Archives par mot-clé : français

Discours croisés : mites, musées, maisons

Je suis très indisciplinée alors, au lieu de travailler dans une bibliothèque comme mes collègues qui aiment le silence et le calme, je travaille dans un café. Du coup, j’ai régulièrement droit à « HEIN MAIS TU TRAVAILLES AU CAFÉ MAIS JE CROYAIS QUE TU ÉTAIS PROF » de la part des Jean-de-la-Lune de mon entourage mais passons. Le corollaire malheureux du travail au café (et la raison pour laquelle je change de crèmerie souvent), c’est les amis-de-café.

Il faut dire, dans mon QG principal, on se connaissait déjà de vue depuis longtemps, et le quartier s’apparente bigrement à un village, donc on se côtoie en bonne intelligence. Ainsi, je connais la dame qui dit « ban-CHOU-rhan » pour dire « bonjour »[1], le couple de sexagénaires qui essaye de négocier les prix constamment (« Allez, le café, là, il est offert ? Allez… Bon bah le verre d’eau ? »[2] ), les soeurs italiennes septuagénaires, entre autres.

Et tout le monde se connaît, et discute les uns sur les autres. Non, pas pour potiner et dire « qui c’est qui a fait quoi où ? », plus comme un vieux couple qui ne se rend pas compte qu’on a pas besoin de la version stéréo de la même histoire. Ou d’une histoire tout à fait différente. Du coup, je suis souvent entre deux feux (et deux préparations de cours/articles et j’en passe, quand je replonge le nez sur mon café et mon ordinateur). Je vous livre donc ici une merveilleuse perle de discours croisés, qui étaient effectivement faits pour se répondre l’un à l’autre. Ou presque.

Nous avions donc à ma gauche Lili, 70 ans, ancienne ethnologue du Musée de l’Homme et à ma droite, la bonne soixantaine, Lolita (ça ne s’invente pas !), ancienne pharmacienne du quartier. Et elles avaient décidé de me raconter quelque aventures. En même temps.

C’est Lili qui a lancé les assauts, en regardant mon tatouage aztèque, vanté dans  un autre article :

— J’ai de vieilles étoffes mésoaméricaines, magnifiques, j’en ai accroché une chez moi, c’est des souvenirs de voyages–ah, je me souviens de ces moments où j’allais sur le terrain… (j’avais déjà attaché ma ceinture pour le décollage vers une histoire « Indiana Jane »).

—  Ah ça c’est beau, nous on a aussi des beaux tapis, ah oui. (Loli était en forme). Et des vrais, hein, des tapis marocains splen-dides !

Là, on a eu une petite pause un peu longue sur les derniers voyages au Maroc, comment c’était bien, et la djellaba, c’est très pratique quand même et on a fait du chameau, ça fait peur, et on a été dans le désert, c’est beau, vous pouvez pas savoir, et on a ramené beaucoup de choses à la maison, c’est beau, l’art là-bas.

Lili et moi, devant le flot assez sympathique mais logorrhéique, avons opiné du chef vigoureusement. J’ai rallumé une cigarette et Lili put enfin en placer une, profitant de la bise de Lolita à un ancien client de la pharmacie :

— On avait récupéré, au Musée, les collections du Duc d’Aumale, c’est une merveille, et nous devions organiser une exposition. Il avait tout, dont une veste en mouton retourné, vous savez, une veste nord-africaine de berger, à l’époque, on disait encore « Afrique Noire » et « Afrique Blanche », mais bref, on devait monter cette exposition, et donc on a été dans la réserve chercher cette veste en mouton retourné…

(Là, je regarde les deux concurrentes. On venait de récupérer Loli, qui guettait le moment où elle pourrait aussi rajouter son grain de sel, l’oeil ravivé, sentant son moment venir.)

— Eh bien, cette veste en mouton était dans une boîte, tu sais, on étiquetait tout, donc je vais pour la chercher, oh, j’ouvre la boîte. Oh là là, la boîte était pleine de mites, c’était affreux, la veste tombait…

— OUI ! (Je crois qu’une veine de l’oeil de Lolita a pété à ce moment) Nous, une fois, on a eu une inondation, oh là là, c’était terrible, on s’en est pas rendus compte tout de suite c’était dans la maison de campagne ! Pareil, les beaux tapis[3], détrempés, tout mangés par les bêtes, oh je dis à mon mari « mais tu te rends compte Claude on pourra jamais faire sécher », et on essaye de prendre le tapis et là le tapis IL BOUGE le tapis oh là là…[moulinet, moulinet, « rho » de consternation]

(Lili a écouté presque jusqu’à « Claude », avant de se relancer aussi. En gros, jusqu’à la fin, elles ont parlé l’une sur l’autre, et je scinde seulement les deux monologues en dialogues parce qu’il faut arriver à suivre les déroulements parallèles…)

— Et je prends la veste, je ne te raconte pas, des lambeaux ! Alors j’appelle les collègues, on n’a pas pu la récupérer, quelle horreur, une des pièces de la collection du duc d’Aumale, c’était un objet unique, tu penses…

— Ni une ni deux, il met le tapis dans un sac poubelle, mais le tapis BOUGEAIT TOUT SEUL dans le sac encore ! Il bougeait ! [grands gestes, oeil vaguement fou de la biche qui voit un loup]

— Donc on a dû jeter la veste, tu imagines, le duc d’Aumale, c’était un cadeau qu'[on][4] lui avait fait…

— DIRECT A LA DÉCHETTERIE je lui dis « Claude on va pas pouvoir garder ça tu imagines ! » alors on prend la voiture… [doigt pointé vers le lointain/la déchetterie locale]

— On pouvait pas la présenter ni rien, mais les vieilles réserves du musée étaient insalubres…

— Oui,  c’est comme la maison, TOUT était INONDÉ. Je vous raconte pas, on avait une infiltration d’eau et…

 

***

Je ne sais pas ce qui m’a le plus plu : que ces deux conversations soient si complémentaires, parce que sur le même sujet,  ma position parfaite pour entendre (sinon écouter) tout ceci, ou l’entêtement farouche à vouloir raconter son histoire un peu proche coûte que coûte, sur celle de l’autre, parce qu’on est forcément plus intéressant épicétou.

Ou simplement que,  musée national, ou maison de campagne, on se retrouve dans le même combat contre les insectoïdes gras du genou.

Insectes
J’ai préféré de jolis scarabées aux immondes mites mangeuses de textiles divers (source : RGBstock)
  1. Dans une autre ville, je connais la dame qui dit « Bon appétiche », je pense qu’elles sont cousines. []
  2. J’ai entendu cette blague au moins 18 fois. []
  3. Pour les lecteurs qui ont suivi, il s’agit évidemment des tapis marocains de l’histoire précédente. []
  4. J’avoue ne pas avoir tout à fait suivi le pourquoi du comment le duc d’Aumale avait eu une veste de berger nord-africain, avec le pantomime de l’insecte qui se tortille qui se jouait de façon assez convaincante à côté. []

Ethnolinguistique, « parce que Toulon ! »

Alors que je rentrais d’une conférence aussi rigolote que phonologique (les gars, pour vous, ça ne veut rien dire, mais j’ai rencontré des gens qui parlent de « pho » et on sait pas si c’est de la phono ou de la phonétique, et j’ai quand même réussi à faire rire un groupe de participants en faisant une blague genre « et maintenant, l’épenthèse ! » et tout le monde a compris et rigolé pour de vrai. Pour moi, c’est l’équivalent de petites licornes si heureuses que leur cœur exploserait en petits arcs-en-ciel de chamallows, des conférences de ce genre).

 

Or doncques, après une nuit de 3h, un trek transaixois pour retrouver dignité, vêtements sales, sacs et petits gâteaux gracieusement offerts[1] par mon hôte de choc, je m’installe dans le train.

 

Ceux qui me connaissent en vrai savent ma propension à vivre des aventures dantesques, comme le kidnapping de mon linge à la laverie de la part d’un monsieur tout nu (il y a eu des lancers de chaussette et des coups de fils à la police). Et le train, plus précisément l’IDTGV « espace Zap » que j’avais réservé ne m’a pas déçue.

Rien qu’en rentrant dans le compartiment, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Perruques noires et rouges, odeur persistante de pastis à 10h du matin, cris un peu virils, un peu heureux, je me suis dit « on est plus au Kansas, Toto », mais je décide tout de même de tenter de rejoindre mon siège.

A mesure que j’avançais, la proportion de personnes dignes diminuait, alors que je m’approchais d’une bande de zozos rugbymen.

WP_20130601_009
Mes nouveaux amis (10h22)

 

J’étais assise au milieu des supporters du Rugby Club Toulonnais, qui entreprit d’accueillir les nouveaux à coup de corne de brume (le bruit que ça fait dans un wagon, à moins de 2 rangs…!) et de ma nouvelle chanson préférée, que je vous livre dans son intégralité (sur l’air du refrain de Yellow Submarine). Interprétation pêchue ici.

« Toulonnais, allez allez allez, allez allez allez, allez allez allez »

 Là, s’offraient deux options : soit faire la Parisienne, et bouder dans mon coin, soit faire ami-ami avec le RCT avec en bonus, tester mon accent toulousain (pendant la conf, j’étais fascinée par l’accent d’un collègue, qui rajoutait des /g/ excrescents à la fin de ses nasales. Ca faisait quasiment /n/-> /ŋɢ/ avec une plosion uvulaire de foufou).

 

Evidemment, j’ai choisi l’option marrante/dangereuse. Faut dire, j’avais une cartouche de réserve : mon directeur de thèse[2] dans un wagon adjacent, du travail à faire… Les Toulonnais, assez sympas, me disent qu’ils peuvent échanger mon siège avec celui qu’ils avaient initialement réservé ailleurs, en ID Zen (rien que là, je fais des efforts pour ne pas rire–le dépliant dit « ID Zen, espace de tranquillité »). J’explique à mes nouveaux amis que je dois rester ici quelques minutes, mais qu’un collègue me rejoint, donc je ne resterai pas à les embêter, on partira quand il arrivera.

L’accent toulousain marche à merveille : on me propose du pastis, du « cak’ aux olives », un verre de blanc, on me demande évidemment « alors, le copain, c’est le copain officiel ? », bref, bon enfant-virilisant quoi[3].

WP_20130601_008
Composition floue : Cak aux olives, bouteille de Pastis presque vide, (10h27)

 

Jusqu’ici, tout va bien. Je zappe mon départ, le moment de travailler avec Directeur de Thèse, avec qui on est finalement assez morts de rire 90% du temps (on a eu le malheur de s’installer, après moult péripéties, près du wagon bar. On avait pas prévu la mêlée bourrée, le jet de serviettes par terre, le kidnapping-qui-a-fini-en-slam du serveur débordé, les fumeurs dans les toilettes, les cris virils (petit florilège à la fin du message), mais on arrive à peu près à garder la face.

WP_20130601_019
Mêlée bourrée, avec récupération du pote qui tombe (11h48)

 

Arrivés vers Paris, je dois quand même rejoindre mon wagon et mon bagage. Là, mes amis, qui ne m’avaient pas oubliée, me font de gros coucous de la main alors que je fais mine de travailler (alors qu’en fait, j’enregistrais leur version un peu personnelle de « Qu’est-ce qu’on a fait des Tuyaux ? » et que je réprimais un rire en entendant les cris joyeux et les promesses de ce qu’on va faire à Paris[4]. J’ai quand même été les voir pour les remercier pour le verre de vin blanc et le cak.

Là, dialogue extraterrestre : 

« Alors, tu viens d’où ?, me demande le chef du cheptel

– Euh, Avignon-gue, mais j’habite à Paris.

– Oh ! Mais tu as l’accent, tu peux pas venir de Paris, tu as l’accent, tu peux pas venir de Paris, tu…(il était déjà assez confit, faut dire)

– Eh bah pourtant…!

– Et t’y travailles où ?

– A Rouen (là, je sais pas ce qui m’a pris. Déjà que je nasalise beaucoup le mot naturellement, et que je dis [ʀʷɑ̃] voire [ʀw̃ɑ̃], là j’ai tout donné et j’ai produit [ʀw̃ɑ̃ɢ])

– Où ?

– ʀw̃ɑ̃ɢ.

– Oh, tu as tellement l’accent, j’avais pas compris ! Tu vois tu peux pas être Parisienne, tu as trop l’accent ! (re-boucle discursive) »

 Grisée par mon infiltration réussie, refusant encore un verre de blanc « y nous en reste, vas-y, prends-en ! » j’ai même chanté « Toulonnais allez allez allez ». Et ai quitté mes nouveaux amis avant que l’ambiance ne dérape–en gros.

 « Je suis claustrophobe alors je fais caca » (répété plusieurs fois)

« Ca sent la drogue, ici ! » (j’avais compris « ça sent la drAgue », à cause de l’antériorisation des voyelles. Mais ça sentait les deux, globalement.)

« C’est ici, le wagon Zen ? » (hurlé à pleins poumons)

« Nous on a jamais chialé, nous, on a toujours envoyé du lourd »

« On mélange pas MON pastis avec TA salive ! »

« Onze heures moins le quart, L’HEURE DU RICARD ! » (il y eut de nombreuses variations)

 

Avec autant de talent dans les gradins, je suis déçue qu’ils aient perdu, quand même.

 

La prochaine fois, j’espère infiltrer un car de supporters de Boulogne-sur-Mer, ou tenter l’escapade au club de bowling à Schiltigheim !

  1. On m’a initiée au concept du « Cadeau Gratuit » il y a peu, je ne m’en remets toujours pas. []
  2. je ne me ferai jamais aux mots politiquement corrects, comme directeur doctoral, encadrant de thèse,  ÜberSensei, et autres. []
  3. Peu rassurant quand même. Mais je me sentais relativement bien avec mon accent []
  4. « Paris ! Paris ! On t’en…embrasse », évidemment []

« Moi c’est pas mon truc, les expressions fruitées. »

Je tire le titre de ce billet de l’un de mes étudiants, qui m’a terriblement amusée avec cette phrase. Je remercie d’ailleurs les étudiants de ce cours pour leur aide lors de la rédaction de cet article.

Il y a quelques années, je discutais avec des linguistes niveau Professeur Emérite de la distribution de « genre » et de son cousin « genre voilà quoi » dans les productions orales des jeunes. Ils avaient commencé la discussion en gloussetant finement sur le fait que le jeune rajoute des « quoi » en fin de phrase, et j’ai sorti l’arme lourde du « mais messieurs, le quoi tout seul est petit joueur à côté de genre voilà quoi, ça fait au moins 5 ans qu’on dit plus quoi tout seul ! ». Ah j’étais fiérote d’avoir pu apprendre un truc aux francisants !

Je la sentais moyen, quand même, cette conversation, avec l’intérêt détaché et poli de mes interlocuteurs… Pourtant, j’enchainais les observations (forcément hyper pertinentes) sur l’utilisation de « genre » en fin de phrase comme expression d’une comparaison (« elle était véner, c’était une furie genre »);  voire doublée de « comme » (« il était beau comme un camion genre »), comme pour à la fois mettre de la distance avec la comparaison (je sais que je dis du rigolo, donc je distancie ma phrase foireuse avec un « genre ») ou rajouter une béquille orale tonique qui remet une couchine d’expressivité (ce qu’on a aussi avec les phrases déclaratives qui se finissent en « voilà quoi »).

J’étais fascinée par « genre voilà quoi », et je m’entendais parfois le dire, comme dans la phrase « et là, on s’est engueulés genre voilà quoi ». genre + voilà + quoi = je compare (genre) à quelque chose que je n’ai même pas besoin d’exprimer, dans une sorte d’anaphore culturelle du meilleur aloi (voilà) et je clos ma phrase (quoi).

Kamehameha
Genre voilà quoi = Kamé Hamé Ha discursif

Après un genre voilà quoi, il n’y a rien à dire, rien à faire, un « awè » avec hochement de tête suffit. Comme après un Kamé Hamé Ha[1].

J’étais bien la seule à partager mon enthousiasme, à mon grand dam… Mais au moins, j’avais une sorte de certitude de parler jeune : « de toute façon, s’ils sont coincés sur quoi tout seul, alors qu’on a inventé bien mieux depuis, c’est qu’ils ont 5 ans de retard, crotte ».

 

Et puis, en conférence, un doctorant plus jeune m’a dit « dis donc, mes étudiants m’ont parlé d’expressions de jeunes, « la vie c’est pas un kiwi », et « tu veux un cookie ? », ça te dit quelque chose ? »

Et là, rien-nichtsnihil en tête. J’avais les éternels « je peux pas, j’ai poney » remplacé en « cours d’aquaponey » assez récemment, mais là, il me séchait complètement. On a fait le tour des collègues, plus vieux, et rien non plus. Même provenant de la bouche de leurs enfants.

En bonne parisianiste odieuse, j’ai dit « mais c’est peut-être local ? »; mes étudiants de province, mais une autre, ne disaient peut-être pas ça ? Du coup, j’ai posé la question en cours. Sur les 3 ou 4 groupes de jeunes que j’ai sondés, entre 17 et 22 ans approximativement, on a quelques invariants :

– Déjà, quand je demande « dis donc, les jeunes, vous dites « tu veux un cookie ? » et « la vie c’est pas un kiwi » ? Ca vous dit quelque chose ? », ça déclenche l’hilarité dans 100% des cas.

– Certains connaissait « tu veux un cookie ? », mais ceux qui maîtrisaient ajoutaient « cool ta vie, tu veux un cookie ? »; je déduis donc que l’expression est encore plus odieusement condescendante que mon « c’est peut-être local ? »

– Beaucoup se sont étonnés de « la vie c’est pas un kiwi », en arguant que la taille, le goût, la couleur ou les propriétés intrinsèques du kiwi n’étaient pas synonymes de joie et béatitude. J’ai eu droit à la variante « la vie, c’est pas gaufrette », comme quoi, on a beau être étonnés par l’expression, on est quand même pas des sauvages, et on a un équivalent un peu ésotérique, un peu mignon.

Les conversations ont cessé quand l’auteur du titre de ce billet a proféré sa sentence.

En faisant un tour sur la toile, je trouve quand même des illustrations :

cool-ta-vie-love-tu-veux-un-cookie-132256383027Dans une sorte de presque-mème (texte + image au milieu + texte), on voit bien que ce n’est pas une expression sortie uniquement de mon doctorant, mais bien une vraie chose. D’ailleurs, des forums 15-18 ans ont des fils de discussion pour le « cool ta vie », dont la boucle discursive enivrante :

Cool ta vie, tu veux un cookie ?
Cool la tienne, tu veux un BN ?
Cool ton BN, tu veux une frite Mc Cain ?
Cool ta frite Mc Cain, tu veux une Citroen ?
Cool ta Citroen, tu veux une Américaine ?[2]

(tiré de JV.com, in le forum des moins de 15 ans)

Y’a même des réparties extralinguistiques de haute volée, dont le commentaire de MrSuprak :

moi j’ai un papier avec un bite dessiné dessus et quand je m’en tape , je le coupe en sortant mon papier et je dis « regarde , elle est belle hein » :hap:

Quand même, le type, il a préparé un papier qu’il garde en permanence sur lui dans un endroit facile d’accès afin d’indiquer à son interlocuteur la fin de la discussion en cours sans avoir à parler (j’imagine que, confrontée à un interlocuteur qui tirerait un papier de sa poche, le déplierait, me montrerait un pénis dessus, j’aurai du mal à continuer ma phrase) je trouve ça absolument fascinant. La cerise sur le gâteau est ce smiley a l’air ravi de son sort[3].

Et bien sûr, fallait s’en douter, le « cool ta vie » est en fait la traduction de « cool story bro« , ou son cousin français, au moins. En fait, si j’ai bien compris, la vraie rime était « cool ta vie, tu veux un biscuit ? », ensuite transformé en « cool ta vie, tu veux un cookie ? ». On a même une page Facebook, avec plus de 10 000 likes.

 Quant à « la vie c’est pas un kiwi », elle est nettement moins usitée, apparemment. Déjà, on a une maigre communauté FB de 60 pélerins, et un Skyblog tristouille avec seulement deux articles.

 J’ai quand même gloussé quand j’ai tapé dans Google « la vie c’est pas » et que j’ai laissé l’autofill faire son office. La vie n’est donc pas un oinj (parce que « si tu me roules, c’est moi qui te fume » selon des paroles de Guizmo), et mes étudiants n’ont vraisemblablement pas jugé utile de m’avertir de cette variante, qui a l’air bien plus vigoureuse. 

 Je sens plus de faiblesse dans l’expression, malgré ses résultats, le forum de JV ne s’excite pas autant, y’a même de petites disputes, ou des vagues tentatives d’essayer de rendre la phrase un peu plus marrante avec des dérivés (tentative évidemment couronnée d’échec). Bref, apparemment, cette phrase ne prend pas.
Mais quand je regarde les dates de parution des fils, des images, et tout ce que je peux trouver entre deux rédactions de corrigés de partiels et quelques confs[4] , je ne peux m’empêcher de penser que… tout ceci est un peu vieux, ça a environ une petite année. Voire plus. La foi m’a quittée quand j’ai vu ce fil de discussion, datant de 2011, où même la prof de SES utilisait l’expression avec ses élèves (donc passage de l’autre côté du miroir, donc utilisation par les adultes et les jeunes fréquentant le même établissement au moins…).

Et pourtant, ça n’était pas arrivé à mes oreilles avant avril.

Ca y est, je fais partie des vieux. Ceux qui ont au moins un an de retard sur la musique, ceux qui n’ont plus accès au sirop de la rue et de ses expressions fleuries. Damned.

C’est plus mon truc, les expressions fruitées.

 

Crédit photo : Kamé Hamé Ha – WikiUser Gig, CC AttrShare Alike

Ilovegenerator.com pour « Cool ta Vie »

 

  1. Oui, j’ai des références. Pas les bonnes, mais j’en ai ! []
  2. stoppée par un « cool votre discussion, vous êtes pas un peu cons ? » certainement lancé par un plus de 15 ans. []
  3. j’aurais beaucoup à dire des choix graphiques, des mots employés et des connotations douteuses, mais je vous laisse l’exégèse à faire chez vous pour la semaine prochaine []
  4. Non, je ne procrastine pas, je… OK, je procrastine un peu. Mais c’est avant le rush. Ne me jugez pas. Promis, j’aurai fini mon PowerPoint pour vendredi jeudi, promis j’envoie ce soir mon corrigé. []