Discours croisés : mites, musées, maisons

Je suis très indisciplinée alors, au lieu de travailler dans une bibliothèque comme mes collègues qui aiment le silence et le calme, je travaille dans un café. Du coup, j’ai régulièrement droit à « HEIN MAIS TU TRAVAILLES AU CAFÉ MAIS JE CROYAIS QUE TU ÉTAIS PROF » de la part des Jean-de-la-Lune de mon entourage mais passons. Le corollaire malheureux du travail au café (et la raison pour laquelle je change de crèmerie souvent), c’est les amis-de-café.

Il faut dire, dans mon QG principal, on se connaissait déjà de vue depuis longtemps, et le quartier s’apparente bigrement à un village, donc on se côtoie en bonne intelligence. Ainsi, je connais la dame qui dit « ban-CHOU-rhan » pour dire « bonjour »[1], le couple de sexagénaires qui essaye de négocier les prix constamment (« Allez, le café, là, il est offert ? Allez… Bon bah le verre d’eau ? »[2] ), les soeurs italiennes septuagénaires, entre autres.

Et tout le monde se connaît, et discute les uns sur les autres. Non, pas pour potiner et dire « qui c’est qui a fait quoi où ? », plus comme un vieux couple qui ne se rend pas compte qu’on a pas besoin de la version stéréo de la même histoire. Ou d’une histoire tout à fait différente. Du coup, je suis souvent entre deux feux (et deux préparations de cours/articles et j’en passe, quand je replonge le nez sur mon café et mon ordinateur). Je vous livre donc ici une merveilleuse perle de discours croisés, qui étaient effectivement faits pour se répondre l’un à l’autre. Ou presque.

Nous avions donc à ma gauche Lili, 70 ans, ancienne ethnologue du Musée de l’Homme et à ma droite, la bonne soixantaine, Lolita (ça ne s’invente pas !), ancienne pharmacienne du quartier. Et elles avaient décidé de me raconter quelque aventures. En même temps.

C’est Lili qui a lancé les assauts, en regardant mon tatouage aztèque, vanté dans  un autre article :

— J’ai de vieilles étoffes mésoaméricaines, magnifiques, j’en ai accroché une chez moi, c’est des souvenirs de voyages–ah, je me souviens de ces moments où j’allais sur le terrain… (j’avais déjà attaché ma ceinture pour le décollage vers une histoire « Indiana Jane »).

—  Ah ça c’est beau, nous on a aussi des beaux tapis, ah oui. (Loli était en forme). Et des vrais, hein, des tapis marocains splen-dides !

Là, on a eu une petite pause un peu longue sur les derniers voyages au Maroc, comment c’était bien, et la djellaba, c’est très pratique quand même et on a fait du chameau, ça fait peur, et on a été dans le désert, c’est beau, vous pouvez pas savoir, et on a ramené beaucoup de choses à la maison, c’est beau, l’art là-bas.

Lili et moi, devant le flot assez sympathique mais logorrhéique, avons opiné du chef vigoureusement. J’ai rallumé une cigarette et Lili put enfin en placer une, profitant de la bise de Lolita à un ancien client de la pharmacie :

— On avait récupéré, au Musée, les collections du Duc d’Aumale, c’est une merveille, et nous devions organiser une exposition. Il avait tout, dont une veste en mouton retourné, vous savez, une veste nord-africaine de berger, à l’époque, on disait encore « Afrique Noire » et « Afrique Blanche », mais bref, on devait monter cette exposition, et donc on a été dans la réserve chercher cette veste en mouton retourné…

(Là, je regarde les deux concurrentes. On venait de récupérer Loli, qui guettait le moment où elle pourrait aussi rajouter son grain de sel, l’oeil ravivé, sentant son moment venir.)

— Eh bien, cette veste en mouton était dans une boîte, tu sais, on étiquetait tout, donc je vais pour la chercher, oh, j’ouvre la boîte. Oh là là, la boîte était pleine de mites, c’était affreux, la veste tombait…

— OUI ! (Je crois qu’une veine de l’oeil de Lolita a pété à ce moment) Nous, une fois, on a eu une inondation, oh là là, c’était terrible, on s’en est pas rendus compte tout de suite c’était dans la maison de campagne ! Pareil, les beaux tapis[3], détrempés, tout mangés par les bêtes, oh je dis à mon mari « mais tu te rends compte Claude on pourra jamais faire sécher », et on essaye de prendre le tapis et là le tapis IL BOUGE le tapis oh là là…[moulinet, moulinet, « rho » de consternation]

(Lili a écouté presque jusqu’à « Claude », avant de se relancer aussi. En gros, jusqu’à la fin, elles ont parlé l’une sur l’autre, et je scinde seulement les deux monologues en dialogues parce qu’il faut arriver à suivre les déroulements parallèles…)

— Et je prends la veste, je ne te raconte pas, des lambeaux ! Alors j’appelle les collègues, on n’a pas pu la récupérer, quelle horreur, une des pièces de la collection du duc d’Aumale, c’était un objet unique, tu penses…

— Ni une ni deux, il met le tapis dans un sac poubelle, mais le tapis BOUGEAIT TOUT SEUL dans le sac encore ! Il bougeait ! [grands gestes, oeil vaguement fou de la biche qui voit un loup]

— Donc on a dû jeter la veste, tu imagines, le duc d’Aumale, c’était un cadeau qu'[on][4] lui avait fait…

— DIRECT A LA DÉCHETTERIE je lui dis « Claude on va pas pouvoir garder ça tu imagines ! » alors on prend la voiture… [doigt pointé vers le lointain/la déchetterie locale]

— On pouvait pas la présenter ni rien, mais les vieilles réserves du musée étaient insalubres…

— Oui,  c’est comme la maison, TOUT était INONDÉ. Je vous raconte pas, on avait une infiltration d’eau et…

 

***

Je ne sais pas ce qui m’a le plus plu : que ces deux conversations soient si complémentaires, parce que sur le même sujet,  ma position parfaite pour entendre (sinon écouter) tout ceci, ou l’entêtement farouche à vouloir raconter son histoire un peu proche coûte que coûte, sur celle de l’autre, parce qu’on est forcément plus intéressant épicétou.

Ou simplement que,  musée national, ou maison de campagne, on se retrouve dans le même combat contre les insectoïdes gras du genou.

Insectes
J’ai préféré de jolis scarabées aux immondes mites mangeuses de textiles divers (source : RGBstock)
  1. Dans une autre ville, je connais la dame qui dit « Bon appétiche », je pense qu’elles sont cousines. []
  2. J’ai entendu cette blague au moins 18 fois. []
  3. Pour les lecteurs qui ont suivi, il s’agit évidemment des tapis marocains de l’histoire précédente. []
  4. J’avoue ne pas avoir tout à fait suivi le pourquoi du comment le duc d’Aumale avait eu une veste de berger nord-africain, avec le pantomime de l’insecte qui se tortille qui se jouait de façon assez convaincante à côté. []

Qui es-tu, Hip Hop Studies ?

Dans un de mes derniers billets d’avant la grande disparition des réseaux, j’évoquais la femme dans le hip hop. Mais ce genre musical parapluie est aussi prétexte à l’étude d’une science émergente, proche de mon sujet de thèse : les Hip Hop Studies.
En très gros, on prend un tas de chercheurs issus de jeunes générations, on les mixe avec des diplômes et des places prestigieuses, dans des universités américaines. Et puis… « you can take the scholar out of the hip hop, but you can’t take the hip hop out of the scholar », pour reprendre un chiasme bien connu. Tous ces gens qui ont sué eau et sang pour avoir des doctorats et des carrières finissent par… utiliser le hip hop comme objet de recherche, ou vecteur dans leurs matières respectives.

Au début, je pensais qu’il n’y avait que des musicologues, qui se penchent plus ou moins bien sur les phases différentes de la musique–j’étais naïve, ne me jetez pas de cailloux. D’ailleurs, plus on y regarde, plus on se rend compte qu’au lieu d’avoir 3 phases (le vieux, le moderne, et le contemporain), on a bien plus de couches de hip hop que prévu. Mais ces études ne concernent pas la linguistique–quoique.

La linguistique s’est emparée des hip hop studies, en travaillant sur la rhétorique (Kermit Campbell, le magnifique, qui a brossé un panorama très intéressant dans son Gettin Our Groove On, diachronique, synchronique, avec un amour et un respect pour la culture noire et urbaine); une Elaine Richardson, qui tâtonne dans certains univers (le jeu vidéo, c’est pas son truc. Et pourtant, c’est important pour le hip hop. C’est la partie la moins réussie de Hip Hop Literacies, qui donne des schémas un peu marrants, un peu moches des couches de langues qui s’imbriquent pour former ce qu’on appelle l’Afro Américain Vernaculaire, qui ne l’est plus tant que ça((Au fait, un journal de « African American English », Word, paraît de temps en temps sur la toile. Je suis joie depuis que je suis abonnée à la mailing list.)) ).

On a aussi des vieux de la vieille, des linguistes reconnus, qui travaillent sur le hood et ses implications, et parfois depuis des siècles et des siècles. Enfin, depuis qu’on a commencé à s’y intéresser (Labov propose un cours très mignon, avec le repérage dans son quartier ici; Smitherman inclut des mots de djeunz dans ses dictionnaires-guide de parole afro-américaine).

En écrivant une présentation sur le transfert des concepts et des théories préexistantes en Hip Hop Studies (pour y rentrer, mais aussi pour en sortir : qu’est-ce qu’un linguiste bon teint, élevé dans des universités parisiennes avec le poil brillant, la truffe humide et du Labov plein la tête peut faire avec les OVNIs de la recherche, voire s’y insérer ?), j’ai vu émerger des tas de figures super intéressantes. Court panorama, go !

 

Les choses sur lesquelles je voudrais travailler :

Dans le clip de Snoop Dogg présenté en infra, qui est bien utile pour creuser des concepts comme le izzle, j’ai été complètement surprise de voir que… la façon de reconnaître son gang est censurée. Le gang d’ex Snoop Doggy Dogg, futur Snoop Lion, c’est les Crips. Notre Snoop Dogg, il est tellement Crip qu’il a inventé une danse qui s’appelle le Crip Walk. Et genre il fait des C avec ses grands doigts fins quand il veut faire le malin en photographie.

Snoop Dogg
Motif bandana bleu + combinaison E+C avec les doigts = « Eastside Crip »

 

Bref, dans Drop it like it’s hot, on a pas le droit d’entendre « blue » et « Crip Side ». Un peu comme quand, en Grande-Bretagne, on interdit aux jeunes à l’école de porter des symboles de leur équipe de foot préférées, les allégeances, c’est pas vendeur, et c’est surtout dangereux. 

La censure est malheureuse, ici : les mots sont complètement bloqués, sans le bip fatââl, mais on en ressent l’absence. Un bon exemple de ce genre de censure se trouve dans la chanson modestement intitulée « Hot Dog » de Limp Bizkit. A partir de 0:37, on entend quelque chose comme 50 occurrences de « fuck » et ses dérivés, censurés. Comme dirait un des commentaires « c’est pas une version censurée, c’est un instrumental »[1]

Au fait, le izzle, c’est l’adjonction dans un mot de l’affixe <-izzle> (oOOoh !), souvent suffixe d’ailleurs, et qui donne une coloration toute personnelle aux mots, et il se place soit après le premier son (consonantique) du mot, soit après la première syllabe. Snoop Dogg nous a fait un « fo’ shizzle my nizzle » (for sure my nigga), dont on peut ensuite dériver des milliers de trucs–surtout sur les noms, mais les verbes ne sont pas . Par exemple : « Je m’appizzle Lizzle et je fizzle de la linguizzle »[2]

 Hip Hop et corporéité :

Parce que la danse et le mimo-posturo-gestuel sont importants, parce que les codes cryptiques de gangs passent souvent par des poignées de mains secrètes et autres paraverbalités (mention spéciale à une petite dame trop gentille qui a tenté d’écrire « Crip Killer » avec ses mains pendant une conf, j’ai trouvé ça super mignon–et, en parlant de mon sujet à un vendeur d’e-cigarette, je me suis retrouvée face à un « Blood » digital spontané, un peu comme dans ce tutoriel pour le former et me faire plaisir). Outre le gestuel, que je brûle d’étudier, la musique et ses danses diverses ont donné lieu à des créations néologisantes.

Ici, une illustration du twerk, qui consiste à… enfin, vous verrez bien de vos yeux, si vous ne voyez pas déjà de quoi il retourne. Normalement, le twerk est effectué par des dames, dans des clips de rap, mais j’ai préféré illustrer mon propos avec une vidéo d’hommes qui twerkent sur de la musique classique. C’est pas très très work-safe, mais les meilleures choses le sont-elles ? Le twerk, qui existerait depuis une vingtaine d’années, vient de se voir attribuer une définition dans l’Oxford Dictionary Online. Le souci, c’est l’étymologie du mot : work, qui pourrait venir d’une déformation à la werk ? Un mot-valise entre twist + jerk ? En tous les cas, j’adore les exemples donnés par le dictionnaire : « just wait till they catch their daughters twerking to this song ». Les dictionnaires s’adaptent, les danses aussi, n’en déplaise aux tristes non-pratiquants du twerk…

 

La relève est là !

En parlant hip hop et afro-américains, je me suis rendue compte qu’il y avait de plus en plus de masters et même de thèses sur le sujet en France, sur les rappeurs américains, sur le rapport au corps des rappeurs maghrébins, bref, qu’on pouvait tous s’unir à un moment donné pour faire une journée d’étude dont je n’ose imaginer l’affiche tellement il y aurait du bling dessus.

Y’en a un peu plus, je vous le mets ?

Au fait, j’avais été bien vilaine envers Pharell Williams (que j’ai entendu appelé, à la radio, « William Pharell »), avec le clip de Lapdance, toujours dans le billet sur hip hop et femmes. Je me suis dit que j’allais tenter de faire la paix avec lui, avec sa participation à Get Lucky de Daft Punk (qui, je vous le rappelle, est une chanson qui parle de faire la fête toute la nuit histoire de serrer–avec un peu de chance). J’ai donc réécouté du N.E.R.D., et je suis tombée sur cette chanson en dessous, « She Wants to Move » (l’histoire, anecdotique, d’une fille qui est bien plus bonne que la plus bonne de tes copines, comme d’habitude, et qui fait des frifrous dans l’estomac de notre Pharell préféré). Autant la dame est pas trop trop top suggestive, autant je vous conseille de regarder le clip jusqu’à 1:17, où on voit que Pharell maîtrise la métaphore, et les infographistes, les vaisseaux spatiaux. Ah ça, on est pas dans Futurama !

(Mon seul espoir : que Pharell et ses potes meurent de snu-snu).

 Petite bibliographie conseillée :

  • Campbell, K. E., (1997). “Real Niggaz’s Don’t Die: African American Students Speaking Themselves Into Their Writing.” Writing in Multicultural Settings.  Eds. Carol Severino, Juan C. Guerra, and Johnnella E. Butler. New York: MLA.
  •  Campbell, K. E., (2005). Gettin’ Our Groove On: Rhetoric, Language, And Literacy For The Hip Hop Generation. Detroit, Michigan: Wayne State University Press.
  • Kearse, R., (2006). Street Talk: Da Official Guide To Hip-Hop & Urban Slanguage. Fort Lee, NJ: Barricade Books.
  • Quinn, E. (2000). “Who’s The Mack?”:The Performativity and Politics of the Pimp Figure in Gangsta Rap. Journal of American Studies, 34, 1, 115-136.
  • Richardson, E. B., (2006). Hiphop Literacies. London: Routledge.
  • •Smith, W. (2010) “Developing a Hip Hop Curriculum” [en ligne] http://www.hiphoparchive.org/files/hiphopcurriculum.pdf
  • Un peu tous les numéros de « The African American Review » qui, malgré sa moche mise en page même pas justifiée, contient toujours au moins un article sur les chanteurs et chanteuses qu’on aime bien. Je conseille 46.1, édition spéciale sur « Hip hop and the literary ».

Petite ludographie conseillée :

  •  Def Jam Recordings., AKI Corporation., & EA Sports (Firm). (2003). Def Jam Vendetta. Redwood City, CA: EA Sports.
  • Sony Computer Entertainment. (1997). Parappa the Rapper. Foster City, CA: Sony Computer Entertainment.

  • Vivendi Universal Games. (2005). 50 cent: Bulletproof. Fresco, CA: Vivendi Universal Games.

Discographie conseillée :

  •  50 Cent. (2003). Get rich or die tryin. Santa Monica, CA: Shady/Aftermath/Interscope
  • Big, L. (2000). The big picture. Los Angeles, CA: Rawkus Records.
  • Eminem. (2000). The Marshall Mathers LP. Santa Monica, CA: Aftermath Ent./Interscope Records.
  • Ice Cube (1990). Amerikka’s most wanted. London: BMG Music International (Europe).
  • Jay-Z (1999). Jigga my Nigga. New York : Roc-a-Fella Records.
  • Shakur, T. (2004). All eyez on me. Los Angeles, Californie : Koch Records.
  • Snoop, D. (1993). Doggystyle. Beverly Hills, CA: Death Row Records.

(Pour le coup, j’ai choisi UN album un peu emblématique de chaque artiste, et je vois bien que mes références sont un peu vieilles, mais c’est l’attention qui compte. Tenez, Big L, moins connu par tous que Jay-Z et 50 Cent(( Qu’on appelle des « players » dans l’industrie, qui ont en fait développé un empire mercatique et entrepreneurial autour de leur image, le tout grâce à leur musique.)) en fait, il nous a fait une chanson qui s’appelle « Ebonics » sur l’argot maintenant old school dans son album. Regardez la fin du Richardson, elle recense des pages et des pages d’artistes afro-américains, jamaïcains et autres qui ont compté pour l’histoire du hip hop).

 Site à visiter absolument : Hip Hop Archive : http://www.hiphoparchive.org/ parce qu’il contient toutes les infos sur les conférences et plein d’articles assez bien faits.

Rap Genius est un bon site d’exégèses de chansons de rap, histoire de pas être tout perdu quand on comprend pas toutes les références. Attention, y’a du simpliste parce que le site se fonde sur la crédibilité des  internautes, dont la réputation augmente avec ce qu’ils rajoutent.

  1. D’autres commentaires soulignent très justement que le mot « bitch » n’est pas censuré dans cette chanson. Mention spéciale au commentaire qui dit « I like the part where he says ____ ». []
  2. Cf ceci, qui me fut offert par mes amis il y a quelques années, et que je ne fais que remercier intérieurement à chaque fois que je le porte. A chaque seconde. []