Archives de catégorie : Ponctuellerie

Parle-moi sale

Comme j’avais déjà commis plusieurs choses à ce sujet, j’interromps un peu la lignée de la Minothèse pour vous parler de Jason Desrouleaux, plus connu sous le pseudonyme « Derulo ». Monsieur Desrouleaux, pour ceux qui ne le connaissent pas, surfe sur du swaggysex musical hip-hoppeux comme j’aime, avec divers compères (en l’occurrence, avec 2 Chainz). En tant que linguiste et amatrice de belles chansons, j’ai été happée par les mystères de « Talk Dirty », une de ses dernières créations[1] dont je me propose ici de vous livrer une exégèse en trois parties comme on m’a appris à faire. Tout ceci servira à décrypter les mystères de la séduction telle que le romantique Jason nous les expose.

Je vais donc parler de Jason et du voyage, dans une extase exotique qui nous laissera, j’espère, pantois/es devant son talent. Je me penche ensuite sur la langue, puisqu’il est question de « parler sale » aux gens, lançons-nous à corps perdu dans la définition de Jason de la communication. Je finirai en parlant du sexe tel que Jason nous le décrit, avec son comparse 2 Chainz qui lui a fait l’amitié de participer à cette bien jolie description de l’amour physique en terres inconnues, sans Frédéric Lopez. Accrochez vos ceintures, c’est un peu long.

1. Emmène-moi (sans Alan Théo)

Le voyage avec Jason est une sorte d’expérience mystique, je pense. Jason est à fond dans la découverte, en grand amateur d’exotisme. Il ouvre néanmoins sa chanson avec une métaphore pas tellement sexyswag[2] :

I’m that flight that you get on, international

First class seat on my lap girl, riding comfortable

Jason est un avion, mais en fait, petite coquine qui a la chance d’attirer notre Virilou, tu es sa passagère, parce que tu vois, il est tout confort. J’imagine que dans la vraie vie, nous, êtres humains sans grâce, nous nous acoquinons seulement avec Boumbo, petite automobile… en comparaison, Jason est un 747.

D’ailleurs, son pote 2 Chainz nous parle de son gros avion qu’il a acheté avec ses gros sous (Bought a jet, what do you expect?)—enfin, peut-être. Les divers scribes urbains d’internet qui recopient les chansons interprètent le « bought a jet » comme « photogenic » et « Boat or jet » pour ces paroles, qui montrent à quel point ne pas avoir de version officielle est embêtant. J’entends plus « boat or jet », mais la diphtongue pourrait très bien être un truc afro-américain d’allongement de voyelle. Bref, de toute façon, 2 Chainz assure, puisqu’il figure dans cette chanson avec le Jason. Exit donc Boumbo.

En revanche, au niveau de la sécurité des douanes, on est pas au max avec les loulous.

I got lipstick stamps on my passport,

You make it hard to leave

Bon, donc Jason se fait tamponner le passeport de bisous, OK. Bien sûr. J’essaierai la prochaine fois.

Passeport
La sécurité des douanes laisse à désirer. Quid de la quarantaine sanitaire ?

Jason commence tout de même à saturer à un moment donné (I got lipstick stamps on my passport/I think I need a new one). Ah ça, à force, on a plus de place. Faut dire qu’il fait aussi un catalogue de destinations qui font rêver : New York à Haïti (j’ai trouvé des directs qui mettent seulement 4 heures) ; Londres à Taiwan (une bonne trentaine d’heures de vol, de quoi enregistrer une chanson et d’attraper au moins 3 numéros de téléphones d’hôte.sse.s de l’air), et un petit crochet par Meudon Rio, Jason ne manque jamais de nous faire quipher de la distance. Attention, pour les grands voyageurs, n’oubliez pas les bas de contention—Jason n’en parle étrangement pas, mais ça vous sauve la vie quand vous faites des vols de 8+ heures régulièrement[3].

Le clip regorge de beautés en lien avec la chanson. Pour ce qui nous intéresse ici, à savoir le voyage, on a des drapeaux dans l’intro, et des filles ethniquement ambiguës, à l’américaine. Je m’explique : pour essayer de toucher tous les spectateurs/consommateurs, il est fréquent d’avoir recours à des personnages non-identifiables immédiatement. Exit les blanches blondes aux yeux bleus, les rousses aux yeux verts façon Brave, on favorise plutôt le métissage dans ce clip, qui présente deux femmes noires (métisses ?) et plusieurs jeunes femmes aux cheveux et yeux noirs, plus ou moins bouclés, elles-mêmes plus ou moins typées asiato-hawaïo-brésilo-afro-arabes (voir à ce sujet le concept d’« ascriptive mulattas » de Sharpley-Whitting). En aparté, je me réjouis assez que, pour une fois, les femmes noires n’ont pas les cheveux tout lisses rablondis (qui sont très fréquents dans le clip de hip hop). Quoique. Nous avons quand même une dame rablondie contre-exemple, pour qu’on soit pas tout perdus dans les paradigmes qu’on connaît si bien de la video hoe. Ce terme n’est pas de moi ; il désigne toutes les petites dames qui ne servent qu’à être de petites dames de clips, dans la séduction. Pharell nous en avait régalé les yeux dans son Lapdance.

Rablondie
Sentir l’épaule des gens n’est socialement acceptable que dans une pièce jaune.

L’exotisme des petites dames se traduit dans leur tenue, brésilienne (mais pensez Brésil du carnaval, bien sûr, pas la mère de famille qui rentre chez elle avec son cartable de boulot) ; mais aussi orientale dans le sens « entre le bassin méditerranéen et le Pakistan » : c’est de l’Orient exotique, pas un cours d’histoire-géo, du coup on a une danseuse entre tissus indiens et ceinture à piécettes de danse orientale. Peut-être suis-je sévère avec lui, mais Jason embauche des figurantes pour consensualiser le plus possible le pauvre spectateur (qui n’en demandait pas tant).

Je ne ressemble pas du tout à ça quand je mets mon gros pantalon, je suis déçue.
Je ne ressemble pas du tout à ça quand je mets mon gros pantalon, je suis déçue.

Passons maintenant à la communication : on a vu que Jason est une sorte d’avion de chasse supersonique à faire groover les doudous des dancefloors[4], et qu’il voyage assez pour justifier l’achat d’un coussin-boudin de cou, pour dormir tranquille en première classe.

Je vous invite donc maintenant à examiner la façon dont Jason communique, dans une seconde partie beaucoup plus courte que la première…

2. Parle-nous (sale)

Been around the world, don’t speak the language

But your booty don’t need explaining

All I really need to understand is

When you talk dirty to me

La thèse de Jason, dans cette chanson, est la suivante : peu importe de quel pays tu viens, tant que tu parles à Jason, détenteur d’une carte Grand Voyageur SNCF . Et que tu lui parles sale. Jason ne parle qu’anglais, mais à l’image d’un Jacques Derrida avec plus de bling bling autour du cou, il « ne parle qu’une langue, mais ce n’est pas la [s]ienne »[5] : il parle avec son corps. Et il aimerait bien que les corps des dames lui parlent aussi. C’est l’accroche du refrain (qui consiste à répéter « Talk dirty to me »).

De toute façon, la conquête du moment de Jason ne le comprend pas (You know the words to my songs/No habla inglés) : pas grave, tant qu’ils communiquent. Et puis la dame est déjà conquise puisqu’elle connaît toutes les paroles de Jason (Pro-tip pour les intéressé.e.s : vous pouvez lui claquer un petit « Wiggle wiggle wiggle », ça suffira).

Jason et 2 Chainz mélangent d’ailleurs allègrement les langues, malgré ce qu’ils affirment. Y’a de l’alternance codique à tous les niveaux, 2 Chainz se présente en espagnol (Dos Cadenas, close to genius) ; et Jason, se fend d’un petit compte en espagnol (on dépasse pas le « cuatro », on est niveau A1 du CECRL) et surtout d’une petite expression en français. Non, pas « voulez-vous coucher avec moi ce soir ? » qui aurait pu coller, non. Évidemment, si c’est pas celle-là, c’est l’autre : « ménage à trois ». Prononcé « ménage à three », que je n’ai pas comprise, même au bout de 150 écoutes—et utilisé comme un verbe : we can ménage à trois/three, though. Les possibilités linguistiques sont sans fin : où mettre les morphèmes grammaticaux ? « Michael ménages à three OU ménage à threes with Jane and Kate » ? Quid de « ménage à trois » ? Ca donnerait « Karen ménage à troises quite often » ? Je serais tentée de coller le –s à « ménage », mais ça nous ouvre un boulevard de possibles, cette expression.

Une token-cruche ouvre la chanson (et la referme) dans la plus pure tradition de la harangue de début de chanson. C’est une pratique qui consiste à faire l’appel pour être bien certain de qui va chanter, et, à mon avis, pour que quelque auditeur/ice sache que c’est Kéké Roulette qui va interpréter une chanson dans son autoradio alors qu’iel est coincé.e dans les bouchons.

Bref, la chanson populaire grouille d’exemples, comme Lady Gaga qui dit qu’elle est là puis cite Red One, son producteur, dans Just Dance ; on peut aussi avoir une harangue-générique de chanson, avec Krazy de Pitbull et Lil Jon, qui s’entre-citent et qui disent aussi le nom de leur producteur, Federico Franchi. Un jour, je parlerai du rire-de-début-de-chanson, que je trouve magique dans la chanson Gettin jiggy wit it, où Will Smith enchaîne « HAN HAN » virils et héhé hawhaw pas du tout Actors’ Studio dans les dix premières secondes.

Pour en revenir à Jason, la dame de l’intro a un accent étranger quand elle dit d’abord le nom de notre star, que l’on perçoit dans le « Derulo », où le /r/ devient une sorte de glissée plus proche de /w/[6].

La token-cruche sert à montrer que, même si elle parle pas la langue de Shakespeare parfaitement, elle va nous parler exotique (avec son accent) de notre plus beau grand voyageur. Au cas où on aurait pas bien compris le nom de Jason, elle le répète : « Jason… [rire cruchesque] Jason Derulo ». OK, mais en plus, on a le nom de nos deux artistes à l’écran, pour qu’on soit tous certains de bien regarder du Jason, et non pas le dernier hit de Gérard Klein, par exemple. Elle clôt aussi la chanson par un « Ouatt ? A donadestène ! » qui est, vous l’aurez bien compris, « What? I don’t understand » suffisamment mal prononcé pour faire étranger-séduisant, mais pas assez pour faire ‘élève de 5è en premier séjour linguistique’.

Enfin, je fermerai cette partie avec une transition toute trouvée. Jason manie le sous-entendu avec une sorte de mélange entre puritanisme et gouaille level Tonton Pétaud (mais si, l’oncle qui ferait passer Patrick Sébastien pour une maman de publicité pour les érythèmes fessiers). Dans un curieux caché-dévoilé, il tente de faire du mi-discret avec des expressions qu’on voit arriver à 100 km à la ronde. Exemple d’échec d’euphémisme :

Our conversations ain’t long

But you know what is

Ah non, Jason, justement, je ne sais pas ce qui peut être long… J’ai cependant bricolé une liste d’hypothèses. Je propose que Jason et sa conquête trouvent long.ue.s :

  • la queue des toilettes, ou celle du vendeur de kebab/burritos à côté de la boîte.
  • Le moment malaise où, le lendemain matin, la conquête proposera une boisson chaude à Jason, mais en fait, il pensera qu’à Dunkerque, on boit du mezcal au petit déjeuner. Il fera donc un sourire gêné, et goûtera du bout des lèvres en envoyant un SMS discret à son pote 2 Chainz « Salut t’es où truc de fou je goûte du « chicaurrey », c’est 1 boisson locale c’est dégueu mais typique j’en ramène à Oprah LOL bisous »
  • Le coup de fil du manager de Jason qui l’engueulera en disant « mais dis donc, t’es où, on t’attend depuis une heure pour faire les balances avant ton concert de ce soir, t’exagères on a retrouvé ton écharpe et tes gants dans la loge mais magne-toi, sinon on te bookera plus qu’en première partie de Coolio[7]… »

Le suggéré de la lourdeur est un problème qui touche souvent la musique, et le hip-hop en particulier. Au débotté, je peux citer Snow qui intitula un album « 12 inch of Snow », un jeu un peu gracieux entre la taille du disque (12’’, la taille normale d’un LP), que l’on convertit en 30 cm en système métrique et la taille, vous l’aurez bien compris, du pénis de notre ami. Oui, Jason, on a bien compris que ton éloquence est moindre que la taille de tes corps caverneux, et Snow, merci de nous coller 30 cm de Snow dans… les oreilles, c’est sympa. J’ai essayé de chercher un groupe ou une artiste féminine, ou non-binaire qui nous ferait un équivalent, mais après avoir écumé le hip hop et l’électro, je ne trouve rien d’aussi vulgaire. Oui, on a un album « Fatherfucker » de Peaches, mais ça arrive à la cheville des 20 cm de conversations. Je peux néanmoins me tromper, et si vous avez des références, je prends.

Snow
Voilà voilà. Notez la chemise à carreaux autour de la taille. Ça, les jeunes, c’était la classe en 1993.

3. Monte là-dessus, tu verras Montmartre (Jason et le sexe)

Got her saved in my phone under « Big Booty »

C’est une partie que j’aime bien, pas à cause du sens général (dans cette partie, on nage dans la craspouille assumée de Jason et de son ami), mais à cause de la symbolisation de la femme à ce qui marque le plus. Elle n’a pas de nom, Grosses Fesses ; mais on la reconnaît grâce à cette particularité physique. On est pas du tout dans l’abolition glorieuse du fat-shaming, ici, on est dans une démarche complètement consommatrice du corps de la femme et à sa réduction dans ses Grosses Fesses, si je puis dire.

Her pussy’s so good I bought her a pet

Là, c’est le moment où je lève les bras au ciel et où j’ai envie de partir en courant. Si je suis correctement la chaîne de pensée de 2 Chainz, j’ai une glose étrange, surréaliste et certainement fausse car trop littérale de cette chanson : la flore bactérienne de la dame est particulièrement sympa, et/ou ses performances au lit sont exceptionnelles. Du coup, la dulcinée mérite un cadeau, et ce cadeau, c’est un petit animal de compagnie.

En tant que propriétaire d’une horde féline, je suis sceptique.

En tant que férue de chansons populaire et de hip-hop, je suis sceptique.

J’ai donc été voir du côté de Rap Genius, qui m’éclaire sans tout à fait expliquer la chose. Trois interprétations cohabitent. Nous sommes tous d’accord, les contributeurs et moi, sur le fait que Grosses Fesses assure tellement que 2 Chainz se doit de lui offrir une preuve de son attachement du goumi. L’un comprend aussi le coup de passer dans une animalerie (réponse avec 5 votes positifs, au 3/2/16), sauf qu’évidemment, l’animal proposé est une chatte parce que haha.

L’un comprend un animal de compagnie métaphorique pour occuper Grosses Fesses quand 2 Chainz n’est pas là, donc un godemichet[8]. Le troisième propose un truc beaucoup plus éloigné : 2 Chainz aurait carrément acheté une voiture avec un logo en forme d’animal (comme par exemple une Ferrari et son cheval, ou une Lamborghini et son taureau), dans une sorte de synecdoque. C’est même l’interprétation préférée des utilisateurs de Rap Genius.

Maintenant, si j’étire la phrase et ses interprétations, je vois…

Scénario 1 :

2 Chainz part de Quincampoix, après sa tournée triomphante en Normandie. Il laisse un petit mot à sa belle, Grosses Fesses Monique Bélouque : « merci pour ces nuits, je te laisse, je dois repartir à Villeneuve-Saint-Georges bisous, Tauheed[9]. P. S. : Voilà un cadeau en signe de reconnaissance pour le torchon de Grand-Quevilly que tu m’as fait découvrir :3 ».

Là, il lui colle une clef de bagnole et pouf, c’est effectivement une Lamborghini avec toutes les options qui attend la dame sur le parking.

À la louche, j’imagine qu’un grand artiste fait une centaine de dates par tournées, dans au moins 90 villes. Bon, j’ai vérifié, 2 Chainz n’a que 6 dates de concert annoncées en 2016, rien que pour février. Un tour sur Autoplus me montre qu’une Lamborghini ou une Ferrari neuve (on imagine qu’il n’est pas cheap, quand même) se vend en gros à 300 000€ pour les modèles coupés (parce qu’on n’a pas besoin de 4 places quand on voyage avec 2 Chainz, j’imagine).

Disons donc 6 concerts dans ses « sold out arenas » (où il est tellement populaire qu’il ne reste même plus de places aux petits revendeurs à la sauvette devant les salles de concert) = un budget d’au moins deux million d’euros pour ses conquêtes tous les mois, s’il se contente d’une seule fan par concert, et qu’il ne réserve ses cadeaux qu’à elles. Mouais. Même s’il se fait des réserves de Lamborghini ou de Ferrari « au cas où », comme d’autres se font des réserves de préservatifs, j’y crois quand même peu.

Scénario 2

2 Chainz part de Quincampoix, après sa tournée triomphante en Normandie. Il laisse un petit mot à Grosses Fesses Kathy 2 Neuve « merci pour ces nuits, je te laisse, je dois repartir à Villeneuve-Saint-Georges bisous, Tauheed P. S. : Voilà un cadeau en signe de reconnaissance pour le torchon de Grand-Quevilly que tu m’as fait découvrir :3 ».

La note est posée sur une cage avec un hamster dedans.

Ah là, c’est vrai que ça a peu de gueule. Je vois la fille regarder sous la cage, la soulever et l’inspecter un peu, le hamster qui la regarde, un mini collier en or autour du cou.

Elle l’appellera Gloupi, et ils vivront heureux ensemble pendant 3 belles années.

J’ai mis tout mon cœur dans cette image. Source : Wikicommons.
J’ai mis tout mon cœur dans cette image. Source : Wikicommons.

Pardon au vrai possesseur du vrai Gloupi[10].

***

Je vais traiter d’un coup deux citations de 2 Chainz, qui serviront d’amorce de conclusion à cette étude :

Sold out arenas, you can suck my penis […]

et le très inspiré, trois vers plus loin :

International oral sex

Qu’est-ce qui se passe, les mecs ? Peut-on se permettre de dire « j’ai réussi ma vie, tu peux donc sucer mon kiki », comme d’autres se permettent de nous dire « vous avez cliqué ici, vous pouvez retirer le périphérique USB en toute sécurité » ?

"T'as vu, j'ai une nouvelle ceinture !"
« T’as vu, j’ai mis ma nouvelle ceinture ! Elle est là ! »

2 Chainz accompagne ces paroles d’une sorte de geste très ample, saisi dans cette capture d’écran, où il donne simultanément un coup de rein et laisse tomber son grand bras droit, paume ouverte, sur la tête d’une personne dont le visage serait donc hypothétiquement à 20 cm de la braguette de l’individu.

Ca, les gars, je dis stop. Parce que je vois aussi ce bras vers le ciel ; mais qu’est-ce que tu fais, 2 Chainz ? De l’air guitar sans jamais avoir vu de guitare dans ta vie ? Un signe de la main à Jason ? Un dance move peu élégant, pour cacher le fait que, si tu faisais juste ton geste vulgaire, tu ressemblerais à Tonton Pétaud et pas du tout à un rappeur, donc faut faire un truc symétrique inversé pour la dynamique du clip ? Tu hèles un taxi, parce que tu te rends bien compte que ces petites provocs à deux balles vont plutôt déchaîner les coénonciateurs qui viendront te péter les rotules ?

Quant à cet « international oral sex », c’est quoi ? Parce qu’on utilise la langue ? Êtes-vous donc, à l’instar de ce groupe bien connu par les gens de ma profession, des CunninLynguists[11] ? Est-ce qu’il y a des mad skillz sexuels polyglottes ? A mon avis, les garçons, on surfe surtout sur le fantasme de la dame exotique, mais est-ce bien raisonnable ?

DéceptionJZ
Leur tête quand, à Noël, leur famille décide de regarder le clip et que les plus vieux commentent.

Là, ça tient quasiment plus du défoulement obscène (comme quand on lâche une bordée d’insultes à l’encontre de la table basse du salon) que de la création d’une œuvre qui donnerait suffisamment envie de se rouler dans le stupre avec Jazzzon et 2 Chainz. Ou alors, comme des poètes du gonzo chanté, ils font des vignettes érotiques sans trop d’histoire : on se présente au début, et on espère que la notoriété pallierait l’incompétence linguistique ?

De toute façon, on l’aura bien compris : Jason et 2 Chainz nous demandent de parler sale… en nous parlant sale.

  1. Même si le silence après du Jason Derulo est quand même du Jason Derulo, il a osé sortir « Wiggle » après cet opus. Et « Want to want me ». Je suis très en retard sur la publication de ce billet. []
  2. On peut le dire à l’envers, aussi. []
  3. Ce qui n’est pas mon cas, le Paris-Rouen demande peut-être un certain sens de l’aventure, mais niveau circulation sanguine, on est tranquilles. []
  4. Les mâles des divas du dancing. []
  5. Pardon pour l’acrobatie textuelle, j’essaye de me raccrocher à du connu même quand je gaudriole sur des chansons. []
  6. Appel à toutes les unités d’acousticiens et de phonéticiens : une bonne solution pour ne pas aplatir la voix quand essaye d’enlever musique et instrumentations sur des chansons, pour ne garder que la piste chantée ? []
  7. Pour les non-intiés, Coolio a réalisé Gangsta’s Paradise, quasiment un hit unique. Les vrais puristes connaitront aussi « 1, 2, 3, 4 », l’un de ses autres singles, le tout sorti au siècle dernier. Depuis, Coolio est certainement devenu champion de sudoku. Une recherche Google suggère que je suis perfide, puisqu’il a une émission de cuisine, « Cookin’ with Coolio ». Matez la chute du <g> remplacé par une apostrophe, on est trop dans le hood des hachis parmentier là. []
  8. Pardon pour cette phrase, maman ; mais enfin, que fais-tu sur mon blog ? []
  9. Le vrai prénom de 2 Chainz. []
  10. Voilà pourquoi il ne faut pas mettre de photos des siens sur internet, les enfants. []
  11. Vrai groupe de hip-hop aussi ; j’estime avoir reçu environ 4 932 liens vers des trucs des CunninLynguists depuis que j’ai dit « je vais faire un mémoire de linguistique ». J’ai ri au moins les 35 premières fois où on m’a dit « tiens, je vais te faire découvrir un truc HAN HAN HAN ». []

Des chiffres dans les lettres

Au moment où j’écris ces lignes, c’est pas encore le cas, j’ai pas encore pénétré entièrement le mystère du Chiffre, mais au moment où je poste (et donc, au moment où vous aurez accès à ce billet) dayum, ça y est, j’y serai. Un anniversaire, un chiffre avec un 0 dedans, mais en fait, je n’ai pas peur des nombres.

 

J’ai 30 ans[1] et c’est pas grave. Ma vie ressemble à ça, présentement, j’en suis certaine :

Le chiffre, c’est une sorte d’aune secrète qui fait peur—le chiffre, c’est « combien de pages de thèse tu as écrites ? » ; « Combien de signes, déjà, dans cet abstract ? Dans cet article ? » ou « Non, je peux pas, moi je suis trop petite, j’ai pas ton âge, je suis intrinsèquement moins bien »[2] ; le chiffre, c’est aussi « Mais SI, mes données sont bonnes, enfin, j’ai un bazillion de mots, donc 6.46% d’occurrences, enfin, c’est EXACT, c’est pas pondérable, c’est le chiffre épicétou ! ». Eh bah non.

 

La quantification, c’est bien. Je veux dire, je fais de la phonétique, de la phonologie, des stats, où il se passe des quetrus qu’il faut compter, des machins avec des χ² tu peux pas test. Je ne compte plus les feuilles que j’ai noircies en faisant des tableaux gauches, de « Combien y’en a qui disent ‘chocolatine’ et combien y’en a qui disent ‘pain au chocolat’ ? », vous savez, les feuilles sales avec des bâtons même pas droits, celles avec des notes horizontales et verticales et des bâtons scribouillés parce que j’en ai compté un de trop et que je l’ai remis après. J’ai fait ma fair share de produits en croix minables, ou pire, de moulinages dans mon R de compétition; ou de beaux tableaux Excel bien remplis avec mes petites formulettes que j’écris avec mes petits doigts empressés.

 

En fait, c’est un billet qui me tient à cœur depuis longtemps. Le nombre de fois (hah) où je me suis battue avec le Chiffre, celui qui me fait sabrer mes 1500 signes de trop en dépit du bon sens (et du style, rha, si je peux même pas donner dans la miteuserie où va le monde ?) ; et vas-y que je t’enlève tous les adverbes, et vas-y les conjonctions de coordination, ça me fait un style genre mode d’emploi :

« Les blagues de Toto sont drôles. Elles font appel à Toto, un personnage fictif, archétype du ridicule. L’introduction est sommaire : la blague commence in situ : « C’est l’histoire de Toto, un jour sa La maman de Toto lui demande d’aller chercher acheter du jambon ». Toto ne respecte pas l’ordre : il dilapide dépense l’argent et, pour tenter de sauver la face, et de respecter la demande tout en ayant trompé l’attente, il créé une situation qui donne lieu à un décrochement tout aussi fictionnel, puisqu’impossible biologiquement, le tout provoquant le rire « du coup, il se coupe un bout de fesse et sa maman elle le mange. » Toto, c’est un peu toi, c’est un peu moi, allez, prends-moi la main, lecteur, batifolons dans des emballages de Carambar, faisons des blagues rétro au téléphone, appelons Monsieur Gouda pour lui demander s’il aime bien le fromage, merde quoi. Eh bah non. Je sabre, je coupe, j’allège, du coup, j’ai l’impression d’avoir 12 ans, et de tout commencer par « In this article, I intend to ». Bon, ok, je ne commence jamais par cette phrase, mais c’est l’idée.

 

Je me moque aussi du chiffre—je me souviens d’une conférence, avec un type qui avait dépassé les 100 diapos pour 20 minutes de présentation orale ; ça m’avait semblé drôle et touchant, en fait[3].

Je vois mes étudiants, qui me font parfois des copies à rallonge (vous savez, la seule du paquet qui fait 300% de plus que les autres avec les intercalaires même pas anonymisés parce qu’au bout du 8è, faut pas pousser), et j’ai souvent peur. Peur de lire ce que la pression du chiffre leur fait faire, en fait. J’ai l’impression qu’elles tombent dans deux catégories, ces copies mutantes : stress de l’exhaustivité, palliatif à des connaissances flottantes. Dans les deux cas, c’est toujours un petit défi, de lire tout ça et de tenter de tout comprendre.

 

Et en même temps, le chiffre est totipotent. Ah ça, quand on dit « j’ai fait 400 pages ce mois-ci, même pas mal ! », les gens sont contents, et on se sent plein. Beaucoup plus que quand on dit « j’ai fait 12 pages ». Sur Twitter, je vois les autres doctorants trépigner de yahou en disant « Page 563 !! Ouais ! Moonwalk dans mon studio de 6m² ! ». Et j’imagine qu’on les envie, dans ces cas-là. Quand j’étais petite, mon heure préférée était 12:34, parce que ça faisait 1,2,3,4 et que les chiffres étaient bien rangés. Idem pour les dates au début du millénaire, j’ai aimé du 01/01/01 au 12/12/12. Il y avait un charme au chiffre identique, dupliqué parce que tout était ordonné comme il fallait.

 

En fait, je me demande si le syndrome de la page blanche n’est pas exactement le même que celui du chiffre. On quantifie à zéro, et même lui, ce nadir, nous écrase. C’est pourquoi je suis une athée du chiffre. Oui, oui, c’est bien de faire du chiffre. Oui, ah ça, j’ai de la diapositive avec des animations, je glapis comme une loutre quand j’ai réussi à tomber sous la barre des 30 000 signes, oui (parfois, j’imagine que mes articles sont comme des danseurs de limbo, mais si, le truc avec le bâton que tu dois passer dessous, qui avait l’air populaire dans « La Croisière s’amuse », là ?). Mais bon, ça reste du chiffre. Les 29 999 caractères finaux d’un article ne sont pas garant de sa qualité ; ça montre juste qu’on est pile poil dans les clous.

 

Le chiffre, donc, je n’y crois pas. Sauf quand je fais de la science dure. Être entre la science, la vraie, la tatouée, celle qui me fait cracher des modélisations en nuage de point et des boîtes à moustaches comme si je savais ce que c’était, et la gentille, évanescente, celle qui fait du qualitatif, de la performativité, c’est aussi m’exposer aux pratiquants des deux, qui n’ont bien sûr pas les mêmes visions des méthodologies à appliquer pour mener à bien ses réflexions.

Evidemment, je grossis le trait, maintenant vous me connaissez, enfin, crotte quoi. Voilà les deux types de réactions auxquelles je m’expose :

« Bah ? Tu nous as sorti des chiffres et des transcriptions phonétiques ? Mais c’est quoi, ça ? Ah bon, un scatterplot ? Quoi ? Mais… Mais… Mais… Hein ? » (souvent, c’est le moment où la personne tripote discrètement une patte de lapin et essaye de lancer un peu de sel derrière son épaule)

 

L’autre jour, au café où j’ai mes habitudes pour travailler, une vieille dame très BCBG m’a vue griffonner des chiffres (je faisais une recension de fils de discussion, un truc très sympa), et m’a dit, une moue de mépris à la lèvre « Oh, des chiffres ! Moi je n’ai jamais aimé ça. Je suis une littéraire ».

Ca a été un peu malaise et incompréhension quand je lui ai demandé ce qu’elle entendait par « littéraire », vu que moi aussi, j’en étais. Mais elle a quand même fini notre échange par « oh, moi je suis littéraire, les chiffres, vraiment non. »

Elle avait pas vu que, certes, j’avais des tonnes de chiffres, mais que je faisais juste des additions. De centaines de trucs, certes, mais une addition, quoi, crotte.

De l’autre, j’ai :

« Mais, c’est mignon, ce que tu fais, là, avec tes analysounettes c’est choupidou. Mais ça sert à quoi ? L’est où, ta preuve indémontable ? C’est quoi, ça, là, y’a même pas d’arbre syntaxique ? Et ton indice de confiance ? » (Là, le phonéticien secoue la tête, et pense qu’on m’a perdue pour la Science. Il vérifie donc discrètement dans son carnet d’adresses, voir s’il n’a pas le numéro de Pascal le Grand Frère[4].

 

 Le chiffre, c’est comme un percheron, solide, dur à la tâche, ça rechigne jamais à vous donner un résultat, et, fièrement montés dessus comme autant de Lady Godiva en velours côtelé[5], on peut jeter des bonbons (les-dits diagrammes et histogrammes) au public aimable.

 

Non, en fait, le chiffre, c’est comme un vélociraptor. C’est beau, quand ça arrive en ville, tout le monde change de trottoir, et ça fiche bigrement les jetons, quand c’est jeté à la tête du lecteur qui ne s’y attend pas.

En même temps, on peut l’utiliser à bon escient. Le dompter. Ne pas se dire « hé, mais j’ai lu que 2 articles de 45 pages chacun, donc 90 pages en 4 heures, je suis donc nul/le ! »; ou « Ce livre commençait si bien, jusqu’à la page 42, on était flex et soudain, bim, 4 pages de… De… de ?? C’est quoi les petits triangles ? Et l’abscisse, là, c’est le nombre de mots, ou le nombre de locuteurs d’occitan de plus de 14 ans ?? »

 

Velociraptor
78.5% !

 

La magie du chiffre (pour mes amis qualitativistes), c’est un vélociraptor qui retourne ton champ de betteraves en moins de temps qu’il faut pour le dire. Mais il faut aussi savoir lui regarder les dents, et se demander s’il est utilisé à bon escient. Une fois qu’on l’a bien maîtrisé, qu’on a sué sur des symboles grecs qui ne servent même pas à retranscrire de la phonétique, il convient de ne plus avoir peur des mêmes tableaux, des mêmes enfilades de nombres qu’on lit ailleurs–les vélociraptors des autres ne sont pas là pour nous faire peur avec leurs petits bras reptiliens et leurs yeux sans âmes, ils sont là pour nous faire comprendre… 

Je voudrais que les qualitativistes n’aient plus peur du quantitatif. Et que le chiffre soit une bonne fois pour toute remis à sa place.

 

Au fait, vous pensiez vraiment que j’allais poster ce message à la vraie date ? Déjà que j’ai dû me dessiner un vélociraptor, alors que ma phase dinosaures a pris fin il y a plus de 20 ans… On est dans le bon mois, c’est déjà pas mal.

  1. oui, maintenant, quand tu lis []
  2. TMTC à quel point ça m’ennuie quand tu dis ça–la prochaine fois, je te fais bouffer mon dossier d’ATER par les oreilles. []
  3. Bon, c’était aussi parce qu’il savait pas faire des animations, du coup il quadruplait la diapo—mais en même temps, leur durée de vie moyenne à l’écran était de 4 secondes, et il a squeezé 78 minutes d’intervention avec le débit du disk-jockey dans « Je danse le Mia » , si vous voulez. Ca a l’air lent comme ça, mais essayez de prendre tout en note, en remplaçant « le light jockey c’est Momo » par « la communication médiée par ordinateur passe par des canaux différents, dont les contraintes sont la synchronie et l’asynchronie, le nombre de participants et le degré de connivence, le tout dirigé par l’écologie générale du site », je vous assure, c’est pas facile. []
  4. Pour les plus de 35 ans : « Gérard Klein, dans l’Instit » ; c’est bien ce message entre deux âges, ça me permet de faire des blagues modulables. []
  5. Oxymorique, voire oxy-moron-ique, je sais. L’image mentale m’amuse beaucoup. []

Distractions de l’été : marcher au pas ou techniquer dans le Cube ?

Alors que je gravissais l’escalier du métro d’un pas lourd et fatigué, j’ai calqué mon pas sur le rythme de la musique que j’écoute abondamment dans les transports en commun.
Et, à cause de mon pas lourd, donc sonore[1], les gens autour ont fait de même. L’homme devant d’abord, puis la fille à ma gauche. Ca a été assez mignon quand le vieux s’y est mis aussi. J’imagine que c’est une raison d’ergonomie : si on a un foufou qui court et virevolte entre les voyageurs, tout le monde finit par se cogner, alors que si on se calque sur les pas des gens autour,  en gros, on forme un bloc homogène où on a pas besoin de réfléchir parce que tout le monde avance pareil. Les membres les moins disciplinés se mettent à la périphérie (voire au milieu, si c’est trop des rebaylz). C’est ce qui nous sépare nous, Parisiens et gens responsables ou fatigués dans les escaliers, des touristes, des groupes de djeunz qui font rien qu’à faire n’importe quoi, et des petits qui courent comme des dingos pour arriver en premier à la cantoche.

 

Le truc qui m’a plu, en fait, c’était de me dire que mon pas lourd était calqué sur le rythme du refrain de Libertine, de M. Farmer[2]. Un jour, je pourrai dire aux petits-enfants de mes chats « c’est moi qui ai fait monter toute une rame de voyageurs hors du métro sur du Mylène, eh ouais »

 

Cette introduction me permet donc, sans transition, de parler de M. Mauss, et de ses techniques de corps, que j’ai coeur-coeuré intensément. Marcher organisé dans le métro, c’est partager l’espace public, parce qu’on sait le faire, parce qu’on a l’habitude (quand je vous dis que c’est ça qui sépare le Parisien du touriste qui fait rien qu’à monter dans les transports avant qu’on descende, qui se met à gauche sans bouger dans l’escalator, et qui reste planté devant les portes du métro une fois descendu, un plan de Paris à la main[3] ), et du coup, on a pigé le truc. C’est ce qui arrive aussi aux baroudeurs internationaux, qui s’adaptent –je vous dirai un jour comment j’ai appris à marcher comme une Anglaise, et à dire bonjour comme une Américaine. Bref, de la technique de corps à tous les étages.

Technique de corps ?

En gros, on a une imitation par un enfant ou par un adulte d’une action réalisée avec succès par une personne en qui il a confiance, et qui a autorité sur lui (qui est en position de prestige quoi).

Ou je pourrais dire que la technique de corps, c’est l’imitation de rites efficaces qu’on apprend et qu’on fait nôtres. Le mot « rites » fait un peu shaman qui secoue une coucourge séchée en récitant le tableau périodique des éléments, mais non. En fait, on se sert de ces rites pour tout faire (se laver, taper à l’ordinateur, se maquiller, faire du vélo, marcher au même rythme dans le métro…) et ça s’appelle technique de corps dans la bouche de Marcel. Marcel Mauss quoi.

Il en liste tout un tas, rangés du début de la vie jusqu’à l’âge adulte, qui dépendent de votre genre, âge, habileté…

 

Etude de cas :

Comme je suis disciplinée, et que j’aime bien mettre en application ce que je lis, j’ai choisi de pister les techniques de corps couplées avec des affordances dans l’intro d’un film d’horreur.Bah oui. Souvent, la scène d’exposition est une sorte de résumé musclé pour le spectateur : « Attention, dans le métro new-yorkais, on égorge des gens, y’a du tripoux qui vole ! » (The Midnight Meat Train, en même temps, on pourrait s’attendre à QUOI d’AUTRE avec ce titre ??); « Ouh, j’aime bien mettre des gens dans des puzzles vilains, je suis un sacré garnement » (Saw); « Le mec avec le pull moche se fait un gant griffu et embête une fille dans ses rêves » (Freddy, les Griffes de la Nuit[4] ).
Bref, le film d’horreur se livre tout de suite maintenant au spectateur, histoire qu’on s’encombre pas avec une mise en situation longuette : on a payé pour avoir peur, on va avoir peur, et que ça saute même pas j’ai le temps de manger mon pop-corn je tressaille de trouille.

J’ai choisi, pour illustrer les techniques de corps, un film qui a mal vieilli mais qui est plein d’expertises et de techniques à comprendre : Cube. Mais si, vas-y, Cube, là, les mecs ils sont pris au piège on sait pas pourquoi dans un cube géant fait de plein de cubes plus petit, c’est genre Cauchemar à Tetris. Comme je suis une petite farceuse, j’ai pris la version française pour rigoler au passage des doublages.

Ce qui est bien avec Cube, c’est qu’on peut aussi bosser sur l’affordance en même temps que sur les techniques du corps vu que, contrairement à la nouvelle vague du film d’horreur (mais siii, celle lancée par Hallowe’en, où on te fait peur avec du connu, du qui devrait t’inspirer confiance), le lieu du film est complètement inédit pour nous, gentils spectateurs.

Allez, go, c’est parti Grand-Quevilly–voilà le lien vers la scène d’intro, histoire que tout le monde suive :

 

Avant la 2è minute, on apprend… : 

Premières secondes, on suit le cobaye désigné pour nous faire comprendre la mécanique du labyrinthe (que je surnomme Fifou pour l’humaniser un peu). Et on sait ce qui arrive normalement aux gens des préambules de films d’horreur… Bref, on ingurgite de l’info à tout berzingue :

– On voit que c’est comme un meuble Ikea design, la pièce où il se trouve, avec des carrés partout = le titre n’est pas trompeur, on est pas sur des trampolines intersidéraux.

– On apprend qu’on peut ouvrir les trappinettes avec la drôle de manivelle (là, on apprend aussi comment les ouvrir, je suis pas certaine que j’aurais pensé à la pousser vers le bas.). Bonus affordance : ça s’ouvre comme un robinet vertical, dans le sens des aiguilles d’une montre, comme ça, on est pas perdus.

– Chaque pièce (cubique) a sa couleur différente, comme un PC tuné avec des LED dans les ventilos comme ça on se perd pas.

– C’est minuté, on peut pas faire un courant d’air magique, la trappinette se referme comme ça hop.

– Y’a du sas partout, au plafond, au sol, sur les murs.

Minute 2-3 :

Bonus affordance : petites échelles discrètes pour atteindre plus facilement la trappe sans se vautrer comme un candidat d’Intervilles en se jetant sur le trou et en rampant du ventre dessus.

– Au fait, y’a des pièges mortels. Tu pensais que c’était vacances-chez-mamie-merguez-et-Feux-de-l’Amour ? Gotcha, Fifou !

 *****

Avant le générique, avouez, on a tout compris en gros à la mécanique du film. Après, petit rappel du titre, pour les deux amoureux du fond qui pensaient être allés voir une Hugh Granterie[5].

 

Hélas, je n’ai pas trouvé d’extrait probant pour les 10 premières minutes du film, alors va falloir suivre avec ce que je vous raconte. Ah, et ça fait un an que je prépare ce billet, et du coup, je n’ai que mes notes de visionnage–faut me comprendre, le film a très mal vieilli, et j’ai une tonne de travail à faire, tout ça quoi.

Bon, une fois que Fifou apu, on se retrouve avec une sorte de malandrin qui s’est évadé de prison, un flic-noir (stéréotype du film d’horreur, comme on aime) et une petite insipide genre brune avec des lunettes (qui dit « fille moyen attractive » dit « fille intelligente » dans le film d’horreur, et les lunettes, c’est souvent pour enlever 40 points de charisme au personnage féminin tout en codant subtilement « si elle est miro, c’est qu’elle passe sa vie à lire des livres avec des caractères minuscules dans la cave sans lumière, elle est vachement intelligente du coup parce que lire = intelligence vazi tu peux pas test »), les trois dans la même pièce.

Après une discussion pas fascinante, où on découvre un peu qui c’est tout ce beau monde, le Roi de l’Evasion enlève ses chaussures comme ça hop, devant une trappe ouverte. Le flic lui dit « Qu’est-ce que vous faites ? », alors que l’autre, pas gêné, les balourde dans la pièce d’à côté.

« C’est plein de détecteurs de mouvement dans ces pièces. », qu’il lui répond.

Point Mauss : Prison Break est en fait expert en sécurité, le corollaire de son don d’escape artist. Du coup il apprend aux autres à faire attention à ce qui pourrait arriver dans les autres pièces, et à anticiper histoire de pas se faire cramouiller la chetron (exemple : Fifou). C’est une technique de corps dont ils vont se servir plus tard. Normalement, je crois que pour les êtres humains, peur –> méfiance, mais on est dans un film de suspens, là, faut pas non plus trop en attendre de la part de nos amis.

[spoiler]Bon, avant la 20è minute du film, on perd le Mollah Omar même pas en mobylette, mais au moins, il a servi à enseigner la méfiance aux autres. [\spoiler]

Retour à la gourdasse qui a fait globalement jusqu’ici que retarder la 7ème Compagnie. J’avoue déjà un désamour envers le personnage, tant elle est nulle, mais heureusement, vient son temps de briller : entre deux pièces, elle nous avoue qu’elle est étudiante en maths. En se vautrant comme un candidat d’Interville, lors d’un rampage peu élégant entre deux trappes, elle voit des chiffres gravés sur le seuil du sas et nous lance « J’arrive pas à croire que je ne l’avais pas remarqué. Si les nombres de la pièce sont premiers, c’est que la pièce est piégée ».

Bon, là, elle lance une hypothèse au hasard, mais il se trouve que c’est la bonne, et pour nous montrer bien toutes les ficelles, elle fait rien qu’à exagérer : elle voit 645 et elle réfléchit en répétant le nombre pour voir s’il serait pas premier. Meuf, j’ai envie de te dire : « les nombres qui finissent par 5 ou 0 sont multiples de 5, donc pas premiers; je te dis ça alors que j’ai arrêté les maths en 4è[6] alors hein bon hein ». Bien logiquement, en voyant 649, elle dit direct « ah non, c’est 11 x 59 donc il est pas premier LOL MdR 😛 « .

L’autre la récompense avec un « [tu as un] cerveau magnifiquement intelligent » (plus de citations accablantes à la fin du billet) : en fait, la gourde maîtrise l’expertise nécessaire pour calculer si un nombre est premier ou non–elle gagne ainsi en prestige dans le groupe hétéroclite et mérite qu’on la lance pas comme les chaussures de Spaggiari une fois que tout le monde sera nu-pieds.

Il me semble qu’expertise (en affordance aussi) + prestige = technique de corps qu’on peut raffiner (pour qu’elle soit le plus performante possible) et enseigner autour. Il me semble aussi qu’on ne puisse pas séparer affordance et technique de corps : je sais me laver, mais ça sera pas la même suite d’événements suivant que j’utilise un gant de crin, une savonnette, du gel douche–et je ne parle pas du but : un chirurgien ne se lave pas les mains comme un enfant qui le fait pour faire plaisir à maman, comme une personne qui a des TOC et qui frottefrottefrotte, ou comme moi, qui me lave les mains normalement (au fait, c’est quoi, se laver les mains normalement ?? Vous avez 2 heures.). Buts, expertises, techniques de corps et affordance, tous ensemble tout le temps, en fait. Pour accomplir des choses triviales, quasi inconscientes quoi. Et c’est Marcel qui m’a fait prendre conscience de ça, donc merci, Mauss.

0926091546a
Photo personnelle d’un magasin, Texas. Plus vous agrandirez la photo, plus le clown prélèvera de votre âme, je vous préviens.

 

Je vous laisse méditer sur cette photo de clown apocalyptique : c’est quoi son affordance ?? Pour le coup, la terreur qu’il m’a inspiré m’a troublée pendant bien 5 minutes, avant que je ne comprenne sa fonction première. Et il va très bien avec les deux citations de Cube que je vous laisse : 

« C’est mon travail de voir le moi profond des gens »

« Vous avez des peaux de saucisson devant les yeux ? »

Voilà voilà, ça c’est dit, merci bien.

Au fait :

DeBoer, N., Guadagni, N., Hewlett, D., Richings, J., Robson, W., Wint, M. D., Meh, M., … Feature Film Project. (1998). Cube. Santa Monica, Calif.: Trimark Home Video.

Mauss, M., (1936) « Techniques de corps », Journal de Psychologie, XXXII n. 3-4. Marcel est dans le domaine public au moins au Canada, du coup son article est ici.

  1. peut-être que porter des Doc Martens n’aide pas []
  2. Je sais. C’est pas ce que j’écoute normalement; c’est la faute au random de mon baladeur. Promis. []
  3. Mais non, enfin, je ne pense pas tout ça, moi, ami lecteur. J’ai compris depuis longtemps que, pour vivre heureux, fallait faire ses courses pas-le-weekend, et que dès avril jusqu’à octobre, fallait marcher ou à la rigueur prendre le bus pour ne pas être coincé dans une horde de colo de vacance de Croates de 14 ans. []
  4. encore une fois, c’est quoi cette TRAD MITEUSE qui donne TOUT au spectateur qu’on a même pas besoin de la scène d’intro ?? []
  5. Une fois, dans la queue pour aller voir un film d’horreur, j’ai vu une vieille dame, l’air propre, noyée au milieu des 2 types de spectateurs normaux : les couples-avec-le-mec-qui-protège-sa-copine, et les bandes-de-potes-qui-y-vont-pour-rire. Curieuse, j’ai suivi du regard la dame–quand elle a vu le nom du film sur l’écran à l’entrée de la salle, elle a fui. Dommage ! J’aurais aimé Mamie Gore. []
  6. A cause d’une prof qui m’a fait comprendre le concept d' »effroi », ce qui m’a pas empêché d’avoir quand même 15 au bac en maths. OK, c’était un bac L. []

Ethnolinguistique, « parce que Toulon ! »

Alors que je rentrais d’une conférence aussi rigolote que phonologique (les gars, pour vous, ça ne veut rien dire, mais j’ai rencontré des gens qui parlent de « pho » et on sait pas si c’est de la phono ou de la phonétique, et j’ai quand même réussi à faire rire un groupe de participants en faisant une blague genre « et maintenant, l’épenthèse ! » et tout le monde a compris et rigolé pour de vrai. Pour moi, c’est l’équivalent de petites licornes si heureuses que leur cœur exploserait en petits arcs-en-ciel de chamallows, des conférences de ce genre).

 

Or doncques, après une nuit de 3h, un trek transaixois pour retrouver dignité, vêtements sales, sacs et petits gâteaux gracieusement offerts[1] par mon hôte de choc, je m’installe dans le train.

 

Ceux qui me connaissent en vrai savent ma propension à vivre des aventures dantesques, comme le kidnapping de mon linge à la laverie de la part d’un monsieur tout nu (il y a eu des lancers de chaussette et des coups de fils à la police). Et le train, plus précisément l’IDTGV « espace Zap » que j’avais réservé ne m’a pas déçue.

Rien qu’en rentrant dans le compartiment, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Perruques noires et rouges, odeur persistante de pastis à 10h du matin, cris un peu virils, un peu heureux, je me suis dit « on est plus au Kansas, Toto », mais je décide tout de même de tenter de rejoindre mon siège.

A mesure que j’avançais, la proportion de personnes dignes diminuait, alors que je m’approchais d’une bande de zozos rugbymen.

WP_20130601_009
Mes nouveaux amis (10h22)

 

J’étais assise au milieu des supporters du Rugby Club Toulonnais, qui entreprit d’accueillir les nouveaux à coup de corne de brume (le bruit que ça fait dans un wagon, à moins de 2 rangs…!) et de ma nouvelle chanson préférée, que je vous livre dans son intégralité (sur l’air du refrain de Yellow Submarine). Interprétation pêchue ici.

« Toulonnais, allez allez allez, allez allez allez, allez allez allez »

 Là, s’offraient deux options : soit faire la Parisienne, et bouder dans mon coin, soit faire ami-ami avec le RCT avec en bonus, tester mon accent toulousain (pendant la conf, j’étais fascinée par l’accent d’un collègue, qui rajoutait des /g/ excrescents à la fin de ses nasales. Ca faisait quasiment /n/-> /ŋɢ/ avec une plosion uvulaire de foufou).

 

Evidemment, j’ai choisi l’option marrante/dangereuse. Faut dire, j’avais une cartouche de réserve : mon directeur de thèse[2] dans un wagon adjacent, du travail à faire… Les Toulonnais, assez sympas, me disent qu’ils peuvent échanger mon siège avec celui qu’ils avaient initialement réservé ailleurs, en ID Zen (rien que là, je fais des efforts pour ne pas rire–le dépliant dit « ID Zen, espace de tranquillité »). J’explique à mes nouveaux amis que je dois rester ici quelques minutes, mais qu’un collègue me rejoint, donc je ne resterai pas à les embêter, on partira quand il arrivera.

L’accent toulousain marche à merveille : on me propose du pastis, du « cak’ aux olives », un verre de blanc, on me demande évidemment « alors, le copain, c’est le copain officiel ? », bref, bon enfant-virilisant quoi[3].

WP_20130601_008
Composition floue : Cak aux olives, bouteille de Pastis presque vide, (10h27)

 

Jusqu’ici, tout va bien. Je zappe mon départ, le moment de travailler avec Directeur de Thèse, avec qui on est finalement assez morts de rire 90% du temps (on a eu le malheur de s’installer, après moult péripéties, près du wagon bar. On avait pas prévu la mêlée bourrée, le jet de serviettes par terre, le kidnapping-qui-a-fini-en-slam du serveur débordé, les fumeurs dans les toilettes, les cris virils (petit florilège à la fin du message), mais on arrive à peu près à garder la face.

WP_20130601_019
Mêlée bourrée, avec récupération du pote qui tombe (11h48)

 

Arrivés vers Paris, je dois quand même rejoindre mon wagon et mon bagage. Là, mes amis, qui ne m’avaient pas oubliée, me font de gros coucous de la main alors que je fais mine de travailler (alors qu’en fait, j’enregistrais leur version un peu personnelle de « Qu’est-ce qu’on a fait des Tuyaux ? » et que je réprimais un rire en entendant les cris joyeux et les promesses de ce qu’on va faire à Paris[4]. J’ai quand même été les voir pour les remercier pour le verre de vin blanc et le cak.

Là, dialogue extraterrestre : 

« Alors, tu viens d’où ?, me demande le chef du cheptel

– Euh, Avignon-gue, mais j’habite à Paris.

– Oh ! Mais tu as l’accent, tu peux pas venir de Paris, tu as l’accent, tu peux pas venir de Paris, tu…(il était déjà assez confit, faut dire)

– Eh bah pourtant…!

– Et t’y travailles où ?

– A Rouen (là, je sais pas ce qui m’a pris. Déjà que je nasalise beaucoup le mot naturellement, et que je dis [ʀʷɑ̃] voire [ʀw̃ɑ̃], là j’ai tout donné et j’ai produit [ʀw̃ɑ̃ɢ])

– Où ?

– ʀw̃ɑ̃ɢ.

– Oh, tu as tellement l’accent, j’avais pas compris ! Tu vois tu peux pas être Parisienne, tu as trop l’accent ! (re-boucle discursive) »

 Grisée par mon infiltration réussie, refusant encore un verre de blanc « y nous en reste, vas-y, prends-en ! » j’ai même chanté « Toulonnais allez allez allez ». Et ai quitté mes nouveaux amis avant que l’ambiance ne dérape–en gros.

 « Je suis claustrophobe alors je fais caca » (répété plusieurs fois)

« Ca sent la drogue, ici ! » (j’avais compris « ça sent la drAgue », à cause de l’antériorisation des voyelles. Mais ça sentait les deux, globalement.)

« C’est ici, le wagon Zen ? » (hurlé à pleins poumons)

« Nous on a jamais chialé, nous, on a toujours envoyé du lourd »

« On mélange pas MON pastis avec TA salive ! »

« Onze heures moins le quart, L’HEURE DU RICARD ! » (il y eut de nombreuses variations)

 

Avec autant de talent dans les gradins, je suis déçue qu’ils aient perdu, quand même.

 

La prochaine fois, j’espère infiltrer un car de supporters de Boulogne-sur-Mer, ou tenter l’escapade au club de bowling à Schiltigheim !

  1. On m’a initiée au concept du « Cadeau Gratuit » il y a peu, je ne m’en remets toujours pas. []
  2. je ne me ferai jamais aux mots politiquement corrects, comme directeur doctoral, encadrant de thèse,  ÜberSensei, et autres. []
  3. Peu rassurant quand même. Mais je me sentais relativement bien avec mon accent []
  4. « Paris ! Paris ! On t’en…embrasse », évidemment []

« Moi c’est pas mon truc, les expressions fruitées. »

Je tire le titre de ce billet de l’un de mes étudiants, qui m’a terriblement amusée avec cette phrase. Je remercie d’ailleurs les étudiants de ce cours pour leur aide lors de la rédaction de cet article.

Il y a quelques années, je discutais avec des linguistes niveau Professeur Emérite de la distribution de « genre » et de son cousin « genre voilà quoi » dans les productions orales des jeunes. Ils avaient commencé la discussion en gloussetant finement sur le fait que le jeune rajoute des « quoi » en fin de phrase, et j’ai sorti l’arme lourde du « mais messieurs, le quoi tout seul est petit joueur à côté de genre voilà quoi, ça fait au moins 5 ans qu’on dit plus quoi tout seul ! ». Ah j’étais fiérote d’avoir pu apprendre un truc aux francisants !

Je la sentais moyen, quand même, cette conversation, avec l’intérêt détaché et poli de mes interlocuteurs… Pourtant, j’enchainais les observations (forcément hyper pertinentes) sur l’utilisation de « genre » en fin de phrase comme expression d’une comparaison (« elle était véner, c’était une furie genre »);  voire doublée de « comme » (« il était beau comme un camion genre »), comme pour à la fois mettre de la distance avec la comparaison (je sais que je dis du rigolo, donc je distancie ma phrase foireuse avec un « genre ») ou rajouter une béquille orale tonique qui remet une couchine d’expressivité (ce qu’on a aussi avec les phrases déclaratives qui se finissent en « voilà quoi »).

J’étais fascinée par « genre voilà quoi », et je m’entendais parfois le dire, comme dans la phrase « et là, on s’est engueulés genre voilà quoi ». genre + voilà + quoi = je compare (genre) à quelque chose que je n’ai même pas besoin d’exprimer, dans une sorte d’anaphore culturelle du meilleur aloi (voilà) et je clos ma phrase (quoi).

Kamehameha
Genre voilà quoi = Kamé Hamé Ha discursif

Après un genre voilà quoi, il n’y a rien à dire, rien à faire, un « awè » avec hochement de tête suffit. Comme après un Kamé Hamé Ha[1].

J’étais bien la seule à partager mon enthousiasme, à mon grand dam… Mais au moins, j’avais une sorte de certitude de parler jeune : « de toute façon, s’ils sont coincés sur quoi tout seul, alors qu’on a inventé bien mieux depuis, c’est qu’ils ont 5 ans de retard, crotte ».

 

Et puis, en conférence, un doctorant plus jeune m’a dit « dis donc, mes étudiants m’ont parlé d’expressions de jeunes, « la vie c’est pas un kiwi », et « tu veux un cookie ? », ça te dit quelque chose ? »

Et là, rien-nichtsnihil en tête. J’avais les éternels « je peux pas, j’ai poney » remplacé en « cours d’aquaponey » assez récemment, mais là, il me séchait complètement. On a fait le tour des collègues, plus vieux, et rien non plus. Même provenant de la bouche de leurs enfants.

En bonne parisianiste odieuse, j’ai dit « mais c’est peut-être local ? »; mes étudiants de province, mais une autre, ne disaient peut-être pas ça ? Du coup, j’ai posé la question en cours. Sur les 3 ou 4 groupes de jeunes que j’ai sondés, entre 17 et 22 ans approximativement, on a quelques invariants :

– Déjà, quand je demande « dis donc, les jeunes, vous dites « tu veux un cookie ? » et « la vie c’est pas un kiwi » ? Ca vous dit quelque chose ? », ça déclenche l’hilarité dans 100% des cas.

– Certains connaissait « tu veux un cookie ? », mais ceux qui maîtrisaient ajoutaient « cool ta vie, tu veux un cookie ? »; je déduis donc que l’expression est encore plus odieusement condescendante que mon « c’est peut-être local ? »

– Beaucoup se sont étonnés de « la vie c’est pas un kiwi », en arguant que la taille, le goût, la couleur ou les propriétés intrinsèques du kiwi n’étaient pas synonymes de joie et béatitude. J’ai eu droit à la variante « la vie, c’est pas gaufrette », comme quoi, on a beau être étonnés par l’expression, on est quand même pas des sauvages, et on a un équivalent un peu ésotérique, un peu mignon.

Les conversations ont cessé quand l’auteur du titre de ce billet a proféré sa sentence.

En faisant un tour sur la toile, je trouve quand même des illustrations :

cool-ta-vie-love-tu-veux-un-cookie-132256383027Dans une sorte de presque-mème (texte + image au milieu + texte), on voit bien que ce n’est pas une expression sortie uniquement de mon doctorant, mais bien une vraie chose. D’ailleurs, des forums 15-18 ans ont des fils de discussion pour le « cool ta vie », dont la boucle discursive enivrante :

Cool ta vie, tu veux un cookie ?
Cool la tienne, tu veux un BN ?
Cool ton BN, tu veux une frite Mc Cain ?
Cool ta frite Mc Cain, tu veux une Citroen ?
Cool ta Citroen, tu veux une Américaine ?[2]

(tiré de JV.com, in le forum des moins de 15 ans)

Y’a même des réparties extralinguistiques de haute volée, dont le commentaire de MrSuprak :

moi j’ai un papier avec un bite dessiné dessus et quand je m’en tape , je le coupe en sortant mon papier et je dis « regarde , elle est belle hein » :hap:

Quand même, le type, il a préparé un papier qu’il garde en permanence sur lui dans un endroit facile d’accès afin d’indiquer à son interlocuteur la fin de la discussion en cours sans avoir à parler (j’imagine que, confrontée à un interlocuteur qui tirerait un papier de sa poche, le déplierait, me montrerait un pénis dessus, j’aurai du mal à continuer ma phrase) je trouve ça absolument fascinant. La cerise sur le gâteau est ce smiley a l’air ravi de son sort[3].

Et bien sûr, fallait s’en douter, le « cool ta vie » est en fait la traduction de « cool story bro« , ou son cousin français, au moins. En fait, si j’ai bien compris, la vraie rime était « cool ta vie, tu veux un biscuit ? », ensuite transformé en « cool ta vie, tu veux un cookie ? ». On a même une page Facebook, avec plus de 10 000 likes.

 Quant à « la vie c’est pas un kiwi », elle est nettement moins usitée, apparemment. Déjà, on a une maigre communauté FB de 60 pélerins, et un Skyblog tristouille avec seulement deux articles.

 J’ai quand même gloussé quand j’ai tapé dans Google « la vie c’est pas » et que j’ai laissé l’autofill faire son office. La vie n’est donc pas un oinj (parce que « si tu me roules, c’est moi qui te fume » selon des paroles de Guizmo), et mes étudiants n’ont vraisemblablement pas jugé utile de m’avertir de cette variante, qui a l’air bien plus vigoureuse. 

 Je sens plus de faiblesse dans l’expression, malgré ses résultats, le forum de JV ne s’excite pas autant, y’a même de petites disputes, ou des vagues tentatives d’essayer de rendre la phrase un peu plus marrante avec des dérivés (tentative évidemment couronnée d’échec). Bref, apparemment, cette phrase ne prend pas.
Mais quand je regarde les dates de parution des fils, des images, et tout ce que je peux trouver entre deux rédactions de corrigés de partiels et quelques confs[4] , je ne peux m’empêcher de penser que… tout ceci est un peu vieux, ça a environ une petite année. Voire plus. La foi m’a quittée quand j’ai vu ce fil de discussion, datant de 2011, où même la prof de SES utilisait l’expression avec ses élèves (donc passage de l’autre côté du miroir, donc utilisation par les adultes et les jeunes fréquentant le même établissement au moins…).

Et pourtant, ça n’était pas arrivé à mes oreilles avant avril.

Ca y est, je fais partie des vieux. Ceux qui ont au moins un an de retard sur la musique, ceux qui n’ont plus accès au sirop de la rue et de ses expressions fleuries. Damned.

C’est plus mon truc, les expressions fruitées.

 

Crédit photo : Kamé Hamé Ha – WikiUser Gig, CC AttrShare Alike

Ilovegenerator.com pour « Cool ta Vie »

 

  1. Oui, j’ai des références. Pas les bonnes, mais j’en ai ! []
  2. stoppée par un « cool votre discussion, vous êtes pas un peu cons ? » certainement lancé par un plus de 15 ans. []
  3. j’aurais beaucoup à dire des choix graphiques, des mots employés et des connotations douteuses, mais je vous laisse l’exégèse à faire chez vous pour la semaine prochaine []
  4. Non, je ne procrastine pas, je… OK, je procrastine un peu. Mais c’est avant le rush. Ne me jugez pas. Promis, j’aurai fini mon PowerPoint pour vendredi jeudi, promis j’envoie ce soir mon corrigé. []

Panique dans le dictionnaire

La tentation est facile : le Merriam-Webster, nous propose dans sa liste des mots les plus drôles (funny-sounding donc bim, linguistique de la perception !) et les plus intéressants le mot « diphtongue » (diphthong en anglais, à la graphie encore plus marrante), assortie de l’illustration suivante, qui plongea la communauté phonéticienne[1] que je connais dans un amusement un peu effaré :

Il y a une ligature entre le a et le e, on dirait un truc qu’on prononcerait « a-hé » genre « ta robe est ærienne », ce qui m’évoque les paroles du refrain de « ɶ, œ, capitaine abandonné ». Mais tout le monde sait bien que ça ne marche pas comme ça. Enfin, tout le monde…

Pour le non-phonéticien en toi, cette lettre, æ, est le symbole de l’alphabet phonétique international[2] pour le a de cat, en anglais. On est d’accord, cat, ça se prononce en un seul bloc, sans changement de qualité de quoi que ce soit. Même pour qui a toujours eu 3 de moyenne en anglais, ce qui ne devrait PAS être le cas de Merriam -Webster, right ?

D’autant plus que certaines variété de l’anglais ont des triphtongues (fire, /ˈfaɪ̯ə̯/), et quand je dis « variétés de l’anglais », je pense très fort à « Received Pronunciation » anglaise[3] donc pas particulièrement une variété parlée par deux ploucs sur une île.

Du coup, je serre mes petits poings très fort, et me pose les questions suivantes :

– La phonétique est-elle donc un art voué à perdurer dans le cœur d’une frange minuscule de linguistes, à qui, apparemment, même les LEXICOLOGUES jettent des cailloux ? Non que j’aie quoi que ce soit envers les lexicologues, c’est ce que je voulais faire quand j’étais petite[4] mais que des linguistes qui écrivent des définitions de mots assorties de leur prononciation ne connaissent même pas les rudiments de la phonétique, ça me dépasse.

– Merriam-Webster emploie des stagiaires rémunérés « à la win » pour écrire ses articles ? Des  enfants de 8 ans, qui veulent eux aussi devenir lexicologues, et qui ne prennent pas la peine de lire la seconde partie de la définition du mot « diphthong » en anglais, à savoir : « la ligature de deux monographes, a et e en æ ou, comme ce qu’on a en français, le œ que l’on trouve, par exemple, dans « cœur » » ?

Eh oui, le M-W n’est pas dans le tort, mais l’Oxford English Dictionary précise tout de même que cet emploi du mot « diphthong » est incorrect (et on lui préfère le mot ligature; certains appellent même ces monophtongues-représentés-par-des-digraphes comme…ça, « monophtongue représenté par un digraphe » ou « diphtongue incorrecte »).

Du coup, le phonéticien est rassuré, mais pas ma lexicologie. Pourquoi confondre son et graphie ? Qui est encore dupe au point de penser qu’on a un système d’équivalences plus ou moins exactes entre les deux ? Qui lisai-je, Ong, ou Goody, voire Gadet, qui disait encore une n-ième fois cette observation complètement banale, mais finalement peu déconstruite ?

Où je pars sur la graphie…

Allez, anecdote perso : quand j’étais petite, on faisait les malines avec une camarade. On était seules dans la classe, donc on a joué à la maîtresse, et elle a écrit mon nom en gros au tableau. Ma camarade, avec un nom complètement graphonormé (hah !), disons Simone[5] ou Karine, m’a écrit « Lora ». J’ai dit « oh là là, on se calme, on boit frais, petite, c’est quoi cette horreur ?? »; et elle était comme deux ronds de flan quand je lui ai expliqué la magie du <au> pour /o/. Après, j’ai voulu pousser le truc et lui dire « Regarde, eau, E-A-U, /o/, c’est magique ! », mais la sonnerie de la récré a retenti, donc on a effacé les écrits mais… pas fini cette conversation.

 

C’est un peu le déclic grâce auquel j’aime tant les graphies, en fait. Chacune dit quelque chose, et les résumer à une bête équivalence exacte au son est réducteur, et triste. Certes, c’est l’un des derniers (le dernier ?) seuil d’une langue, bien postérieur à l’oral, mais la graphie est une science finalement un peu exploitée–quand je vois des livres à la Catach, je suis un peu contente, mais cette perspective normative et standardisée est en fait assez stérile. C’est la raison pour laquelle je travaille sur les graphies alternatives, qui sont riches de couches sémiologiques différentes, pour peu qu’on s’y penche.

 

Bref, pas taper sur le langage SMS, mais surtout, par pitié, utilisez le mot juste. Une diphtongue est un di-son, pas un di-graphe. Si je suis d’accord pour déconstruire l’orthographe, je ne suis pas d’accord pour déconstruire la sémantique de termes techniques.

Tenez, je vous mets de mini-références, au cas où :

  • Catach, N. (1978). L’Orthographe. Paris: PUF.
  • Gadet, F. (2007). La variation sociale en français. Gap [France: Ophrys.
  • Goody, J. (1977). The domestication of the savage mind. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Ong, W. J. (1982). Orality and literacy: The technologizing of the word. London: Methuen.

 

 

  1. Merci, d’ailleurs, communauté phonéticienne et surtout Grande Personne qui m’a envoyé ce mail nocturne mais bienvenu. []
  2. On rigole assez peu avec l’API, en fait. Je passe sur l’histoire douloureuse de l’inclusion ou non de certains symboles et les débats de phonéticiens foufous. Et sur leur blague sur ça : Support adding 'double-dot wide-o' to the IPA. [Nasal ingressive voiceless velar trills are cool.] []
  3. si tu mets la BBC dans ta télévision, tu tomberas sur du RP à gogo. Enfin, avant qu’ils nous mettent des présentateurs ethniques genre gallois ou écossais qui font rien qu’à nous saloper le Bon Accent. []
  4. Authentique. Enfin, je voulais être grammairienne, mais dans ma tête, c’était un peu pareil. []
  5. Impossible de me souvenir de son prénom. Mais… Impossible de trouver des prénoms graphonormés, c’est-à-dire avec une équivalence parfaite son-graphie, sans <e> muet, sans digraphe à la <ch>…  []

Lapdance des sept voiles et rôle de la femme dans un clip de hip hop

Avertissement : cet article contient des références explicites à un contenu érotique, machiste et vulgaire (paroles et média en lien). Les captures d’écran ne sont pas érotiques, mais le contenu écrit l’est peut-être.

Ce qui avait commencé comme une boutade dans un article précédent est en fait une vraie question qui me taraude depuis quelques jours : où sont les femmes dans le clip de rap ?

Entendons-nous bien : je parle non du rap engagé, ou engageant; je parle du rap avec de l’homme alpha qui exhibe sa verve énorme à tous les passants, le mainstream du gangsta rap; et de la femme, qui est reléguée au premier plan visuellement parlant, mais à l’arrière-cour intellectuelle, et réifiée en trophy… harem ?

C’est un sujet un peu bati-bateau, mais je nous ai trouvé une petite perle du genre, assez populaire, la version non censurée de Lapdance de N*E*R*D, chanson qui me trotte dans la tête depuis quelques jours.

Lapdance est une sorte de concentré improbable de vulgarité, de pouvoir viril, et de suggestion à la truelle. Imaginez, on en est presque à voir des tétons en gros plan et des chanteurs engagés dans du cryptosexuel[1]. Le clip le plus ouvertement érotique que j’aie jamais vu était en fait pornographique : Pussy, de Rammstein, qui évoque des rencontres pragmatiques[2] , c’est vous dire le niveau de Lapdance.

Et j’ai connu les RockBitch, qui utilisent leur nudité et diverses pratiques un peu sales sur scène (urophilie en tête, et bonus en live) et elles avaient traversé je ne sais quelle ville toutes nues, en Suède je crois, mais cette hypersexualisation est plutôt en leur faveur, en fait : le message était « on est des filles fières de nos corps et on le montre ». Je ne veux pas faire de parallèle avec les FEMEN (ou les… HOMMEN), mais force est de constater qu’on a une passerelle entre les deux. Les trois. Bref, du pouvoir discursif fort et expressif dans la nudité et l’exhibition, ça va, on connaît.

Mais moi, ce qui me plaît le plus à analyser, ce sont les situations de hiatus dans l’expression du pouvoir, et la négociation genrée de la domination. On a normalement, dans un clip de rap –j’en évoquerai ici une demie-douzaine, plus des guest stars, dans ce post– des femmes nues, censées mettre en avant le côté attirant de notre chanteur de rêve. Si j’étais un auteur de mauvais livres, je dirais que Pipo Premier, notre rappeur, s’entoure de gonz aussi « beaucoup plus bonne que la plus bonne de tes copines » (pour reprendre les mots de la bouche de Joey Starr dans La Fièvre) pour montrer qu’il a un potentiel-séduction alpha, et qu’il attire non seulement en quantité, mais aussi en qualité.

Quand je parle en qualité, je parle bien évidemment de qualité visuelle : imaginez, un rappeur entouré d’un troupeau d’agrégées de philo, plus quelques latinistes et deux-trois biologistes dans le tas, même si on les a pas vues, ça sonne quand même nettement moins sensuel que « les participantes des Anges de la Téléréalité ». La valeur visuelle positive de la dame-de-clip = un acte flattant la face de notre rappeur, qui a les moyens humains pour constituer un harem, pour tordre Goffmann à ma volonté[3].

Mais ce clip se différencie des autres, dans le sens où oui, évidemment, on a de la femme-monnaie d’attraction virile. Mais on a aussi une femme qui a sa place au milieu des hommes : au milieu d’un océan de virilité, c’est-à-dire Pharell le chanteur de N*E*R*D et son pote, l’illustre inconnu Lee Harvey, qui joue le quota white trash,  la chanteuse Vita (pas celle qui chouine, Vitaa, parce que son mec la trompe dans une chanson de Diam’s, une Américaine) change un peu la donne résolument sexiste du reste du contenu.

Sans plus d’introduction, voilà le clip non censuré, attention les mirettes :

Analyse de paroles choisies :

Je suis un chien sale –le ton est donné; on ne parle pas à Kant, on parle des mecs de Nerd, pardon, N*E*R*D et dès le premier vers, on a droit à une sorte de préambule pour lequel l’exégèse est très optionnelle.

Pour résumer pour mes amis non-anglophonesen gros, on a une sorte de Nigga and White Trash angst, c’est-à-dire l’affirmation de pouvoir menaçant de garçon (qui fait de la BICYCLETTE QUI S’ENVOLE !!) d’une bande de zouzous qui sont aussi désabusés par rapport à la société : les politiciens sont creux, la société est moderne et nos Kerouac modernes sillonnent la ville à dos de moto[4] . Ils en sont au point de vouloir tuer des gens, ou de dire (de façon relativement afro-américaine, voire marquée « discours de gang ») que « si tu me cherches, tu vas me trouver, oh oui, j’ai pas des battes de baseball, j’ai un truc qui fait ra-tac-tac-tac, l’instrument-virilité augmentée de ma puissance est donc plus mieux [sic] que la tienne, na ». Je ne fais que gloser légèrement sur les paroles (Baseball bats / I got something for that / That goes bla-ka-ka-kat), mais on tient très souvent, dans le rap, à rappeler qu’on en a une beaucoup plus grosse –et dangereuse !– que celle de l’ennemi qui est en fait souvent imaginaire.

Bicyclette
Ca ne se voit pas très bien, mais derrière à droite, il est en train d’atterrir de son vol bicyclique.

 

La rhétorique gang/hip hop (je vous expliquerai pourquoi je mêle les deux concepts ensemble) marche beaucoup sur le fronting, c’est-à-dire l’expression de sa propre légitimité au détriment de l’autre, qui, s’il n’existe pas, reste à inventer.

Fini d’enfoncer des portes ouvertes, je continue.

J’aime assez le petit tour rhétorique des chanteurs, qui, dégoûtés par la vie et nos hommes politiques, ont l’impression que ce sont des… gens, donc des dames[5] dont le discours sonne comme celui d’effeuilleuses qui leur diraient « Oh, bébé, tu me veux ? Tu peux avoir cette lapdance gratuitement !« . C’est une critique assez acerbe de la démagogie, qui permet en fait assez habilement, presque sans trucage, de rajouter des femmes qui figurent ces hommes politiques. Bien joué, les garçons.

Dernier mot concernant l’onomastique du nom du groupe, que je trouve mignonne : il y a beaucoup de débats entre les figures du geek et du nerd, en anglais, qui sont « les gros nazes avec qui personne voulait manger à la cantoche ». Le nerd est souvent passionné d’un sous-sous-sous centre d’intérêt par rapport à la masse lycéenne. Exemple, il est passionné de mycologie et il a des boîtes d’élevage de champignons dans sa chambre.

Le geek, lui, est devenu une figure repossédée par le fleuron des nazes-de-la-cantoche qui sont devenus des adultes presque fonctionnels passionnés, alors que le nerd est un peu plus susceptible de rester « tout seul, seul comme un tocard »[6] .

Analyse de l’image :

On est dans deux lieux, qui me plaisent beaucoup. Soit on est dans la rue (un peu comme celle de RuPaul et de son gang de filles, quoique, Ru choisit des lieux beaucoup plus classes, entre la banlieue tranquille et le ghetto aimable. Je pense aussi à ce clip de  Johnny McGovern, où la rue est aussi le lieu où on peut faire des hi-fives à Jésus.[7] ), mais finalement, pour N*E*R*D, la rue, c’est juste un lieu entre mecs qui font des trucs de mecs (cf le vol bicyclique). Je ne reviens pas sur les études de socio qui parlent de l’occupation des rues par les hommes (qui bougent peu) et les femmes (qui se déplacent), pas forcément pertinentes puisqu’ici, c’est le jour et en plus, les N*E*R*D mangent-bougent dans la rue, au lieu de zoner comme de petits délinquants qui ne croient plus en rien.
Le lieu qui m’intéresse le plus, c’est l’espèce de manoir Hugh-Heffneresque dans lequel nos amis ont accueilli dans leur sein le groupe de parole « Je suis une femme libérée, tu sais c’est pas si facile », et qui est le lieu de toute turpitude dont la fameuse activité récréative « Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir ».

Seins
« Tu as encore gagné, Pharell; mais qui est cette paire de mules compensées qui nous regarde derrière ? »

J’ai une théorie : Snoop Dogg a filmé son film pornographique « Doggy Style » dans un manoir construit sur un cimetière indien, dont les esprits furieux mais étrangement séduits ont décidé d’augmenter l’appétence sexuelle des occupants mâles en émulant des fantômes de femmes sexuellement gentilles et disposées.

Entre temps, Snoop Dogg a laissé les clefs du Manoir-à-Choppe à ses amis comme 50 Cent, qui a aussi chanté dans un extérieur où aucune femme n’est présente, mais vas-y comment il se la donne dans le Magasin de Bonbons que ça twerk et ça crunk dans tous les sens. Dans le clip de N*E*R*D, il y a deux endroits distincts dans le Manoir-de-l’Amitié :

– Une sorte de salon VIP de fort mauvais goût, où les murs sont tapissés de zèbre, et où le canapé est profond et en cuir. Idéal pour chanter le refrain, et fait double emploi avec l’espèce de nightclub improvisé. C’est un espace mixte, où hommes et femmes se côtoient[8] .

-La Chambre des Boiseries, où se situe le quasi-ensemble des jeux de séduction et de pouvoir de notre Pharell, qui est, en gros, le seul à faire le coquin.

Outre le contenu mordant du texte, voici la checklist du clip non censuré :

  • Tétons en folie : dans des bouches, sous des doigts odieusement manucurés, le téton est très présent, surtout en gros plan.  « Tant d’efforts pour une glande sudoripare », comme dirait un livre très drôle sur le langage corporel que j’ai prêté et dont j’ai malheureusement oublié titre et auteurs. Mention spéciale au fait que le téton apparaît vers la 15è seconde, on est tout de suite plongés dans l’univers de nos nouveaux amis.
  • La position du chanteur engagé : là, on part dans une sorte de performance verbo-visuelle qui me laisse pantoise. Figurez-vous une actrice, à quatre pattes, et le chanteur derrière elle, assis (qu’on ne les taxe pas de faire semblant d’être en levrette), qui lui claque les fesses sur les syllabes plosives de « baseball bats » (vers 1:20). Bon, là, tout est dit, et même quand il fait semblant de conduire la dame en faisant semblant de tenir un guidon au niveau de ses reins, on reste un peu sur sa faim.
  • Langues : on voit beaucoup de langues se lécher. C’est l’image qui revient le plus pour illustrer le fait que ce clip soit quand même un peu olé-olé. Évidemment, ce n’est pas Pharell qui partage sa mononucléose avec ses amies, mais deux femmes. Eh oui, évidemment, la pseudo-lesbienne est de sortie. Pas celle qui aime les femmes et pourra se marier pour tous dans quelques jours, non, celle qui fait semblant d’avoir des relations sexuelles avec ses grands ongles de fifille avec d’autres filles pour attirer les mâles. On en voit de très beaux specimens dans certains Macumbas de campagne, et dans certains films passant tard sur M6 avant que Capital fasse des 4è parties de soirée sur la mafia des saucisses[9] . Océane-Rose Marie avait fait un sketch là-dessus, aussi.
  • Il est où ta liquette ? Normalement, la dame de clip de rap est peu habillée. Là, non seulement elles sont peu habillées, mais en plus, elles se déshabillent. Surtout pour montrer des plastiques siliconées (je sais, je me fais rire moi-même), soit pour montrer qu’avec Pharell, le mercure s’évapore.
  • Le ventilateur : Je ne veux pas commenter sur le fait que les filles aient des chaussures démesurées, je préfère parler du ventilateur, leur seul point commun avec Jean-Pierre Foucault. Comme la fille est féminine, elle a les cheveux longs et dans le vent, même à califourchon sur le chanteur. On doit trouver ce modèle de femme assez facilement dans des pubs pour des soins capillaires, mais j’avoue l’utilisation audacieuse dans le clip de hip hop.

Comme toute liste, elle est non-exhaustive, mais c’était pour vous montrer quelques morceaux de choix de l’iconographie élégante et sobre de nos amis.

Et Vita dans tout ça ?

Vous vous souvenez, tout en haut, là, quand je parlais du tour de passe-passe rhétorique et du gouvernement qui sonne comme des stripteaseuses pour eux ? C’est notre Vita qui fait la voix du gouvernement. Elle demande si bébé la veut et dit qu’elle peut faire UNE danse suggestive gratuite. Quand on n’a que le contenu audio, on se dit que c’est elle qui cristallise le potentiel paluchage de la chanson. Eh bien détrompons-nous, en la voyant dans le clip !

Vita, elle a décidé de jouer dans une cour différente de celle des femmes du clip, qui se caractérisent par une nymphomanie qui doit bien les embêter le samedi à Carrefour, et un choix vestimentaire minimal.

Quand je fais quelques recherches sur internet, je vois qu’en solo, elle se démarque peu des chanteuses de charme hip-hop standard : la plus jolie photo d’elle est en talons-aiguille-sous-vêtements-manteau-de-fourrure, donc on reste dans des archétypages Pimp-Diva rabâchés depuis que le hip hop est hip hop. C’est vous dire aussi le hiatus entre l’ethos de l’homme afro-américain hiphoppeux et sa comparse féminine, qui se contente habituellement d’être juste jolie (c’est une analyse à la truelle). Les contre-exemples existent, et même une Kelis, dont le milkshake amène tous les mecs dans le jardin, et même qu’elle peut t’apprendre mais ça va te coûter maîtrise son capital séduction dans ses chansons : elle domine les autres femmes par son attraction sexuelle envers les hommes, ce qui me semble être une étape intéressante des jeux de pouvoir-séduction caractéristiques du hip hop.

Pour en revenir à Vita, c’est one of the boys[10] donc elle adapte sa performance gestuelle et vestimentaire à son rôle de membre de N*E*R*D, au moins honorifique. Au lieu de la jouer séduction, vu qu’elle peut pas test au milieu de la troupe de jeunes femmes attirantes blanches qui se jettent sur Pharell comme la pauvreté sur le monde, elle adopte des codes que je qualifierais presque de butchesques. Épaules remontées, danse bien loin du grinding, Vita est une sorte de figure complètement décalée dans le clip. 

Vita 2

Là je vous connais bien, vous allez me dire « non mais ATTENDS quoi, c’est quand même une meuf dans un clip de mecs, où est sa sexytude ? »

Cher lecteur, Vita ne t’a pas négligé. Elle a mis un débardeur très conservateur, mais n’est pas non plus comme la fille à côté de Pharell, un peu cachée par des cheveux et des lunettes (sur la photo du dessus). Elle a beau s’absenter quand Pharell joue à cache-concombre dans la chambre, et n’être présente que dans le salon-carré VIP, elle a mis tout son potentiel féminin dans l’absence de soutien-gorge…

VitaPendant qu’Ugly Betty fait rien qu’à pas regarder l’écran, que Pharell garde la bouche ouverte et l’oeil vif, Vita fait un curieux jeu de caché-montré. Disons qu’on est dans une sorte de compromis. Autour de Charybde et Scylla à côté, c’est un enfant de choeur, mais, prise dans le contexte, elle réussit à peu près la pirouette de l’entre-deux entre la féminité exacerbée et la masculinité de l’interprète.

Comme quoi, même dans les efforts subversifs de genres, le hip hop ne nous apporte pas une grande liberté d’expression… Tout n’est qu’emboîtement de femme > rôle d’homme > féminité > réification.

 


Crédit images
: Toutes les images sont tirées du clip de Lapdance (2001) de N*E*R*D, sur l’album « In Search Of… », produit par The Neptunes. Je n’ai pas réussi à trouver le producteur du clip, malheureusement.

Playlist récapitulative de l’article : Attention, je ne garantis pas la teneur en non-pornographie de cette playlist vidéo. Si YouTube ne permet pas la lecture incrustée, vous pouvez toujours cliquer sur leur icône pour voir les vidéos chez lui. Je vous ai fait grâce de Lapdance, à mon avis, vous l’avez au moins vu une fois (erm).

 

Pour citer ce billet: Goudet, L.-G., 13 avril 2013, “Lapdance des sept voiles et rôle de la femme dans un clip de hip hop“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], http://lac.hypotheses.org/492, consulté le…

 

  1. Je plaisante, il y a vraiment des tétons (féminins, what else ?) en gros plan. A plusieurs reprises; mais je ne déflore pas plus mon sujet. []
  2. traduction des paroles du refrain pour les enfants de 4 ans : tu as une zézette, j’ai un zizi, où est le problème ? Faisons-le vite. Du coup, on a de petites saynètes terriblement cliché de fantasmes coquinous avec l’autre déguisé en cowboy, la Dominatrix, c’est terriblement Epinal-du-Porn. []
  3. Je suis très très fan de la théorie des faces, qui dit qu’en gros toute interaction humaine se découpe de telle façon à flatter ou à menacer la face de l’autre, et la sienne. Tout est affaire de négociation de valeurs de face, et je trouve ça bien pratique parfois. []
  4. en fait, de vélos mais ils ont dû avoir des problèmes de budget pendant le tournage []
  5. rien dans l’image ne nous donne l’impression que ce seraient des hommes qui feraient des danses suggestives à califourchon sur les N*E*R*D, ce que je trouve bien dommage. Liste non-exhaustive d’hommes politiques que j’aimerais voir me faire des lapdances : Henri Krasucki, Benoît Frappé du parti de la Loi Naturelle, qui me ferait des vols yogiques, Alain Madelin, Jean Lecanuet et, surtout, André Santini []
  6. Citation de Keep Cool et leur single « Je vais sortir ce soir« . Personne ne connaît, j’ai acheté le single en 97. A l’époque, je pensais que c’était « seul comme un têtard », ce qui me fait irrémédiablement rentrer dans la catégorie bizarre, donc nerdique.  []
  7. le lecteur averti aura compris qu’en fait, pour décompenser les horreurs sexiste, je fourre cet article de musiques gaies, que j’affectionne tout particulièrement dans mon petit coeur. []
  8. Bonus pour le visionneur de clip aguerri, qui verra peut-être, comme moi, le truc le plus évidemment sexuel du clip, dans le salon VIP. Attention, c’est en arrière-plan, et on voit la caméra se déplacer, mais ça m’a presque plus choquée que l’ensemble des autres utilisations de la femme comme accessoire de domination. []
  9. on reste toujours un peu sur le même sujet, certes. []
  10. je cite tout le monde aujourd’hui, au tour de Katy Perry, j’assume moins cette citation que celle de Keep Cool, c’est dire. []

Putting back the LOL in PhonoLOLgy et autres mèmes linguistes

Un très court message, pour vous présenter (au cas où ce n’est pas déjà du connu/maîtrisé) la page Facebook de LOLPhonology et autres linguisteries d’internet qui flirtent avec la mémétique et la culture internet pour fournir à 4000 membres (linguistes et geeks ?) du LULZ scientificogeek.

Moi qui veux vraiment me lancer dans la confection d’un arbre syntactique pour mes étudiants, en prenant une phrase mémétique d’Xzibit qui est un peu le maître de l’hypotase (et qui est utilisé pour parler de la récursivité, dans la culture internet depuis 2009)…

Pour ceux qui ne connaissent pas le mème d’Xzibit, ou même son nom, en gros, le snowclone[1] de ses phrases est « Yo dawg, I heard you like X so I put an X in your Y so you can [action] while you [action] ». Par exemple, une de mes préférées–c’est difficile de produire du Xzibit sans image accompagnant le tout (« Yo, dawg, j’ai entendu dire que toi et ton chien vous aimez le yoyo donc j’ai mis ton chien dans un yoyo comme ça toi tu peux faire du yoyo avec ton chien pendant que ton chien fait du yoyo, dawg », ça sonne tout de suite moins bien) :

yo-dawg-yo-yos.jpg
Uploadée par C M Punk sur Know Your Meme ( http://knowyourmeme.com/photos/176526-xzibit-yo-dawg )

 

Donc, on en revient à l’histoire principale : moi, qui veux utiliser Xzibit; je suis tombée sur ça en furetant sur la page Facebook LOLphonology (daté du 15 février 2013) et depuis, je les aime d’amour  :

Xzibit paratactique. J’aime. Je partage.

 

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas que de la phonologie (bien qu’on soit bien servis), et en plus, l’auteur (les auteurs ?) reprend des couvertures style pulp et les adapte à divers sujets de linguistique (la théorie de l’optimalité ou le Grand Changement Vocalique, par exemple), en reprenant au passage d’autres mèmes connus comme Sudden Clarity Clarence, Linguist Llama (d’ailleurs, si vous ne connaissez pas le tumblr du  Linguist Llama, c’est un étudiant de lycée trop mignon et vraiment passionné de phonétique et de phonologie qui bricole des trucs dans son coin et qui répond gentiment aux mails, passez le voir. Mon coeur a explosé en milliers de petites guimauves quand j’ai vu que son costume d’Hallowe’en, c’était lui-en-mème-avec-une-transcription-phonétique).

 

Comme quoi, étrangement, avec une des sciences de la linguistique la plus col roulé-veste en velours côtelé, on peut faire du neuf et de la mémétique. Je me demande même si ce n’est pas la relative aridité de la syntaxe ou de la phonologie qui leur permettent d’être « marquétées » par de jeunes passionnés geeks ou au moins versés dans la culture internet… More to come (j’espère) !

LOLphonology est aussi sur Twitter !

  1. cf G. Pullum et son Language Log, c’est un tout petit bout de théorie mais c’est transposable à beaucoup de domaines []