Archives par mot-clé : expérience

Going Paperless 1 : Préambule

Cette année, et plus précisément ce semestre, mon but, c’est d’utiliser le moins de papier possible pour donner cours. J’en suis encore au stade 0 de l’affaire : tout est encore sur papier, avec les livres et les divers supports, pesant une bonne dizaine de kilos.

Mon sac de cours, sans les brochures. J’en aurai 150 demain matin. Yay.

J’adore le papier, j’adore écrire, je possède un magnifique stylo-plume que j’utilise régulièrement, j’ai quasiment écrit tous mes cours à la main et pourtant… Je crois que l’heure est venue de changer de méthodes de cours pour passer au numérique.

La base :

–  des cours à contenu où je parle beaucoup => beaucoup de papiers à la base.

–  des cours à matériel étendu :  où je travaille sur un livre, une brochure, plus des exercices en plus (parfois audio). Les plus lourds à gérer pour le dos/les trajets bureau-repro-salle de cours

– des cours à participation : une brochure, un papier, le plus léger (et, incidemment, ceux qui ont été tapés en premier).

Arguments pro-paperless :

l’archivage. Ça commence à devenir invivable, de transférer de vieux cours dans de nouvelles pochettes de tri, puis, éventuellement, de devoir aller les repêcher quelques années plus tard pour donner le même genre de cours. Je dois avoir 5 ans de cours différents, dans des pochettes différentes, et j’ai l’impression de faire mes courses, en moins nutritionnel[1].

le confort de mon dos : des brochures + les notes + les livres de cours à ramener pour un seul exercice, surtout quand on on n’habite pas dans la cantine de la fac, ça commence à devenir contre-productif.

La multimodalité du support : avec mon cours papier, je n’ai pas accès à des supports audio ou vidéo pour faire cours, ce qui veut dire soit ramener des trucs de chez moi (le combo ordinateur portable + haut-parleur) ou alors aller chercher l’équipement au service AV. Bref, c’est l’horreur.

Si c’est foutu, c’est foutu : ça m’arrive de vouloir refaire un point sur un autre cours, plus ancien ou pas donné à ce niveau/ce groupe… Mais évidemment, comme je ne ramène les choses que jour après jour, je suis obligée de grapiller des souvenirs pas forcément très clairs du fin fond de mon cerveau. Du coup, je sors les notes que j’ai sur mon téléphone portable, et les étudiants ont l’impression que je réponds à Twitter alors que je travaille, en fait.

L’annotation folle : parfois, je colle un post-it pour rajouter un truc à un cours. Parfois, je colle 8 post-its les uns derrière les autres, j’ai la paperolle folle. Je ne vous raconte pas comme c’est difficile à lire, décoller, recoller ailleurs… Ca m’est arrivé de les coller discrètement sur mes doigts, alors que je donnais cours, pour les suivre plus facilement. Newsflash : ça n’est jamais, jamais discret.

« Laisse-moi décoller mes 5 post-its de ma main gauche et te ré-expliquer les déterminants anglais, petite. »
Creature from the Black Lagoon (Universal Pictures, 1954)

Le recyclage : éditer un document sur ordinateur, c’est quand même plus facile que de le refaire sur papier.

Le fait que la moitié de ce que je fais est déjà sur ordinateur : les contrôles continus, certains cours, et des exercices en plus. Je fais des brouillons très sales et moches, et ensuite, des versions très pro avec de petites majuscules.

 

Arguments contre paperless :

Mémoire et appropriation : comme j’en avais discuté avec un collègue de labo, écrire ses cours sur ordinateur, c’est un peu difficile. Lui, ça lui donne l’impression que ça ne vient pas de lui. Moi, j’ai l’impression que je les retiens moins facilement, du coup, si je les écris très en avance, il faut que je les potasse comme si j’étais ma propre étudiante. Ça craint.

La difficulté de faire des ses petites annotations comme on aime : je mets un accent circonflexe au dessus de mes m pour écrire « même » comme certainement tout le monde. Evidemment, je n’ai pas vu de m avec une barre au dessus dans mes traitements de texte habituels (pas encore ?). Alors pour les symboles de sténo que j’utilise, j’imagine que ça va être encore plus rigolo.

La conversion : comme certains cours sont déjà écrits, que faire ? Les réécrire sous ordinateur, ou les scanner ? Pareil pour les livres, les convertir en .pdf ? Et quid de la facilité de lecture ?

L’amour du papier : j’ai la même obsession infantile pour la papeterie[2] que, finalement, pas mal de gens à qui j’ai fait cette confession. Et je me vois mal virer mes cartouches d’encre de couleur bizarre, mes copies doubles sans ligne rédigées ouvertes dans le mauvais sens.

 

 

La méthode de transition et les choix paperless seront le sujet du prochain billet !

 

  1. vous savez, le moment où on se rend compte qu’on manipule ses courses pour  1) pour les prendre des rayons, 2) pour les passer à la caisse 3) pour les remettre dans son sac 4) pour les ranger dans sa cuisine 5) pour faire à manger et, éventuellement 6) pour ranger les emballages dans son gourbi à recyclage puis 7) dans la vraie poubelle de recyclage. 7 manipulations pour un pot de sauce aux cèpes, je trouve que ça fait beaucoup. []
  2. les stylos et le papier et les carnets et les petits stickers dans les jours de faiblesse []