La Minothèse (2) : Toi (la Minothèse) et moi contre le monde entier (des Moldus)

Avant de rentrer dans le vif du sujet de la thèse en soi, j’ai envie de parler de ceux qui, proches ou lointains, ont vu le montage de la chose, et qui en ont souffert les conséquences.

Les Moldus sont de sympathiques créatures humaines, qui ont la caractéristique de ne pas avoir fait de thèse. Du coup, plus le temps passe, plus l’enlisement dans la rédaction et la recherche est intense, et moins le contact avec les Moldus est aisé. En plus, avec l’esprit scientifique qui me poussait, j’ai eu envie de les classifier en trois  catégories :

1-le Moldu Pressé

Mon type de Moldu préféré, pendant la rédaction, c’était le Moldu  Pressé : j’ai dû changer de coiffeuse parce que la dame me demandait à chaque coupe « bon alors, cette thèse, elle est finie ? AH BON ? Pas encore ? » Bah non, Monique de Monique Coiffure, non, elle est pas finie. J’y passe mes jours et mes nuits, je jongle vie personnelle, travail et autres communications et articles à écrire, mais non, Monique Coiffure. Je sais que tu m’as vue il y a deux mois et que j’ai bien fait de revenir parce que j’ai les pattes trop longues et faut rectifier la mèche, mais je n’ai pas encore eu le temps d’accoucher de 600 pages correctes, désolée Monique (mais c’est un peu froid, là, vous pourriez rajouter de l’eau chaude s’il vous plaît ?).

Monique de Monique Coiffure est le chef du mouvement des Moldus Pressés. Tu ressens la culpabilité de ne pas encore avoir fini ta thèse, et une personne pas du tout concernée te le rappelle à un moment où tu attends juste de ne plus avoir une tête d’empereur romain—parce que tu as attendu trop longtemps pour te faire couper les cheveux, parce que tu bossais (…sur ta thèse). Parfois, Monique Coiffure se cache chez un marchand gentil, chez une vieille voisine sympa, chez un ami qui comprend pas bien bien. Il faut savoir s’en prémunir gentiment[1].

"Bonjour, Monique de Monique Coiffure, euh, vous pourriez me prendre mercredi prochain ?" (Source : The Addams Family)
« Bonjour, Monique de Monique Coiffure, euh, vous pourriez me prendre mercredi prochain ? » (Source : The Addams Family)

 2- Le Moldu Intéressé

J’aime aussi (mais pour de vrai) les Moldus qui ont un vrai respect, et qui veulent venir à la Soutenance.

Le Moldu Intéressé est inquiétant, parce qu’il va falloir le gérer. Lui dire gentiment que tu peux lui donner un exemplaire de la bête, mais qu’il risque peut-être de ne pas tout comprendre, et que j’ai pas le temps là maintenant tout de suite de lui expliquer ce qu’est mon sujet. Ouais, je sais que je rédige là, mais la soutenance c’est plusieurs mois plus tard, c’est pas tout de suite. (et son corolaire : « Non, c’est pas parce que je soutiens dans trois mois que j’ai du temps maintenant. »).

tumblr_me0522hVqb1qchy28o1_500
« Bon écoute, c’est pas grave si tu peux pas me raconter, je vais venir te regarder travailler, ça doit être sympa » (Source : Shutterstock)

Et après, y’a la quali…enfin, le reste. Parce qu’il vaut mieux ne pas trop en dire au Moldu Intéressé, qui pourrait demander un petit cours de recrutement à la fac alors que tu penses juste à discuter avec lui. D’autres sujets. De sujets qui ne sont pas ceux qui mangent ta vie depuis des mois.

Mention spéciale à mon Moldu Intéressé préféré qui a lu des chapitres entiers de la thèse, et qui est venu me poser des questions avec une liste pour de vrai, à 15 jours de la soutenance[2] que j’avais l’impression de passer un grand oral avant le jour J. Pas le meilleur moyen de me détendre, mais c’est pas plus mal pour se dire « ah mais en fait, la thèse, je la connais par coeur même si je ne la regarde plus depuis frout »…

Et puis il y a la troisième catégorie…

3- Le Moldu Collatéral

Le plus triste, c’est le Moldu Collatéral. C’est ton super ami depuis des années, mais tu disparais de la surface de la terre parce que là, c’est vraiment pas le moment de ramollir, et qu’il faut accoucher d’un tas de concepts sinon la Terre s’arrête de tourner.

C’est le Moldu qui se marie, celui ou celle qui devient papa ou maman, et évidemment, c’est toujours au mauvais moment pour toi et ta thèse. Le Moldu Collatéral, j’espère que je le retrouverai après la rédaction, aussi frais et pimpant qu’avant. Mais j’ai raté le-weekend-de-folie-où-on-s’est-trop-éclatés, les 30 ans de Machinette Moldue, et LA fois où Moldu Polonais est venu à Paris et on voulait grave se voir et évidemment, ça tombait à un moment où j’étais à Tataouine pour une conférence.

Le Moldu Collatéral, c’est aussi ce festival de musique qui tombe pile sur les auditions de MCF, alors que tout le monde y va. Sauf toi. Une année de plus… mais pour la dernière fois !

Bonus : Le Moldu et la thèse ou  « Thésez-vous »

J’ai refusé de retenir par cœur mon vrai intitulé de thèse jusqu’à la fin, pour les questions sarcastiques en soirée « et alors, ta thèse, elle s’appelle comment ? » LES CHEVALIERS PAYSANS DU LAC DE PALADRU EN L’AN MIL LOL MERDE.

J’ai un petit discours bien rôdé : déjà, quand on me demande ce que je fais dans la vie, je dis « prof ». C’est pas faux, mais du coup, les gens voient des classes de collégiens surhormonés qui beuglent des paroles de Bouba en cours et crèvent les pneus de mon Solex en faisant des blagues sur mon patronyme. À part les blagues sur mon patronyme (mais je les connais toutes, c’est moi qui les ai inventées), ça n’est ni flatteur ni réaliste, mais ça me permet de passer inaperçue. À la 8è blague sur « les fonctionnaires, tous des glandus, et en vacances scolaires, tu suces des Bic rouges pour te rappeler le goût du sang des écoliers trolololol », je me réveille et précise que ma charge de travail = un sacerdoce de tous les instants, et que pour mes collègues du secondaire, c’est pas une sinécure non plus.

Là, le Moldu apprend souvent qu’en fait, je fais une thèse. Sur quoi ? Hah. Je la joue souvent courte, genre « Je regarde comment les gens parlent en ligne ».

 Et ça ne suffit pas, alors s’engage une discussion où tout le monde a perdu, comme une École des Fans triste : « Je travaille sur comment les gens parlent sur internet… Non, pas le langage SMS ; enfin, si, un peu mais c’est pas la même chose… Je travaille sur les gens qui parlent des langues minoritaires–enfin, des dialectes, si tu veux– dans des pays anglo-saxons… Une langue parlée en Écosse … Non, pas le gaélique, et pas l’anglais non plus et sur les Afro-Américains… Ouais, non, y’a pas d’Afro-Américains qui parle écossais, enfin si, mais ce sont deux communautés différentes que j’étudie… Et je regarde comment ils écrivent… Ouais, c’est particulier… Ouais, on peut faire une thèse là-dessus. ». Ca me frustre, et ça donne des petites munitions pour le Moldu goguenard. J’ai le malheur d’avoir très, très, très peu d’humour sur la linguistique et mon sujet de thèse. Et peu de patience—mais je me suis blindée contre les questions qui fâchent : « mais à quoi ça sert ? » et surtout « pourquoi ? ».

Le « pourquoi » est l’ami d’une autre question souvent lâchée avec l’œil qui frise et un peu trop d’alcool dans le sang : « Maiiiis… Ça intéresse des gens ? ». Mais non, Edgar Bolino, maintenant que tu en parles, ça n’intéresse per-son-neuh. Jamais. Y’a pas de débouché, hein, c’est juste de la tripatouillette mentale pour m’occuper, j’avais fini tous mes canevas Burda, je me suis dit que j’allais faire une thèse comme ça, freestyle.

Et Edgar Bolino enchérit souvent avec un truc bien malin, le « De toute façon, pourquoi tu fais ça ? ça gagne pas »[3]. Je crois que j’ai dit le plus sérieusement du monde pour m’en sortir : « ah mais t’as raison, je vais changer de voie. Je crois que je peux bosser dans la comm’ ou dans la publicité avec mon diplôme, là, ouais, ça gagne pas, ça gagne pas [hochement de tête convaincu]. Et je pourrai poser mes vacances quand je veux, le rêve quoi [mouvement de bras vers l’horizon inconnu, alors que mes idées de vacances idéales se résument à « avoir assez de temps pour retaper mes cours sous LaTeX »]. ». Comme toi, Edgar Bolino, je vais faire un boulot 8h-17h et parler de mon salaire avec des K dedans, parce qu’il n’y a que ça qui fasse tourner le monde. D’ailleurs, je m’arrête pas là : je me fais liposucer et repulper la bouche, et j’épouse un vieux, hop la vie de château, le chien en ornement de bras et à nous Courch’Mil’Huit au ski. Visons haut, visons juste.

Prise d’une inspiration subite (et feinte), c’est souvent mon moment préféré pour quitter le Moldu, le bar, et surtout la conversation en déclamant « Puissance et gloire, Étrange et brûlant parcours, Qui tôt ou tard, Finit sur un dernier mot d´amour, Aux fantasmes éternels, Sous la lumière illusoire, D´un soleil artificiel ».  Bref, vous l’aurez compris, Herbert Léonard est mon ami de sorties impromptues.

****

Dans le prochain opus, je toucherai du doigt un sujet sensible : les autres doctorants, leur vie, leur oeuvre, leur influence… Car le doctorant n’est pas à proprement parler un Moldu, mais c’est un autre spécimen, qui contribua, lui aussi, à la Minothèse.

  1. et imprimer des exemplaires en plus pour Monique Coiffure, histoire qu’elle se rende bien compte de ce que tu as traversé. Je plaisante. []
  2. Si tu te reconnais, je t’aime d’amour, hein, malgré cet article. Ou grâce à cet article. Bref. []
  3. véridique, j’ai un Edgar Bolino comme ça dans mes fréquentations de café. []