Archives par mot-clé : anglais

Parle-moi sale

Comme j’avais déjà commis plusieurs choses à ce sujet, j’interromps un peu la lignée de la Minothèse pour vous parler de Jason Desrouleaux, plus connu sous le pseudonyme « Derulo ». Monsieur Desrouleaux, pour ceux qui ne le connaissent pas, surfe sur du swaggysex musical hip-hoppeux comme j’aime, avec divers compères (en l’occurrence, avec 2 Chainz). En tant que linguiste et amatrice de belles chansons, j’ai été happée par les mystères de « Talk Dirty », une de ses dernières créations[1] dont je me propose ici de vous livrer une exégèse en trois parties comme on m’a appris à faire. Tout ceci servira à décrypter les mystères de la séduction telle que le romantique Jason nous les expose.

Je vais donc parler de Jason et du voyage, dans une extase exotique qui nous laissera, j’espère, pantois/es devant son talent. Je me penche ensuite sur la langue, puisqu’il est question de « parler sale » aux gens, lançons-nous à corps perdu dans la définition de Jason de la communication. Je finirai en parlant du sexe tel que Jason nous le décrit, avec son comparse 2 Chainz qui lui a fait l’amitié de participer à cette bien jolie description de l’amour physique en terres inconnues, sans Frédéric Lopez. Accrochez vos ceintures, c’est un peu long.

1. Emmène-moi (sans Alan Théo)

Le voyage avec Jason est une sorte d’expérience mystique, je pense. Jason est à fond dans la découverte, en grand amateur d’exotisme. Il ouvre néanmoins sa chanson avec une métaphore pas tellement sexyswag[2] :

I’m that flight that you get on, international

First class seat on my lap girl, riding comfortable

Jason est un avion, mais en fait, petite coquine qui a la chance d’attirer notre Virilou, tu es sa passagère, parce que tu vois, il est tout confort. J’imagine que dans la vraie vie, nous, êtres humains sans grâce, nous nous acoquinons seulement avec Boumbo, petite automobile… en comparaison, Jason est un 747.

D’ailleurs, son pote 2 Chainz nous parle de son gros avion qu’il a acheté avec ses gros sous (Bought a jet, what do you expect?)—enfin, peut-être. Les divers scribes urbains d’internet qui recopient les chansons interprètent le « bought a jet » comme « photogenic » et « Boat or jet » pour ces paroles, qui montrent à quel point ne pas avoir de version officielle est embêtant. J’entends plus « boat or jet », mais la diphtongue pourrait très bien être un truc afro-américain d’allongement de voyelle. Bref, de toute façon, 2 Chainz assure, puisqu’il figure dans cette chanson avec le Jason. Exit donc Boumbo.

En revanche, au niveau de la sécurité des douanes, on est pas au max avec les loulous.

I got lipstick stamps on my passport,

You make it hard to leave

Bon, donc Jason se fait tamponner le passeport de bisous, OK. Bien sûr. J’essaierai la prochaine fois.

Passeport
La sécurité des douanes laisse à désirer. Quid de la quarantaine sanitaire ?

Jason commence tout de même à saturer à un moment donné (I got lipstick stamps on my passport/I think I need a new one). Ah ça, à force, on a plus de place. Faut dire qu’il fait aussi un catalogue de destinations qui font rêver : New York à Haïti (j’ai trouvé des directs qui mettent seulement 4 heures) ; Londres à Taiwan (une bonne trentaine d’heures de vol, de quoi enregistrer une chanson et d’attraper au moins 3 numéros de téléphones d’hôte.sse.s de l’air), et un petit crochet par Meudon Rio, Jason ne manque jamais de nous faire quipher de la distance. Attention, pour les grands voyageurs, n’oubliez pas les bas de contention—Jason n’en parle étrangement pas, mais ça vous sauve la vie quand vous faites des vols de 8+ heures régulièrement[3].

Le clip regorge de beautés en lien avec la chanson. Pour ce qui nous intéresse ici, à savoir le voyage, on a des drapeaux dans l’intro, et des filles ethniquement ambiguës, à l’américaine. Je m’explique : pour essayer de toucher tous les spectateurs/consommateurs, il est fréquent d’avoir recours à des personnages non-identifiables immédiatement. Exit les blanches blondes aux yeux bleus, les rousses aux yeux verts façon Brave, on favorise plutôt le métissage dans ce clip, qui présente deux femmes noires (métisses ?) et plusieurs jeunes femmes aux cheveux et yeux noirs, plus ou moins bouclés, elles-mêmes plus ou moins typées asiato-hawaïo-brésilo-afro-arabes (voir à ce sujet le concept d’« ascriptive mulattas » de Sharpley-Whitting). En aparté, je me réjouis assez que, pour une fois, les femmes noires n’ont pas les cheveux tout lisses rablondis (qui sont très fréquents dans le clip de hip hop). Quoique. Nous avons quand même une dame rablondie contre-exemple, pour qu’on soit pas tout perdus dans les paradigmes qu’on connaît si bien de la video hoe. Ce terme n’est pas de moi ; il désigne toutes les petites dames qui ne servent qu’à être de petites dames de clips, dans la séduction. Pharell nous en avait régalé les yeux dans son Lapdance.

Rablondie
Sentir l’épaule des gens n’est socialement acceptable que dans une pièce jaune.

L’exotisme des petites dames se traduit dans leur tenue, brésilienne (mais pensez Brésil du carnaval, bien sûr, pas la mère de famille qui rentre chez elle avec son cartable de boulot) ; mais aussi orientale dans le sens « entre le bassin méditerranéen et le Pakistan » : c’est de l’Orient exotique, pas un cours d’histoire-géo, du coup on a une danseuse entre tissus indiens et ceinture à piécettes de danse orientale. Peut-être suis-je sévère avec lui, mais Jason embauche des figurantes pour consensualiser le plus possible le pauvre spectateur (qui n’en demandait pas tant).

Je ne ressemble pas du tout à ça quand je mets mon gros pantalon, je suis déçue.
Je ne ressemble pas du tout à ça quand je mets mon gros pantalon, je suis déçue.

Passons maintenant à la communication : on a vu que Jason est une sorte d’avion de chasse supersonique à faire groover les doudous des dancefloors[4], et qu’il voyage assez pour justifier l’achat d’un coussin-boudin de cou, pour dormir tranquille en première classe.

Je vous invite donc maintenant à examiner la façon dont Jason communique, dans une seconde partie beaucoup plus courte que la première…

2. Parle-nous (sale)

Been around the world, don’t speak the language

But your booty don’t need explaining

All I really need to understand is

When you talk dirty to me

La thèse de Jason, dans cette chanson, est la suivante : peu importe de quel pays tu viens, tant que tu parles à Jason, détenteur d’une carte Grand Voyageur SNCF . Et que tu lui parles sale. Jason ne parle qu’anglais, mais à l’image d’un Jacques Derrida avec plus de bling bling autour du cou, il « ne parle qu’une langue, mais ce n’est pas la [s]ienne »[5] : il parle avec son corps. Et il aimerait bien que les corps des dames lui parlent aussi. C’est l’accroche du refrain (qui consiste à répéter « Talk dirty to me »).

De toute façon, la conquête du moment de Jason ne le comprend pas (You know the words to my songs/No habla inglés) : pas grave, tant qu’ils communiquent. Et puis la dame est déjà conquise puisqu’elle connaît toutes les paroles de Jason (Pro-tip pour les intéressé.e.s : vous pouvez lui claquer un petit « Wiggle wiggle wiggle », ça suffira).

Jason et 2 Chainz mélangent d’ailleurs allègrement les langues, malgré ce qu’ils affirment. Y’a de l’alternance codique à tous les niveaux, 2 Chainz se présente en espagnol (Dos Cadenas, close to genius) ; et Jason, se fend d’un petit compte en espagnol (on dépasse pas le « cuatro », on est niveau A1 du CECRL) et surtout d’une petite expression en français. Non, pas « voulez-vous coucher avec moi ce soir ? » qui aurait pu coller, non. Évidemment, si c’est pas celle-là, c’est l’autre : « ménage à trois ». Prononcé « ménage à three », que je n’ai pas comprise, même au bout de 150 écoutes—et utilisé comme un verbe : we can ménage à trois/three, though. Les possibilités linguistiques sont sans fin : où mettre les morphèmes grammaticaux ? « Michael ménages à three OU ménage à threes with Jane and Kate » ? Quid de « ménage à trois » ? Ca donnerait « Karen ménage à troises quite often » ? Je serais tentée de coller le –s à « ménage », mais ça nous ouvre un boulevard de possibles, cette expression.

Une token-cruche ouvre la chanson (et la referme) dans la plus pure tradition de la harangue de début de chanson. C’est une pratique qui consiste à faire l’appel pour être bien certain de qui va chanter, et, à mon avis, pour que quelque auditeur/ice sache que c’est Kéké Roulette qui va interpréter une chanson dans son autoradio alors qu’iel est coincé.e dans les bouchons.

Bref, la chanson populaire grouille d’exemples, comme Lady Gaga qui dit qu’elle est là puis cite Red One, son producteur, dans Just Dance ; on peut aussi avoir une harangue-générique de chanson, avec Krazy de Pitbull et Lil Jon, qui s’entre-citent et qui disent aussi le nom de leur producteur, Federico Franchi. Un jour, je parlerai du rire-de-début-de-chanson, que je trouve magique dans la chanson Gettin jiggy wit it, où Will Smith enchaîne « HAN HAN » virils et héhé hawhaw pas du tout Actors’ Studio dans les dix premières secondes.

Pour en revenir à Jason, la dame de l’intro a un accent étranger quand elle dit d’abord le nom de notre star, que l’on perçoit dans le « Derulo », où le /r/ devient une sorte de glissée plus proche de /w/[6].

La token-cruche sert à montrer que, même si elle parle pas la langue de Shakespeare parfaitement, elle va nous parler exotique (avec son accent) de notre plus beau grand voyageur. Au cas où on aurait pas bien compris le nom de Jason, elle le répète : « Jason… [rire cruchesque] Jason Derulo ». OK, mais en plus, on a le nom de nos deux artistes à l’écran, pour qu’on soit tous certains de bien regarder du Jason, et non pas le dernier hit de Gérard Klein, par exemple. Elle clôt aussi la chanson par un « Ouatt ? A donadestène ! » qui est, vous l’aurez bien compris, « What? I don’t understand » suffisamment mal prononcé pour faire étranger-séduisant, mais pas assez pour faire ‘élève de 5è en premier séjour linguistique’.

Enfin, je fermerai cette partie avec une transition toute trouvée. Jason manie le sous-entendu avec une sorte de mélange entre puritanisme et gouaille level Tonton Pétaud (mais si, l’oncle qui ferait passer Patrick Sébastien pour une maman de publicité pour les érythèmes fessiers). Dans un curieux caché-dévoilé, il tente de faire du mi-discret avec des expressions qu’on voit arriver à 100 km à la ronde. Exemple d’échec d’euphémisme :

Our conversations ain’t long

But you know what is

Ah non, Jason, justement, je ne sais pas ce qui peut être long… J’ai cependant bricolé une liste d’hypothèses. Je propose que Jason et sa conquête trouvent long.ue.s :

  • la queue des toilettes, ou celle du vendeur de kebab/burritos à côté de la boîte.
  • Le moment malaise où, le lendemain matin, la conquête proposera une boisson chaude à Jason, mais en fait, il pensera qu’à Dunkerque, on boit du mezcal au petit déjeuner. Il fera donc un sourire gêné, et goûtera du bout des lèvres en envoyant un SMS discret à son pote 2 Chainz « Salut t’es où truc de fou je goûte du « chicaurrey », c’est 1 boisson locale c’est dégueu mais typique j’en ramène à Oprah LOL bisous »
  • Le coup de fil du manager de Jason qui l’engueulera en disant « mais dis donc, t’es où, on t’attend depuis une heure pour faire les balances avant ton concert de ce soir, t’exagères on a retrouvé ton écharpe et tes gants dans la loge mais magne-toi, sinon on te bookera plus qu’en première partie de Coolio[7]… »

Le suggéré de la lourdeur est un problème qui touche souvent la musique, et le hip-hop en particulier. Au débotté, je peux citer Snow qui intitula un album « 12 inch of Snow », un jeu un peu gracieux entre la taille du disque (12’’, la taille normale d’un LP), que l’on convertit en 30 cm en système métrique et la taille, vous l’aurez bien compris, du pénis de notre ami. Oui, Jason, on a bien compris que ton éloquence est moindre que la taille de tes corps caverneux, et Snow, merci de nous coller 30 cm de Snow dans… les oreilles, c’est sympa. J’ai essayé de chercher un groupe ou une artiste féminine, ou non-binaire qui nous ferait un équivalent, mais après avoir écumé le hip hop et l’électro, je ne trouve rien d’aussi vulgaire. Oui, on a un album « Fatherfucker » de Peaches, mais ça arrive à la cheville des 20 cm de conversations. Je peux néanmoins me tromper, et si vous avez des références, je prends.

Snow
Voilà voilà. Notez la chemise à carreaux autour de la taille. Ça, les jeunes, c’était la classe en 1993.

3. Monte là-dessus, tu verras Montmartre (Jason et le sexe)

Got her saved in my phone under « Big Booty »

C’est une partie que j’aime bien, pas à cause du sens général (dans cette partie, on nage dans la craspouille assumée de Jason et de son ami), mais à cause de la symbolisation de la femme à ce qui marque le plus. Elle n’a pas de nom, Grosses Fesses ; mais on la reconnaît grâce à cette particularité physique. On est pas du tout dans l’abolition glorieuse du fat-shaming, ici, on est dans une démarche complètement consommatrice du corps de la femme et à sa réduction dans ses Grosses Fesses, si je puis dire.

Her pussy’s so good I bought her a pet

Là, c’est le moment où je lève les bras au ciel et où j’ai envie de partir en courant. Si je suis correctement la chaîne de pensée de 2 Chainz, j’ai une glose étrange, surréaliste et certainement fausse car trop littérale de cette chanson : la flore bactérienne de la dame est particulièrement sympa, et/ou ses performances au lit sont exceptionnelles. Du coup, la dulcinée mérite un cadeau, et ce cadeau, c’est un petit animal de compagnie.

En tant que propriétaire d’une horde féline, je suis sceptique.

En tant que férue de chansons populaire et de hip-hop, je suis sceptique.

J’ai donc été voir du côté de Rap Genius, qui m’éclaire sans tout à fait expliquer la chose. Trois interprétations cohabitent. Nous sommes tous d’accord, les contributeurs et moi, sur le fait que Grosses Fesses assure tellement que 2 Chainz se doit de lui offrir une preuve de son attachement du goumi. L’un comprend aussi le coup de passer dans une animalerie (réponse avec 5 votes positifs, au 3/2/16), sauf qu’évidemment, l’animal proposé est une chatte parce que haha.

L’un comprend un animal de compagnie métaphorique pour occuper Grosses Fesses quand 2 Chainz n’est pas là, donc un godemichet[8]. Le troisième propose un truc beaucoup plus éloigné : 2 Chainz aurait carrément acheté une voiture avec un logo en forme d’animal (comme par exemple une Ferrari et son cheval, ou une Lamborghini et son taureau), dans une sorte de synecdoque. C’est même l’interprétation préférée des utilisateurs de Rap Genius.

Maintenant, si j’étire la phrase et ses interprétations, je vois…

Scénario 1 :

2 Chainz part de Quincampoix, après sa tournée triomphante en Normandie. Il laisse un petit mot à sa belle, Grosses Fesses Monique Bélouque : « merci pour ces nuits, je te laisse, je dois repartir à Villeneuve-Saint-Georges bisous, Tauheed[9]. P. S. : Voilà un cadeau en signe de reconnaissance pour le torchon de Grand-Quevilly que tu m’as fait découvrir :3 ».

Là, il lui colle une clef de bagnole et pouf, c’est effectivement une Lamborghini avec toutes les options qui attend la dame sur le parking.

À la louche, j’imagine qu’un grand artiste fait une centaine de dates par tournées, dans au moins 90 villes. Bon, j’ai vérifié, 2 Chainz n’a que 6 dates de concert annoncées en 2016, rien que pour février. Un tour sur Autoplus me montre qu’une Lamborghini ou une Ferrari neuve (on imagine qu’il n’est pas cheap, quand même) se vend en gros à 300 000€ pour les modèles coupés (parce qu’on n’a pas besoin de 4 places quand on voyage avec 2 Chainz, j’imagine).

Disons donc 6 concerts dans ses « sold out arenas » (où il est tellement populaire qu’il ne reste même plus de places aux petits revendeurs à la sauvette devant les salles de concert) = un budget d’au moins deux million d’euros pour ses conquêtes tous les mois, s’il se contente d’une seule fan par concert, et qu’il ne réserve ses cadeaux qu’à elles. Mouais. Même s’il se fait des réserves de Lamborghini ou de Ferrari « au cas où », comme d’autres se font des réserves de préservatifs, j’y crois quand même peu.

Scénario 2

2 Chainz part de Quincampoix, après sa tournée triomphante en Normandie. Il laisse un petit mot à Grosses Fesses Kathy 2 Neuve « merci pour ces nuits, je te laisse, je dois repartir à Villeneuve-Saint-Georges bisous, Tauheed P. S. : Voilà un cadeau en signe de reconnaissance pour le torchon de Grand-Quevilly que tu m’as fait découvrir :3 ».

La note est posée sur une cage avec un hamster dedans.

Ah là, c’est vrai que ça a peu de gueule. Je vois la fille regarder sous la cage, la soulever et l’inspecter un peu, le hamster qui la regarde, un mini collier en or autour du cou.

Elle l’appellera Gloupi, et ils vivront heureux ensemble pendant 3 belles années.

J’ai mis tout mon cœur dans cette image. Source : Wikicommons.
J’ai mis tout mon cœur dans cette image. Source : Wikicommons.

Pardon au vrai possesseur du vrai Gloupi[10].

***

Je vais traiter d’un coup deux citations de 2 Chainz, qui serviront d’amorce de conclusion à cette étude :

Sold out arenas, you can suck my penis […]

et le très inspiré, trois vers plus loin :

International oral sex

Qu’est-ce qui se passe, les mecs ? Peut-on se permettre de dire « j’ai réussi ma vie, tu peux donc sucer mon kiki », comme d’autres se permettent de nous dire « vous avez cliqué ici, vous pouvez retirer le périphérique USB en toute sécurité » ?

"T'as vu, j'ai une nouvelle ceinture !"
« T’as vu, j’ai mis ma nouvelle ceinture ! Elle est là ! »

2 Chainz accompagne ces paroles d’une sorte de geste très ample, saisi dans cette capture d’écran, où il donne simultanément un coup de rein et laisse tomber son grand bras droit, paume ouverte, sur la tête d’une personne dont le visage serait donc hypothétiquement à 20 cm de la braguette de l’individu.

Ca, les gars, je dis stop. Parce que je vois aussi ce bras vers le ciel ; mais qu’est-ce que tu fais, 2 Chainz ? De l’air guitar sans jamais avoir vu de guitare dans ta vie ? Un signe de la main à Jason ? Un dance move peu élégant, pour cacher le fait que, si tu faisais juste ton geste vulgaire, tu ressemblerais à Tonton Pétaud et pas du tout à un rappeur, donc faut faire un truc symétrique inversé pour la dynamique du clip ? Tu hèles un taxi, parce que tu te rends bien compte que ces petites provocs à deux balles vont plutôt déchaîner les coénonciateurs qui viendront te péter les rotules ?

Quant à cet « international oral sex », c’est quoi ? Parce qu’on utilise la langue ? Êtes-vous donc, à l’instar de ce groupe bien connu par les gens de ma profession, des CunninLynguists[11] ? Est-ce qu’il y a des mad skillz sexuels polyglottes ? A mon avis, les garçons, on surfe surtout sur le fantasme de la dame exotique, mais est-ce bien raisonnable ?

DéceptionJZ
Leur tête quand, à Noël, leur famille décide de regarder le clip et que les plus vieux commentent.

Là, ça tient quasiment plus du défoulement obscène (comme quand on lâche une bordée d’insultes à l’encontre de la table basse du salon) que de la création d’une œuvre qui donnerait suffisamment envie de se rouler dans le stupre avec Jazzzon et 2 Chainz. Ou alors, comme des poètes du gonzo chanté, ils font des vignettes érotiques sans trop d’histoire : on se présente au début, et on espère que la notoriété pallierait l’incompétence linguistique ?

De toute façon, on l’aura bien compris : Jason et 2 Chainz nous demandent de parler sale… en nous parlant sale.

  1. Même si le silence après du Jason Derulo est quand même du Jason Derulo, il a osé sortir « Wiggle » après cet opus. Et « Want to want me ». Je suis très en retard sur la publication de ce billet. []
  2. On peut le dire à l’envers, aussi. []
  3. Ce qui n’est pas mon cas, le Paris-Rouen demande peut-être un certain sens de l’aventure, mais niveau circulation sanguine, on est tranquilles. []
  4. Les mâles des divas du dancing. []
  5. Pardon pour l’acrobatie textuelle, j’essaye de me raccrocher à du connu même quand je gaudriole sur des chansons. []
  6. Appel à toutes les unités d’acousticiens et de phonéticiens : une bonne solution pour ne pas aplatir la voix quand essaye d’enlever musique et instrumentations sur des chansons, pour ne garder que la piste chantée ? []
  7. Pour les non-intiés, Coolio a réalisé Gangsta’s Paradise, quasiment un hit unique. Les vrais puristes connaitront aussi « 1, 2, 3, 4 », l’un de ses autres singles, le tout sorti au siècle dernier. Depuis, Coolio est certainement devenu champion de sudoku. Une recherche Google suggère que je suis perfide, puisqu’il a une émission de cuisine, « Cookin’ with Coolio ». Matez la chute du <g> remplacé par une apostrophe, on est trop dans le hood des hachis parmentier là. []
  8. Pardon pour cette phrase, maman ; mais enfin, que fais-tu sur mon blog ? []
  9. Le vrai prénom de 2 Chainz. []
  10. Voilà pourquoi il ne faut pas mettre de photos des siens sur internet, les enfants. []
  11. Vrai groupe de hip-hop aussi ; j’estime avoir reçu environ 4 932 liens vers des trucs des CunninLynguists depuis que j’ai dit « je vais faire un mémoire de linguistique ». J’ai ri au moins les 35 premières fois où on m’a dit « tiens, je vais te faire découvrir un truc HAN HAN HAN ». []

Panique dans le dictionnaire

La tentation est facile : le Merriam-Webster, nous propose dans sa liste des mots les plus drôles (funny-sounding donc bim, linguistique de la perception !) et les plus intéressants le mot « diphtongue » (diphthong en anglais, à la graphie encore plus marrante), assortie de l’illustration suivante, qui plongea la communauté phonéticienne[1] que je connais dans un amusement un peu effaré :

Il y a une ligature entre le a et le e, on dirait un truc qu’on prononcerait « a-hé » genre « ta robe est ærienne », ce qui m’évoque les paroles du refrain de « ɶ, œ, capitaine abandonné ». Mais tout le monde sait bien que ça ne marche pas comme ça. Enfin, tout le monde…

Pour le non-phonéticien en toi, cette lettre, æ, est le symbole de l’alphabet phonétique international[2] pour le a de cat, en anglais. On est d’accord, cat, ça se prononce en un seul bloc, sans changement de qualité de quoi que ce soit. Même pour qui a toujours eu 3 de moyenne en anglais, ce qui ne devrait PAS être le cas de Merriam -Webster, right ?

D’autant plus que certaines variété de l’anglais ont des triphtongues (fire, /ˈfaɪ̯ə̯/), et quand je dis « variétés de l’anglais », je pense très fort à « Received Pronunciation » anglaise[3] donc pas particulièrement une variété parlée par deux ploucs sur une île.

Du coup, je serre mes petits poings très fort, et me pose les questions suivantes :

– La phonétique est-elle donc un art voué à perdurer dans le cœur d’une frange minuscule de linguistes, à qui, apparemment, même les LEXICOLOGUES jettent des cailloux ? Non que j’aie quoi que ce soit envers les lexicologues, c’est ce que je voulais faire quand j’étais petite[4] mais que des linguistes qui écrivent des définitions de mots assorties de leur prononciation ne connaissent même pas les rudiments de la phonétique, ça me dépasse.

– Merriam-Webster emploie des stagiaires rémunérés « à la win » pour écrire ses articles ? Des  enfants de 8 ans, qui veulent eux aussi devenir lexicologues, et qui ne prennent pas la peine de lire la seconde partie de la définition du mot « diphthong » en anglais, à savoir : « la ligature de deux monographes, a et e en æ ou, comme ce qu’on a en français, le œ que l’on trouve, par exemple, dans « cœur » » ?

Eh oui, le M-W n’est pas dans le tort, mais l’Oxford English Dictionary précise tout de même que cet emploi du mot « diphthong » est incorrect (et on lui préfère le mot ligature; certains appellent même ces monophtongues-représentés-par-des-digraphes comme…ça, « monophtongue représenté par un digraphe » ou « diphtongue incorrecte »).

Du coup, le phonéticien est rassuré, mais pas ma lexicologie. Pourquoi confondre son et graphie ? Qui est encore dupe au point de penser qu’on a un système d’équivalences plus ou moins exactes entre les deux ? Qui lisai-je, Ong, ou Goody, voire Gadet, qui disait encore une n-ième fois cette observation complètement banale, mais finalement peu déconstruite ?

Où je pars sur la graphie…

Allez, anecdote perso : quand j’étais petite, on faisait les malines avec une camarade. On était seules dans la classe, donc on a joué à la maîtresse, et elle a écrit mon nom en gros au tableau. Ma camarade, avec un nom complètement graphonormé (hah !), disons Simone[5] ou Karine, m’a écrit « Lora ». J’ai dit « oh là là, on se calme, on boit frais, petite, c’est quoi cette horreur ?? »; et elle était comme deux ronds de flan quand je lui ai expliqué la magie du <au> pour /o/. Après, j’ai voulu pousser le truc et lui dire « Regarde, eau, E-A-U, /o/, c’est magique ! », mais la sonnerie de la récré a retenti, donc on a effacé les écrits mais… pas fini cette conversation.

 

C’est un peu le déclic grâce auquel j’aime tant les graphies, en fait. Chacune dit quelque chose, et les résumer à une bête équivalence exacte au son est réducteur, et triste. Certes, c’est l’un des derniers (le dernier ?) seuil d’une langue, bien postérieur à l’oral, mais la graphie est une science finalement un peu exploitée–quand je vois des livres à la Catach, je suis un peu contente, mais cette perspective normative et standardisée est en fait assez stérile. C’est la raison pour laquelle je travaille sur les graphies alternatives, qui sont riches de couches sémiologiques différentes, pour peu qu’on s’y penche.

 

Bref, pas taper sur le langage SMS, mais surtout, par pitié, utilisez le mot juste. Une diphtongue est un di-son, pas un di-graphe. Si je suis d’accord pour déconstruire l’orthographe, je ne suis pas d’accord pour déconstruire la sémantique de termes techniques.

Tenez, je vous mets de mini-références, au cas où :

  • Catach, N. (1978). L’Orthographe. Paris: PUF.
  • Gadet, F. (2007). La variation sociale en français. Gap [France: Ophrys.
  • Goody, J. (1977). The domestication of the savage mind. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Ong, W. J. (1982). Orality and literacy: The technologizing of the word. London: Methuen.

 

 

  1. Merci, d’ailleurs, communauté phonéticienne et surtout Grande Personne qui m’a envoyé ce mail nocturne mais bienvenu. []
  2. On rigole assez peu avec l’API, en fait. Je passe sur l’histoire douloureuse de l’inclusion ou non de certains symboles et les débats de phonéticiens foufous. Et sur leur blague sur ça : Support adding 'double-dot wide-o' to the IPA. [Nasal ingressive voiceless velar trills are cool.] []
  3. si tu mets la BBC dans ta télévision, tu tomberas sur du RP à gogo. Enfin, avant qu’ils nous mettent des présentateurs ethniques genre gallois ou écossais qui font rien qu’à nous saloper le Bon Accent. []
  4. Authentique. Enfin, je voulais être grammairienne, mais dans ma tête, c’était un peu pareil. []
  5. Impossible de me souvenir de son prénom. Mais… Impossible de trouver des prénoms graphonormés, c’est-à-dire avec une équivalence parfaite son-graphie, sans <e> muet, sans digraphe à la <ch>…  []

Chercher la fille — Trouver son nom

En cours, j’ai eu droit à une question très intéressante : le cas des adjectifs genrés nationaux ou ethniques en anglais.

Comme Latino/Latina qui est, je le rappelle, péjoratif à vaguement injurieux, suivant où on se trouve et à qui on parle : c’est nous les Français qu’on a inventé le terme « Amérique Latine », récupéré en anglais en Latin America. C’est aussi une façon un peu facile d’écraser toutes les cultures du Mexique au Chili, et de dire « Marc a une grand-mère brésilienne donc il passe forcément sa vie dans des bodegas à se goinfrer de chimichangas ». 

Filipino/Filipina est également concerné, soit deux mots d’origine espagnole, repris dans leur dualité homme/femme en anglais.

La différence entre ces gentilés et les autres qui s’accordent aussi en genre (comme Frenchman/ Frenchwoman), c’est le fait qu’eux, on peut les utiliser en adjectif. On dirait « a brave Englishwoman » (bien que ça sonne un peu étrange, je trouve), mais pas l’inverse,  « * a Scotswoman bravery », « un courage d’Ecossaise ».

Et encore, je tire un peu sur la cordelette, il me semblerait beaucoup plus naturel d’écrire  » a Scots/Scottish woman » ou « an English woman », alors que « Englishman » ou « Scotsman »[1] passent beaucoup plus naturellement. Et quid des noms comme « a Finn » (un Finlandais), ça devient « a Finness » ? Evidemment que non. C’est « a Finn woman » épicétou.

La meuf est donc reléguée à une sorte de plan un peu flottant, elle a son gentilé, mais en gros, on amalgame pas, on la laisse dans son identité de femme; ça devient intéressant, et drôle pour les adjectifs comme latino-a et filipino-a.

On imagine sans peine des « Filipino/Latino men » et des « Filipina/Latina women ». Mais peut-on subvertir le genre de ces mots, et avoir des « Latino women », des « Filipina men » ?[2]

La réponse (je suis mauvaise en suspens) est évidemment « oui mais pas vraiment en fait[3] « .
Nous sommes en présence d’un adjectif courant, « latin/o/a » et d’un moins courant, « filipin/o/a ». J’ai donc fait mes petites recherches sur le COCA (Corpus Of Contemporary American (English)) pour avoir le cachet d’un gros corpus; il me semble qu’entre lui et le BNC, ou British National Corpus, j’aurais plus de chance avec le COCA vu les utilisations de Latino/Latina. J‘ai aussi fait mes petites recherches sur la toile au volant de Google, mon destrier préféré.

Comme je n’oublie jamais mes chères études, j’ai aussi tenté de voir qui utilise les formes féminines de nigger/nigga et de negro, qui sont nig(g)ette et negra–c’est un sujet qui me plaît bien, j’ai remarqué l’apparition de plus en plus commune de ces lexèmes ces derniers mois. Donc…

I- Latino, Latina, les plus courants

Sans surprise, ce sont les expressions « Latino man/men » et « Latina woman/women » qui partagent la part du lion. 80 L men, 35 L man et 47 L woman (plus les 63 L women), ce sont les expressions les plus courantes. Tout le monde est bien genré, les garçons latinos et les filles latinas, tout le monde est content[4] .

La « Latino woman » existe (10+29 occurrences); mais le concept de latina man est… inconnu au bataillon. Sur Google, on a des « Cosmo Latina- Man Code » (certainement pour réussir à comprendre pourquoi il vous rappelle pas après deux rencards); et des résultats un peu rock’n’roll comme le poétique « oldspunkers slut sex it out with latina man » (que j’ai envie de traduire par « salope (qui aime?) les vieux spermeurs fait du sexe avec un homme latina »). J’ai dû arrêter mon investigation à ce moment-là, non par probité mais parce qu’aucune vidéo n’avait un titre aussi charmant. Je vote donc pour une sorte d’emballement de la part des concepteurs de mots-clefs qui se sont dit « on va tout mettre ensemble, vas-y, c’est bon, « partouze vieux cuir milf zizi latina » y’aura forcément quelqu’un qui tapera ça, ah et pis rajoute fente, c’est vendeur ». Manque de bol, on tombe sur l’enfilée de mots-clefs[5] même en ne tapant que « latina man ».

On genre donc les populations dans nos petites boîtes bien préconstruites de « c’est un garçon, il va avoir du latino », « c’est une fille, on lui colle du latina », mais on a aussi des latino woman, quand on considère l’adjectif comme plus ou moins sédimenté dans sa forme masculine. C’est une sorte d’étape ultime, on a eu Amérique Latine > latinoamericano (en espagnol) réduit en Latino/Latina en anglais, puis (j’imagine) gardé au masculin et on retombe dans une préconstruction confortable d’adjectif par défaut masculin.

 

II – Filipino, Filipina

 

Bon. Comme j’aime bien toutes les langues, je fais un petit détour hors-méthodologie pour vous parler un brin du tagalog, cette sympathique langue parlée aux Philippines, aux accents hispanisants et ô combien sympathiques. Je vous joins même le clip des Black Eyed Peas, qui ont eu la bonne idée (je trouve) de nous faire une petite chanson en tagalog à cause de leur membre apl.de.ap. Cette oeuvre est sobrement intitulée « Bebot » (qui veut dire « jolie fille »), et m’oblige à faire une petite exégèse :

Résumé de l’intrigue du clip : en très gros, on a droit à une intro bien stéréotypique avec la maman filipina (vous voyez, j’en mets quand même) d’apl.de.ap qui parle très fort, veut faire manger du poulet adobo aux potes de son fils (le sous-entendu : la dame, elle passe sa vie à la maison donc elle devient ouf guedin et elle fait du poulet non-stop pour ne pas virer American Psycho sur sa famille), puis fait, comme toute petite maman agaçante mais gentille, des réflexions sur « descends ton t-shirt, remonte ton pantalon, tu t’es lavé les dents, amène ta petite soeur avec toi » le tout à 180 dB. Les autre Black Eyes Peas échangent des regards genre « Ghislaine, c’est pas tout ça mais tu nous fais flipper, vivement qu’il finisse d’enfiler son slip l’aut’ qu’on se khâsse ».

Maman filipina
Je peux vous dire, confrontée à ce petit engin, j’aurais jamais moufté.

Évidemment, une fois sortis de la maison, on se rend compte que les Filipinos (hah !) sont en fait une bande de joyeux lurons qui font des fêtes à 150 dans le living de 50 m² (c’est quand maman est sortie faire des provisions de poulet, à mon avis), expriment leur fierté nationale dans des t-shirts et des plaques d’immatriculation aux couleurs de leur pays, bref, c’est du n’importe quoi un peu bon enfant. On a aussi droit à une version « génération 1 », disponible ici. Les BEP s’acharnent à nous montrer les Filipinos en 1936, donc la 1è génération (Houston, je crois qu’on a un problème. Ou alors les Philippins made in Black Eyed Peas comptent une génération tous les 70 ans), une époque où existait la ségrégation, mais aussi des tripots dans Little Manila, en Californie, où on apprend qu’en fait, les Philippins avaient déjà inventé le scratching sur gramphone ET maîtrisaient la break dance. Y’a aussi des coquines blanches comme Fergie qui font rien qu’à aguicher le Philippin[6]. Observez aussi la descente des policiers en carton, qui viennent une seconde mettre un peu de suspens, mais en fait non, t’inquiète, le plan d’après, tout le monde est tranquille pépère en train de quipher la vaïbz au Rizal Social Club.

Bref, merci l’histoire vue dans des clips de musique à la mode. La prochaine fois, je vous parlerai de l’évolution des droits des femmes dans les clips de 50 Cent et Snoop Dogg.

 

Bon. On en revient à Filipino/a. Déjà, je m’attendais à une fréquence bien moindre, et à des rapports tout aussi genrés que pour Latino/a. J’avions point tort, l’ami. Le Filipino man (6-16) est bien représenté; mais chez les femmes, c’est Filipino woman (16-14) qui l’emporte haut la main, d’où la confirmation de mon hypothèse de départ : une fois qu’on a bien cerné le groupe social, l’adjectif le plus utilisé est le masculin. La Filipina Woman existe, mais est rare (2-10). Est-ce parce qu’elle est moins féminine que la Latina, et du coup, moins chargée de fantasmes ? (là, je repense à la maman filipina et je compare avec Santana de Glee… Mouais.). Un tour rapide sur Google Images m’a fait comprendre : quand on tape « Latina » seul, le point-bikini (quand on a plus de photo de visage gentil, mais d’un corps) est nettement plus vite atteint qu’avec « Filipina ». Je vous rassure, on a quand même droit à des Philippines décolletées, mais c’est au moins la 7è image, autant vous dire que ça fait loin en Google Image.

Le Filipina man n’existe pas sur COCA (ni sur le BNC); on trouve des « Filipina man » sur Google, mais dans des syntagmes un peu étranges comme « Filipina Man Hunt », où en fait, c’est une Philippine qui cherche le garçon. On est plus dans le porno, mais plus dans la recherche de partenaire, et du coup, on nous donne du « Filipina man », notamment sur un site russe qui nous expose « Quickly, so do not filipina man worry then plunged into boys to let me stay. ». Je reste perplexe. On dirait que l’énonciateur nous dit « vite, vite, signe-moi mon visa et faisons l’amûr pour ne pas virer ta cuti pour me garder ! ». Je vous laisse interpréter la citation; je pense qu’en fait, il y a beaucoup de résultats en anglais, pas forcément écrits par des anglophones natifs…ni par des humains, comme les mots-clefs pornos.

 III – Féminisation du groupe ethnique : nig(g)ette, negra et les divas

Encore une fois, donc, on a une tendance vers la masculinisation de l’adjectif. Mais, mesdames, rassurez-vous. On a aussi parfois des néologismes inverses, dont les féminisations de nigga et nigger. En très gros, pour reprendre cette citation de Tupac qui fait toujours un flop en conférences, « Niggers was the ones on the rope, hanging off trees. Niggas is the ones with gold ropes, hanging out at clubs.”. Je ne commente pas le caractère hautement afro-américain de la syntaxe de la phrase qui m’enthousiasme, mais en gros, on a une resémantisation de nigger = le mot le plus injurieux de la langue anglaise vers nigga, le mâle plus ou moins alpha qui expose son swag et vit dans le hood. Le nigga est la repossession positive dans certains milieux du terme nigger, et si l’utilisation injurieuse de « nigger » est réservée aux non-noirs, « nigga » est, lui, réservé à la communauté.

Si vous avez tout bien suivi, le nigga est donc quasiment forcément un homme. Mais le soir, à l’heure où les grands fauves vont boire, il lui faut bien de la zouz, non ?

Nigga est de viril à hyper viril, donc il fallait lui inventer une dérivation féminine. J’imagine que toutes les caractéristiques de la copine-de-nigga dans le sens « femme alpha » sont résumées dans cette chanson, My Chick Bad de Ludacris en duo avec Nicki Minaj. Y’a qu’à voir, « elle est si bonne que tous mes gars veulent la poutrer » (My chick so bad the whole crew wanna bone her— elle est donc très jolie), « elle […] gère l’alcool » (She rides that dick and she handles her liquor –donc elle fait la fête), et, dans la bouche de Nicki herself, en très gros, elle refuse de faire amie-amie avec les autres nanas, forcément moins bien qu’elle, et elle a des tendances sociopathes (elle veut jouer à Freddy les Griffes de la Nuit– et c’est elle Freddy).

Nicki Freddy
Pourquoi un pentacle ? Parce que je tire l’image d’un site d’illuminatis qui font une exégèse très rigolote et complètement cosmique du clip.

Humour à part, je suis très intéressée par cette repossession du pouvoir viril par les femmes, et je trouve cette chanson assez représentative de ce genre d’expression de sa puissance (d’agir, je l’ai DIT). On nage dans le performatif à gogo, et je vais certainement écrire dessus de façon plus scientifique et moins décousue–comme on me l’a fait remarquer, c’est pas tant Ludacris qui dit « debout les filles, vous êtes toutes des machines au sex appeal ++, sociables, dominantes et vaguement méprisantes des autres cagoles », c’est un mouvement général de l’Afro-Américaine-pendant-du-nigga qui écrit de plus en plus « les gars, pousse-oit que je m’y mette, je suis une bad bitch, une vraie nigette ».

On a donc la nigette ou la negra, ou femme du ghetto (selon l’Urban Dictionary).

Là, les gros corpus ne peuvent pas m’aider : c’est le genre de néologismes pas du tout entrés dans une langue courante, donc voyons ce qu’en dit le vernaculaire…

Première surprise : nigette et niggette ne sont pas seules. On a aussi Nigess, les trois pour des « femmes afro-américaines du hood ».

La negra est un peu plus ambivalente : déjà, à cause de la proximité avec l’espagnol, on a des surnoms affectueux pour les femmes qu’on aime bien à Porto-Rico. Le problème, c’est que cette féminisation entraîne aussi une sorte d’effet Kiss Cool raciste au carré : déjà, les gens non-noirs qui utilisent « negro » ou « nigga », c’est très suspect. Mais la « nigette » est parfois un homme noir (qu’on dépossède de sa masculinité par l’adjonction du suffixe féminisant -ette)…vu par des racistes. Les mots connexes de l’Urban Dictionary contiennent des injures à la « porch monkey », et je vous passe les mèmes racistes et les stéréotypes immondes. Oh puis non. Je vous laisse imaginer ma rage en cherchant ces horreurs– pour bien comprendre, le stéréotype les plus souvent associé aux Afro-Américains est le fait de manger du poulet et de la pastèque (aliments peu chers), entre autres.

Quand ça m’énervera moins profondément, j’aimerais faire un article sur les racistes et ces stéréotypes, mais pour le moment, je vote juste « junk » sur ces images racistes et je reste outrée dans mon coin.

Pour en revenir à des sujets plus positifs, en fait, niggette et nigette sont utilisés comme pseudonymes sur Twitter et Facebook, par de jeunes femmes afro-américaines (ou renvoient vers une jeune femme métisse française), mais c’est assez rare. En fait, le statut fragile de nig/g/ette le rend encore mal perçu, ça « sounds like a cuzz word » (peut-être un jeu de mot sur cuss word, ou insulte, et cuzz word, ou mot du cousin wèsh gros).

Sur un forum pour les filles, une jeune femme dit « un type savait même pas comment me demander de sortir avec lui, y m’a dit « je veux que tu sois ma petite amie », j’ai dit non, il m’a traitée de nigette ». Et une autre de répondre « je vois pas trop, nigette, ça veut dire quoi ?’, cassant ainsi un peu l’effet dramatique de l’insulte. Quand on connaît pas et qu’on arrive pas à revenir au mot original, on y arrive pas épicétou.

J’ai été fouiller un peu dans le rap, on trouve du « nigette » assez positif, dans LL Cool J, et dans la chanson « Bout it » de Master P– une partie chantée par Mia X contient à la fois « nigette » et aussi « pimpstress » , donc le souteneur…au féminin. Madame Claude, si tu nous entends, tu es dans cette chanson qui illustre bien le hip-hop des années 90.

Donc nigette/negra, pas si récents que ça, mais ils refont leur entrée dans le vocabulaire des djeunz. J’en ai vu un ou deux passer dans mes chers forums, je ne vous en dis que ça.

Il m’en reste un peu plus, je vous le mets :

Le pimp afro-américain (à la Snoop Dogg) et le hustla sont utilisés pour désigner le type qui se débrouille dans la rue en vendant diverses commodités plus ou moins illégales; la hustla-femme, c’est la diva, selon Beyoncé. Pas certaine qu’elle fasse beaucoup commerce, mais je la vois comme un pendant féminin à Stagolee, Da O(riginal) G(angsta) afro-américain, la femme qui sait se débrouiller en toutes circonstance puisqu’elle maîtrise le code de la rue. Normalement, vu les distributions et l’article que je vais rendre en novembre prochain, c’est « bitch », le pendant féminin de « nigga »–je généralise à la truelle vu la longueur déjà excessive de ce post, mais bitch aussi resémantise pas mal de « chienne » à « femme alpha ».

Le mot de la fin :

Toi, le djeunz dans mon cours, utilise plutôt la forme masculine, on est sûr de ne pas gadouiller dans la semoule entre Latino et Latina quand tu écris officiel, même s’il m’en coûte de dire ça. Ou alors sois prêt à défendre ta position de subversion genrée, mais je te conseille de t’armer velu avant de te lancer dans l’aventure.

D’ailleurs, toi et les autres, as-tu observé l’anomalie de mon message, et comment je viens de faire un truc honteux dans mon dernier paragraphe ? J’ai généralisé l’ensemble de mes étudiants dans un masculin singulier. Eh oui. C’est moche d’être comme moi.

  1. je triche, c’est un nom de journal []
  2. Une collègue littéraire m’a dit « oui, j’ai vu ça dans mes corpus ». Mais quand j’imagine un corpus de littéraire, me vient tout de suite en tête un petit cahier Clairefontaine avec une page blanche-une page quadrillée avec sur la page de garde « Mon Corpus de Littérature » et des citations des soeurs Brontë, quelques Keatseries et une phrase de Woolf de temps à autres avec une fleur séchée toutes les 8 pages. Pas taper, les littéraires, pas taper. J’ironise, mais je me sers parfois de corpus littéraires en ligne, et je sais que ça ne ressemble pas à ça en vrai. []
  3. je rattrape la médiocrité en suspens par un gloubi-boulga rhétorique []
  4. pour des soucis de clarté, je donnerai toujours les chiffres du singulier puis du pluriel []
  5. de toute façon, une fois qu’on a écrit partouze dans un message, impossible de ne plus être scabreux, je joue donc la carte à fond et présente mes excuses à ma maman si elle lit ces lignes. []
  6. à ce sujet, je vous conseille mille fois la lecture de l’autobiographie de Malcolm X, où il raconte sa jeunesse dans justement le même genre de tripots, et où il masterisait le dancefloor avec des gourgandines blanches en fumant de gros blunts avec ses potes musiciens. []