De la platitude de l’exemple grammatical

Comme toi, certainement, j’ai passé la fin de l’année poussivement devant un ordinateur, en train de concocter des cours (ou d’en remettre d’autres à jour); mais ici se pose le moche problème de l’élaboration d’une petite centaine (voire plus ?) de phrases pour la grammaire.

Le souci de ces exercices de grammaire et autres phrases-exemples, c’est qu’elles doivent obéir à des critères de sélection impec-balsen du début à la fin, être faciles à retenir (pour toi et pour ta classe de poulains qui-y-croivent-qui-en-veulent) et contenir ZE morceau grammatical de choix.

 

Imaginez, un cours sur le passif. Qu’est-ce qui vous vient logiquement en tête pour illustrer le couple torride agent-patient ? Le chat a mangé la souris; la souris est mangée par le chat, j’imagine[1]. Ah, et sinon, pour les verbes bitransitifs, ça reste ultra haletant, « Pierre donne un livre à Jean ».

Voilà, c’est de ces énoncés ineptes dont je voulais vous entretenir.

Je vous assure, je voudrais en écrire, des exemples tordants, qui éclaireraient mes analyses grammaticales et seraient suffisants pour comprendre que could ne s’utilise pas pour accorder ou refuser une permission, mais qu’on peut quand même l’utiliser dans une question. Je vous jure, j’ai tout essayé pour faire comprendre que la complétive peut être remplacée par un syntagme nominal, alors qu’une relative appartient à un syntagme nominal. Le problème, c’est que quand j’essaye de faire une super phrase qui tue, j’arrive à peine à m’extraire assez de jus de cerveau pour faire un « -Could I go out tonight ? -You may/can mais pas *you could » ou des « I know you called her » vs  » I know the girl you called » (sans pronom relatif ni rien, je suis comme ça). Mais bref. Ça reste sans aucune saveur, sans rien, sans accroche au pauvre petit étudiant qui va devoir recopier ou relire tout ça, voire manipuler des phrases à l’infini pour être bien préparé…

Oh, j’en connais, des grammairiens farceurs, qui utilisent des phrases un peu marrantes. Exemple : « Who steals my purse steals trash » (Jakobson, je crois (?); en tous les cas, la citation de base vient de l’ami Willy S., donc ce n’est pas vraiment de l’invention. Et puis il a bien le droit de prendre des phrases comme ça, quand elles viennent de sources prestigieuses).

Je vais donc dresser ici un petit panorama des pratiques d’émission (et de réception) de ces exemples de grammaire :

Dans les coulisses du scripteur des phrases, j’ai fait…

 

1) Des spéciales-kassdédis entre soi et soi-même :

Oui, ça nous (et quand je dis nous, je dis mes collègues ou potes-profs et moi) arrive de se citer les uns les autres dans nos cours. Je crois avoir été à la tête d’une entreprise quelconque (j’espère de papier, comme dans The Office) dans les cours de compta d’une pote; Je crois avoir cité divers collègues et amis dans mes phrases, en leur inventant de nouvelles vies (je crois qu’Elsa s’est mariée plusieurs fois en Islande ou au Japon dans mes cours; et MrBrightside, avec son prénom passe-partout, a récupéré une femme qui fait du piano et qui vient le chercher à l’aéroport. Oui, parfois, c’est précis). Le truc, c’est qu’il n’y a que moi qui pige la private joke. Alors ça me fait marrer quoi, 3 copies, et après, le professionnel reprend le dessus. Pas grave, qu’ils m’écrivent Elsa « Ellsa », je corrige et puis c’est tout. Pareil, ça me fait lauller 4 secondes quand on me dit qu’on m’a citée dans un examen, ou qu’on a pris un texte de version en pensant à moi, mais business is business, après tout.

Avantage : on retient plus facilement la phrase qui contient des trucs comme ça, parce qu’on en a parlé la veille à son collègue. 
Inconvénient : après 2 fois, ce n’est plus drôle, ça devient borderline creepy. 
 

2) La référence à des trucs qu’on aime bien :

C’est une variante du cas de figure précédent : dans mes cours, on va souvent au Texas où il fait toujours beau (mais où il se peut qu’il pleuve ou qu’il y ait une tempête). On va souvent dîner chez les Milton; ou bien les Blake et nous partons tous en vacances en Écosse (comme ça j’en case deux d’un coup). Parfois, c’est Malcolm X qui se fait assassiner sous nos yeux incrédules; d’autres fois, je follow un twittos trop rigolo (la liste est trop longue) ou j’empêche des enfants de poster des photos embarrassantes sur Facebook.

Ces exemples sont tous tirés de mes cours du second semestre, oui. Je n’ai, pour le coup, aucune dignité. Le problème avec ça, c’est le facteur ringarditude à prendre en compte (traité dans la réception de ces messages).

Avantage : c’est un peu l’équivalent mental d’une tasse de chocolat chaud avec des marshmallows dedans. Face à une classe un peu hostile (la syntaxe est une science aride), ça fait toujours chaud au coeur. 

Inconvénient : Y’a un moment où le facteur ringarditude l’emporte; il doit y avoir une loi qui dit que plus on fait appel aux références de ce genre, et plus la probabilité de faire ringard s’approche de 1. 

 

3) Le lâcher-prise :

A une certaine heure, après un certain nombre d’exercices et/ou d’exempliers, je commence à écrire n’importe quoi. Là, j’ai failli envoyer des enfants négocier avec des terroristes parce que je voulais faire une phrase à la fois sur le travail à la mine ET sur les négociations de terroristes. Non que je sois versée ni dans l’un ni dans l’autre, mais ça me sort du dedans. Idem, j’ai voulu bricoler une phrase dont l’énoncé original contenait « Harrods » avec « Walmart » à la place. Le problème, c’est que « Walmart is really the place for… » m’entraîne dans des abysses réflexives. Plus précisément, dans People of Walmart, où on peut pas dire que je puisse finir la chose comme la phrase originale, « …the place for evening dresses ».

En même temps, je ne suis pas la seule à partir dans des sortes de voyages intercosmiques dans le n’importe quoi grammatical. J’ai bien vu M. Chassagnol, qui nous propose des « You may have a love affair with my husband if you feel like it. I may have a love affair with yours, then, who knows? » cachés dans des phrases beaucoup plus dignes. D’ailleurs, dans son livre, le français est beaucoup plus sage que l’anglais, surtout quand il ne faut faire que quelques manipulations et laisser l’anglais dans sa virginité pudique.

Et après…?

Une fois la rédaction achevée, on peut souffler un peu, allumer une cigarette satisfaite, et contempler l’oeuvre avant de l’envoyer à la repro. Mais on passe souvent à côté du  souci avec ces phrases. Après tout, elles sont  complètement décontextualisées, encore qu’on puisse suivre une sorte de vie virtuelle avec les exemples que j’invente, entre cette curieuse promiscuité avec Milton et Blake, et leurs séjours anachroniques au Texas. Mais là où le bât blesse, c’est la réception : on a peaufiné ces phrases; enlevé ou balisé les aspérités; retenu tout ce qu’il y avait à dire de tel ou tel composant. Et là, quand on les lance en live, parfois… Il m’arrive de me sentir comme ça, inutile comme le maître de Grumpy Cat et mes exemples :

Cheer Up Grumpy Cat gif
Source : Pandawhale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Show must go (à un moment donné) on.

 

1) Ringarditude, quand tu nous tiens :

J’ai utilisé « May the force be with you » (subjonctif, impératif ?), qui me semble être l’épitomé de ce qui se fait en ringard geek. C’est une sorte de jeu perdant-perdant : soit les étudiants pigent, et partent en vrille parce que c’est rigolo, soit ils pigent, se disent « mais c’est quoi cette personne qui nous fiche du Star Wars dans les cours ? » et la crédibilité en prend un coup (ça peut être vu comme un échec critique par nos amis rôlistes; j’accueille tous les styles[2] geek dans ma chapelle).

Idem, en m’inspirant de l’exemple du test du zombie, qui paraissait classe et rigolo à première vue, j’ai renâclé et botté en touche quand il a fallu dire « et vous pouvez insérer le complément [by zombies] pour savoir si c’est bien la voix passive, c’est un test valide ». A la place, j’ai gadouillé patient-agent, toujours avec mon chat et ma souris (les indécrottables du début, OUI).

Inconfort pour l’étudiant : +
Inconfort pour l’enseignant : +++
 

2) Variante du ringard : l’intello ou « nous n’avons pas les mêmes valeurs » :

Une autre bonne méthode testée pour créer une sorte de vague de mépris vaguement accablé de la part de mes étudiants, c’est d’utiliser des références qu’ils n’ont pas. Mais sans le savoir. Par exemple, une année, on utilisait un livre qui faisait référence à « Crime and Punishment ». Bon. Outre ceux qui avaient compris « crimes et délits » dans le lot (à dire à voix haute, c’est plus rigolo), j’ai fait la bêtise de demander à quel livre ça faisait référence. Et là, nichts-rien-nada. Même traduit en français, Crime et Châtiment, ça n’a pas forcément fait tilt partout et j’ai failli faire un pendu pour faire deviner le Dosto.

Et là, je me suis sentie comme dans ce sketch des Inconnus, Youpi Matin, où on nous présente « Guerre et Paix » de « Taulstwa ». Je me revois en cours avec un prof qui disait « il faut avoir lu tout Saint-Simon avant 30 ans » et autres phrases comme ça entre deux traductions de Nietzsche et je me souviens avoir gloussé. Bon. Je n’ai toujours pas commencé à lire tout Saint-Simon et je commence à flipper, maintenant que je suis plus vieille et que je me suis rendue compte que la Pléiade avait édité ses mémoires en… 8 tomes.

 Inconfort pour l’étudiant : ++
Inconfort pour l’enseignant : ++
 

3) Les signaux confus :

Parfois, quand je n’ai rien en tête pour exprimer des procès ponctuels dans le passé, j’ai recours aux bons vieux « ils ont rompu », et autres « ça fait 5 ans qu’ils ont divorcé ». Une fois que j’en avais farci deux douzaines facile dans une heure de cours, j’ai surpris des regards narquois. Je me suis dit « Goudet, y sont en train d’imaginer ta Vraie Vie, celle où tu te nourrirais de craie et où tu viendrais de te faire plaquer, et où, inconsciemment, tu plaquerais une vie de Bridget Jones sur ton cours de grammaire. « . Alors que le calcaire m’assèche les pores, et que mon relationship status Facebook est gardé secrètement privé, Personne Humaine ou pas. Damned. C’est un peu le corollaire de la construction du cours. A force de faire des phrases liées à la Vraie Vie, on finit par donner l’impression qu’en fait, tout vient de la vraie vie. Alors que non… Du coup, mortifiée, j’ai dû finir mon cours avec « il a arrêté de pleuvoir ». Ah bah ça, c’est porteur.

 Inconfort pour l’étudiant : –
Inconfort pour l’enseignant : ++++
 
 

Je me demande quel est, finalement, le statut de ces exempliers et autres phrases à disséquer, analyser, étiqueter et commenter. C’est un peu l’Ikéa 1988 de la langue : très pratique, on peut mettre les étagères où on veut avec les pitons fournis en nombre impair, mais c’est pas forcément très joli, et c’est vraiment pas intéressant. J’ai tenté de trouver un mot un peu jargonnant pour parler de ces phrases, mais je ne trouve rien… Discours métalinguistique ? Discours autonymique ? Du coup, je me suis plongée dans la lecture de « Parler des Mots »; l’article de J.-M. Fournier, « Les Exemples dans le Discours Grammairien » est certainement le plus proche de mes remarques, mais il ne répond pas à mes questions…le souci, c’est son corpus de grammaires écrites au XVIIè et XVIIIè siècle.

Est-ce que ces phrases doivent être intéressantes, après tout ? Est-ce que leur fonction première, à savoir être là pour servir un discours parfois un peu aride, n’est pas aussi le défaut de leur qualité ? Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux tout passer à de l’énonciation pure et à des corpus préconstruits de textes ou de phrases, risque à avoir des syntagmes trop difficiles ou idiomatique ? Évidemment, ma dernière question est nulle et non avenue, puisque pas de grammaire sans exemple clair; exemple clair = phrase-Ikea (ou prof de génie(?)). C’est toujours le même problème : pour commencer à faire des tapisseries de Bayeux, il faut déjà savoir enfiler le fil dans le chas de l’aiguille et faire des rangs de points vides de sens, pour ensuite pouvoir partir dans du plus exigeant.

Bref, la rentrée est demain, certainement pour toi, mes étudiants, les exempliers et moi. Wish us luck !

 

De toute façon, si jamais j’échoue dans ma mission pédagogique, je sors le concept de la « Grammaire par les mèmes » :

« Faites un arbre syntaxique à partir de la phrase de Xzibit. Vous avez 5 minutes. »

 

Références :

Authier, J., Doury, M., & Reboul-Touré, S. (2003). Parler des mots: Le fait autonymique en discours. Paris: Presses Sorbonne nouvelle.

Chassagnol, M. (1993). Pratique de la langue anglaise: Exercices et corrigés. Paris: Masson.

  1. après lecture, une personne de bonne volonté m’a suggéré aussi « John closes the door. The door closes ». Louée soit-elle []
  2. ringards; mais aimables quand même. Ce n’est pas parce que c’est geek que c’est vraiment l’horreur. Encore que j’ai peu de fans quand je dis des trucs comme ça. []

6 réflexions au sujet de « De la platitude de l’exemple grammatical »

  1. Ma vie fictive a l’air plus intéressante que ma vraie vie. Les boules.
    Il n’y a pas si longtemps j’ai fait tout un cours avec des exemples de grammaire qui ne parlaient QUE de mariage elfique. Les étudiants étaient un peu figés dans une confusion gênée, moi, non.

    1. Tu es une AVENTURIÈRE dans mes cours, c’est tout; mais en même temps, hein, ta vraie vie a l’air quand même super intéressante;
      J’aime tellement l’idée du mariage elfique…! J’ai presque envie de copier sur toi pour mes cours de l’an prochain, du coup. Tu veux bien être l’héroïne d’une chanson de geste codée que les convives auraient à lire et à déchiffrer pour avoir l’adresse de la forêt de Brocéliande ? On peut lancer Fri dans une joute avec des lances en bois (comme ça je peux caser « wooden »).
      J’ai deux millions d’idées (miteuses) pour l’an prochain.

      1. Je te cède le copyright de l’exemple elfique, je sais qu’il sera en de bonne mains.

        Et pour la chanson mimée, si ça ne me rappelait pas avec terreur le document vidéo sur lequel je suis passée au CAPES pour l’épreuve de didactique, j’accepterais sans hésiter. Mais deux ans après je me la reprends encore dans la tronche régulièrement de façon totalement intempestive et invasive, donc nous ne parlerons plus de chansons mimées si tu le veux bien (cela dit c’est dommage Fri porte très bien le collant).
        Et je vais m’empresser de te mettre la vidéo sur FB.

        1. En parlant de chanson mimée, je me souviens encore très bien de « tête-épaule et genou pied-genou pied », la chanson que je faisais en FLE avec mes Écossais, je t’en ferai une interprétation avec l’accent français niveau 2è année de français. Mais rien à voir avec la qualité de ta chanson de didactique, je crois que l’interprète a fait une crise d’épilepsie vers la fin, j’en suis retournée, je te tire mon chapeau.

  2. Faudra quand même rappeler à Elsa que la polygamie reste illégale, même en NZ.

    J’avoue que moi je suis une grosse feignasse, et qu’en plus c’est plus facile parce que je cherche pas des phrases pour expliquer la grammaire mais des phrases de thème. Donc je pille les annales de concours… Pour éviter l’effet Pollock, du nom du professeur de linguistique du même nom qui doit avoir été assigné aux prud’hommes par les pauvres John and Mary qui étaient exploités sans vergogne à toutes les phrases.

    Bref, je compatis.

    1. En fait, je lui ai fait une histoire en plusieurs parties, avec un mari dans chaque port. Toi, au moins, tu voyages aux USA et en plus on vient te chercher 😀

      On devrait unir nos efforts, parfois je fais du thème grammatical et c’est l’angoisse du John et Peter qui font les courses. (Remarque, une fois, je me suis fait castrer un sujet d’examen parce que les prénoms étaient trop gender-neutral… Donc même Peter et Fred, ça ne passe pas, alors que si ça se trouve, c’est Frédérique en fait, et tout le monde est content.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *