Going Paperless 2 : Méthode et Transition (I)

Voici la suite de l’aventure « Going Paperless » commencée il y a une semaine dans ce blog… Après le préambule, les détails techniques et la transition !

Prévisions : 

Côté soft/hardware : 

– OneNote pour la facilité à faire des cahiers et autres sous-sections accessibles très facilement, partageables, et disponibles sur ma ménagerie numérique (iPhone, Netbook, PC); la synchronisation est facile, immédiate, les cahiers acceptent des fichiers vidéo et audio, et les copié-collé de sites ont un petit timbre d’origine, ce qui me permet de tout retrouver facilement. J’aime assez Dropbox et Evernote pour les transferts, mais je les trouve moins facile à utiliser pour les cours, a priori. J’ai assez d’expérience sur OneNote pour voir le potentiel de la chose, et faciliter les prises de note (le souci étant qu’une fois imprimés, j’ai des cours de 10-12 pages facile, parce que j’aime prendre la place qu’il faut; entre autres, pour mes exemples de grammaire). En plus, tout est au même endroit, donc c’est parfait.

– Hardware : au début, j’ai penché très sérieusement vers une tablette Surface Pro (MS); les programmes à la Praat, Winpitch, Treetagger, R, Python… ont des interfaces qui marchent parfaitement sous PC, d’autant plus que je suis très partisane d’OneNote, donc  d’une architecture PC puissante, pour faire tourner mes suites logicielles préférées.

Problème de la Surface Pro : elle n’est pas encore sortie (après la sortie US, soit le 9 février ?), donc pas encore testée, donc toutes les critiques en ligne sont soit dithyrambiques, parce qu’écrites par MS, soit cauchemardesques, parce qu’écrites par les Apple/Android Fanboys (et les gens qui détestent MS. Et ils sont nombreux). Pour la Surface RT, j’avais lu des commentaires de gens qui la trouvaient pas si mal que ça malgré l’absence d’apps dans le MS Market (en même temps, un marché jeune, c’est un peu compréhensible); mais la Surface Pro semble résoudre ces problèmes grâce l’exploitation double (app + tous les autres programmes qui tournent sous 7) ; idem, les ultrabooks convertibles (Asus Transformer, HP Envy) ne semblent pas convenir à mes besoins. J’ai peur de casser le Dell avec son écran qui tourne, le Vaio me semble assez fragile de la charnière et assez cher (et, finalement, moins puissant que la Surface Pro).

Et finalement, je prends un LeNovo Yoga 13 (8 Go de RAM, 128 Go de stockage, sur un processeur i5) ; ce qui m’a fait décider, c’est la possibilité de l’utiliser dans diverses positions (tente, tablette, netbook), le plus grand écran et la plus grande autonomie. Pour un prix équivalent à celui de la Surface, j’ai légèrement plus sous le capot, deux ports USB dont un 3.0, une prise HDMI mini (et pas besoin d’acheter une prise pour le rendre compatible avec cette sortie). Ca y est, je viens d’acheter la bête, pour un prix à peu près similaire à celui de la Surface, pour la même capacité de stockage, mais en testé et approuvé.

Le truc qui me faisait peur avec une vraie tablette (et pas un hybride), c’était l’absence de possibilité de pouvoir l’utiliser dans le train, plié sur mes genoux, ce qui peut être un gros problème potentiel. Idem, je ne possède pas de tablette à part entière, et je ne me voyais pas écrire un peu n’importe comment avec la chose posée sur mes genoux, quand je travaille à la maison.

Le seul souci sera d’apprendre à utiliser Windows 8 rapidement, mais ça ne me semble pas être insurmontable. J’avais pensé iPad + Pages ou iPad + Evernote, parce que OneNote s’affiche mal sur mon téléphone portable (les mises en page sautent, et je ne peux pas mettre à jour les anciennes fiches). Avec le passage à un ultrabook hybride, je pense faire un petit combo avec un iPad Mini (dès que le 2 avec écran Retina sera disponible), histoire de varier les plaisirs, et de rendre la vie plus facile à mon téléphone portable (qui commence à vieillir un peu, le saligaud).

La transition :

Pour le moment,  j’utilise un truc un peu hybride-moche : je tape certaines choses, et en cours, je les annote. Du coup, j’ai à la fois des archives numériques, et les avatars physiques augmentés.

Pire : avoir un cours que je sais pertinemment avoir tapé, mais pas imprimé ; avec la rentrée, le nombre de choses auxquelles penser, et/ou le manque de temps… Du coup, j’ai testé des méthodes miteuses :

–          ouvrir mon OneNote sur téléphone portable, cacher icelui sur ma brochure. Je vous assure, ça ne marche pas du tout. C’est pas discret, l’étudiant se rend bien compte de ce qui se passe, sauf qu’il pense que je suis en train de regarder mes mails au lieu de faire cours.

–          Mettre mon PC portable sur mon cours dans mon bras. Non seulement c’est pas pratique, mais en plus, impossible de naviguer le touchpad avec le tout coincé dans le bras. Et si jamais je lâche le PC ? Seul point positif : je dois avoir des muscles d’acier, mais le poids  (1.5 kg-2kg) de mon netbook ne m’a pas semblé insurmontable à transporter à dans mon bras. On le sent, c’est certain, mais ça n’est pas une torture, loin de là.

 

La Tentation du Mal :

C’est très gentil de vouloir copier-coller du matériel d’internet, et je sais à quel point les ressources qu’on y trouve sont fascinantes. Le problème du copier-coller, même dans One Note (qui met obligeamment un petit « collé à partir de <Adresse Web> »), c’est le fait qu’on arrive pas ou peu à s’approprier le contenu ; j’ai essayé de surligner virtuellement les passages intéressants, mais ça reste toujours beaucoup trop rédigé pour être correctement utilisé en cours. Du coup, même sur des choses ponctuelles, vaut mieux repasser derrière et réécrire les informations que l’on trouve (je n’ai copié-collé, en fait, que des éléments de lois britanniques, ou des choses comme ça qui, évidemment, demandent une interprétation personnelle un peu balèze et une reformulation pour les étudiants, soit parce que la langue n’est pas la bonne pour eux, soit parce que le registre est trop difficile). Bref, le Mal, c’est le Mal, et je promets que je n’utilise jamais rien qui viendrait directement des internets, non seulement parce que ce n’est pas très honnête, mais en plus parce que c’est rigoureusement impossible à exploiter en cours.

…And off we go!

Le Lenovo devrait arriver d’ici mardi, et être fully opérationnel avant la première séance d’entraînement à LateX deux jours plus tard. Je compte beaucoup dessus, parce que je vois à quel point mon netbook actuel, un Samsung pas super puissant, rame pour me faire deux choses à la fois… Et je suis très gourmande en applications qui tournent en parallèle.

Ensuite, la semaine suivante, il devait pouvoir me faire économiser sur mes dizaines de trucs ramenés en cours, au moins pour les cours à fort contenu personnel ; en plus (coup du karma !), je n’ai plus d’encre dans mon imprimante, donc la transition est plus que nécessaire (j’écris les corrections de mes brochures avec des couleurs différentes, ça fait très girly-girl, mais c’est surtout super pratique à suivre).

 

À suivre : l’adaptation, hors- et en-cours, non seulement à Windows 8, mais aussi à l’utilisation paperless de la bête.

Bonus : Going Paperless, vu par mes collègues :

La plupart des gens auxquels j’en ai parlé semblent trouver l’idée un peu sortie de l’espace, et mi-farfelue. Tout en reconnaissant les mérites et l’accessibilité des logiciels sous OneNote, peu ont été convaincus, mais beaucoup m’ont parlé d’un élément très important à prendre en compte : il est impossible de passer paperless complètement parce que… les étudiants n’ont pas forcément tous d’imprimantes ou d’ordinateurs portables (encore que), et beaucoup sont réticents à l’idée d’avoir le contenu du cours sur ordinateur (moi qui comptais ouvrir un compte iTunes U pour le futur, ça semble râpé). En fait, pour eux, le paperlessness, c’est « ne plus avoir de brochures à distribuer aux étudiants », et pour moi « avoir le maximum de matériel et de ressources (textuelles augmentées, audio, vidéo et même des copies des livres de référence) dans le plus petit encombrement possible » ; d’où nos quiproquos.

Je ne me sens pas de réformer le système de brochures : même aux USA, où les professeurs avaient développé notre livre de cours, qui était disponible à la fois gratuitement en ligne et en achat à la boutique du Campus, il n’y avait pas plus d’un étudiant sur soixante à ne pas avoir acheté le livre (parce qu’il était pratique, puisque relié, donc moins de chances de perdre les feuilles, parce que ça faisait faire justement des économies sur le matériau de base, et parce que tous n’avaient pas d’imprimante dans leur chambre d’étudiant). En même temps, tous les cours avaient un Moodle-like (consulté par les étudiants, pour le coup, qui avaient l’habitude d’avoir ce genre d’outils à portée de main pour consulter les devoirs et autres), et les cours niveau graduate, souvent assortis de la lectures, donnaient systématiquement à disposition ces documents uniquement sous format virtuel, ce que je n’ai que très rarement vu fait en France (à la discrétion du professeur concerné).

 

Du coup, j’accepte de porter ça le premier jour de cours, mais c’est à peu près tout : mon but est de développer assez d’expertise pour pouvoir me débarrasser de mes pochettes de cours (ou les réduire aux feuilles d’émargement et aux notes de suivi que je prends) . Dans un premier temps.

 

J’ai pris 150 brochures et autres photocopies le premier jour (c’est toujours comme ça, mais ça fait un choc tout de même)

 

La suite concernera le paramétrage et la copie de tout ce qui fait un ordinateur lambda mon ordinateur de travail on-the-go préféré, et la transition vers Windows 8, ainsi que les premiers ressentis de cours donnés sur tablette.

« LOL Littéral » : les émoticônes intenses

En gambadant sur Facebook, je suis tombée sur cet échange entre un ami (utilisateur vert) et ses potes :

J’aime le fait que ces marqueurs d’émotion, comme LOL (qui est, incidemment[1], prononcé L-O-L par les anglophones) soient réinvestis d’un nouveau cachet et d’un adjectif quand il s’agit de non seulement décrire son sentiment, mais aussi l’action qui en découle.

 

C’est vrai que normalement, quand on dit « LOL », on est pas forcément en train de lauller devant son écran; là, l’utilisateur vert fait même une faute de frappe (ou la moitié du smiley « ^^ » ?? Pour le coup, je le connais, il est peu friand des « ^^ » mais on ne sait jamais); ces émoticônes sont quasiment les seuls marqueurs d’émotion, et donc de cohérence (mais je ne vais pas écrire un énième message sur ce phénomène, Baron[2] s’en charge très bien). Je me bornerai donc à commenter le littéral de ce « literal lol ».

 

Il est un peu l’aveu tacite qu’on ne rigole pas vraiment, mais qu’on partage, avec le(s) coénonciateur(s) au moins une once de complicité. En revanche, si Vert aurait pu se contenter de mettre un « lol », il a voulu marquer le coup et montrer qu’il rigole vraiment, même tout seul, devant son écran.

 

Je me suis souvent demandée ce qui conduisait les gens à réagir en- et hors-ligne comme ils le font. Effectivement, hors-ligne, quand on fait une blague un peu marrante (ça m’arrive tout le temps) et que l’autre se bidonne comme un enfant qui a mangé trop de chocolat, il est de bon ton de l’accompagner ou de l’imiter (ça se fait normalement, mais ça m’est arrivé de faire un rire d’accompagnement, et je me dis « s’il rigole autant, autant lui montrer qu’il a raison et rire de concert »). Idem, quand je regarde un film marrant toute seule, je n’y réagis pas de la même façon que si j’étais accompagnée, il m’arrive rarement de rire à haute voix, puisque je n’ai pas de complicité à partager avec mon écran.

Mais ce qui nous concerne ici est un peu différent :

Un « lol » aurait donc pu être suffisant (« ta blague m’amuse »), mais ce « literal » est un compliment : « même tout seul, donc sans pression de pair, non seulement tu es drôle, mais tu provoques un rire alors que je ne suis pas dans une position où socialement, on attend un rire vocal de ma part ».

Du coup, ce « literal lol »  montre bien que le en-ligne provoque des choses hors-ligne[3]; finalement, c’est une sorte d’intensifieur– l’échange a poursuivi le temps que j’écrive ce message, et mon Vert a enchaîné par un « HAHAHAHAHAHA »; cette fois, pas littéral mais… peut-être si expressif que c’est un synonyme ?

Idem pour les montages d’émoticônes à la Human Centipede, les : D : D : D que j’interprète forcément comme se renforçant les uns les autres (un peu comme la phrase que répète Larry David, « pretty, pretty, pretty good », où chaque « pretty » renforce ironiquement le « good »); finalement, on arrive à une phase où l’émoticône européen[4] et l’abréviation se renforcent; comme si… finalement, tout ça était galvaudé, et qu’on intensifiait le sens en multipliant les marques…?

Deux dernières choses : ça me rappelle les échanges de personnages de The Office, 8è saison, qui dissertaient sur un sms qui contenait 5 points de suspension; effectivement, les points de suspension sont des marques de flirt plus ou moins explicites (j’appelle ça « les trois-petits-points-qui-veulent-tout-dire-qui-veulent-rien-dire »). Mais 5, là, on sait que l’ellipse en contient plus………. (autant de points, ça veut soit dire que l’émetteur attend l’autre avec un disque de Barry White et du Body Nutella, soit, dans ce cadre d’article sur un blog scientifique, qu’il en sait plus mais qu’il ne voudra pas le révéler. De toute façon, ça sous-entend une connivence un peu perverse avec soi-même et l’autre, s’il veut bien comprendre).

Dernier petit grain avant de vous laisser : les émoticônes sont des créations graphiques sur lesquelles je ne pensais pas qu’un copyright pourrait s’appliquer– c’est pourtant le cas, mais  pas dans le cadre de l’utilisation de particuliers. En revanche, les téléphones qui proposent des claviers de smileys pré-enregistrés ont des brevets américains; et le smiley 😉 a une marque européenne depuis 2008 (un community trade mark, pas moins que ça)…

  1. je voulais écrire « le sachiez-tu ? » mais j’ai pas osé []
  2. Baron, N. S. (2008). Always on: Language in an online and mobile world. Oxford: Oxford University Press. []
  3. j’adhère à la post-dualité numérique, j’estime donc que mes technologicées sont des extensions de moi tout comme des lunettes sont des extensions des yeux défaillants dont certains sont pourvus. Chacun sa fonction, mais finalement, on est toujours dans une situation qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, et nous arrange et que l’on comprend : si vous me lisez, c’est que, vous aussi, vous êtes entrés dans la post-dualité. []
  4. l’émoticône asiatique, c’est celui qui est lisible de haut en bas comme *__* []

Going Paperless 1 : Préambule

Cette année, et plus précisément ce semestre, mon but, c’est d’utiliser le moins de papier possible pour donner cours. J’en suis encore au stade 0 de l’affaire : tout est encore sur papier, avec les livres et les divers supports, pesant une bonne dizaine de kilos.

Mon sac de cours, sans les brochures. J’en aurai 150 demain matin. Yay.

J’adore le papier, j’adore écrire, je possède un magnifique stylo-plume que j’utilise régulièrement, j’ai quasiment écrit tous mes cours à la main et pourtant… Je crois que l’heure est venue de changer de méthodes de cours pour passer au numérique.

La base :

–  des cours à contenu où je parle beaucoup => beaucoup de papiers à la base.

–  des cours à matériel étendu :  où je travaille sur un livre, une brochure, plus des exercices en plus (parfois audio). Les plus lourds à gérer pour le dos/les trajets bureau-repro-salle de cours

– des cours à participation : une brochure, un papier, le plus léger (et, incidemment, ceux qui ont été tapés en premier).

Arguments pro-paperless :

l’archivage. Ça commence à devenir invivable, de transférer de vieux cours dans de nouvelles pochettes de tri, puis, éventuellement, de devoir aller les repêcher quelques années plus tard pour donner le même genre de cours. Je dois avoir 5 ans de cours différents, dans des pochettes différentes, et j’ai l’impression de faire mes courses, en moins nutritionnel[1].

le confort de mon dos : des brochures + les notes + les livres de cours à ramener pour un seul exercice, surtout quand on on n’habite pas dans la cantine de la fac, ça commence à devenir contre-productif.

La multimodalité du support : avec mon cours papier, je n’ai pas accès à des supports audio ou vidéo pour faire cours, ce qui veut dire soit ramener des trucs de chez moi (le combo ordinateur portable + haut-parleur) ou alors aller chercher l’équipement au service AV. Bref, c’est l’horreur.

Si c’est foutu, c’est foutu : ça m’arrive de vouloir refaire un point sur un autre cours, plus ancien ou pas donné à ce niveau/ce groupe… Mais évidemment, comme je ne ramène les choses que jour après jour, je suis obligée de grapiller des souvenirs pas forcément très clairs du fin fond de mon cerveau. Du coup, je sors les notes que j’ai sur mon téléphone portable, et les étudiants ont l’impression que je réponds à Twitter alors que je travaille, en fait.

L’annotation folle : parfois, je colle un post-it pour rajouter un truc à un cours. Parfois, je colle 8 post-its les uns derrière les autres, j’ai la paperolle folle. Je ne vous raconte pas comme c’est difficile à lire, décoller, recoller ailleurs… Ca m’est arrivé de les coller discrètement sur mes doigts, alors que je donnais cours, pour les suivre plus facilement. Newsflash : ça n’est jamais, jamais discret.

« Laisse-moi décoller mes 5 post-its de ma main gauche et te ré-expliquer les déterminants anglais, petite. »
Creature from the Black Lagoon (Universal Pictures, 1954)

Le recyclage : éditer un document sur ordinateur, c’est quand même plus facile que de le refaire sur papier.

Le fait que la moitié de ce que je fais est déjà sur ordinateur : les contrôles continus, certains cours, et des exercices en plus. Je fais des brouillons très sales et moches, et ensuite, des versions très pro avec de petites majuscules.

 

Arguments contre paperless :

Mémoire et appropriation : comme j’en avais discuté avec un collègue de labo, écrire ses cours sur ordinateur, c’est un peu difficile. Lui, ça lui donne l’impression que ça ne vient pas de lui. Moi, j’ai l’impression que je les retiens moins facilement, du coup, si je les écris très en avance, il faut que je les potasse comme si j’étais ma propre étudiante. Ça craint.

La difficulté de faire des ses petites annotations comme on aime : je mets un accent circonflexe au dessus de mes m pour écrire « même » comme certainement tout le monde. Evidemment, je n’ai pas vu de m avec une barre au dessus dans mes traitements de texte habituels (pas encore ?). Alors pour les symboles de sténo que j’utilise, j’imagine que ça va être encore plus rigolo.

La conversion : comme certains cours sont déjà écrits, que faire ? Les réécrire sous ordinateur, ou les scanner ? Pareil pour les livres, les convertir en .pdf ? Et quid de la facilité de lecture ?

L’amour du papier : j’ai la même obsession infantile pour la papeterie[2] que, finalement, pas mal de gens à qui j’ai fait cette confession. Et je me vois mal virer mes cartouches d’encre de couleur bizarre, mes copies doubles sans ligne rédigées ouvertes dans le mauvais sens.

 

 

La méthode de transition et les choix paperless seront le sujet du prochain billet !

 

  1. vous savez, le moment où on se rend compte qu’on manipule ses courses pour  1) pour les prendre des rayons, 2) pour les passer à la caisse 3) pour les remettre dans son sac 4) pour les ranger dans sa cuisine 5) pour faire à manger et, éventuellement 6) pour ranger les emballages dans son gourbi à recyclage puis 7) dans la vraie poubelle de recyclage. 7 manipulations pour un pot de sauce aux cèpes, je trouve que ça fait beaucoup. []
  2. les stylos et le papier et les carnets et les petits stickers dans les jours de faiblesse []

De la platitude de l’exemple grammatical

Comme toi, certainement, j’ai passé la fin de l’année poussivement devant un ordinateur, en train de concocter des cours (ou d’en remettre d’autres à jour); mais ici se pose le moche problème de l’élaboration d’une petite centaine (voire plus ?) de phrases pour la grammaire.

Le souci de ces exercices de grammaire et autres phrases-exemples, c’est qu’elles doivent obéir à des critères de sélection impec-balsen du début à la fin, être faciles à retenir (pour toi et pour ta classe de poulains qui-y-croivent-qui-en-veulent) et contenir ZE morceau grammatical de choix.

 

Imaginez, un cours sur le passif. Qu’est-ce qui vous vient logiquement en tête pour illustrer le couple torride agent-patient ? Le chat a mangé la souris; la souris est mangée par le chat, j’imagine[1]. Ah, et sinon, pour les verbes bitransitifs, ça reste ultra haletant, « Pierre donne un livre à Jean ».

Voilà, c’est de ces énoncés ineptes dont je voulais vous entretenir.

Je vous assure, je voudrais en écrire, des exemples tordants, qui éclaireraient mes analyses grammaticales et seraient suffisants pour comprendre que could ne s’utilise pas pour accorder ou refuser une permission, mais qu’on peut quand même l’utiliser dans une question. Je vous jure, j’ai tout essayé pour faire comprendre que la complétive peut être remplacée par un syntagme nominal, alors qu’une relative appartient à un syntagme nominal. Le problème, c’est que quand j’essaye de faire une super phrase qui tue, j’arrive à peine à m’extraire assez de jus de cerveau pour faire un « -Could I go out tonight ? -You may/can mais pas *you could » ou des « I know you called her » vs  » I know the girl you called » (sans pronom relatif ni rien, je suis comme ça). Mais bref. Ça reste sans aucune saveur, sans rien, sans accroche au pauvre petit étudiant qui va devoir recopier ou relire tout ça, voire manipuler des phrases à l’infini pour être bien préparé…

Oh, j’en connais, des grammairiens farceurs, qui utilisent des phrases un peu marrantes. Exemple : « Who steals my purse steals trash » (Jakobson, je crois (?); en tous les cas, la citation de base vient de l’ami Willy S., donc ce n’est pas vraiment de l’invention. Et puis il a bien le droit de prendre des phrases comme ça, quand elles viennent de sources prestigieuses).

Je vais donc dresser ici un petit panorama des pratiques d’émission (et de réception) de ces exemples de grammaire :

Dans les coulisses du scripteur des phrases, j’ai fait…

 

1) Des spéciales-kassdédis entre soi et soi-même :

Oui, ça nous (et quand je dis nous, je dis mes collègues ou potes-profs et moi) arrive de se citer les uns les autres dans nos cours. Je crois avoir été à la tête d’une entreprise quelconque (j’espère de papier, comme dans The Office) dans les cours de compta d’une pote; Je crois avoir cité divers collègues et amis dans mes phrases, en leur inventant de nouvelles vies (je crois qu’Elsa s’est mariée plusieurs fois en Islande ou au Japon dans mes cours; et MrBrightside, avec son prénom passe-partout, a récupéré une femme qui fait du piano et qui vient le chercher à l’aéroport. Oui, parfois, c’est précis). Le truc, c’est qu’il n’y a que moi qui pige la private joke. Alors ça me fait marrer quoi, 3 copies, et après, le professionnel reprend le dessus. Pas grave, qu’ils m’écrivent Elsa « Ellsa », je corrige et puis c’est tout. Pareil, ça me fait lauller 4 secondes quand on me dit qu’on m’a citée dans un examen, ou qu’on a pris un texte de version en pensant à moi, mais business is business, après tout.

Avantage : on retient plus facilement la phrase qui contient des trucs comme ça, parce qu’on en a parlé la veille à son collègue. 
Inconvénient : après 2 fois, ce n’est plus drôle, ça devient borderline creepy. 
 

2) La référence à des trucs qu’on aime bien :

C’est une variante du cas de figure précédent : dans mes cours, on va souvent au Texas où il fait toujours beau (mais où il se peut qu’il pleuve ou qu’il y ait une tempête). On va souvent dîner chez les Milton; ou bien les Blake et nous partons tous en vacances en Écosse (comme ça j’en case deux d’un coup). Parfois, c’est Malcolm X qui se fait assassiner sous nos yeux incrédules; d’autres fois, je follow un twittos trop rigolo (la liste est trop longue) ou j’empêche des enfants de poster des photos embarrassantes sur Facebook.

Ces exemples sont tous tirés de mes cours du second semestre, oui. Je n’ai, pour le coup, aucune dignité. Le problème avec ça, c’est le facteur ringarditude à prendre en compte (traité dans la réception de ces messages).

Avantage : c’est un peu l’équivalent mental d’une tasse de chocolat chaud avec des marshmallows dedans. Face à une classe un peu hostile (la syntaxe est une science aride), ça fait toujours chaud au coeur. 

Inconvénient : Y’a un moment où le facteur ringarditude l’emporte; il doit y avoir une loi qui dit que plus on fait appel aux références de ce genre, et plus la probabilité de faire ringard s’approche de 1. 

 

3) Le lâcher-prise :

A une certaine heure, après un certain nombre d’exercices et/ou d’exempliers, je commence à écrire n’importe quoi. Là, j’ai failli envoyer des enfants négocier avec des terroristes parce que je voulais faire une phrase à la fois sur le travail à la mine ET sur les négociations de terroristes. Non que je sois versée ni dans l’un ni dans l’autre, mais ça me sort du dedans. Idem, j’ai voulu bricoler une phrase dont l’énoncé original contenait « Harrods » avec « Walmart » à la place. Le problème, c’est que « Walmart is really the place for… » m’entraîne dans des abysses réflexives. Plus précisément, dans People of Walmart, où on peut pas dire que je puisse finir la chose comme la phrase originale, « …the place for evening dresses ».

En même temps, je ne suis pas la seule à partir dans des sortes de voyages intercosmiques dans le n’importe quoi grammatical. J’ai bien vu M. Chassagnol, qui nous propose des « You may have a love affair with my husband if you feel like it. I may have a love affair with yours, then, who knows? » cachés dans des phrases beaucoup plus dignes. D’ailleurs, dans son livre, le français est beaucoup plus sage que l’anglais, surtout quand il ne faut faire que quelques manipulations et laisser l’anglais dans sa virginité pudique.

Et après…?

Une fois la rédaction achevée, on peut souffler un peu, allumer une cigarette satisfaite, et contempler l’oeuvre avant de l’envoyer à la repro. Mais on passe souvent à côté du  souci avec ces phrases. Après tout, elles sont  complètement décontextualisées, encore qu’on puisse suivre une sorte de vie virtuelle avec les exemples que j’invente, entre cette curieuse promiscuité avec Milton et Blake, et leurs séjours anachroniques au Texas. Mais là où le bât blesse, c’est la réception : on a peaufiné ces phrases; enlevé ou balisé les aspérités; retenu tout ce qu’il y avait à dire de tel ou tel composant. Et là, quand on les lance en live, parfois… Il m’arrive de me sentir comme ça, inutile comme le maître de Grumpy Cat et mes exemples :

Cheer Up Grumpy Cat gif
Source : Pandawhale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Show must go (à un moment donné) on.

 

1) Ringarditude, quand tu nous tiens :

J’ai utilisé « May the force be with you » (subjonctif, impératif ?), qui me semble être l’épitomé de ce qui se fait en ringard geek. C’est une sorte de jeu perdant-perdant : soit les étudiants pigent, et partent en vrille parce que c’est rigolo, soit ils pigent, se disent « mais c’est quoi cette personne qui nous fiche du Star Wars dans les cours ? » et la crédibilité en prend un coup (ça peut être vu comme un échec critique par nos amis rôlistes; j’accueille tous les styles[2] geek dans ma chapelle).

Idem, en m’inspirant de l’exemple du test du zombie, qui paraissait classe et rigolo à première vue, j’ai renâclé et botté en touche quand il a fallu dire « et vous pouvez insérer le complément [by zombies] pour savoir si c’est bien la voix passive, c’est un test valide ». A la place, j’ai gadouillé patient-agent, toujours avec mon chat et ma souris (les indécrottables du début, OUI).

Inconfort pour l’étudiant : +
Inconfort pour l’enseignant : +++
 

2) Variante du ringard : l’intello ou « nous n’avons pas les mêmes valeurs » :

Une autre bonne méthode testée pour créer une sorte de vague de mépris vaguement accablé de la part de mes étudiants, c’est d’utiliser des références qu’ils n’ont pas. Mais sans le savoir. Par exemple, une année, on utilisait un livre qui faisait référence à « Crime and Punishment ». Bon. Outre ceux qui avaient compris « crimes et délits » dans le lot (à dire à voix haute, c’est plus rigolo), j’ai fait la bêtise de demander à quel livre ça faisait référence. Et là, nichts-rien-nada. Même traduit en français, Crime et Châtiment, ça n’a pas forcément fait tilt partout et j’ai failli faire un pendu pour faire deviner le Dosto.

Et là, je me suis sentie comme dans ce sketch des Inconnus, Youpi Matin, où on nous présente « Guerre et Paix » de « Taulstwa ». Je me revois en cours avec un prof qui disait « il faut avoir lu tout Saint-Simon avant 30 ans » et autres phrases comme ça entre deux traductions de Nietzsche et je me souviens avoir gloussé. Bon. Je n’ai toujours pas commencé à lire tout Saint-Simon et je commence à flipper, maintenant que je suis plus vieille et que je me suis rendue compte que la Pléiade avait édité ses mémoires en… 8 tomes.

 Inconfort pour l’étudiant : ++
Inconfort pour l’enseignant : ++
 

3) Les signaux confus :

Parfois, quand je n’ai rien en tête pour exprimer des procès ponctuels dans le passé, j’ai recours aux bons vieux « ils ont rompu », et autres « ça fait 5 ans qu’ils ont divorcé ». Une fois que j’en avais farci deux douzaines facile dans une heure de cours, j’ai surpris des regards narquois. Je me suis dit « Goudet, y sont en train d’imaginer ta Vraie Vie, celle où tu te nourrirais de craie et où tu viendrais de te faire plaquer, et où, inconsciemment, tu plaquerais une vie de Bridget Jones sur ton cours de grammaire. « . Alors que le calcaire m’assèche les pores, et que mon relationship status Facebook est gardé secrètement privé, Personne Humaine ou pas. Damned. C’est un peu le corollaire de la construction du cours. A force de faire des phrases liées à la Vraie Vie, on finit par donner l’impression qu’en fait, tout vient de la vraie vie. Alors que non… Du coup, mortifiée, j’ai dû finir mon cours avec « il a arrêté de pleuvoir ». Ah bah ça, c’est porteur.

 Inconfort pour l’étudiant : –
Inconfort pour l’enseignant : ++++
 
 

Je me demande quel est, finalement, le statut de ces exempliers et autres phrases à disséquer, analyser, étiqueter et commenter. C’est un peu l’Ikéa 1988 de la langue : très pratique, on peut mettre les étagères où on veut avec les pitons fournis en nombre impair, mais c’est pas forcément très joli, et c’est vraiment pas intéressant. J’ai tenté de trouver un mot un peu jargonnant pour parler de ces phrases, mais je ne trouve rien… Discours métalinguistique ? Discours autonymique ? Du coup, je me suis plongée dans la lecture de « Parler des Mots »; l’article de J.-M. Fournier, « Les Exemples dans le Discours Grammairien » est certainement le plus proche de mes remarques, mais il ne répond pas à mes questions…le souci, c’est son corpus de grammaires écrites au XVIIè et XVIIIè siècle.

Est-ce que ces phrases doivent être intéressantes, après tout ? Est-ce que leur fonction première, à savoir être là pour servir un discours parfois un peu aride, n’est pas aussi le défaut de leur qualité ? Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux tout passer à de l’énonciation pure et à des corpus préconstruits de textes ou de phrases, risque à avoir des syntagmes trop difficiles ou idiomatique ? Évidemment, ma dernière question est nulle et non avenue, puisque pas de grammaire sans exemple clair; exemple clair = phrase-Ikea (ou prof de génie(?)). C’est toujours le même problème : pour commencer à faire des tapisseries de Bayeux, il faut déjà savoir enfiler le fil dans le chas de l’aiguille et faire des rangs de points vides de sens, pour ensuite pouvoir partir dans du plus exigeant.

Bref, la rentrée est demain, certainement pour toi, mes étudiants, les exempliers et moi. Wish us luck !

 

De toute façon, si jamais j’échoue dans ma mission pédagogique, je sors le concept de la « Grammaire par les mèmes » :

« Faites un arbre syntaxique à partir de la phrase de Xzibit. Vous avez 5 minutes. »

 

Références :

Authier, J., Doury, M., & Reboul-Touré, S. (2003). Parler des mots: Le fait autonymique en discours. Paris: Presses Sorbonne nouvelle.

Chassagnol, M. (1993). Pratique de la langue anglaise: Exercices et corrigés. Paris: Masson.

  1. après lecture, une personne de bonne volonté m’a suggéré aussi « John closes the door. The door closes ». Louée soit-elle []
  2. ringards; mais aimables quand même. Ce n’est pas parce que c’est geek que c’est vraiment l’horreur. Encore que j’ai peu de fans quand je dis des trucs comme ça. []