« LOL Littéral » : les émoticônes intenses

En gambadant sur Facebook, je suis tombée sur cet échange entre un ami (utilisateur vert) et ses potes :

J’aime le fait que ces marqueurs d’émotion, comme LOL (qui est, incidemment[1], prononcé L-O-L par les anglophones) soient réinvestis d’un nouveau cachet et d’un adjectif quand il s’agit de non seulement décrire son sentiment, mais aussi l’action qui en découle.

 

C’est vrai que normalement, quand on dit « LOL », on est pas forcément en train de lauller devant son écran; là, l’utilisateur vert fait même une faute de frappe (ou la moitié du smiley « ^^ » ?? Pour le coup, je le connais, il est peu friand des « ^^ » mais on ne sait jamais); ces émoticônes sont quasiment les seuls marqueurs d’émotion, et donc de cohérence (mais je ne vais pas écrire un énième message sur ce phénomène, Baron[2] s’en charge très bien). Je me bornerai donc à commenter le littéral de ce « literal lol ».

 

Il est un peu l’aveu tacite qu’on ne rigole pas vraiment, mais qu’on partage, avec le(s) coénonciateur(s) au moins une once de complicité. En revanche, si Vert aurait pu se contenter de mettre un « lol », il a voulu marquer le coup et montrer qu’il rigole vraiment, même tout seul, devant son écran.

 

Je me suis souvent demandée ce qui conduisait les gens à réagir en- et hors-ligne comme ils le font. Effectivement, hors-ligne, quand on fait une blague un peu marrante (ça m’arrive tout le temps) et que l’autre se bidonne comme un enfant qui a mangé trop de chocolat, il est de bon ton de l’accompagner ou de l’imiter (ça se fait normalement, mais ça m’est arrivé de faire un rire d’accompagnement, et je me dis « s’il rigole autant, autant lui montrer qu’il a raison et rire de concert »). Idem, quand je regarde un film marrant toute seule, je n’y réagis pas de la même façon que si j’étais accompagnée, il m’arrive rarement de rire à haute voix, puisque je n’ai pas de complicité à partager avec mon écran.

Mais ce qui nous concerne ici est un peu différent :

Un « lol » aurait donc pu être suffisant (« ta blague m’amuse »), mais ce « literal » est un compliment : « même tout seul, donc sans pression de pair, non seulement tu es drôle, mais tu provoques un rire alors que je ne suis pas dans une position où socialement, on attend un rire vocal de ma part ».

Du coup, ce « literal lol »  montre bien que le en-ligne provoque des choses hors-ligne[3]; finalement, c’est une sorte d’intensifieur– l’échange a poursuivi le temps que j’écrive ce message, et mon Vert a enchaîné par un « HAHAHAHAHAHA »; cette fois, pas littéral mais… peut-être si expressif que c’est un synonyme ?

Idem pour les montages d’émoticônes à la Human Centipede, les : D : D : D que j’interprète forcément comme se renforçant les uns les autres (un peu comme la phrase que répète Larry David, « pretty, pretty, pretty good », où chaque « pretty » renforce ironiquement le « good »); finalement, on arrive à une phase où l’émoticône européen[4] et l’abréviation se renforcent; comme si… finalement, tout ça était galvaudé, et qu’on intensifiait le sens en multipliant les marques…?

Deux dernières choses : ça me rappelle les échanges de personnages de The Office, 8è saison, qui dissertaient sur un sms qui contenait 5 points de suspension; effectivement, les points de suspension sont des marques de flirt plus ou moins explicites (j’appelle ça « les trois-petits-points-qui-veulent-tout-dire-qui-veulent-rien-dire »). Mais 5, là, on sait que l’ellipse en contient plus………. (autant de points, ça veut soit dire que l’émetteur attend l’autre avec un disque de Barry White et du Body Nutella, soit, dans ce cadre d’article sur un blog scientifique, qu’il en sait plus mais qu’il ne voudra pas le révéler. De toute façon, ça sous-entend une connivence un peu perverse avec soi-même et l’autre, s’il veut bien comprendre).

Dernier petit grain avant de vous laisser : les émoticônes sont des créations graphiques sur lesquelles je ne pensais pas qu’un copyright pourrait s’appliquer– c’est pourtant le cas, mais  pas dans le cadre de l’utilisation de particuliers. En revanche, les téléphones qui proposent des claviers de smileys pré-enregistrés ont des brevets américains; et le smiley 😉 a une marque européenne depuis 2008 (un community trade mark, pas moins que ça)…

  1. je voulais écrire « le sachiez-tu ? » mais j’ai pas osé []
  2. Baron, N. S. (2008). Always on: Language in an online and mobile world. Oxford: Oxford University Press. []
  3. j’adhère à la post-dualité numérique, j’estime donc que mes technologicées sont des extensions de moi tout comme des lunettes sont des extensions des yeux défaillants dont certains sont pourvus. Chacun sa fonction, mais finalement, on est toujours dans une situation qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, et nous arrange et que l’on comprend : si vous me lisez, c’est que, vous aussi, vous êtes entrés dans la post-dualité. []
  4. l’émoticône asiatique, c’est celui qui est lisible de haut en bas comme *__* []

5 réflexions au sujet de « « LOL Littéral » : les émoticônes intenses »

  1. pour cet article je ne te donne qu’un lol non littéral mais j’ai beaucoup apprécié 🙂 🙂 🙂 (je me permets de souligner le triple smiley quand même pour souligné que j’ai vraiment beaucoup apprécié).

    Bref je me sens poète 2.0

  2. Pour le soit-disant demi-smiley, il s’agit peut-être d’une flèche désignant le commentaire précédent. J’ai déjà vu ça plusieurs fois sur fessebouc. En revanche, le «literal lol», jamais.

  3. Deux mentions du human centipede dans la journée, comme dirait la voisine sans gêne de Tony Parker, « c’est un peu trop pour moi ».
    Je n’ai jamais réussi à traduire un vrai rire franc derrière l’écran (ce qui m’arrive relativement souvent et dénote un QI de pibale) avec le langage. En général ça se finit en « t’es con je suis morte de rire devant mon écran » ou « je glousse devant mon écran les gens autour de moi me regardent chelou », ce qui brise un peu le côté spontané du rire franc qui répondrait, au hasard, à une blague de Laura Goudet.
    Et le « literal lol » ne me convainc pas mieux, peut être parce qu’il ajoute une notion un peu « compliquée » (toutes proportions gardées hein) à quelque chose qui est censé être normalement spontané, à savoir un éclat de rire gras et peu glamour (parce qu’il n’y a personne autour, joie).

    1. On est d’accord, ça pose tout de même le problème de cette absence de rire spontané, qu’on perçoit immédiatement (et je pense aussi aux trucs négatifs, genre « tu dis une atrocité, tu vois tout de suite que les gens se raidissent et t’envoient un regard haineux »); j’ai l’impression que, de toute façon, on se lâche moins facilement sur le négatif que sur le positif. Je ne crois jamais avoir vu un « je te hais » sérieux (des passives-agressivités, oui, ça arrive, mais jamais des signes d’hostilité pure–peut-être parce que j’évite de nourrir les trolls ?); en revanche, des « je suis mort de rire », même sans le « devant mon écran », ça me semble plus proche de la vraie hilarité qu’un laulle lâché comme ça hop.

      Et (à cause de toi ?) j’utilise aussi le verbe « glousser » comme « hors-ligne, je me tortille en lisant ce que tu m’as écrit »… Et je suis d’acc ++, si on écrivait « RIRE SPONTANÉ », ou des sortes de didascalies du genre, ça ferait « literal lol », donc un peu guindé. J’avoue être quand même assez séduite par « RIRE SPONTANÉ », ça ajoute une touche ridicule un peu rigolote par inadvertance. Et sinon, moi aussi j’aime bien rire devant mon écran même si j’ai un peu honte.

      En parlant de ça, j’ai vu une pratique que j’ai trouvée chouquie : le « kkkkkkkkk » pour exprimer le rire (qui ressemble à ces rires fricatifs vélaires dévoisés, que j’ai entendus surnommés « le rire du rat »). Étrangement, j’ai l’impression que plus on s’éloigne du « lol » formalisé/galvaudé, plus on va vers « un rire spontané et franc hors-ligne » même avec d’autres expressions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *