Archives par mot-clé : annotation

Going Paperless 1 : Préambule

Cette année, et plus précisément ce semestre, mon but, c’est d’utiliser le moins de papier possible pour donner cours. J’en suis encore au stade 0 de l’affaire : tout est encore sur papier, avec les livres et les divers supports, pesant une bonne dizaine de kilos.

Mon sac de cours, sans les brochures. J’en aurai 150 demain matin. Yay.

J’adore le papier, j’adore écrire, je possède un magnifique stylo-plume que j’utilise régulièrement, j’ai quasiment écrit tous mes cours à la main et pourtant… Je crois que l’heure est venue de changer de méthodes de cours pour passer au numérique.

La base :

–  des cours à contenu où je parle beaucoup => beaucoup de papiers à la base.

–  des cours à matériel étendu :  où je travaille sur un livre, une brochure, plus des exercices en plus (parfois audio). Les plus lourds à gérer pour le dos/les trajets bureau-repro-salle de cours

– des cours à participation : une brochure, un papier, le plus léger (et, incidemment, ceux qui ont été tapés en premier).

Arguments pro-paperless :

l’archivage. Ça commence à devenir invivable, de transférer de vieux cours dans de nouvelles pochettes de tri, puis, éventuellement, de devoir aller les repêcher quelques années plus tard pour donner le même genre de cours. Je dois avoir 5 ans de cours différents, dans des pochettes différentes, et j’ai l’impression de faire mes courses, en moins nutritionnel[1].

le confort de mon dos : des brochures + les notes + les livres de cours à ramener pour un seul exercice, surtout quand on on n’habite pas dans la cantine de la fac, ça commence à devenir contre-productif.

La multimodalité du support : avec mon cours papier, je n’ai pas accès à des supports audio ou vidéo pour faire cours, ce qui veut dire soit ramener des trucs de chez moi (le combo ordinateur portable + haut-parleur) ou alors aller chercher l’équipement au service AV. Bref, c’est l’horreur.

Si c’est foutu, c’est foutu : ça m’arrive de vouloir refaire un point sur un autre cours, plus ancien ou pas donné à ce niveau/ce groupe… Mais évidemment, comme je ne ramène les choses que jour après jour, je suis obligée de grapiller des souvenirs pas forcément très clairs du fin fond de mon cerveau. Du coup, je sors les notes que j’ai sur mon téléphone portable, et les étudiants ont l’impression que je réponds à Twitter alors que je travaille, en fait.

L’annotation folle : parfois, je colle un post-it pour rajouter un truc à un cours. Parfois, je colle 8 post-its les uns derrière les autres, j’ai la paperolle folle. Je ne vous raconte pas comme c’est difficile à lire, décoller, recoller ailleurs… Ca m’est arrivé de les coller discrètement sur mes doigts, alors que je donnais cours, pour les suivre plus facilement. Newsflash : ça n’est jamais, jamais discret.

« Laisse-moi décoller mes 5 post-its de ma main gauche et te ré-expliquer les déterminants anglais, petite. »
Creature from the Black Lagoon (Universal Pictures, 1954)

Le recyclage : éditer un document sur ordinateur, c’est quand même plus facile que de le refaire sur papier.

Le fait que la moitié de ce que je fais est déjà sur ordinateur : les contrôles continus, certains cours, et des exercices en plus. Je fais des brouillons très sales et moches, et ensuite, des versions très pro avec de petites majuscules.

 

Arguments contre paperless :

Mémoire et appropriation : comme j’en avais discuté avec un collègue de labo, écrire ses cours sur ordinateur, c’est un peu difficile. Lui, ça lui donne l’impression que ça ne vient pas de lui. Moi, j’ai l’impression que je les retiens moins facilement, du coup, si je les écris très en avance, il faut que je les potasse comme si j’étais ma propre étudiante. Ça craint.

La difficulté de faire des ses petites annotations comme on aime : je mets un accent circonflexe au dessus de mes m pour écrire « même » comme certainement tout le monde. Evidemment, je n’ai pas vu de m avec une barre au dessus dans mes traitements de texte habituels (pas encore ?). Alors pour les symboles de sténo que j’utilise, j’imagine que ça va être encore plus rigolo.

La conversion : comme certains cours sont déjà écrits, que faire ? Les réécrire sous ordinateur, ou les scanner ? Pareil pour les livres, les convertir en .pdf ? Et quid de la facilité de lecture ?

L’amour du papier : j’ai la même obsession infantile pour la papeterie[2] que, finalement, pas mal de gens à qui j’ai fait cette confession. Et je me vois mal virer mes cartouches d’encre de couleur bizarre, mes copies doubles sans ligne rédigées ouvertes dans le mauvais sens.

 

 

La méthode de transition et les choix paperless seront le sujet du prochain billet !

 

  1. vous savez, le moment où on se rend compte qu’on manipule ses courses pour  1) pour les prendre des rayons, 2) pour les passer à la caisse 3) pour les remettre dans son sac 4) pour les ranger dans sa cuisine 5) pour faire à manger et, éventuellement 6) pour ranger les emballages dans son gourbi à recyclage puis 7) dans la vraie poubelle de recyclage. 7 manipulations pour un pot de sauce aux cèpes, je trouve que ça fait beaucoup. []
  2. les stylos et le papier et les carnets et les petits stickers dans les jours de faiblesse []

Pratiques d’annotation de corpus 1.0

Exemplaires de travail, Push et Trainspotting

Dans mon temps libre (comprendre : le temps qui ne me sert pas ni à faire des trajets à travers la France, ni à donner des cours, ni à corriger), j’écris ma thèse.

Pour écrire ma thèse, j’ai besoin d’autopsier, de découper et de recoller une sorte de Frankenstein de corpus, moitié fiction, moitié internet, moitié dialecte, moitié netspeak, moitié vernaculaire. Ça fait trop pour une seule femme (et un seul tableau Excel).

Pour l’annotation du corpus internet, je ferai un message (une fois que j’aurai compris le moyen de tout mouliner automatiquement, je me fendrai certainement d’un tutoriel dans la partie Ressource–pour le moment, le corpus est recueilli à la main comme des grappes de raisin dans un vignoble).

 

En revanche, en voyant les progrès de mes pratiques d’annotation in situ, dans le livre même, et le site So Book Online qui est une mine concernant l’annotation, j’ai décidé de faire un billet. Pour parler à la fois de la porosité entre média papier et média computerisé, et des particularités d’annotations académiques et textométriques que je réalise.

Certains amis littéraires s’inquiètent que, en partant d’une œuvre, j’arrive à un découpage presque sadique des éléments graphiques et/ou dialectaux. J’ai presque envie de leur dire « c’est bien pire que ça, les gars. Je fais des statistiques et des pourcentages de fréquence, ainsi que des observations phonétiques et/ou graphophonémiques avec des tableaux et des diagrammes en camembert[1] . » Certains amis moins cyborg que moi s’inquiètent que je sois dans une sorte d’entre-deux flottant Cloudesque et ne comprennent pas pourquoi mon agenda pro et des notes diverses se trouvent en ligne, au lieu d’être dans un bon vieil agenda. J’ai envie de leur dire « c’est bien pire que ça, les gars. Ma liste de courses et les journaux que je lis sont aussi numériqués[2] ».

Je travaille sur Push et Trainspotting. Je dispose d’une copie physique et d’une copie numérique des deux ouvrages (ainsi que d’une copie physique des films tirés de ces oeuvres, et d’une copie numérique des sous-titres en anglais). Le tout sert à écrire un premier lexique des deux dialectes de l’anglais qui m’intéressent (l’afro-américain vernaculaire et le Scots, respectivement), et à repérer des séquences graphiques alternatives et/ou appartenant aux deux dialectes étudiés.

Il était hors de question, pour moi, d’annoter directement le corpus numérique. En plus, j’estime qu’un livre vit avec son propriétaire, qu’il doit être le témoin physique du temps passé en sa compagnie. Rien ne me glace plus qu’un « tiens, je vais te prêter un bouquin qui m’a plu »… Et de me rendre compte que le livre en question est comme neuf, pas corné, la reliure intacte, la page de garde vierge. Là, j’ai envie de sortir les gants blancs et de le lire comme un incunable précieux précieux, et il faut que je résiste à mes habitudes de lectrice tout-terrain, à une main dans le métro.

Idem, pour les livres prêtés par mon directeur de thèse : hors de question de les abimer, j’ai donc recours à divers rajouts de post-its, ou à l’annotation hors-livre, dans mon fidèle carnet qui me suit un peu partout. Même cas pour les livres récupérés au fil des années; j’ai quelques ouvrages annotés de main de linguistes célèbres, donc strict verboten de mettre mes gros doigts pleins d’encre dessus, ou des annotations de travers réalisées dans le métro, ce qui, somme toute, est très embêtant (mais assez enivrant : j’aime bien voir l’auteur du livre et l’auteur des notes comme une sorte de grand tout avec lequel je suis d’accord ou non, mais qui sera de toute façon plus intéressante qu’une lecture à cru, bien que plus contraignante, puisque je ne pourrai pas poser mes réflexions forcément ultra-pertinentes dans les marges déjà prises).

Justement, je suis amusée par ce billet, où la sacralisation de l’oeuvre passe par la séparation de la seconde voix, celle du lecteur, qui sépare son activité active de celle passive, de lecture. Pour moi, la « sacralisation » du livre passe par l’ajout de notes (et il m’arrive de relire des livres des années plus tard, et de compléter mes premières annotations de lecture).

Bref, l’objet physique-corpus littéraire doit vivre, et pour se faire, doit subir mes assauts. Il n’est pas rare que j’ajoute des blocs de 4-5 post-its sur la page de garde histoire d’annoter en sortant des marges, par exemple. Idem pour mes cours manuscrits (le tapuscrit est plus simple, je triche sur la mise en page), où je découpe des rajouts de pages, des volets en plus et des post-its en pagaille.

 

Repérages grammaticaux et lexicaux, Push

 

Revenons-en à Push et Trainspotting. Ici, sur Push, l’annotation est multiple : le surligneur rose sert à voir les usages grammaticaux non standard, le jaune pour les graphies alternatives. Et parfois, une note manuscrite en plus, pour isoler un type de phénomène rencontré. Et les signets jaunes servent à montrer les différentes parties, et les plus petits signets bleus et roses, les chapitres ou les sous-parties des ouvrages. Tout ceci fait partie intégrante de l’annotation, puisque j’ajoute du sens et/ou des clefs de lecture des oeuvres selon mes besoins. L’annotation est donc sémiotiquement signifiante, mais pas forcément rédigée ou écrite.

Push, annoté

C’est le premier ouvrage qui a été disséqué, et, forcément, la technique est peu élégante, voire erronée (mais je voudrais vous y voir, un surligneur dans chaque main, le stylo dans la bouche, à travailler sur un livre, aussi !). Ces annotations ont développé mon ambidextrie, et suscité des regards curieux dans le métro; il est très très rare que je travaille en silence, et j’aime assez pouvoir m’isoler dans la foule.

Ces annotations seraient mortes sans l’exploitation multimédia que j’en fais (la constitution d’un lexique pour pouvoir étiqueter chaque élément de mon corpus internet). En fait, le livre physique n’est qu’un vecteur vers une vie supérieure, le tronçonnage dans un tableau et le passage à un Treetagger customisé pour séparer les graphies alternatives du reste, et les différents usages langagiers dont je parle dans ma thèse (en gros, le nirvana de la vie de ces livres).

Trainspotting, doubles annotations

Pour Trainspotting, le travail est plus élégant. On voit que j’ai un peu amélioré mes techniques de travail, entre le surlignage bourrin systématique, et le repérage sobre des formes alternatives. J’ai choisi les pages 22-23 pour montrer le passage d’une technique à une autre. P. 22, on a du repérage systématique, p. 23, j’ai recours aux points sous les mots pour signaler que je les ai déjà étiquetés dans mon lexique écossais. Il faut dire que j’avais déjà plus de 200 léxèmes différents, et qu’il fallait que je puisse trouver la première occurrence d’un mot pour pouvoir le commenter.  « Thum », c’est « them » ou « thumb » avec une réduction de groupe consonantique final ? Voire un scottisme non apparenté à l’anglais ? Sans contexte, point de salut. D’où raffinement de la technique de corps.

 

Le travail d’annotation est donc réalisé à moitié dans le livre, à moitié dans un tableau d’étiquetage. L’étiquetage, c’est la taxinomie de tous les phénomènes importants pour moi : Est-ce une retranscription de l’oral, avec des « cu-maauugghhnn » pour montrer la parole sous influence du personnage ? Un « DUUUHHH » d’interjection méprisante ? Plus dur, est-ce qu’on écrit « beyotch » pour « bitch » parce qu’on a peur d’être censuré, ou parce qu’on remet la graphie en ligne avec ce qu’on aurait prononcé ? (Parallèle en français : la scène de « La Vie est un Long Fleuve Tranquille », où D. Gélin traite un personnage de « salope ». Ou de « saloooope » ? Voire de « laaaaa SA-lope » ?)

L’annotation devient donc complexe, et hautement informatisée. C’est là où je remercie tout le monde d’être née à un moment cyborg, où on peut passer 35h à programmer un script, ou plus à écrire un tableau propre des lexèmes rencontrés et des lemmes auxquels ils appartiennent, pour ensuite appuyer sur un bouton et voir la machine autopsier le contenu du corpus et les instructions qu’on lui a données, pour produire du sens interprétable et fiable.

Première étape : l’étiquetage sous Excel

 J’utilise volontairement (je reste malicieuse, même dans le sérieux) des métaphores médicales, mais je sais que ces annotations physiques et celles, mécaniques, de la machine, sont tout sauf mortes : elles sont un tremplin à l’annotation de mon corpus internet, qui ne va qu’enrichir et rendre encore plus vivant mes lexiques divers.

Étiquetage (erroné) de Trainspotting, premier passage sous Treetagger

***

Du coup, ça a été un peu délicat, lors de mon travail, de prêter Push à une amie qui voulait le lire. J’ai fait des « eeeuh, mais tu sais eeeeuh, j’ai *beaucoup* écrit dedans… Beaucoup beaucoup… ». Et pourtant, elle l’a embarqué et l’a lu en un temps record. Moi qui y voyais un ouvrage-clé-vers-un-Frankenstein-de-thèse, elle n’y a vu que Push et les émotions que ce livre remue dans tous les lecteurs (qu’évidemment, je ne peux que vous conseiller, sauf si c’est un peu la déprime en ce moment, vu qu’il n’est pas très tagada-tsoin-tsoin). Comme quoi, malgré les notes et les rajouts, on peut n’y voir que la première voix, celle de l’auteur.

 

En plus, les signets collants de mes livres bougent et évoluent : en faisant cet article, je me suis rendue compte qu’il manquait un marqueur à Push. Ce qui peut être dû à un transport hardi dans un sac de cours, ou à une intervention féline. Évidemment, il m’arrive aussi de changer moi-même l’ordre des marqueurs et/ou de les remobiliser ailleurs. Comme quoi, ces annotations mobiles (les signets) ont aussi toute leur légitimité, tout autant que les annotations immobiles des marges ou des mots.

Toutes ces annotations sont très différentes de celles qui ornent mes livres de chevet de thèse, où il ne s’agit plus de chipoter sur un seul mot mais de comprendre ou analyser une phrase particulièrement intéressante ou pertinente. Ou, d’ailleurs, à manifester mon agacement quand je ne suis pas d’accord avec ce que je lis (qui ne recoupe pas forcément cette catégorie d’annotation puisque je suis plus dans l’ironie narquoise et/ou la rectification du tort fait à la science, of course). D’ailleurs, mes petites parenthèses dans le cœur de ce message (et des autres) ne sont que d’énièmes annotations linéaires, certes, mais omniprésentes.

Plus qu’une créature de Palimpsestes (je sais que je fais un heureux quand je cite Genette, rien que le titre), je suis une créature  de métatextualité (dis donc, comme ça sonne pédant ! C’est pour ça que je limite souvent les citations) dans le sens où l’annotation n’est qu’un commentaire paratextuel qui est lui-même l’origine de toute une théorie développée dans ma thèse (comme je dis à chaque fois, venez à ma soutenance, ça me fera peur/plaisir). Un peu comme une chenille qui redémarre, œuvre papier écrite/orale/retranscrite -> œuvre numérisée et annotations -> lexique 1.0 -> corpus multimédia numérique indigène -> lexique 2.0 -> statistiques fines -> aboutissement numérique (que je donnerai à imprimer physiquement avec une belle reliure) -> thèse papier avec un CD-rom (qui sera elle-même annotée, manuellement et/ou numériquement par diverses mains– c’est l’instant « accroche tes mains à ma taille/faut pas que la chenille déraille »).

 

Mise à jour : 14/12/12 : Après la rédaction de ce billet, j’ai continué à annoter devant l’enfant d’un universitaire. Je lui ai montré mon Trainspotting, qu’elle a regardé d’un air docte, et a dit « C’est marrant, papa fait pareil. Il écrit aussi dans les marges des livres. Moi, j’ai l’impression qu’il est pas d’accord, et qu’il corrige. » Ça m’a étrangement plu, cette interprétation de l’annotation.

 

Références :

Chatillez, E. (1988) La vie est un Long Fleuve Tranquille. [DVD] France : TF1 Vidéo

Jahjah, M. (2010) So Book Online [site internet] http://www.sobookonline.fr/ Dernière consultation : 14 décembre 2012

Sapphire, . (1996). Push :a novel. New York: Vintage Contemporaries.

Welsh, I. (2011). Trainspotting. London: Vintage.

Les photographies ont été commises à mon bureau de travail; on peut donc y apercevoir un Bescherelle ouvert et également orné de petits signets chamarrés.

 

 

  1. Ce qui n’a pas que des désavantages; je peux aussi me glisser entièrement dans ma peau linguiste, oublier mon rôle de lectrice, et résister vaillamment aux assauts mentaux des scènes les plus trash des deux opus. Bon, ok, j’ai peut-être un peu pleuré en lisant Push, et j’ai peut-être un peu résisté à une nausée montante en lisant Trainspotting, mais c’est rien en comparaison d’une lecture fervente au premier degré. []
  2. Pour des raisons évidentes et/ou techniques : une liste de courses manuscrite est faite pour être égarée et/ou laissée sur un bureau surchargé, et un journal papier sert souvent uniquement à être déchiqueté par des griffus qui ne comprennent même pas le concept de lecture. []