Going Paperless 3 : Premiers pas

J’avais amorcé cette série il y a quelques temps (ici et ici), et voilà le début de l’expérience en conditions réelles.

Premier jour d’utilisation en cours :

Je n’avais pas prévu ça comme ça, mais ayant oublié ma version papier de la traduction que je proposais en cours[1], j’ai dû improviser avec ma traduction sur l’ordinateur (reconverti en mode tablette pour l’occasion).

A part quelques frayeurs, dues principalement à mes gros doigts sur l’écran (le coup du « quand soudain, on passe 8 pages d’un coup ») et quelques réglages, tout s’est passé exactement comme ce à quoi qu’on pourrait s’y attendre.

C’est-à-dire que le cours tient parfaitement sur l’écran, impeccable et magique. Tout n’est pas parfait pour autant, par exemple, j’ai trouvé peu aisée l’édition en cours de mes traductions. Réflexion faite, même avec un papier, c’était pas non plus très facile : comme je donne cours debout, je devais de toute façon me pencher sur le bureau, ou écrire à main levée sans support. Là, j’ai le support, mais faire sortir le clavier virtuel et écrire vite-fait revient au même.

Transition restante :

Restent tout de même quelques questions, pour l’aspect paperless :

–          Quid des livres de cours ? On possède certes les brochures sous forme papier/numérique, mais le livre physique pose problème. Je penche pour la photo du livre de grammaire, avec un calque « réponses » posé dessus.

–          Certaines brochures sont uniquement disponibles au format papier, du coup, je numérise ?

–          Il reste tout de même du support papier fantomatique. Outre, évidemment, les examens à faire passer, la fiche de présence est obligatoire chaque jour, donc le fantasme du total paperless est impossible, et la brochure doit rester physique pour les étudiants.

Conseils :

Au cas où vous voudriez aussi sauter le pas, il faut :

–          Régler la luminosité pour qu’elle s’estompe moins rapidement que ce qui est normalement préconisé par l’ordinateur. Je me suis rendue compte qu’un « éclairage 30 minutes » était plutôt beaucoup, mais vaut mieux que ça qu’un verrouillage de l’ordinateur, avec les bidouilles de saisie du mot de passe de la sortie de veille (qu’on va peut-être virer du mode choisi d’utilisation—quitte à créer un mode personnalisé « Cours », qui complète « Normal » et « économie d’énergie »). Mention spéciale, ceci dit, au mot de passe-image rendu possible par l’écran tactile. Contrairement aux portables Android, qui proposent de faire un motif sur 9 points pour déverrouiller l’écran, ici on peut choisir son image et faire des cercles, points et autres lignes.

–          Adapter la taille de la police à ses yeux : j’écris gros, très gros sur papier. Je dirais que sur une feuille, j’écrirais certainement en police 36. Heureusement, le zoom est amical, mais je dirais que passer en 18 n’est pas du luxe incroyablement décadent à s’offrir même quand on a une meilleure vue.

–          Conseil connexe, ne pas lésiner sur la mise en forme : passer des infos importantes en petites capitales, surlignées, ou en italique 3 tailles au-dessus du reste, c’est un moment de mise en forme en plus qui compense l’absence totale de nos petits raccourcis graphiques qu’on aime bien.

[Paenthèse] : L’environnement Windows 8 et les Reliques du Passé :

Qui dit Windows 8, dit identifiant qui connecte automatiquement tout mon monde numérique ensemble, en un blob vaguement big brotheresque très pratique, le tout avec votre adresse en @hotmail.com ou en @msn.fr, par exemple.

Malheureusement, mon identifiant Microsoft est une immonde adresse. Vous savez, vous avez tous forcément une adresse mail minable, que vous avez ouverte quand vous étiez ado et qui vous sert de vague poubelle à spam et à vous connecter pour la dernière fois à MSN avant la fusion avec Skype ? Moi aussi[2]. Le problème, c’est qu’en ouvrant une session sur l’ordinateur, cette adresse s’affiche tout le temps en toutes lettres. Là, vous allez me dire « Bah enfin, CHANGE d’ADRESSE, Goudet ! ». Oui, mais je ne voulais pas en changer, vu que j’avais déjà pas mal bourré mon SkyDrive, et que j’avais des photos (vous vous souvenez des blogs MSN ? J’en ai eu un, il y a 7 ou 8 ans) que je voulais garder dessus. Et j’ai déjà tellement d’adresses mail, et puis zut.

Reste le souci de ma photo de mon vieil avatar MSN que je n’ai pas changée depuis mes 19 ans (qui est assez digne, pour le coup) et qui devient, par défaut, votre photo de profil sous Microsoft. Quand vous ouvrez une session Office 2013[3], votre nom d’utilisateur enregistré ET votre avatar s’affichent tout le temps dans la barre supérieure. Autant vous dire que si vous aviez choisi PaupietteRoulette1997 et une photo peu flatteuse, tout ça revient vous narguer puissance Dorian Gray.

Le cadre rouge, là-haut, c'est votre ami pour la vie sous TOUTES les applis Office 2013
Le cadre rouge, là-haut, c’est votre ami pour la vie sous TOUTES les applis Office 2013

En plus, petite rigoloterie Office 2013, pour rendre le tout un peu sportif, même si vous assumez cette photo où vous étiez déguisé en Dick Rivers, dès que vous commentez des documents et que vous les envoyez à vos collaborateurs, votre bobine s’affiche chez eux histoire de BIEN rappeler à tout le monde qui avait écrit les commentaires 12 et 17. Big Brother is watching you, mais vous watchez aussi allègrement.

Bref, j’ai eu très peur que mon adresse mail avatar-d’une-période-passée s’affiche en grosses lettres quasiment tout le temps, mais heureusement, il est possible de passer à un identifiant personnel (comme l’ouverture de session par défaut sous Win7), avec un nom peut-être plus sobre. Windows, tu es un petit coquin quand même.

Je commence tout de même à avoir peur de m’être trompée de paramètres et de recevoir un mail de mon directeur de thèse sur le mode « J’ai lu ton article, mais <adresse-mail-mortifiante>, faut qu’on cause de tes paramètres utilisateur sur Office 2013 ».

Article futur : le dernier de cette petite série, avec présentation du résultat final, et implications du Paperless pour les cours.

  1. Le drame de la traduction, c’est que, souvent, je commence sur un papier, je finis sur un autre, entre temps je pense à des trucs de lexique à rajouter, du coup je me retrouvais souvent à refaire mes traductions. Au moins, si elles sont écrites à l’écran directement, c’est moins frustrant []
  2. Mais une des vieilles, en @hotmail.com. C’est comme ça qu’on reconnaît les vieux de la vieille []
  3. Au cas où, je vous informe que l’abonnement 365 Université est à 80€ pour 4 ans et 2 postes informatique, ce qui est quand même une excellente valeur sûre, d’autant plus que les thèmes préférés se sauvent d’une instance à l’autre, je crois. En plus, les mises à jour sont automatiques et gratuites donc sans douleur. Il suffit de disposer d’une adresse dans une des institutions universitaires que vous fréquentez certainement pour que Crosoft vérifie bien que vous en êtes. []

Une réflexion au sujet de « Going Paperless 3 : Premiers pas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *