Ethnolinguistique, « parce que Toulon ! »

Alors que je rentrais d’une conférence aussi rigolote que phonologique (les gars, pour vous, ça ne veut rien dire, mais j’ai rencontré des gens qui parlent de « pho » et on sait pas si c’est de la phono ou de la phonétique, et j’ai quand même réussi à faire rire un groupe de participants en faisant une blague genre « et maintenant, l’épenthèse ! » et tout le monde a compris et rigolé pour de vrai. Pour moi, c’est l’équivalent de petites licornes si heureuses que leur cœur exploserait en petits arcs-en-ciel de chamallows, des conférences de ce genre).

 

Or doncques, après une nuit de 3h, un trek transaixois pour retrouver dignité, vêtements sales, sacs et petits gâteaux gracieusement offerts[1] par mon hôte de choc, je m’installe dans le train.

 

Ceux qui me connaissent en vrai savent ma propension à vivre des aventures dantesques, comme le kidnapping de mon linge à la laverie de la part d’un monsieur tout nu (il y a eu des lancers de chaussette et des coups de fils à la police). Et le train, plus précisément l’IDTGV « espace Zap » que j’avais réservé ne m’a pas déçue.

Rien qu’en rentrant dans le compartiment, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Perruques noires et rouges, odeur persistante de pastis à 10h du matin, cris un peu virils, un peu heureux, je me suis dit « on est plus au Kansas, Toto », mais je décide tout de même de tenter de rejoindre mon siège.

A mesure que j’avançais, la proportion de personnes dignes diminuait, alors que je m’approchais d’une bande de zozos rugbymen.

WP_20130601_009
Mes nouveaux amis (10h22)

 

J’étais assise au milieu des supporters du Rugby Club Toulonnais, qui entreprit d’accueillir les nouveaux à coup de corne de brume (le bruit que ça fait dans un wagon, à moins de 2 rangs…!) et de ma nouvelle chanson préférée, que je vous livre dans son intégralité (sur l’air du refrain de Yellow Submarine). Interprétation pêchue ici.

« Toulonnais, allez allez allez, allez allez allez, allez allez allez »

 Là, s’offraient deux options : soit faire la Parisienne, et bouder dans mon coin, soit faire ami-ami avec le RCT avec en bonus, tester mon accent toulousain (pendant la conf, j’étais fascinée par l’accent d’un collègue, qui rajoutait des /g/ excrescents à la fin de ses nasales. Ca faisait quasiment /n/-> /ŋɢ/ avec une plosion uvulaire de foufou).

 

Evidemment, j’ai choisi l’option marrante/dangereuse. Faut dire, j’avais une cartouche de réserve : mon directeur de thèse[2] dans un wagon adjacent, du travail à faire… Les Toulonnais, assez sympas, me disent qu’ils peuvent échanger mon siège avec celui qu’ils avaient initialement réservé ailleurs, en ID Zen (rien que là, je fais des efforts pour ne pas rire–le dépliant dit « ID Zen, espace de tranquillité »). J’explique à mes nouveaux amis que je dois rester ici quelques minutes, mais qu’un collègue me rejoint, donc je ne resterai pas à les embêter, on partira quand il arrivera.

L’accent toulousain marche à merveille : on me propose du pastis, du « cak’ aux olives », un verre de blanc, on me demande évidemment « alors, le copain, c’est le copain officiel ? », bref, bon enfant-virilisant quoi[3].

WP_20130601_008
Composition floue : Cak aux olives, bouteille de Pastis presque vide, (10h27)

 

Jusqu’ici, tout va bien. Je zappe mon départ, le moment de travailler avec Directeur de Thèse, avec qui on est finalement assez morts de rire 90% du temps (on a eu le malheur de s’installer, après moult péripéties, près du wagon bar. On avait pas prévu la mêlée bourrée, le jet de serviettes par terre, le kidnapping-qui-a-fini-en-slam du serveur débordé, les fumeurs dans les toilettes, les cris virils (petit florilège à la fin du message), mais on arrive à peu près à garder la face.

WP_20130601_019
Mêlée bourrée, avec récupération du pote qui tombe (11h48)

 

Arrivés vers Paris, je dois quand même rejoindre mon wagon et mon bagage. Là, mes amis, qui ne m’avaient pas oubliée, me font de gros coucous de la main alors que je fais mine de travailler (alors qu’en fait, j’enregistrais leur version un peu personnelle de « Qu’est-ce qu’on a fait des Tuyaux ? » et que je réprimais un rire en entendant les cris joyeux et les promesses de ce qu’on va faire à Paris[4]. J’ai quand même été les voir pour les remercier pour le verre de vin blanc et le cak.

Là, dialogue extraterrestre : 

« Alors, tu viens d’où ?, me demande le chef du cheptel

– Euh, Avignon-gue, mais j’habite à Paris.

– Oh ! Mais tu as l’accent, tu peux pas venir de Paris, tu as l’accent, tu peux pas venir de Paris, tu…(il était déjà assez confit, faut dire)

– Eh bah pourtant…!

– Et t’y travailles où ?

– A Rouen (là, je sais pas ce qui m’a pris. Déjà que je nasalise beaucoup le mot naturellement, et que je dis [ʀʷɑ̃] voire [ʀw̃ɑ̃], là j’ai tout donné et j’ai produit [ʀw̃ɑ̃ɢ])

– Où ?

– ʀw̃ɑ̃ɢ.

– Oh, tu as tellement l’accent, j’avais pas compris ! Tu vois tu peux pas être Parisienne, tu as trop l’accent ! (re-boucle discursive) »

 Grisée par mon infiltration réussie, refusant encore un verre de blanc « y nous en reste, vas-y, prends-en ! » j’ai même chanté « Toulonnais allez allez allez ». Et ai quitté mes nouveaux amis avant que l’ambiance ne dérape–en gros.

 « Je suis claustrophobe alors je fais caca » (répété plusieurs fois)

« Ca sent la drogue, ici ! » (j’avais compris « ça sent la drAgue », à cause de l’antériorisation des voyelles. Mais ça sentait les deux, globalement.)

« C’est ici, le wagon Zen ? » (hurlé à pleins poumons)

« Nous on a jamais chialé, nous, on a toujours envoyé du lourd »

« On mélange pas MON pastis avec TA salive ! »

« Onze heures moins le quart, L’HEURE DU RICARD ! » (il y eut de nombreuses variations)

 

Avec autant de talent dans les gradins, je suis déçue qu’ils aient perdu, quand même.

 

La prochaine fois, j’espère infiltrer un car de supporters de Boulogne-sur-Mer, ou tenter l’escapade au club de bowling à Schiltigheim !

  1. On m’a initiée au concept du « Cadeau Gratuit » il y a peu, je ne m’en remets toujours pas. []
  2. je ne me ferai jamais aux mots politiquement corrects, comme directeur doctoral, encadrant de thèse,  ÜberSensei, et autres. []
  3. Peu rassurant quand même. Mais je me sentais relativement bien avec mon accent []
  4. « Paris ! Paris ! On t’en…embrasse », évidemment []