Archives par mot-clé : Blake

Exégèse de la bannière : les poètes et le chamusant

Je viens de finir de composer la bannière (chargée, j’en conviens) de mon carnet de recherches. Mais elle est à l’image du contenu de ce blog : multimédia, multimodale et un peu fouillis. Pour les béotiens, les curieux et ceux qui veulent en savoir plus, voilà ses composants expliqués, élément par élément. Je précise que tout est libre de droits parce que j’ai passé un module juridique où l’intervenant parlait dos à l’amphi, certes, mais avec un bon micro[1] et que donc, je suis super à la page pour tout ce qui concerne le droit de citation et l’expiration du copyright avec les années qu’on doit rajouter avec la 2è Guerre Mondiale.

De gauche à droite, de haut en bas :

 

– Une page d’un livre de S. Gries, qui m’apprend à utiliser un logiciel de statistiques, R, dans un vrai livre physique. On peut même apercevoir un doigt qui tient le livre, c’est vous dire si je suis impliquée dans cette photographie.Parce que je suis fascinée par le fait qu’on puisse produire du texte, numérique indigène ou non, dire à une machine qu’on peut le mouliner et en tirer des statistiques, pour ensuite pouvoir en tirer des résultats dont on peut parler devant ses collègues, en disant par exemple « vise mon indice de confiance, et mes boîtes à moustaches. Les interquartiles sont HYPER signifiants, je trouve ».

 

– Une splendide aquarelle que j’ai réalisée, le sobre logo de Facebook, que j’ai ensuite tuné afin d’avoir un effet d’image pointilliste. Parce que les réseaux sociaux sont une grosse partie de mes recherches, et que le nouveau discours numérique y est, je voulais accorder une grande place au moteur de transformation des réseaux sociaux un peu partout.

– Un poème de Langston Hughes, « Mother to son« , que j’ai recopié partiellement, et où j’ai mis en gras les mots utilisant des graphies alternatives. Parce que les Afro-Américains occupent aussi une grande partie de mes recherches, que je trouve ce poème magnifique, qu’il est cité dans mon corpus et que même au début du siècle, on pouvait se permettre des doubles négations, des utilisations dialectales et susciter l’émotion, tout en faisant taire les puristes.

 

– En travers, discrètement, « all your base are belong to us », un élément important de la culture internet, écrit en police Impact-comme un mème internet. C’est une citation du jeu Zero Wing. L’intro a été traduite avec les coudes du japonais à l’anglais dans une sorte de langue mi-magique, mi-poucrave, à tel point que ç’en est devenu une sorte de symbole. Parce que la culture internet est évidemment importante pour moi (les jeux aussi), et les réutilisations de AYB nombreuses et glorieuses… Article à venir.

– « Portrait de l’artiste en moqueur », de Joseph Ducreux  portraitiste français du 18è siècle, (dont j’ai transformé les couleurs). Parce que Joseph a été réutilisé par la culture internet dans des conditions qui me font mourir de rire, et surtout, qui m’étonnent beaucoup. Comment de jeunes Américains ont-ils eu l’idée de reprendre un portrait français pour en faire un macro internet ? Article à venir.

– Cheezburger, le premier lolcat, que j’ai redessiné avec mes gros doigts. 1997, on redécouvre le chat légendé, ou chamusant (selon le WikiLF), après près d’un siècle de rien, une carence dans la photo de chat comique (j’exagère exprès). Je ne présente pas ce phénomène internet, mais j’en parlerai certainement. Bref, voilà le sympathique British Shorthair, et sa légende en Impact bidouillée à la main. Et puis…je ne pouvais pas passer à côté d’un chat pour cette bannière, si ?

– La première strophe de « The Tyger« , de William Blake… passée dans un générateur de leet (article à venir sur cet outil). Le leet, c’est la fine fleur du discours cryptique internet; j’aime toujours autant les mélanges de genre(s). Et cette strophe contient aussi des graphies alternatives (encore un autre de mes sujets de recherche préférés) Tyger, symmetry… Autant de choses qui m’ont (en fait) décidée à faire des études d’anglais. Merci à ma prof d’option anglais au lycée[2].

– Des formules concernant la réduction des voyelles non accentuées et celle du GVS (Great Vowel Shift ou Grand Changement Vocalique) qui s’est produit en anglais… Encore une fois, c’est de l’aquarelle, et comme ça peut se voir, je n’ai encore une fois pas préparé les lettres à l’avance (ce que je pensais faire), pour avoir un petit côté « linguiste de terrain qui fait des formules » un peu chatoyant. Les formules en question sont issues du Que sais-je de Michel Viel sur la Phonétique de l’Anglais. Il fut mon directeur de M2 et me soutint quand j’ai décidé d’étudier les forums de gangs sur internet alors que je n’étais qu’une coquette paupiette parmi tant d’autres.

– Et enfin, le petit oiseau-logo de Twitter (Larry l’oiseau, ai-je trouvé en me perdant dans la toile), encore une fois une aquarelle produite pour illustrer ce carnet.

 

Le tout fut allègrement cuisiné sous Publisher, et présenté à vos yeux effarés, pour mêler ensemble classsique et modernité, hobby de grand-mère et internet, jeux vidéos, poésies, culture(s) en mouvement et [rajoutez ici une petite pédanterie de bon aloi]. En plus, bing, j’inaugure la nouvelle catégorie « Ponctuelleries ». Evidemment, je mettrai ce message à jour une fois que les articles divers seront enfin sortis… Vous voilà prévenus !

 

 

[1] j’ai eu 17/20 à ce module, je suis donc une bonne élève en plus de ne pas me laisser déborder par un prof qui fait cours comme Jim Morrison donnait concert à ses débuts.

[2] Oui, au début, je voulais être littéraire, et étudier Blake. Mon pragmatisme extrême est en fait peu compatible avec les littérareries, ce que je regrette peu puisque je suis une linguiste plus qu’épanouie.