite, c’est quoi cette horreur ?? »; et elle était comme deux ronds de flan quand je lui ai expliqué la magie du <au> pour /o/. Après, j’ai voulu pousser le truc et lui dire « Regarde, eau, E-A-U, /o/, c’est magique ! », mais la sonnerie de la récré a retenti, donc on a effacé les écrits mais… pas fini cette conversation.

 

C’est un peu le déclic grâce auquel j’aime tant les graphies, en fait. Chacune dit quelque chose, et les résumer à une bête équivalence exacte au son est réducteur, et triste. Certes, c’est l’un des derniers (le dernier ?) seuil d’une langue, bien postérieur à l’oral, mais la graphie est une science finalement un peu exploitée–quand je vois des livres à la Catach, je suis un peu contente, mais cette perspective normative et standardisée est en fait assez stérile. C’est la raison pour laquelle je travaille sur les graphies alternatives, qui sont riches de couches sémiologiques différentes, pour peu qu’on s’y penche.

 

Bref, pas taper sur le langage SMS, mais surtout, par pitié, utilisez le mot juste. Une diphtongue est un di-son, pas un di-graphe. Si je suis d’accord pour déconstruire l’orthographe, je ne suis pas d’accord pour déconstruire la sémantique de termes techniques.

Tenez, je vous mets de mini-références, au cas où :

  • Catach, N. (1978). L’Orthographe. Paris: PUF.
  • Gadet, F. (2007). La variation sociale en français. Gap [France: Ophrys.
  • Goody, J. (1977). The domestication of the savage mind. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Ong, W. J. (1982). Orality and literacy: The technologizing of the word. London: Methuen.

 

 

  1. Merci, d’ailleurs, communauté phonéticienne et surtout Grande Personne qui m’a envoyé ce mail nocturne mais bienvenu. []
  2. On rigole assez peu avec l’API, en fait. Je passe sur l’histoire douloureuse de l’inclusion ou non de certains symboles et les débats de phonéticiens foufous. Et sur leur blague sur ça : Support adding 'double-dot wide-o' to the IPA. [Nasal ingressive voiceless velar trills are cool.] []
  3. si tu mets la BBC dans ta télévision, tu tomberas sur du RP à gogo. Enfin, avant qu’ils nous mettent des présentateurs ethniques genre gallois ou écossais qui font rien qu’à nous saloper le Bon Accent. []
  4. Authentique. Enfin, je voulais être grammairienne, mais dans ma tête, c’était un peu pareil. []
  5. Impossible de me souvenir de son prénom. Mais… Impossible de trouver des prénoms graphonormés, c’est-à-dire avec une équivalence parfaite son-graphie, sans <e> muet, sans digraphe à la <ch>…  []