Archives par mot-clé : CMO

« LOL Littéral » : les émoticônes intenses

En gambadant sur Facebook, je suis tombée sur cet échange entre un ami (utilisateur vert) et ses potes :

J’aime le fait que ces marqueurs d’émotion, comme LOL (qui est, incidemment[1], prononcé L-O-L par les anglophones) soient réinvestis d’un nouveau cachet et d’un adjectif quand il s’agit de non seulement décrire son sentiment, mais aussi l’action qui en découle.

 

C’est vrai que normalement, quand on dit « LOL », on est pas forcément en train de lauller devant son écran; là, l’utilisateur vert fait même une faute de frappe (ou la moitié du smiley « ^^ » ?? Pour le coup, je le connais, il est peu friand des « ^^ » mais on ne sait jamais); ces émoticônes sont quasiment les seuls marqueurs d’émotion, et donc de cohérence (mais je ne vais pas écrire un énième message sur ce phénomène, Baron[2] s’en charge très bien). Je me bornerai donc à commenter le littéral de ce « literal lol ».

 

Il est un peu l’aveu tacite qu’on ne rigole pas vraiment, mais qu’on partage, avec le(s) coénonciateur(s) au moins une once de complicité. En revanche, si Vert aurait pu se contenter de mettre un « lol », il a voulu marquer le coup et montrer qu’il rigole vraiment, même tout seul, devant son écran.

 

Je me suis souvent demandée ce qui conduisait les gens à réagir en- et hors-ligne comme ils le font. Effectivement, hors-ligne, quand on fait une blague un peu marrante (ça m’arrive tout le temps) et que l’autre se bidonne comme un enfant qui a mangé trop de chocolat, il est de bon ton de l’accompagner ou de l’imiter (ça se fait normalement, mais ça m’est arrivé de faire un rire d’accompagnement, et je me dis « s’il rigole autant, autant lui montrer qu’il a raison et rire de concert »). Idem, quand je regarde un film marrant toute seule, je n’y réagis pas de la même façon que si j’étais accompagnée, il m’arrive rarement de rire à haute voix, puisque je n’ai pas de complicité à partager avec mon écran.

Mais ce qui nous concerne ici est un peu différent :

Un « lol » aurait donc pu être suffisant (« ta blague m’amuse »), mais ce « literal » est un compliment : « même tout seul, donc sans pression de pair, non seulement tu es drôle, mais tu provoques un rire alors que je ne suis pas dans une position où socialement, on attend un rire vocal de ma part ».

Du coup, ce « literal lol »  montre bien que le en-ligne provoque des choses hors-ligne[3]; finalement, c’est une sorte d’intensifieur– l’échange a poursuivi le temps que j’écrive ce message, et mon Vert a enchaîné par un « HAHAHAHAHAHA »; cette fois, pas littéral mais… peut-être si expressif que c’est un synonyme ?

Idem pour les montages d’émoticônes à la Human Centipede, les : D : D : D que j’interprète forcément comme se renforçant les uns les autres (un peu comme la phrase que répète Larry David, « pretty, pretty, pretty good », où chaque « pretty » renforce ironiquement le « good »); finalement, on arrive à une phase où l’émoticône européen[4] et l’abréviation se renforcent; comme si… finalement, tout ça était galvaudé, et qu’on intensifiait le sens en multipliant les marques…?

Deux dernières choses : ça me rappelle les échanges de personnages de The Office, 8è saison, qui dissertaient sur un sms qui contenait 5 points de suspension; effectivement, les points de suspension sont des marques de flirt plus ou moins explicites (j’appelle ça « les trois-petits-points-qui-veulent-tout-dire-qui-veulent-rien-dire »). Mais 5, là, on sait que l’ellipse en contient plus………. (autant de points, ça veut soit dire que l’émetteur attend l’autre avec un disque de Barry White et du Body Nutella, soit, dans ce cadre d’article sur un blog scientifique, qu’il en sait plus mais qu’il ne voudra pas le révéler. De toute façon, ça sous-entend une connivence un peu perverse avec soi-même et l’autre, s’il veut bien comprendre).

Dernier petit grain avant de vous laisser : les émoticônes sont des créations graphiques sur lesquelles je ne pensais pas qu’un copyright pourrait s’appliquer– c’est pourtant le cas, mais  pas dans le cadre de l’utilisation de particuliers. En revanche, les téléphones qui proposent des claviers de smileys pré-enregistrés ont des brevets américains; et le smiley 😉 a une marque européenne depuis 2008 (un community trade mark, pas moins que ça)…

  1. je voulais écrire « le sachiez-tu ? » mais j’ai pas osé []
  2. Baron, N. S. (2008). Always on: Language in an online and mobile world. Oxford: Oxford University Press. []
  3. j’adhère à la post-dualité numérique, j’estime donc que mes technologicées sont des extensions de moi tout comme des lunettes sont des extensions des yeux défaillants dont certains sont pourvus. Chacun sa fonction, mais finalement, on est toujours dans une situation qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, et nous arrange et que l’on comprend : si vous me lisez, c’est que, vous aussi, vous êtes entrés dans la post-dualité. []
  4. l’émoticône asiatique, c’est celui qui est lisible de haut en bas comme *__* []

Dans la jungle de l’arbre à perles

[Dernière mise à jour : 20/01/2013]

 

A droite, vous pourrez voir un lien vers mon Pearltree, qui est en fait une vraie jungle. Il contient des liens internet répartis par intérêt, dont voilà la liste presque exhaustive, au cas où vous en auriez besoin.

Présentation rapide du concept :

Pearltree, c’est une sorte de compromis entre une carte mentale et un Scoopit, où on peut « perler » (soit, ajouter) des éléments dans des arbres complets et séparés, ou dans des branches en vue d’un tri ultérieur.

L’inscription est gratuite (bien qu’il existe des comptes Premium à 45€/an) et les arbres sont mis à disposition de tous; en plus, on peut explorer les arbres voisins par intérêts connexes, et le tout est synchronisable entre un téléphone (application iPhone native, mais possibilité de mettre un « bookmarklet » sous n’importe quel navigateur) et son ordinateur (une option « Pearler » existe sous Chrome, Firefox, Explorer…).

Bref, c’est très pratique, et assez intuitif puisque les éléments se déplacent d’un simple glisser-déposer, et que l’on peut non seulement perler des pages internet, mais aussi des photos, des notes, des vidéos… C’est une sorte d’Evernote en carte mentale et entièrement public, si vous appréciez la comparaison (personnellement, je me sers d’Evernote pour préparer mes cours, et de Pearltree pour gérer les milliers d’onglets que j’ouvre sous mon navigateur. Au moins, si je ne finis pas une recherche immédiatement, je peux hiérarchiser les informations plus tard, et/ou les rouvrir n’importe où… Du coup, ma RAM et mon navigateur me disent merci).

 

Cet article sera remis à jour périodiquement pour s’adapter aux changements d’architecture de Pearltree.

Mes Pearltrees :

a) Sur la linguistique computationnelle :

Python Forum Scraping : pour récupérer des données de forums sous Python, mais il contient aussi des informations générales sur Python et des outils pratiques.

Treetagger : qui contient aussi des outils pour faire communiquer Treetagger avec R ou avec Python

b) Par sujets :

Phonetics (le plus petit), complété par un arbre Winpitch et un arbre Praat 

Readability : sur les outils de Flesh-Kincaid, et le calcul du FOG, ou Frequency of Gobbledygook. Ce sont surtout des outils en ligne pour comprendre la lisibilité de textes (article à venir)

Computer-Mediated Communication : Références en CMO (communication médiée par ordinateur), avec quelques liens vers des livres intéressants

c) Sur mes recherches :

AAVE Generators : scripts internet pour transcrire l’anglais standard en afro-américain. J’étudie ce genre de scripts, ce qui ne veut pas dire que je soutiens forcément l’initiative.

Scots : surtout sur les graphies alternatives de l’écossais (notamment dans Trainspotting).

Il contient aussi d’autres branches, comme un lien vers ce blog, une vers Marie-Anne Paveau (MAP) avec quelques références, une autre sur le facework (que je vais certainement transformer en arbre seul une fois que j’aurai assez de liens), et deux-trois liens pas encore triés mais potentiellement amusants (un testeur de mot de passe, dont je vais parler dans ces colonnes; et un article Wikipedia sur la fréquence des lettres qui est pas mal pour un début, avec sa biblio).
J’ai aussi des liens vers Webscraping with Python et Web Mining, des initiatives collectives qui me semblent assez synpathiques, et qui complètent un peu mes arbres sur la collecte d’informations avec Python.

 

Libre à vous de vous (en)  servir; un petit merci ne fait jamais de mal (et surtout, si vous avez des idées de liens, n’hésitez pas à m’en faire part).