« Moi c’est pas mon truc, les expressions fruitées. »

Je tire le titre de ce billet de l’un de mes étudiants, qui m’a terriblement amusée avec cette phrase. Je remercie d’ailleurs les étudiants de ce cours pour leur aide lors de la rédaction de cet article.

Il y a quelques années, je discutais avec des linguistes niveau Professeur Emérite de la distribution de « genre » et de son cousin « genre voilà quoi » dans les productions orales des jeunes. Ils avaient commencé la discussion en gloussetant finement sur le fait que le jeune rajoute des « quoi » en fin de phrase, et j’ai sorti l’arme lourde du « mais messieurs, le quoi tout seul est petit joueur à côté de genre voilà quoi, ça fait au moins 5 ans qu’on dit plus quoi tout seul ! ». Ah j’étais fiérote d’avoir pu apprendre un truc aux francisants !

Je la sentais moyen, quand même, cette conversation, avec l’intérêt détaché et poli de mes interlocuteurs… Pourtant, j’enchainais les observations (forcément hyper pertinentes) sur l’utilisation de « genre » en fin de phrase comme expression d’une comparaison (« elle était véner, c’était une furie genre »);  voire doublée de « comme » (« il était beau comme un camion genre »), comme pour à la fois mettre de la distance avec la comparaison (je sais que je dis du rigolo, donc je distancie ma phrase foireuse avec un « genre ») ou rajouter une béquille orale tonique qui remet une couchine d’expressivité (ce qu’on a aussi avec les phrases déclaratives qui se finissent en « voilà quoi »).

J’étais fascinée par « genre voilà quoi », et je m’entendais parfois le dire, comme dans la phrase « et là, on s’est engueulés genre voilà quoi ». genre + voilà + quoi = je compare (genre) à quelque chose que je n’ai même pas besoin d’exprimer, dans une sorte d’anaphore culturelle du meilleur aloi (voilà) et je clos ma phrase (quoi).

Kamehameha
Genre voilà quoi = Kamé Hamé Ha discursif

Après un genre voilà quoi, il n’y a rien à dire, rien à faire, un « awè » avec hochement de tête suffit. Comme après un Kamé Hamé Ha[1].

J’étais bien la seule à partager mon enthousiasme, à mon grand dam… Mais au moins, j’avais une sorte de certitude de parler jeune : « de toute façon, s’ils sont coincés sur quoi tout seul, alors qu’on a inventé bien mieux depuis, c’est qu’ils ont 5 ans de retard, crotte ».

 

Et puis, en conférence, un doctorant plus jeune m’a dit « dis donc, mes étudiants m’ont parlé d’expressions de jeunes, « la vie c’est pas un kiwi », et « tu veux un cookie ? », ça te dit quelque chose ? »

Et là, rien-nichtsnihil en tête. J’avais les éternels « je peux pas, j’ai poney » remplacé en « cours d’aquaponey » assez récemment, mais là, il me séchait complètement. On a fait le tour des collègues, plus vieux, et rien non plus. Même provenant de la bouche de leurs enfants.

En bonne parisianiste odieuse, j’ai dit « mais c’est peut-être local ? »; mes étudiants de province, mais une autre, ne disaient peut-être pas ça ? Du coup, j’ai posé la question en cours. Sur les 3 ou 4 groupes de jeunes que j’ai sondés, entre 17 et 22 ans approximativement, on a quelques invariants :

– Déjà, quand je demande « dis donc, les jeunes, vous dites « tu veux un cookie ? » et « la vie c’est pas un kiwi » ? Ca vous dit quelque chose ? », ça déclenche l’hilarité dans 100% des cas.

– Certains connaissait « tu veux un cookie ? », mais ceux qui maîtrisaient ajoutaient « cool ta vie, tu veux un cookie ? »; je déduis donc que l’expression est encore plus odieusement condescendante que mon « c’est peut-être local ? »

– Beaucoup se sont étonnés de « la vie c’est pas un kiwi », en arguant que la taille, le goût, la couleur ou les propriétés intrinsèques du kiwi n’étaient pas synonymes de joie et béatitude. J’ai eu droit à la variante « la vie, c’est pas gaufrette », comme quoi, on a beau être étonnés par l’expression, on est quand même pas des sauvages, et on a un équivalent un peu ésotérique, un peu mignon.

Les conversations ont cessé quand l’auteur du titre de ce billet a proféré sa sentence.

En faisant un tour sur la toile, je trouve quand même des illustrations :

cool-ta-vie-love-tu-veux-un-cookie-132256383027Dans une sorte de presque-mème (texte + image au milieu + texte), on voit bien que ce n’est pas une expression sortie uniquement de mon doctorant, mais bien une vraie chose. D’ailleurs, des forums 15-18 ans ont des fils de discussion pour le « cool ta vie », dont la boucle discursive enivrante :

Cool ta vie, tu veux un cookie ?
Cool la tienne, tu veux un BN ?
Cool ton BN, tu veux une frite Mc Cain ?
Cool ta frite Mc Cain, tu veux une Citroen ?
Cool ta Citroen, tu veux une Américaine ?[2]

(tiré de JV.com, in le forum des moins de 15 ans)

Y’a même des réparties extralinguistiques de haute volée, dont le commentaire de MrSuprak :

moi j’ai un papier avec un bite dessiné dessus et quand je m’en tape , je le coupe en sortant mon papier et je dis « regarde , elle est belle hein » :hap:

Quand même, le type, il a préparé un papier qu’il garde en permanence sur lui dans un endroit facile d’accès afin d’indiquer à son interlocuteur la fin de la discussion en cours sans avoir à parler (j’imagine que, confrontée à un interlocuteur qui tirerait un papier de sa poche, le déplierait, me montrerait un pénis dessus, j’aurai du mal à continuer ma phrase) je trouve ça absolument fascinant. La cerise sur le gâteau est ce smiley a l’air ravi de son sort[3].

Et bien sûr, fallait s’en douter, le « cool ta vie » est en fait la traduction de « cool story bro« , ou son cousin français, au moins. En fait, si j’ai bien compris, la vraie rime était « cool ta vie, tu veux un biscuit ? », ensuite transformé en « cool ta vie, tu veux un cookie ? ». On a même une page Facebook, avec plus de 10 000 likes.

 Quant à « la vie c’est pas un kiwi », elle est nettement moins usitée, apparemment. Déjà, on a une maigre communauté FB de 60 pélerins, et un Skyblog tristouille avec seulement deux articles.

 J’ai quand même gloussé quand j’ai tapé dans Google « la vie c’est pas » et que j’ai laissé l’autofill faire son office. La vie n’est donc pas un oinj (parce que « si tu me roules, c’est moi qui te fume » selon des paroles de Guizmo), et mes étudiants n’ont vraisemblablement pas jugé utile de m’avertir de cette variante, qui a l’air bien plus vigoureuse. 

 Je sens plus de faiblesse dans l’expression, malgré ses résultats, le forum de JV ne s’excite pas autant, y’a même de petites disputes, ou des vagues tentatives d’essayer de rendre la phrase un peu plus marrante avec des dérivés (tentative évidemment couronnée d’échec). Bref, apparemment, cette phrase ne prend pas.
Mais quand je regarde les dates de parution des fils, des images, et tout ce que je peux trouver entre deux rédactions de corrigés de partiels et quelques confs[4] , je ne peux m’empêcher de penser que… tout ceci est un peu vieux, ça a environ une petite année. Voire plus. La foi m’a quittée quand j’ai vu ce fil de discussion, datant de 2011, où même la prof de SES utilisait l’expression avec ses élèves (donc passage de l’autre côté du miroir, donc utilisation par les adultes et les jeunes fréquentant le même établissement au moins…).

Et pourtant, ça n’était pas arrivé à mes oreilles avant avril.

Ca y est, je fais partie des vieux. Ceux qui ont au moins un an de retard sur la musique, ceux qui n’ont plus accès au sirop de la rue et de ses expressions fleuries. Damned.

C’est plus mon truc, les expressions fruitées.

 

Crédit photo : Kamé Hamé Ha – WikiUser Gig, CC AttrShare Alike

Ilovegenerator.com pour « Cool ta Vie »

 

  1. Oui, j’ai des références. Pas les bonnes, mais j’en ai ! []
  2. stoppée par un « cool votre discussion, vous êtes pas un peu cons ? » certainement lancé par un plus de 15 ans. []
  3. j’aurais beaucoup à dire des choix graphiques, des mots employés et des connotations douteuses, mais je vous laisse l’exégèse à faire chez vous pour la semaine prochaine []
  4. Non, je ne procrastine pas, je… OK, je procrastine un peu. Mais c’est avant le rush. Ne me jugez pas. Promis, j’aurai fini mon PowerPoint pour vendredi jeudi, promis j’envoie ce soir mon corrigé. []

3 réflexions au sujet de « « Moi c’est pas mon truc, les expressions fruitées. » »

  1. Cet article est grandiose !
    Je suis tombé en amour du Kamé Hamé Ha discursif.

    J’ai une grande fierté vis à vis de moi même et de ma jeunesse car j’ai en ma possession dans mon dossier de photographies de mon téléphone intelligent une image qui, tel le papier orné d’un organe viril mais en version 2.0, me permet de clore une conversation. Chez moi il s’agit d’une image de main portant un carton jaune (je me refuse à donner des rouges). Et finalement ce que je trouve de plus amusant dans son utilisation, ce sont les 30 secondes qu’il me faut pour retrouver l’image et pendant lesquelles je suis forcé de tout donner pour tenir en haleine mes interlocuteurs.

    Pour le reste, je crois qu’en vérité je dois faire le même constat que toi sur les expressions fruitées

    1. Je crois qu’une fois, tu m’avais sorti un carton jaune, effectivement. Et menacée du rouge si je n’arrêtais pas, parce que je suis tenace.
      Je ris bien en pensant à ce moment de scroll frénétique (pourquoi ne pas mettre la photo dans un « album » à part, du coup, quand tu exportes tes photos, tu ne le perds pas, et en plus, si c’est la seule image de l’album, hop, plus simple ?); à moins que ça ne fasse partie de ta stratégie de clôture de conversation, cette quête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *