Mèmes 1- Copypasta : le Prince de la Connivence (de Bel-Air)

En complément du petit exposé oral que j’ai effectué (le lecteur malin comprendra que je suis intellectuellement malhonnête, et que je rédige ces lignes avant mon exposé de séminaire, et que, si ça se trouve, je suis en train de siroter une margarita dans un B&B sensuel dans le nord de l’Écosse), voilà des bribes de compléments auxquels j’ai pu penser en amont, qui constitueront le premier cycle de messages inédits de ce carnet de recherches.

Pour les (mal)chanceux qui ont raté mes deux dernières interventions, je travaille actuellement sur la mémétique, et, pour les quelques billets à venir, sur le phénomène du « copypasta ». Le copypasta, c’est la propagation d’éléments-supports (macros) par écrit, sur internet. Ce phénomène numérique indigène, il me semble (au moins dans la façon dont il est propagé) a la particularité d’être quasiment uniquement écrit; ou alors de comporter une composante écrite qui constituerait le coeur de la chose (encore que le creepypasta, que je traiterai plus tard, ne rentrerait pas forcément dans cette définition un peu stricte).

Sans plus d’introductions, j’annonce le…

 1.1 : « Bel-Air »-isme :

J’ignore la raison du pourquoi ou du comment un jour, sur 4Chan, un utilisateur a arrêté de raconter une histoire abruptement, et a embrayé direct sur les paroles du générique de cette série.

C’est comme si je disais « Faut que je te raconte un truc trop marrant qui m’est arrivé l’autre jour avec Martine, oh là là, c’est trop dingo quoi. On prenait un café comme tous les matins, normal, et elle a eu le culot de me demander si elle voit souvent rouge, avec elle ça bouge, Maguy soleil ou bien Maguy larmes, on est sous le charme[1].

Un néologisme est même apparu en anglais, le verbe « belair », et l’Urban Dictionary atteste des formes aussi diverses que « belair’d », « bel aired », ou « beiaired »… Des utilisations passives qui arrivent en tête des résultats ? Oui, parce qu’on voit cette substitution par l’angle du co-énonciateur, et pas par celui du blagueur. Ne vous inquiétez pas, il y a pléthore de définitions différentes (pour le même lemme) avec tout de même une bataille linguistique concernant les entrées pour « Bel Air » : apparemment, la ville de Belair-Edison (dans la banlieue de Baltimore) concurrence notre bon ami Willy question popularité.

Je suis surprise par la faible proportion de belairismes dans les définitions. Le statut du scripteur de l’Urban Dictionary enlève donc le sens de l’humour, pour créer un exemple efficace ?

Revenons à l’utilisation linguistique du belairisme :

Bien que je comprenne le côté comique de la situation (et la blague de potache), l’idée de prendre cette série, pour l’utiliser à des fins intellectuellement malhonnêtes m’a interpelée (comme quoi, Pierre Bourdieu avait raison de dire que le choix des sujets de recherche en dit long sur le chercheur). Et c’est peut-être ce côté aléatoire (qu’en anglais, je qualifierais de « random », voire « WTF?! ») qui, justement, fait de cette utilisation un petit plaisir coupable qu’on s’autorise…

En écrivant ce billet, je garde en tête le « Rickrolling », art de donner un lien vers une vidéo forcément trop intéressante qui est en fait… le hit de Rick Astley, Never Gonna Give You Up, chef-d’oeuvre ringardos mais plein de bonne humeur. Je pense que la nuance entre le belairisme et le rickrolling se situerait dans le fait que rien n’est transformé ou créé pour faire un rickroll. On envoie juste un lien fantoche, mais ça ne constitue pas la fine fleur créative du belairisme, où on tente de relier une accroche d’histoire à notre générique.

 

1.2 : Bait and Switch

On appelle tout de même ces deux phénomènes  « Bait and Switch », soit « appâter et échanger ». D’abord, on accroche l’attention du co-énonciateur avec du ronron mental intéressant, type confession intime (un ragot, une histoire un peu sexuelle, ou une confession à avouer), et, une fois le poisson ferré, on lui balance un contenu qui n’a rien à voir avec la choucroute.

Ce qui m’intéresse, c’est l’aspect de connivence qu’on attendrait normalement d’une blague ou d’une devinette, les deux marchant à peu près pareil (on raconte un truc, et la chute est l’élément qui créé le décalage qui, en retour, créé le rire). Dans une blague, on reconnait les marqueurs ouvrants type « c’est un curé, deux Indiens et un perroquet… » (avec des variantes sans ouverture) qui pointent vers ce qu’on est en train de dire. Peut-on aller jusqu’au performatif, c’est-à-dire « si je dis « c’est + [des gens] + [une situation] on reconnait forcément le codage « blague », ou « tu connais la différence entre [Y] et [Z] », pour poser l’aspect ludique de la devinette  ?).

Bref, normalement, lorsqu’on plaisante, on partage un moment de complicité avec l’autre. Il y a une amorce mentale des deux côtés, le coénonciateur se met en situation pour entendre du rigolo, et l’énonciateur fait tout pour raconter sa blague de façon performante (intonation dynamique, pas de digressions, j’imagine). Je suppose qu’il est difficile de rire d’une blague d’une personne que l’on n’aime pas (donc la cohésion joue un rôle; à l’inverse, pour ne pas faire perdre la face à une personne qui aurait raconté une blague nulle, on peut faire un rire de complaisance à la Sheldon).

Eh bien le Bait and Switch, c’est un peu la même chose, mais sans aucun marqueur humoristique. Justement, l’humour de la chose repose sur le fait qu’il n’y ait pas de trace linguistique d’humour, et, souvent, le seul à rire, c’est… l’énonciateur.

On se retrouve donc dans une sorte de perversion de la connivence, avec un humour mimétique (je suis marrant, donc je rigole de ma blague mais toi pas forcément puisque je l’ai faite à tes dépends). L’attente du lecteur est trompée, il se retrouve soit interloqué, soit amusé, parce qu’il est lui-même dans le recul nécessaire pour décoder ce qui vient de lui arriver.

 

1.3 : Nouveau genre audiovisuel : surplomb de la connivence perverse

Ce que j’appelle « surplomb de la connivence perverse », c’est le fait que ceux qui maîtrisent la littéracie du bait and switch attendent à voir la réaction de leur ami, maman, ou camarade de forum en surplombant la situation, puisqu’ils en connaissent les codes parfaitement. Mais ce surplomb de connivence perverse peut à son tour être partagé par les connaisseurs.

Un nouveau genre de vidéo sur YouTube (et certainement dans les vidéogags divers) a donc fleuri : la réaction à [X].

Prenons une horreur, comme « 2 Girls 1 Cup », essence de la vidéo-choc sur le net. Pour ceux qui ne connaissent pas, je me bornerai à dire qu’il est question de deux jeunes femmes ayant manifestement besoin d’argent, de fonctions naturelles et de détournements contre-nature des-dites fonctions. Jon Lajoie a fait une chanson d’amour (en anglais) assez mignonne, une sorte de réappropriation positive de ce bijou d’horreur sud-américaine.

Pour réaliser votre connivence perverse, il vous faut cette vidéo + un témoin qui sera certainement horrifié. Prenons une grand-mère, ou une petite dame un peu sensible.

Derrière l’écran, placez une caméra. Et filmez le visionnage pour capter les émotions sur le visage de votre victime à mesure que le « viens, je vais te montrer une vidéo de chatons » s’effrite dans son esprit. Je vais éviter la psychologie de comptoir, mais je suis certaine qu’il y aurait des choses à dire concernant ce nouveau genre… je vous présente une réaction en vidéo, qui a tout de même 9 millions de vues :

https://youtu.be/_SsUTLAhbWE

Le jeu de regards est assez intéressant, entre l’écran et, certainement notre méchant qui fait peur à Mamie Marlène. J’apprécie les protestations et la fascination pour l’horreur qui se joue dans cette vidéo courte–peut-être parce que je maîtrise le matériau de base, et que, du coup, je suis entrée du côté obscur.

Je vous laisse donc avec une autre vidéo croquignolette, qui met en scène une bande de Marines à Fort Knox. On imagine les types burinés, et, pour le coup, le dégoût est mutuel et assez amusant, même si on ne connait pas 2G1C. Ils crient tous de concert (0:32, et, ensuite, assez régulièrement). J’ai eu l’impression de regarder des gens dans une montagne russe, en visionnant ceci. Chacun sa réaction, la plupart partage avec les autres (d’où les cris de protestation). Mention spéciale à celui de gauche qui garde tout à l’intérieur de lui, certainement dans sa petite boîte mentale « ne pas ouvrir avant 2078 », ce qui m’a particulièrement plu :

Jamais, dans aucune de ces vidéos, on ne voit le bon créateur de la vidéo de la torture mentale… Heureusement que YouTube lui donne un nom, à défaut d’un visage…

 

Le prochain billet de cette série, introduit par la perversion de ma connivence est un mélange entre le bélairisme et la connivence perverse : je vous parle ici du creepypasta, soit copypasta pour effrayer et/ou titiller dans le mauvais sens le co-énonciateur.

 

 

1 : J’hésite à catégoriser l’absence ou la présence de connaissance de « Maguy« , série cabotine et tocarde au possible, comme un critère de réussite ou d’échec dans sa vie. Pour le coup, j’ai mis un lien vers un épisode complet avec Jackie Sardou, des collectes de vêtements pour le Santa Rica, et une femme de ménage très forte en spoonerismes.


4 réflexions au sujet de « Mèmes 1- Copypasta : le Prince de la Connivence (de Bel-Air) »

  1. Je n’ai à peu près aucune valeur ajoutée à apporter à part exprimer la fascination que cette lecture a eu sur ma personne.
    merci 🙂

    1. Le coup des spaghettis, complètement absurde, me plaît énormément. Pour le dinosaure, j’avais vu passer ça (je crois–j’avais dû au moins voir le clip passer). Dommage que l’article soit en cours de réécriture, je vais chercher un peu là-dessus.

      Je crois que je sais pourquoi les spaghettis me plaisent : elles me rappellent la parodie des gags à la télé faite par Tim & Eric, Spaghett le comique pas drôle et un peu sale :
      http://youtu.be/uyh3C1xDT3Y (Tim and Eric Awesome Show : Great Job ! (2009) saison 2, épisode 202)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *