Lapdance des sept voiles et rôle de la femme dans un clip de hip hop

Avertissement : cet article contient des références explicites à un contenu érotique, machiste et vulgaire (paroles et média en lien). Les captures d’écran ne sont pas érotiques, mais le contenu écrit l’est peut-être.

Ce qui avait commencé comme une boutade dans un article précédent est en fait une vraie question qui me taraude depuis quelques jours : où sont les femmes dans le clip de rap ?

Entendons-nous bien : je parle non du rap engagé, ou engageant; je parle du rap avec de l’homme alpha qui exhibe sa verve énorme à tous les passants, le mainstream du gangsta rap; et de la femme, qui est reléguée au premier plan visuellement parlant, mais à l’arrière-cour intellectuelle, et réifiée en trophy… harem ?

C’est un sujet un peu bati-bateau, mais je nous ai trouvé une petite perle du genre, assez populaire, la version non censurée de Lapdance de N*E*R*D, chanson qui me trotte dans la tête depuis quelques jours.

Lapdance est une sorte de concentré improbable de vulgarité, de pouvoir viril, et de suggestion à la truelle. Imaginez, on en est presque à voir des tétons en gros plan et des chanteurs engagés dans du cryptosexuel[1]. Le clip le plus ouvertement érotique que j’aie jamais vu était en fait pornographique : Pussy, de Rammstein, qui évoque des rencontres pragmatiques[2] , c’est vous dire le niveau de Lapdance.

Et j’ai connu les RockBitch, qui utilisent leur nudité et diverses pratiques un peu sales sur scène (urophilie en tête, et bonus en live) et elles avaient traversé je ne sais quelle ville toutes nues, en Suède je crois, mais cette hypersexualisation est plutôt en leur faveur, en fait : le message était « on est des filles fières de nos corps et on le montre ». Je ne veux pas faire de parallèle avec les FEMEN (ou les… HOMMEN), mais force est de constater qu’on a une passerelle entre les deux. Les trois. Bref, du pouvoir discursif fort et expressif dans la nudité et l’exhibition, ça va, on connaît.

Mais moi, ce qui me plaît le plus à analyser, ce sont les situations de hiatus dans l’expression du pouvoir, et la négociation genrée de la domination. On a normalement, dans un clip de rap –j’en évoquerai ici une demie-douzaine, plus des guest stars, dans ce post– des femmes nues, censées mettre en avant le côté attirant de notre chanteur de rêve. Si j’étais un auteur de mauvais livres, je dirais que Pipo Premier, notre rappeur, s’entoure de gonz aussi « beaucoup plus bonne que la plus bonne de tes copines » (pour reprendre les mots de la bouche de Joey Starr dans La Fièvre) pour montrer qu’il a un potentiel-séduction alpha, et qu’il attire non seulement en quantité, mais aussi en qualité.

Quand je parle en qualité, je parle bien évidemment de qualité visuelle : imaginez, un rappeur entouré d’un troupeau d’agrégées de philo, plus quelques latinistes et deux-trois biologistes dans le tas, même si on les a pas vues, ça sonne quand même nettement moins sensuel que « les participantes des Anges de la Téléréalité ». La valeur visuelle positive de la dame-de-clip = un acte flattant la face de notre rappeur, qui a les moyens humains pour constituer un harem, pour tordre Goffmann à ma volonté[3].

Mais ce clip se différencie des autres, dans le sens où oui, évidemment, on a de la femme-monnaie d’attraction virile. Mais on a aussi une femme qui a sa place au milieu des hommes : au milieu d’un océan de virilité, c’est-à-dire Pharell le chanteur de N*E*R*D et son pote, l’illustre inconnu Lee Harvey, qui joue le quota white trash,  la chanteuse Vita (pas celle qui chouine, Vitaa, parce que son mec la trompe dans une chanson de Diam’s, une Américaine) change un peu la donne résolument sexiste du reste du contenu.

Sans plus d’introduction, voilà le clip non censuré, attention les mirettes :

Analyse de paroles choisies :

Je suis un chien sale –le ton est donné; on ne parle pas à Kant, on parle des mecs de Nerd, pardon, N*E*R*D et dès le premier vers, on a droit à une sorte de préambule pour lequel l’exégèse est très optionnelle.

Pour résumer pour mes amis non-anglophonesen gros, on a une sorte de Nigga and White Trash angst, c’est-à-dire l’affirmation de pouvoir menaçant de garçon (qui fait de la BICYCLETTE QUI S’ENVOLE !!) d’une bande de zouzous qui sont aussi désabusés par rapport à la société : les politiciens sont creux, la société est moderne et nos Kerouac modernes sillonnent la ville à dos de moto[4] . Ils en sont au point de vouloir tuer des gens, ou de dire (de façon relativement afro-américaine, voire marquée « discours de gang ») que « si tu me cherches, tu vas me trouver, oh oui, j’ai pas des battes de baseball, j’ai un truc qui fait ra-tac-tac-tac, l’instrument-virilité augmentée de ma puissance est donc plus mieux [sic] que la tienne, na ». Je ne fais que gloser légèrement sur les paroles (Baseball bats / I got something for that / That goes bla-ka-ka-kat), mais on tient très souvent, dans le rap, à rappeler qu’on en a une beaucoup plus grosse –et dangereuse !– que celle de l’ennemi qui est en fait souvent imaginaire.

Bicyclette
Ca ne se voit pas très bien, mais derrière à droite, il est en train d’atterrir de son vol bicyclique.

 

La rhétorique gang/hip hop (je vous expliquerai pourquoi je mêle les deux concepts ensemble) marche beaucoup sur le fronting, c’est-à-dire l’expression de sa propre légitimité au détriment de l’autre, qui, s’il n’existe pas, reste à inventer.

Fini d’enfoncer des portes ouvertes, je continue.

J’aime assez le petit tour rhétorique des chanteurs, qui, dégoûtés par la vie et nos hommes politiques, ont l’impression que ce sont des… gens, donc des dames[5] dont le discours sonne comme celui d’effeuilleuses qui leur diraient « Oh, bébé, tu me veux ? Tu peux avoir cette lapdance gratuitement !« . C’est une critique assez acerbe de la démagogie, qui permet en fait assez habilement, presque sans trucage, de rajouter des femmes qui figurent ces hommes politiques. Bien joué, les garçons.

Dernier mot concernant l’onomastique du nom du groupe, que je trouve mignonne : il y a beaucoup de débats entre les figures du geek et du nerd, en anglais, qui sont « les gros nazes avec qui personne voulait manger à la cantoche ». Le nerd est souvent passionné d’un sous-sous-sous centre d’intérêt par rapport à la masse lycéenne. Exemple, il est passionné de mycologie et il a des boîtes d’élevage de champignons dans sa chambre.

Le geek, lui, est devenu une figure repossédée par le fleuron des nazes-de-la-cantoche qui sont devenus des adultes presque fonctionnels passionnés, alors que le nerd est un peu plus susceptible de rester « tout seul, seul comme un tocard »[6] .

Analyse de l’image :

On est dans deux lieux, qui me plaisent beaucoup. Soit on est dans la rue (un peu comme celle de RuPaul et de son gang de filles, quoique, Ru choisit des lieux beaucoup plus classes, entre la banlieue tranquille et le ghetto aimable. Je pense aussi à ce clip de  Johnny McGovern, où la rue est aussi le lieu où on peut faire des hi-fives à Jésus.[7] ), mais finalement, pour N*E*R*D, la rue, c’est juste un lieu entre mecs qui font des trucs de mecs (cf le vol bicyclique). Je ne reviens pas sur les études de socio qui parlent de l’occupation des rues par les hommes (qui bougent peu) et les femmes (qui se déplacent), pas forcément pertinentes puisqu’ici, c’est le jour et en plus, les N*E*R*D mangent-bougent dans la rue, au lieu de zoner comme de petits délinquants qui ne croient plus en rien.
Le lieu qui m’intéresse le plus, c’est l’espèce de manoir Hugh-Heffneresque dans lequel nos amis ont accueilli dans leur sein le groupe de parole « Je suis une femme libérée, tu sais c’est pas si facile », et qui est le lieu de toute turpitude dont la fameuse activité récréative « Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir ».

Seins
« Tu as encore gagné, Pharell; mais qui est cette paire de mules compensées qui nous regarde derrière ? »

J’ai une théorie : Snoop Dogg a filmé son film pornographique « Doggy Style » dans un manoir construit sur un cimetière indien, dont les esprits furieux mais étrangement séduits ont décidé d’augmenter l’appétence sexuelle des occupants mâles en émulant des fantômes de femmes sexuellement gentilles et disposées.

Entre temps, Snoop Dogg a laissé les clefs du Manoir-à-Choppe à ses amis comme 50 Cent, qui a aussi chanté dans un extérieur où aucune femme n’est présente, mais vas-y comment il se la donne dans le Magasin de Bonbons que ça twerk et ça crunk dans tous les sens. Dans le clip de N*E*R*D, il y a deux endroits distincts dans le Manoir-de-l’Amitié :

– Une sorte de salon VIP de fort mauvais goût, où les murs sont tapissés de zèbre, et où le canapé est profond et en cuir. Idéal pour chanter le refrain, et fait double emploi avec l’espèce de nightclub improvisé. C’est un espace mixte, où hommes et femmes se côtoient[8] .

-La Chambre des Boiseries, où se situe le quasi-ensemble des jeux de séduction et de pouvoir de notre Pharell, qui est, en gros, le seul à faire le coquin.

Outre le contenu mordant du texte, voici la checklist du clip non censuré :

  • Tétons en folie : dans des bouches, sous des doigts odieusement manucurés, le téton est très présent, surtout en gros plan.  « Tant d’efforts pour une glande sudoripare », comme dirait un livre très drôle sur le langage corporel que j’ai prêté et dont j’ai malheureusement oublié titre et auteurs. Mention spéciale au fait que le téton apparaît vers la 15è seconde, on est tout de suite plongés dans l’univers de nos nouveaux amis.
  • La position du chanteur engagé : là, on part dans une sorte de performance verbo-visuelle qui me laisse pantoise. Figurez-vous une actrice, à quatre pattes, et le chanteur derrière elle, assis (qu’on ne les taxe pas de faire semblant d’être en levrette), qui lui claque les fesses sur les syllabes plosives de « baseball bats » (vers 1:20). Bon, là, tout est dit, et même quand il fait semblant de conduire la dame en faisant semblant de tenir un guidon au niveau de ses reins, on reste un peu sur sa faim.
  • Langues : on voit beaucoup de langues se lécher. C’est l’image qui revient le plus pour illustrer le fait que ce clip soit quand même un peu olé-olé. Évidemment, ce n’est pas Pharell qui partage sa mononucléose avec ses amies, mais deux femmes. Eh oui, évidemment, la pseudo-lesbienne est de sortie. Pas celle qui aime les femmes et pourra se marier pour tous dans quelques jours, non, celle qui fait semblant d’avoir des relations sexuelles avec ses grands ongles de fifille avec d’autres filles pour attirer les mâles. On en voit de très beaux specimens dans certains Macumbas de campagne, et dans certains films passant tard sur M6 avant que Capital fasse des 4è parties de soirée sur la mafia des saucisses[9] . Océane-Rose Marie avait fait un sketch là-dessus, aussi.
  • Il est où ta liquette ? Normalement, la dame de clip de rap est peu habillée. Là, non seulement elles sont peu habillées, mais en plus, elles se déshabillent. Surtout pour montrer des plastiques siliconées (je sais, je me fais rire moi-même), soit pour montrer qu’avec Pharell, le mercure s’évapore.
  • Le ventilateur : Je ne veux pas commenter sur le fait que les filles aient des chaussures démesurées, je préfère parler du ventilateur, leur seul point commun avec Jean-Pierre Foucault. Comme la fille est féminine, elle a les cheveux longs et dans le vent, même à califourchon sur le chanteur. On doit trouver ce modèle de femme assez facilement dans des pubs pour des soins capillaires, mais j’avoue l’utilisation audacieuse dans le clip de hip hop.

Comme toute liste, elle est non-exhaustive, mais c’était pour vous montrer quelques morceaux de choix de l’iconographie élégante et sobre de nos amis.

Et Vita dans tout ça ?

Vous vous souvenez, tout en haut, là, quand je parlais du tour de passe-passe rhétorique et du gouvernement qui sonne comme des stripteaseuses pour eux ? C’est notre Vita qui fait la voix du gouvernement. Elle demande si bébé la veut et dit qu’elle peut faire UNE danse suggestive gratuite. Quand on n’a que le contenu audio, on se dit que c’est elle qui cristallise le potentiel paluchage de la chanson. Eh bien détrompons-nous, en la voyant dans le clip !

Vita, elle a décidé de jouer dans une cour différente de celle des femmes du clip, qui se caractérisent par une nymphomanie qui doit bien les embêter le samedi à Carrefour, et un choix vestimentaire minimal.

Quand je fais quelques recherches sur internet, je vois qu’en solo, elle se démarque peu des chanteuses de charme hip-hop standard : la plus jolie photo d’elle est en talons-aiguille-sous-vêtements-manteau-de-fourrure, donc on reste dans des archétypages Pimp-Diva rabâchés depuis que le hip hop est hip hop. C’est vous dire aussi le hiatus entre l’ethos de l’homme afro-américain hiphoppeux et sa comparse féminine, qui se contente habituellement d’être juste jolie (c’est une analyse à la truelle). Les contre-exemples existent, et même une Kelis, dont le milkshake amène tous les mecs dans le jardin, et même qu’elle peut t’apprendre mais ça va te coûter maîtrise son capital séduction dans ses chansons : elle domine les autres femmes par son attraction sexuelle envers les hommes, ce qui me semble être une étape intéressante des jeux de pouvoir-séduction caractéristiques du hip hop.

Pour en revenir à Vita, c’est one of the boys[10] donc elle adapte sa performance gestuelle et vestimentaire à son rôle de membre de N*E*R*D, au moins honorifique. Au lieu de la jouer séduction, vu qu’elle peut pas test au milieu de la troupe de jeunes femmes attirantes blanches qui se jettent sur Pharell comme la pauvreté sur le monde, elle adopte des codes que je qualifierais presque de butchesques. Épaules remontées, danse bien loin du grinding, Vita est une sorte de figure complètement décalée dans le clip. 

Vita 2

Là je vous connais bien, vous allez me dire « non mais ATTENDS quoi, c’est quand même une meuf dans un clip de mecs, où est sa sexytude ? »

Cher lecteur, Vita ne t’a pas négligé. Elle a mis un débardeur très conservateur, mais n’est pas non plus comme la fille à côté de Pharell, un peu cachée par des cheveux et des lunettes (sur la photo du dessus). Elle a beau s’absenter quand Pharell joue à cache-concombre dans la chambre, et n’être présente que dans le salon-carré VIP, elle a mis tout son potentiel féminin dans l’absence de soutien-gorge…

VitaPendant qu’Ugly Betty fait rien qu’à pas regarder l’écran, que Pharell garde la bouche ouverte et l’oeil vif, Vita fait un curieux jeu de caché-montré. Disons qu’on est dans une sorte de compromis. Autour de Charybde et Scylla à côté, c’est un enfant de choeur, mais, prise dans le contexte, elle réussit à peu près la pirouette de l’entre-deux entre la féminité exacerbée et la masculinité de l’interprète.

Comme quoi, même dans les efforts subversifs de genres, le hip hop ne nous apporte pas une grande liberté d’expression… Tout n’est qu’emboîtement de femme > rôle d’homme > féminité > réification.

 


Crédit images
: Toutes les images sont tirées du clip de Lapdance (2001) de N*E*R*D, sur l’album « In Search Of… », produit par The Neptunes. Je n’ai pas réussi à trouver le producteur du clip, malheureusement.

Playlist récapitulative de l’article : Attention, je ne garantis pas la teneur en non-pornographie de cette playlist vidéo. Si YouTube ne permet pas la lecture incrustée, vous pouvez toujours cliquer sur leur icône pour voir les vidéos chez lui. Je vous ai fait grâce de Lapdance, à mon avis, vous l’avez au moins vu une fois (erm).

 

Pour citer ce billet: Goudet, L.-G., 13 avril 2013, “Lapdance des sept voiles et rôle de la femme dans un clip de hip hop“, Mes Langues aux Chats [Carnet de recherche], http://lac.hypotheses.org/492, consulté le…

 

  1. Je plaisante, il y a vraiment des tétons (féminins, what else ?) en gros plan. A plusieurs reprises; mais je ne déflore pas plus mon sujet. []
  2. traduction des paroles du refrain pour les enfants de 4 ans : tu as une zézette, j’ai un zizi, où est le problème ? Faisons-le vite. Du coup, on a de petites saynètes terriblement cliché de fantasmes coquinous avec l’autre déguisé en cowboy, la Dominatrix, c’est terriblement Epinal-du-Porn. []
  3. Je suis très très fan de la théorie des faces, qui dit qu’en gros toute interaction humaine se découpe de telle façon à flatter ou à menacer la face de l’autre, et la sienne. Tout est affaire de négociation de valeurs de face, et je trouve ça bien pratique parfois. []
  4. en fait, de vélos mais ils ont dû avoir des problèmes de budget pendant le tournage []
  5. rien dans l’image ne nous donne l’impression que ce seraient des hommes qui feraient des danses suggestives à califourchon sur les N*E*R*D, ce que je trouve bien dommage. Liste non-exhaustive d’hommes politiques que j’aimerais voir me faire des lapdances : Henri Krasucki, Benoît Frappé du parti de la Loi Naturelle, qui me ferait des vols yogiques, Alain Madelin, Jean Lecanuet et, surtout, André Santini []
  6. Citation de Keep Cool et leur single « Je vais sortir ce soir« . Personne ne connaît, j’ai acheté le single en 97. A l’époque, je pensais que c’était « seul comme un têtard », ce qui me fait irrémédiablement rentrer dans la catégorie bizarre, donc nerdique.  []
  7. le lecteur averti aura compris qu’en fait, pour décompenser les horreurs sexiste, je fourre cet article de musiques gaies, que j’affectionne tout particulièrement dans mon petit coeur. []
  8. Bonus pour le visionneur de clip aguerri, qui verra peut-être, comme moi, le truc le plus évidemment sexuel du clip, dans le salon VIP. Attention, c’est en arrière-plan, et on voit la caméra se déplacer, mais ça m’a presque plus choquée que l’ensemble des autres utilisations de la femme comme accessoire de domination. []
  9. on reste toujours un peu sur le même sujet, certes. []
  10. je cite tout le monde aujourd’hui, au tour de Katy Perry, j’assume moins cette citation que celle de Keep Cool, c’est dire. []

11 réflexions sur « Lapdance des sept voiles et rôle de la femme dans un clip de hip hop »

  1. En partant d’une forme « réifiéé » et » non subversive » de rap (« mainstream du gangsta rap » pour reprendre vos propos d’introduction), votre conclusion sur la subversion de genre par le hip hop (en général donc généralisation) semble être une erreur logique.

    Cordialement
    Nicolas

    1. Après micro-percolation, il me semble que l’aspect subversif est celui sur lequel nous différons (enfin, il me semble que ce soit ce mot qui soit en cause) : la subversion du genre n’est pas mutuellement exclusive avec le côté mainstream de la musique. Le gangsta rap mainstream possède dans son cahier des charges, un aspect sexiste–apporté et entretenu par ses interprètes. Est-ce que le fait que cette musique soit consommée en masse, et passe à la télé (ce qui la rend mainstream) la rende automatiquement non subversive par rapport aux codes attendus dans la société ? Je ne pense pas. Il y a effectivement des répartitions genrées dans des cases; mais quand on creuse, on arrive à une recatégorisation unilatérale : si les hommes se traitent de bitch en chanson (« You niggaz is just like bitches », Dr Dre, « Bitch Niggaz », 2001), et que le sens de bitch va de plus en plus vers la whore (I treat every bitch like whores, 2 Live Crew, « Face Down, Ass Up », 1990)–avec récupération plus ou moins méliorative de bitch par certaines–(« Baddest Bitch », Nicki Minaj, mais aussi Trina–mais qui traite les femmes de bitch à la base ?), on est loin de la construction genrée standard, il me semble.

      1. La partie n’est pas la totalité comme le gangsta-rap n’est pas le hip hop.

        Quant à savoir si cette musique devient mainstream parce qu’elle est massivement diffusée ou si c’est qu’elle est mainstream qui la rend massivement diffusable ?

        La catégorie «  »Gansta-rap » » peut aussi être interrogée (Paris, Dead Prez comme d’autres groupes ou artistes sont ils «  »gangsta-rap » » ?).

        Cordialement
        Nicolas

        1. Il me semble que la plupart des gens que j’ai cités ne font pas partie du gangsta rap en soi–et je vous renvoie vers Richardson et Campbell pour le placement du hip hop et du gangsta rap dans l’écosystème qui nous intéresse, son inclusion, en l’occurrence, dans la musique noir-américaine. Je ne suis pas sociologue de la musique, j’ai une approche discursiviste et linguistique de discours hip hop et afro-américain. En revanche, il serait très intéressant que les gens de qui c’est le métier se demandent qui de l’œuf ou de la poule, et pourquoi le gangsta rap est l’une des formes du hip hop la plus vendue–les morts de Tupac Shakur ou de Notorious B.I.G. jouent certainement dans l’aspect sulfureux (encore que) des artistes de gangsta rap. Ce qui m’intéresse, dans le discours, c’est l’ethos du rappeur afro-américain, en fait.

          Et je ne suis certainement pas là pour classifier les artistes dans des catégories–pour le coup, ça me semble complètement hors de ma sphère d’étude (à première vue, les deux que vous citez font du hip hop plus orienté politique que les artistes sur lesquels je travaille, et il me semble que les dead prez reprennent des motifs linguistiques du gangsta rap pour leur propre cause.).

  2. Je suis surtout frappé par l’abnégation des potes. Toutes les femelles sont réservées au mâle dominant, comme chez les lions ou les antilopes. Les autres ont juste le droit de faire du vélo (pour faire retomber la tension?) et de tenir la chandelle.
    Abnégation d’autant plus remarquable que les femelles semblent être en période d’ovulation.

  3. encore un article formidable !!!

    Bon si tu as Santini je veux en être !

    Par contre je trouve que tu as été un peu légère sur notre Vitaa nationale, il y avait plus à dire sur elle ! Il lui arrive aussi des malheurs en solo « trahie par ma sœur » (mais une sœur de cœur hein, pas de sang), amoureuse d’un salaud qu’elle essaie d’oublier dans les bras d’un autre qui n’a pourtant pas son odeur… Bref, tu m’as donné envie de réécouter sa discographie. D’ailleurs je le dis à qui veut l’entendre : les filles donnez tout pour pécho le mec de Vitaa, c’est le seul moyen pour faire revenir Diam’s à la musique autour d’un titre rageur contre les mecs ces salauds (la 2e option serait d’élire Marine Le Pen en 2017 mais bon franchement je ne désire pas le retour de Diam’s à ce point).

    Bon j’aurais des tonnes de choses à dire sur tous les moments de joie que m’a apporté cette lecture mais que veux-tu je suis homme de digression et ma dernière sur Vitaa qui a été elle même digressée sur Diam’s prend déjà trop de place 😉

    1. Ca doit être ce côté craspouille de Dédé-la-Saumure qui t’attire, comme moi, vers lui. Je voudrais prendre des cafés avec lui dans un bar PMU et le voir gagner le tiercé en bavant sur Omar Sharif, aussi. Tu es bien plus expert en musique française (je pèse mes mots) que moi ! Mais avoue que notre Vita américaine vaut aussi son pesant de cacahuètes–je viens de voir une chanson de Timbaland qui s’appelle « Promiscuous », avec Nelly Furtado en duo, et apparemment, c’est bien d’avoir les moeurs légères et on voit une certaine maîtrise rhétorique aussi : « Chivalry is dead but you’re kinda cute ». Ah, ces musiques ! On pourrait s’y perdre pendant des après-midis (sponsorisées par les sites d’hébergement vidéo) ! Attends-toi à un SMS de ma part pour continuer la collaboration scientifico-musicale !

Répondre à El Gato Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *