La Minothèse (3) : Ave, Doctissimi te salutant (Des doctorant¤s)

[Ce message est entièrement genderfree. Enfin, il essaye de l’être.]

L@ doctorant¤ ami¤ est un être indispensable, qui partage la condition de rédaction, avec le stress qu’elle engendre. Iel envoie un petit coup d’oeil gentil avant le début de ta comm’ dans une conférence de spécialistes, que tu es liquide à l’intérieur mais que tu te sens mieux quand tu le vois. C’est l’allié¤ de lectures qui  peut apporter un article photocopié en 1989 et dont tu as Besoin. C’est la ou les seule(s) personnes qu’on appelle quand on est rouléboulé¤ sous la couette parce que le dernier commentaire de l’être de lumière qui relit ta thèse était moins gentil que « c’est très bien, poulitou-te padawan ».

L@ doctorant¤ est l@ plus fidèle ami¤ de galère jusqu’à *ce* moment. Comme les éléphants, l@ doctorant¤ sent la fin de l’autre approcher, et ça y est, ça devient n’importe quoi.

L@ doctorant¤ ami¤ devient une source d’angoisse à el-lui tout¤ seul¤. On compare nos bêtes en développement « et combien de pages tu comptes faire ? », c’est un peu comme deux propriétaires de chiens qui se rencontrent et discutent pendant que leurs animaux se soulagent. Là, on se soulage pas du tout l’un l’autre : si on dit un compte de page modeste (disons 400 pages), c’est le soulagement, qui pourrait même aller jusqu’au mépris. Si on dit un bon chiffre, comme 600 pages, c’est un peu beaucoup, mais ça va encore, c’est admissible–avec la bibliographie, évidemment. Si on dit « 800 », il y a comme un éclat hagard dans l’œil de l’autre, genre « mais… Mais… Comment je pourrais rajouter 4 parties à mon bestiau ? Est-ce que les 800 incluent aussi les annexes *début d’hyperventilation* » (ou, à l’inverse, le regard de mépris, « A s’est pris¤ pour Zola, vazi l@ pisseur-euse de lignes ! »). On ne gagne jamais à ce jeu[1].

Et puis on compare qui on aura au jury, s’il est sévère, si elle est rigoureuse, si un¤ ponte de telle discipline daignera poser ses augustes yeux sur le travail de l’un¤ ou de l’autre… Qui soutient avant l’autre (pour ceux qui ont déjà mis la laisse à leur bête), qui fera partie de la même campagne de recrutement… C’est un travail de tous les instants de se sortir à peu près digne et bien quand on finit la bête. Je me souviens de mon pincement de jalousie en voyant des statuts ou des tweets « Ca y est, j’ai tout fini yahou, dernier point final-final-de-chez-final ! », « soutenance de thèse de Machinette Bardou sur « Epistémologie des Carottes Sauvages : des racines et des feuilles ». Vilaine Machinette Bardou. On voudrait être cette personne, de tout son être, et puis non. Nous, on finit de rédiger le sous-point 3 de la fin du développement de la cinquième partie sur 18, et Machinette, elle en est déjà à la récolte de la joie de l’achèvement du processus. La Minothèse, elle, ricane : « Si tu t’étais calé¤ sur un rythme de sommeil de 2 heures par semaine, comme prévu, toi aussi, tu soutiendrais comme Machinette ». Grmmblrggrr.

Heureusement, les ami¤s-de-labo rattrapent souvent le coup. Même à la fin, iels sont moins difficiles à gérer, et si on partage un¤ directeur-ice de thèse, on peut se donner des petits coups de poing gentils dans l’épaule en disant « hé », comme Walker Texas Ranger et son acolyte Trivette.

CoupDePoing
Exemple de coup de poing presque doctorant qui arrive mal– Capture d’écran du clip « Walker Texas Ranger » de Michel Informaticien. Source : https://www.youtube.com/watch?v=RdtI441niNk

***

Et on ne parlera pas ici des ami¤s qui, malgré leurs qualités nombreuses,  sont tout de même tomb飤s dans les sciences dures. C’est un peu un affrontement pour de rire mais quand même comme dans West Side Story, on se regarde de loin, on renifle pour faire menaçant¤, on claquouille dans les doigts, et hop :

– Chez vous, y’a pas de vraies données, vous êtes des littéraires, burn !

– Wè, mais chez vous, les thèses font 23 pages quand vous êtes inspirés haaan !

– Imagine le temps que t’aurais si t’avais juste dû faire 23 pages kapoooum ! (l@ sciences-duriste frappe où ça fait mal.)

– Ouais mais nous on a des trucs à dire zaouïng !

– Ouais mais nous on a des vraies données, on étudie pas Barbara Carlotti rapouischt ![2]

Et ce, ad lib.

Il y a peut-être un peu de Batman[3] dans mon image mentale de West Side Story où on danse même pas, mais vous pigez le truc.

Mais faut nous comprendre, petit¤s doctorant¤s. Question loot de conférences, on est bien mal loti¤s chez les sciences humaines. Un stylo parfois frappé des insignes de la fac qui organise. Un bloc-note de 12 pages. Une sacoche qui finit, chez moi, toujours irrémédiablement pleine de café renversé pendant une conversation trop intéressante.

Chez mes potes astrophysicien-ne-s et mathématicien-ne-s, allez-y les porte-clefs avec petite lampe intégrée, une balle rebondissante qui porte le logo de la conférence, une gourde… La vie de doctorant¤ se quantifie aussi souvent à la quantité de biens matériels qu’on peut gagner et à la qualité du buffet, je dois bien le dire. En plus, il y a un bonus ma bling be shinin quand on sort négligemment un stylo « Ùniversität Krævaksaoui ». (Plus classe, le stylo américain ou japonais. Ou celui en bambou bio, chez les amis végétariens). On ne peut pas test face aux ami¤s de sciences dures.

***

Je finirai cet exposé très subjectif par un dernier problème cuisant. Les docteur¤s sont parfois des doctorant¤s comme les autres : certain¤s ont gardé (même 2, 3, voire +++ années après leur soutenance !) le besoin de dire que leur bête est meilleure que la tienne : « moi, j’ai fait une thèse de 50 000² pages, y’avait Pulpa Bambinobina à mon jury, aaaahhaaa ! Bouclier antitout miroir ! ». Ah bah oui mais bon. Là, l@ minus doctorant¤ tout modeste ne peut qu’opiner du chef en espérant que la tempête sera bientôt finie et que la Ventoline se trouve bel et bien dans la poche arrière gauche de son sac-de-thèse.

Promettez-moi, doctorant¤s ami¤s, de me donner un coup de poing amical dans l’épaule raté si jamais je fais ma vieille briscarde. Je sais que je le fais en plus. Ne tapez pas trop fort, j’ai beaucoup souffert, vous comprenez… [insérer ici une anecdote anxiogène pour une personne en fin de rédaction].

***

Ceci est l’avant-dernier article de ce panorama des acteurs de l’écosystème de la Minothèse, après les Moldus et la chosine qui décida de faire une thèse un jour. Le dernier article, et non des moindres, traitera de l’Être de Lumière qui a aidé à transformer les 12 000 pages de brouillons et de versions alpha en gros monstre plein de tendons théoriques et d’exosquelette expérimental. Dès qu’il a validé l’article qui lui est dédié (coincé entre deux articles et cinq propositions de communications).

  1. J’ai discuté avec des doctorants de fin de thèse qui me disent que ça ne les dérange pas, ce comptage maudit. Ca c’est de la mithridatisation ! []
  2. Si tu me lis, personne de sciences dures sur laquelle j’ai calqué cet échange, j’espère que tu comprendras cette parodie. Pas taper la prochaine fois qu’on se verra. []
  3. Le Batman des années 60, vous l’aurez bien reconnu. []