Putting back the LOL in PhonoLOLgy et autres mèmes linguistes

Un très court message, pour vous présenter (au cas où ce n’est pas déjà du connu/maîtrisé) la page Facebook de LOLPhonology et autres linguisteries d’internet qui flirtent avec la mémétique et la culture internet pour fournir à 4000 membres (linguistes et geeks ?) du LULZ scientificogeek.

Moi qui veux vraiment me lancer dans la confection d’un arbre syntactique pour mes étudiants, en prenant une phrase mémétique d’Xzibit qui est un peu le maître de l’hypotase (et qui est utilisé pour parler de la récursivité, dans la culture internet depuis 2009)…

Pour ceux qui ne connaissent pas le mème d’Xzibit, ou même son nom, en gros, le snowclone[1] de ses phrases est « Yo dawg, I heard you like X so I put an X in your Y so you can [action] while you [action] ». Par exemple, une de mes préférées–c’est difficile de produire du Xzibit sans image accompagnant le tout (« Yo, dawg, j’ai entendu dire que toi et ton chien vous aimez le yoyo donc j’ai mis ton chien dans un yoyo comme ça toi tu peux faire du yoyo avec ton chien pendant que ton chien fait du yoyo, dawg », ça sonne tout de suite moins bien) :

yo-dawg-yo-yos.jpg
Uploadée par C M Punk sur Know Your Meme ( http://knowyourmeme.com/photos/176526-xzibit-yo-dawg )

 

Donc, on en revient à l’histoire principale : moi, qui veux utiliser Xzibit; je suis tombée sur ça en furetant sur la page Facebook LOLphonology (daté du 15 février 2013) et depuis, je les aime d’amour  :

Xzibit paratactique. J’aime. Je partage.

 

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas que de la phonologie (bien qu’on soit bien servis), et en plus, l’auteur (les auteurs ?) reprend des couvertures style pulp et les adapte à divers sujets de linguistique (la théorie de l’optimalité ou le Grand Changement Vocalique, par exemple), en reprenant au passage d’autres mèmes connus comme Sudden Clarity Clarence, Linguist Llama (d’ailleurs, si vous ne connaissez pas le tumblr du  Linguist Llama, c’est un étudiant de lycée trop mignon et vraiment passionné de phonétique et de phonologie qui bricole des trucs dans son coin et qui répond gentiment aux mails, passez le voir. Mon coeur a explosé en milliers de petites guimauves quand j’ai vu que son costume d’Hallowe’en, c’était lui-en-mème-avec-une-transcription-phonétique).

 

Comme quoi, étrangement, avec une des sciences de la linguistique la plus col roulé-veste en velours côtelé, on peut faire du neuf et de la mémétique. Je me demande même si ce n’est pas la relative aridité de la syntaxe ou de la phonologie qui leur permettent d’être « marquétées » par de jeunes passionnés geeks ou au moins versés dans la culture internet… More to come (j’espère) !

LOLphonology est aussi sur Twitter !

  1. cf G. Pullum et son Language Log, c’est un tout petit bout de théorie mais c’est transposable à beaucoup de domaines []

Peau lisse de la pensée et réception du corps tatoué

C’est un fait, je vais certainement rôtir en enfer parce que j’ai le bonheur d’être tatouée. Oh, ça m’a fait un choc quand je m’en suis rendue compte, vous pensez. Il faut dire que j’ai exploré le tatouage aux Etats-Unis, dans une ville où avoir les cheveux bleus ou être tatoué partout ne pose aucun problème à qui que ce soit, et où c’est quasiment une norme. Austin, je chante ton nom, tes tatoueurs et ta population qui ne remet pas en question un livre à sa couverture (ou son contenu !). Mais en France, tous ces braves gens qui pensent avoir un mot à dire parce que « mais tout de même, Laura, ça ne te… euh… enfin, avec des étudiants, tout de même… l’academia, que va-t-elle penser ? » m’ont plongée dans des abîmes de réflexion.

Alors justement, l’academia se porte relativement bien, l’étudiant reste stoïque et moi, tatouée. Drôles de préjugés et drôles de réflexions, je me devais donc d’écrire au sujet de la réception du tatouage.

Ce que j’aime le plus, ce sont mes tatouages de symboles (qui sont les plus visibles), et les commentaires savoureux qu’ils provoquent par l’exégèseur du dimanche. J’ai deux demies-manches, dont une visible presque tout le temps[1]. Cette demie-manche est phonétique et phonologique, avec les bornes et tout. L’autre est composée principalement de symboles aztèques, et plus discrète (sauf entre avril et septembre).

Le tatouage, pour soi en soi.

Je ne connais personne qui se serait fait tatouer pour les autres (exception faite des gens qui s’encrent le nom de leur femme, de leur animal, ou de leur enfant dans la peau et dans cet ordre). Considérant qu’ils font partie du domaine de mon intime, et de mes bagages qui voyageront toujours avec moi, je suis parfois soufflée par les questions multiples et variées qui m’arrivent, en vraies agression de ma sphère privée « Oui mais à ce moment-là, pourquoi tu les montres ? – Parce que, ma pauvre Lucette, j’ai pas forcément envie de ne pas les voir, et puis est-ce que je te demande pourquoi tu as des boucles d’oreille en forme de Minnie alors qu’on vient de se rencontrer ?  Si ça se trouve, je suis tatouée de partout, mais j’ai fait un best-of sur les zones que je vois ?». Évidemment, je ne réponds pas comme ça dans la Vraie Vie mais parfois, ça me démange…

Entendons-nous bien, ça ne me dérange pas, au bout d’un moment, d’avoir des questions, quand je connais bien les gens. Mais je ne me vois pas dire « dis donc, Hubert, on vient de se rencontrer, et là comme ça hop, j’ai envie de te dire c’est très laid, cette paire de lunettes, mais pourquoi tu portes pas de lentilles ?? » ; et j’ai un peu de mal à imaginer qu’on vienne me voir entre la poire et le dessert pour me faire comprendre tout le bien/mal qu’on pense de mes tatouages. Plus souvent, tout le mal.

Outre les « tu t’es fait des décalcomanies Malabar ! » (que je déjoue habilement, disant « oui, j’ai des surligneurs dans mon sac, tu veux les colorier ? »), j’ai souvent droit à :

« Pourquoi ? »

Ça, c’est toujours la question la plus personnelle, donc, évidemment, celle à laquelle je réponds le moins souvent. Le problème de ce « pourquoi ? », c’est qu’il est souvent l’avatar poli et atténué de « Pourquoi tu te tatoues le corps ? » ; je ne peux pas répondre à la question en soi, parce qu’elle touche à l’intime de l’intime, mais je peux déjà répondre quelques linguisteries : le tatouage, c’est un message plus de soi pour soi qu’autre chose. Je ne pense pas ressentir une quelconque fierté à exhiber mes tatouages (j’avoue que peut-être, dans certains lieux, quand je suis « underdressed », j’ai tendance à montrer pour dire aux autres « je suis des vôtres » ; c’est souvent le cas des lieux un peu craspouilleux où je ne vais pas souvent. Je me lance rarement dans des concours de tatouages avec d’autres gens, sauf quand je veux faire jouer la connivence des tatoués ; je vous rassure, comme c’est nul, je me sens comme une truffe de 12 ans).

Voir mes tatouages me fait plaisir (c’est pour ça aussi que j’aime l’été, j’adore les quelques premiers jours à les redécouvrir à la lumière du soleil même si j’aime moins les redécouvertes des moues réprobatrices dans le métro), mais ça sous-entend une autre donnée : que les autres les voient aussi, ce qui ne me dérangerait pas trop si ce n’était pas associé à cette perpétuelle quête de sens…

 

Pour les tatouages aztèques, j’ai eu…

« Mais qu’est-ce que ça veut dire ? C’est une phrase ? »

Comme si la recherche de sens sémantique strict était forcément ce qui m’avait motivée. Quand je suis farceuse, je dis que les symboles aztèques forment une phrase, que je change en fonction du degré d’alcoolémie de mes interlocuteurs, du temps qu’on se connait et, éventuellement, du mépris avec lequel ils posent les questions (parce que souvent, j’ai droit à un regard mi-circonspect, mi-méprisant); et j’ai appris que plus c’était gros, plus ça passait. « Oui, c’est la date de l’anniversaire de mon chat »; « ah, ça, ça veut dire « Je sais qu’on ne sait jamais », de la chanson de Gabin, elle-même inspirée par Socrate »; « C’est le début d’une prière à Mictlanctecuhtli, le dieu de la mort aztèque, parce que tu vois, moi j’y crois, à [insérer une bêtise; j’aurais aimé pouvoir surfer sur la mode de la fin du monde chez les Mayas, mais je n’en ai pas eu l’occasion] ».

Parce que je sais que si je me donne la peine de faire le recensement exact à la « et ça, c’est le symbole de la pluie… Ça c’est un autre symbole de la pluie mais ça vient pas de la même région, celui-ci est mexicain… Ça c’est l’idéogramme pour le silex, parce que tu vois, en nahuatl, ils écrivent en picto-idéogrammes avec des rébus, c’est fascinant… », ça ne vend pas exactement du rêve. Le souci, c’est que je risque de me laisser emporter, que l’autre, qui n’attend qu’une réponse du style « Ce sont les paroles de la Lambada », va forcément se lasser en entendant un exposé sur les langues uto-aztèques…

Du coup il y a :

–          Le sens que revêt, sémantiquement ou syntaxiquement une phrase ; par exemple « Dans la famille des subordonnées à P1, le relèverai enfin deux autres cas de figure un peu différents dans la mesure où la modalité dans P2 est alors beaucoup plus contrainte que dans les autres exemples rencontrés jusqu’ici »

–          Le méta autour, par exemple « c’est une phrase tirée des Cahiers de recherche, tome 8, sur la modalité et les opérations énonciatives, et plus précisément d’un article de Jean Chuquet, « Modalité et Subordination ». »

–          Le sens persi-personnel que revêt la même phrase pour celui qui se fait tatouer : « Si j’ai choisi ça, c’est parce qu’en août 1985, j’ai fait un voyage à Petit-Quevilly qui a changé à jamais le cours de ma vie. Je lisais cette phrase et il m’est arrivé un truc de ouphe à ce moment-là du coup, pour me rappeler de cet instant où tout a basculé, j’ai décidé de me la faire tatouer».

Évidemment, les gens sont forcément beaucoup plus intéressés par le sens super perso des phrases que par le méta autour (encore que…) ou par la phrase même, parfois. Je pousse le vice jusqu’à ne pas avoir de phrase (mais le méta et le sémantique s’appliquent quand même sur du non-syntaxique, je vous rassure tout de suite).

Du coup, il convient soit de mentir, soit de rester dans un flou total et frustrant.

Le double effet kiss-cool, c’est avec mes symboles de phonétique/phonologie.

« C’est de l’hébreu ? »

C’est une question mystico-obscure qu’on m’a posée une fois, à la bibliothèque, alors que je prenais une pause. Le type semblait persuadé que j’étais une Franc-Maçonne du 12è cercle Du Cube, ou une Kabbaleuse Madonnesque. J’ai dit « non non », gentiment, une fois. Puis deux. Puis trois.

Je crois que c’était soit une sorte de phrase de drague, en fait, et qu’il avait rien derrière et que, du coup, il remettait le disque au début.Ou alors il voulait me faire avouer mon commerce avec l’hébreu (je connais 3 mots d’hébreu, dont le nom d’un groupe de metal, c’est vous dire le niveau). J’ai eu beau commencer un cours sur la merveille des voyelles nasales en français, il n’a rien voulu entendre. Quand j’ai enfin réussi à m’extraire de la boucle discursive, je crois qu’il était encore en train de dire « …breu ? »

 « C’est des maths ? » ; « C’est de la chimie ? »

Jean-Guy, tu es cool et gentil, je sais que les sciences dures ont la vie belle, mais on respire un instant, je t’explique que certains symboles sont communs aux maths et à la linguistique, je pousse un bruit appréciatif quand tu me dis super fier « ça c’est le symbole pour une somme » ; tu n’es plus le premier à me dire ça mais j’accepte cette camaraderie de coïncidences. Après tout, si jamais le curieux de l’hébreu était là, tu pourrais lui expliquer qu’il y a des symboles grecs. D’ailleurs, ça marche aussi avec les gens qui parlent grec.

Le moins cool, Jean-Guy, c’est quand, excité de voir de la chimie/des maths/du grec sur mon bras, tu le saisis et le tords à des angles inhumains pour déterminer si tu vois bien un thêta. C’est pas cool, ça, Jean-Guy. Tu es matheux ou helléniste, mais pas kiné, et je crois que ni toi ni moi ne sommes à même de me remettre l’épaule si tu me casses.

Autant, je veux bien te donner mes symboles à regarder, autant tu arrêtes de toucher, tu es gentil.

 

  « Mais eeeuh… Les étudiants, euh… Euh ? »

À mon avis, un étudiant, c’est effectivement déphasé quand il voit que la prof (qui représente, dans la classe, l’establishment le plus rigoureux) est en fait une vraie personne humaine avec des tatouages. Maintenant, si le travail est bien fait, et après les premières secondes de « han mais la prof elle a des tatouages », on peut reprendre une activité normale. Je crois avoir eu droit à plus de regards étonnés quand je suis passée des cheveux longs aux cheveux courts que pour les tatouages. J’ai même surpris un regard « you go girl ! » ou deux, après avoir retroussé mes manches à plus d’une reprise[2]. Je me souviens avoir aussi un peu soufflé en voyant les tatouages discrets d’une conférencière, en me disant « wah si même la Dame a le droit, alors je peux aussi »).

Certes, avec les nouveaux étudiants, ou quand je fais des remplacements, ça leur arrive de confondre tatouage et laxisme, mais je les remets vite dans le droit chemin. Finalement, les gens qui ont le plus de mal avec mes tatouages sont ceux qui ne me voient pas en milieu professionnel. Exception faite des conférences de phonétique, où je cache plus ou moins bien mes amis, de peur qu’on me prenne pour une monomaniaque de la voyelle rhotique.

« Ah mais y’a pas que de l’anglais ? »

Ça, c’est une question de choix. Posée par des gens qui ont reconnu la phonétique, donc qui sont tout à fait à même de répondre à leurs questions les plus simples. En lézardant sur les symboles, ils sont rassurés, ils reconnaissent un truc, un autre… et tombent sur de l’inconnu. Ça, c’est une question qui me plaît, mais force est de constater : non, il n’y a pas que de l’anglais. Non que je ne trouve pas les symboles phonétiques anglais classieux, je trouve aussi les autres jolis. C’est ça, en fait, l’idée du tatouage : être esthétique, tout en représentant quelque chose proche à mon cœur. Du coup, je suis très contente qu’on reconnaisse la phonétique, et je suis presque un peu triste de voir l’« insécurité » d’iceux qui reconnaissent un peu, mais pas tout. Moi-même, je ne reconnais pas tout[3]

Mention spéciale à un de mes collègues qui a reconnu [ph] et m’a félicitée sur mon « p soufflé » alors que j’abordais le flanc ouest de la mousse de mon café. Forcément, prise au dépourvu, j’ai eu du mal à raccrocher les wagons et à comprendre de quoi il parlait, mais c’est ma réflexion préférée.

« Non mais je veux bien que ce soit de la phonétique, mais est-ce que ça forme une phrase ? »

Encore une fois, la quête de sens. Autant, avec les symboles aztèques, on peut faire des interprétations foireuses et inventer des phrases sur des symboles qui s’enchâssent, autant, ça choque plus que je ne me sois pas fait tatouer l’Alphabet Phonétique International (en tableaux), ou un truc organisé. En dépit des bornes de phonèmes, c’est nettement plus court-circuitant, cette absence de sens profond (« si tu prends mon bras comme un boustrophédon, ça compose la recette de la bouillabaisse » n’est pas une réponse valable); et puis-je oser répondre un aphorisme anglais du meilleur effet, « I wear my heart on my sleeve » ?.

Ce tatouage est une utilisation non conforme de signes alphabétiques, et je comprends parfaitement comme on peut se sentir petit face à ce qu’on ne comprend pas. Par exemple, j’ai adoré cette stèle funéraire égyptienne…

… en même temps, j’y comprends rien, moi, au copte. Si ça se trouve, elle détaille la vie de Théodore ; si ça se trouve, ce sont des prières. N’empêche que même sans comprendre, j’apprécie la beauté des signes de la langue, et je pense que c’est une raison suffisante pour avoir voulu la prendre en photo et vous la coller dans un article mal détourée.

Mes tatouages, c’est la même chose.

« …AH… ! »

L’imaginaire autour du tatoué est toujours aussi puissant, malgré la démocratisation de la pratique. Ainsi, le tatoué, c’est le solide dans sa chair, qui a su souffrir pour parer son corps. Le tatoué, c’est le subversif qui envoie une image presque agressive au non-tatoué (et aux autres). La tatouée, c’est… c’est un peu pareil, mais en différent. J’ai eu droit au médecin qui me dit « quoi ?? Vous avez eu peur de prendre trop de médicaments ? Mais vous êtes tatouée, c’est pas ça qui doit vous fait peur ! » ; oui, j’ai moins peur des aiguilles que de faire un surdosage, c’est un peu comme être dresseur de serpent et avoir peur des araignées. Chacun son truc, mais l’un n’implique pas « sexualité et vie 100% rock’n’roll je mets pas mon casque je m’en fous je fonce ! » et autres YOLOteries.

Bref, le tatouage véhicule immédiatement une certaine surprise qui peut être utilisée à mon avantage une fois qu’on maîtrise la fonction perlocutoire (osons !) du tatouage, après l’avoir vu reçu par beaucoup de gens. Outre les symboles aztèques, j’ai une pièce qui complète l’ensemble et qui est un peu l’équivalent encré du grand-frère-des-cités : Tezcatlipoca, qui fait un peu office de « faut pas venir me chercher trop non plus », caché dans l’intérieur du bras.

Cas de figure : dans le métro, ligne 13, un monsieur un peu donneur de sa personne essaye de m’offrir des séances gratuites de massage amical localisé derrière moi ; ou, en face de moi, le même essaye de mimer l’agonie d’une baleine sur une plage avec sa langue en me fixant pour que je sois captivée par la scène. Au lieu de donner mon fameux coup de coude « malencontreuse perforation du poumon causé par les saccades du métro », qui fut mon grand hit adolescent, j’adapte la stratégie : le bras bien écarté du corps, je saisis la barre et montre ‘Poca. L’effet est immédiat, draguer de la tatouée, ça va, draguer de la tatouée qui a *ça*, plus du tout. J’explique ça par la dangerosité macabre de cette pièce ; le sens immédiatement capté (avec un langage corporel qui accompagne) est agressif, et, du coup, il est tout à fait possible de communiquer avec ses tatouages et d’en jouer.

« Arrière, malotru ! »

Idem, je l’utilise aussi pour faire diversion. Je suis une piètre danseuse de salon[4] , et parfois, je suis obligée de donner de ma personne. Pour rattraper mon manque de sub-/co-ordination, je flashe Tezcatlipoca aux yeux étonnés de mon partenaire, qui, du coup, se focalise beaucoup plus sur lui que sur mes pas maladroits. J’ai eu ainsi droit à des danses yeux-dans-les-yeux-de-Tezcatlipoca, du début à la fin : on retient mieux un tatouage surprenant que sa maîtresse.

 Dernier mot : Scriptocorpus, un an après

J’ai volontairement repoussé la lecture des billets de saison de Marie-Anne Paveau sur le tatouage, « Scriptocorpus », à la fin de la rédaction de ce billet pour ne pas être influencée dans mes explications et choix, bien qu’elle m’ait motivée à partager ce billet.

Je suis ultra-fan de la citation de Benveniste “bien avant de communiquer, le langage sert à vivre” (1972 : 217), et, finalement, assez surprise de l’absence d’appréhension du tatouage-idéogramme qui n’en dit pas le nom (comme mes symboles aztèques) parce qu’il n’est pas repéré en tant que tel par celui qui voit le tatouage. Idem, mes symboles phonétiques sont des sous-ensembles, au-dessus de la simple initiale, mais en-dessous d’un mot, et ils n’ont d’autre sens visible que… le *son* qu’ils représentent. Statut hybride pour des tatouages qui le sont aussi…!

Je suis déçue de ne voir aucun mot sur le tatouage figuratif qui représente un écrit, mais encore une fois, on doit pouvoir avoir accès aux sens profonds des tatouages pour le savoir—mon refus d’une phrase encrée est contourné par le tatouage d’une image symbolique qui la représente—ce qui est facile quand on aime et qu’on se fait tatouer Blake, poète et illustrateur de ses poèmes. A mon avis, c’est (narcissiquement ?) le caractère unique de mon tatouage qui explique cette carence : pour comprendre le tatouage-symbole de texte, encore faut-il avoir vu le texte dans son contexte[5] et savoir le décoder. Et puis quand on a une illustration-chêne qui cache le texte, est-on tatoué du texte ou du symbole ? Je me sens tatouée doublement, justement, puisque je ne vois pas que le dessin en le regardant, mais peut-être que je serais plus circonspecte si on me disait « cette paire de lunettes représente J.-P. Sartre parce que j’ai adoré La Nausée mais que je me voyais pas faire un tatouage représentatif ».

Of course, elle décrit infiniment mieux et plus finement ce que je n’ai qu’esquissé dans mon billet, concernant la démarche langagière du tatoué, alors que je me suis concentrée quasiment uniquement sur la réception d’un corpus beaucoup plus restreint, donc cours la lire, petit gredin ! Mais va te faire tatouer d’abord.

 

Crédit photographique :
–          Stèle funéraire, Egypte. Musée du Louvre de Lens, photographie personnelle.
–          Masque de  Tezcatlipoca, British Museum de Londres ; photographie de k-m-s, partagée sur Wikipedia.
–          Tatouages, photographies personnelles.

 

  1. merci, les pulls en laine qui rétrécissent incompréhensiblement. J’ai commencé l’hiver avec un gros doudoupull qui me faisait ressembler à une animatrice de cercle de discussion sur la dépression saisonnière, j’aborde février avec un truc taille 12 ans []
  2. j’avoue avoir adressé un regard « you go girl ! » à un des profs de mon jury de CAPES. J’avais caché mes tatouages, lui, non, donc ça m’a créé une connivence encrée et rassurante dans ce monde où j’avais revêtu un tailleur-pantalon-chaussures à talons tout à fait pas proche du tout de ce que je porte dans le civil hors concours. []
  3. Je plaisante. Je révise de temps en temps, mais c’est le revers de la médaille : j’utilise moins de clics bilabiaux que d’autres sons, du coup je les retiens moins bien. []
  4. j’ai tendance à mener, alors je suis vite perdue quand on tente de me contraindre []
  5. oui, ceci est valable pour mes recherches sur les forums : le corpus textuel ne vaut que s’il est accompagné du pseudonyme, de l’avatar, de la signature et autres éléments qui l’assoient dans sa réalité []