La Minothèse (6) : Tout mon #Soutine de la soutenance

La Soutenance, a priori, c’est un moment où les membres du jury (les Harder Better Faster Stronger que toi, et de plusieurs milliers de kilomètres) te mettent une fessée intellectuelle très ritualisée ou te complimentent sur un mini-truc, que tu pensais que tu le mettrais là pour faire joli et en fait, c’est une vraie découverte. C’est les seules personnes qui ont déchiffré la bête et qui sont là pour lui regarder les dents et vérifier si elle peut faire un petit sprint comme ça pour faire plaisir, et dire que son garrot est un peu trop haut, son museau un peu trop pointu, mais il a le bon nombre d’oreilles alors ça passe.

La Soutenance s’accompagne de ses demoiselles d’honneur, la Préparation administrative (où sera le pot de thèse ? Où est le formulaire 2K87 signé par toute la Terre ? Aurai-je le droit de soutenir alors que je suis à 2 heures du moment M et qu’on m’a pas tamponné le laisser-passer officiel ?) et le Discours Liminaire.

J’ai vécu une période pré-soutenance assez facile, dans l’abandon de moi-même et la fleur au fusil, tranquille, j’avais une vie à côté, je me laissais porter par la béatitude. Non, je plaisante. J’ai vécu ma soutenance cent fois avant de la vivre. Par heure. Je m’inventais des questions et des réponses, je fantasmais le moment de l’adoubement, et j’imaginais les membres du jury en train de lire le manuscrit en annotant « c’est complètement faux ça » ou « pauvre enfant, va donc plutôt ouvrir un salon de toilettage canin » dans la marge. Il m’est arrivé de me réveiller en pleine nuit parce que je verbalisais à haute voix des réponses à des questions oniriques. Je ne comprends même pas les poulitous pré-thèse qui disent que ça a l’air trop fun. Fuyez, malheureux.

Je vais faire ici une comparaison de la soutenance de thèse pour les gens de la génération X, voire Y[1] .

La soutenance de thèse, les gars, c’est comme la première saison des Chevaliers du Zodiaque, que j’ai revus maintenant que j’ai le temps (enfin, je triche, j’ai vu les CdZ en abrégé, j’ai bien ri, et j’ai été repêcher mes coffrets DVD).

De gauche à droite : Shiryu le dragon, Hyoga qui fait du froid et le cygne, Seyar le vrai héros, Shun le fragile et Ikki l’homme providentiel. Sans compter Cruchasse Athéna derrière

Pour les plus vieux qui ne connaissent pas, je vous la fais courte : cinq (mais en fait quatre, y’en a un qui fait rien qu’à se reposer dans un volcan et à faire le deus ex machina) jeunes, les Chevaliers de Bronze, en bas de l’échelle de cette chevalerie gréco-fantaisiste, doivent parcourir les 12 maisons du Zodiaque (du Bélier aux Poissons) en moins de 12 heures pour pas qu’une dame qui serait la réincarnation d’Athéna ne meure d’une flèche dans le cœur qui s’enfonce petit à petit. Du coup, ça se bastonne un contre un (avec des variations) entre des petits de Bronze qui comprennent pas grand-chose à la vie et les Chevaliers d’Or, les plus puissants chevaliers de cet ordre (un par maison/signe du Zodiaque—maintenant, vous savez comment je sais quel signe vient après l’autre) et qui maîtrisent le 7ème sens après s’être fait rempailler le carafon.

Là, vous allez me dire « Qué 7ème sens ? On n’avait pas eu un mémo en SVT niveau CE1 qui disait qu’on était à cinq ? ». L’idée, c’est que le dépassement de soi (représenté par sa cosmo-énergie—je sais que je soulève plus de questions que je n’y réponds) soit tellement intense qu’il y ait une exhortation suprême de la chose–l’ultime cosmos qu’il est à l’intérieur de toi et que tu as une galaxie énergétique dans ton petit corps. C’est un peu ça, le 7ème sens, la méga-transcendance de soi qui permet de faire des attaques de dingue[2] .

Walk into the club, like whaddup I got a big… cosmoénergie.

En gros, en soutenance de thèse, on commence à faire son discours liminaire où on présente sa thèse, les méthodologies, les résultats et autres difficultés [l’équivalent du manifeste du début de la saison, « oui, on va te sauver, Athéna, alors que tu étais une enfant atroce qui nous martyrisais dans cet orphelinat alors que tu étais la petite fille du monsieur atrocement riche qui nous élevait à la dure patati et vas-y que tu nous montais comme des mini-poneys et que tu y allais à la cravache mais on est inexplicablement sympas donc on va y aller… »], et ensuite, on affronte un à un les membres du jury, qui ont chacun leur force sur un sujet ou un autre, comme ces chevaliers d’Or. Là, on augmente sa cosmo-énergie intellectuelle, on balance quelques arguments qui semblent corrects [un petit « météore de Pégase »]. Si on se fait tacler, on perd ses sens les uns après les autres [revoyons ensemble les épisodes entre la Vierge, le chevalier-le-plus-proche-de-Dieu et son attaque de Métempsychose/les Trésors du Ciel, de mémoire] mais on peut tenter de se relever même sans vue, ouïe, toucher, goût, odorat [comme un chevalier du Phénix] et se dépasser grâce aux épreuves.

« Page 402, j’aimerais bien comprendre l’analyse du… »

Ou alors on peut sortir un argument très très bien balancé alors que personne n’y croit [comme un Shun contre le chevalier du Poisson]. On peut aussi être enfermé dans un piège rhétorique sans appel (et souvent justifié), et ne pas pouvoir s’en sortir [comme Hyoga et le cercueil de glace. Sauf qu’on serait sans Shiryu et son armure abusée-vazi-la-puissance-du-vieux-maître-qui-lui-donne-son-couteau-suisse-d’armure[3]. Surtout, on ne dispose pas d’un Shun qui viendrait nous réchauffer comme Hyoga, dans le moins crypto des moments cryptogays de la série].

« t’inquiète pas, 3.1.2.1.1.2 alpha, on va s’en sortir ! Je te réécrirai, tu verras ! »

Il y a aussi des moments de grâce [comme quand le Taureau laisse passer Seyar[4] après qu’il lui a dégommé une corne], où on est sur la même longueur d’onde de la personne à qui on s’adresse alors qu’on est beaucoup plus quiquignou sur la question.

« Haha, tu as bien déjoué ma question technique, je te laisse passer ! Je n’ai plus de question, merci pour ces réponses ! »

Contrairement à chaque Chevalier d’Or qui prend environ une heure à battre, ici, on est dans le domaine de la demi-heure par membre du jury. Sans les expansions et compressions temporelles qui font que les 12h passent en 73 épisodes de 21 minutes[5]. Et il y a très peu de princesse avec la flèche du Sagittaire dans le cœur aussi, on se doute bien que si les pré-rapports sont OK, on va l’avoir, ce doctorat–mais on doute. Comme avec l’autre et sa flèche dans le cœur, en fait. Si ça se trouve, on pourra pas la sauver être adoubé. Bref.

Il y a aussi une pause [la publicité du milieu de l’épisode] et un moment un peu douloureux pendant les délibérations, où on se demande à quelle sauce on va être mangé [le moment où les 12 heures sont écoulées, où Seyar essaye d’ajuster le bouclier d’Athéna vers le corps de la cruche pour la sauver tout à fait] et où on flippe méchamment. On a aussi les sidekicks qui font des coucous à la caméra, comme Kiki, l’assistant du chevalier du Bélier, ou la bande des moisis qui restent avec Athéna à rien faire pendant que les héros lui sauvent la vie en battant vaillamment les chevaliers d’Or. Oui, non, cette comparaison entre les gens dans le public et les Chevaliers du Zodiaque marche moins bien ; ta maman aura toujours beaucoup plus de swagg que le chevalier du Lionnet, même si elle est à moitié assise sur un gros sac en intissé pas discret contenant les victuailles pour le pot de thèse, et qui fait crounch-crounch pendant 4h[6]. En fait, tes sidekicks, c’est eux qui t’aident à tenir la pression quand tu peux leur glisser un petit regard paniqué pendant la soutenance.

« Go vas-y fonce vas-y on y croit tu vas y arriver #Soutine #Docteur #Bisous ! » (Ban du Lionnet ton oncle qui t’a demandé à quoi servait ta thèse mais qui est venu quand même alors on l’aime bien)

Non, vraiment, la soutenance, c’est comme la première saison.

Là où nos amis chevaliers de Bronze ressortent victorieux mais tout cassés (je crois que tout le monde est au moins dans le coma), le nouveau docteur ressort victorieux mais tout fatigué. Ouais, non, c’est pareil. À titre d’exemple, et je ne pense pas être la seule, j’ai développé pendant ma soutenance un rhume qui m’a clouée une semaine au lit, et je n’ai pas pu dormir pendant 3 jours. Le contrecoup est un peu violent, mais au moins, je n’ai pas monté des milliers de volées d’escaliers pendant la soutenance, c’est un plus non négligeable.

  1. C’est un peu le moment où je me rends compte que je suis vieille. C’est pour la génération V pour Vieux. []
  2. J’espère ne pas faire de faute, pour les super-puristes des CdZ dont je fis longtemps partie… Avant la Thèse. []
  3. D’autant plus que ton Vieux Maître des Cinq Pics a parlé en premier, et certainement pour chauffer la scène et dire du bien ; impossible de te sauver une fois que votre duo de Batman et Robin est fini []
  4. J’adopte ici la graphie francisée, même si Seiya me paraît beaucoup mieux. []
  5. En fait, j’ai calculé : si on considère qu’on rentre dans le Sanctuaire à l’épisode 41, en fait, on respecte plus ou moins les 12h, on est même en dessous ! Oui, je suis nerd comme ça. []
  6. Rant hors-sujet : Mais qu’est-ce que c’est que cette connerie de constellation du Lionnet, là ? Et suis-je la seule à connaître son nom ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *